Aller au contenu

karfou

Membres
  • Compteur de contenus

    442
  • Inscription

  • Dernière visite

My Favorite Songs

Réputation sur la communauté

614 Excellent

À propos de karfou

  • Rang
    Membre Senior
  • Date de naissance 11 avril

Profile Information

  • Pays
  • Genre
    oups!

Visiteurs récents du profil

319 visualisations du profil
  1. Guide de survie du timide en entreprise

    Assez tôt j'ai vaincu ma timidité. .je regardais mon interlocuteur en l imaginant assis sur un bidet et luttant avec grimaces contre une constipation tenace
  2. Cette info me fait penser, sans rapport direct, à une autre : Patrick et Isabelle Balkany ont toujours eu un faible pour les demeures de charme, si possible fastueuses. On connaît le moulin de Cossy, l’impressionnante propriété où ils résident, à Giverny, à 80 kilomètres à l’ouest de Paris. Il y a aussi la villa Pamplemousse sur l’île de Saint Martin, une villa hollywoodienne, où ils prenaient tous les ans leurs quartiers d’été. Ils ont eu également leurs habitudes à Marrakech, pour des séjours au luxueux riad «Dar Gyucy», désormais saisi par la justice. Une quatrième propriété se retrouve maintenant dans le collimateur des juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, qui enquêtent sur des soupçons d’évasion fiscale visant le député-maire de Levallois et son épouse. Il s’agit de la villa Serena, toujours à Saint Martin, que le couple a occupé entre 1989 et 2002. Selon de nouveaux documents récupérés par la justice auprès des autorités suisses, il apparaît que Patrick Balkany était bien le véritable propriétaire de la villa Serena. Selon le site Mediapart qui a révélé l’information, c’est lui qui se cachait derrière Belec Etablissement, une société-écran immatriculée à Mauren, petite commune du Liechtenstein. Pour davantage de discrétion, cette structure était gérée par Atlas Finanz Services, une fiduciaire helvétique installée à Zoug, l’un des cantons préférés des évadés fiscaux. Patrick Balkany était par ailleurs le «bénéficiaire économique» d’un compte ouvert par Belec à la banque LGT du Liechtenstein, où ont été virés, en août 2002, plus de 2 millions de dollars, juste après la revente de la villa Serena. Toujours selon Mediapart, le député-maire de Levallois, qui pourtant n’a pas sa langue dans sa poche, est resté coi, le 7 juillet dernier, quand le juge Van Ruymbeke l’a questionné sur ces nouveaux éléments venus de Suisse. «J’exerce mon droit au silence», a-t-il seulement répondu au magistrat anti-corruption, obligeant ce dernier à interrompre l’audition. En juillet 2014, Isabelle Balkany avait déjà été interrogée par le juge Van Ruymbeke sur cette fameuse villa Serena et la société off-shore Belec. A la question «connaissez-vous cette villa?», l’épouse et adjointe au maire de Levallois avait fermement répondue «Non». Même réponse négative quand le juge a insisté en lui demandant «Etes-vous ou votre mari le bénéficiaire économique de cette société au Liechtenstein?» Une propriété déjà mentionnée dans un rapport de police de 2001 Les liens reliant Patrick Balkany à la villa Serena ne sont pas à proprement parler une nouveauté. Dès juin 2001, ils avaient été mentionnés dans un rapport de synthèse de la police judiciaire destiné à la juge parisienne Michèle Vaubaillon, qui –déjà ! -, enquêtait sur les avoirs off-shore des Balkany. Dans leur note, les policiers évoquaient la fiduciaire suisse Atlas Finanz Services et son dirigeant Hans Peter Jorin, interlocuteur de Patrick Balkany lors de diverses opérations financières, dont le rachat de la petite société de prêt à porter «Laine et Soie Rety», héritée de son père. Les limiers de la PJ avaient aussi repéré Pamplemousse et Serena, les deux villas fréquentées par les époux Balkany à Saint Martin. Ils écrivaient : «Vu les pièces comptables, il ressort que l’intéressé [Patrick Balkany] est dans les faits propriétaire de la propriété Maison du Soleil [l’ancien nom de la villa Pamplemousse]. Il apparaît manifestement utiliser comme paravent et à son bénéfice personnel la société Atlas Finanz Services, ceci permettant de supposer que M. Balkany est également propriétaire de la villa Serena.» Mais à l’époque, les enquêteurs ne disposaient pas des preuves permettant d’étayer leurs soupçons. Elles sont aujourd’hui entre les mains de Renaud Van Ruymbeke. A Saint-Martin, la Villa Pamplemousse de Patrick et Isabelle Balkany.© DR Toujours proposée à la location par ses actuels propriétaires, la villa Serena offre un cadre idyllique pour milliardaire au prix de 20 000 euros la semaine, en haute saison. Située au bord de la plage de sable blanc de Baie Rouge, avec accès direct à la mer, elle comporte six chambres, cinq salles de bains, une salle «multimedia» avec écran video géant. Le tout accompagné d’une vaste terrasse entourée d’arcades, avec bien sûr la piscine «king size». «C’est comme si une villa de rêve en Provence avait été transportée sur l'une des plus belles plages des Caraïbes, souligne l’argumentaire des agences immobilières. Les clients ont à leur disposition un vaste domaine très privé, avec un cadre extérieur inégalé pour décompresser et effacer tout le stress et les soucis.» En 1997, l’exil doré des Balkany à Saint-Martin Quand il tombe sous le charme tropical de l’île de Saint-Martin, en 1989, et acquière la villa Serena pour 1,3 million de francs de l’époque (environ 240 000 euros), Patrick Balkany est au sommet de sa gloire. Le jeune élu est alors maire de Levallois-Perret depuis 1981, après avoir battu un maire sortant communiste. A coups de juteux programmes immobiliers, il transforme l’ancienne banlieue ouvrière en ville résidentielle pour cadres BCBG, sur le modèle de Neuilly, la commune voisine de son ami Nicolas Sarkozy. Les premiers nuages se profileront en 1995 avec la défaite de Patrick Balkany aux élections municipales puis, l’année suivante, sa condamnation à quinze mois de prison avec sursis, 200 000 francs d'amende et deux ans d’inéligibilité, pour avoir réglé trois de ses employés de maison sur les fonds de la mairie de Levallois. Débute alors une brève traversée du désert, qui aura pour cadre l’île de Saint Martin et son décor paradisiaque. En 1997, avec sa femme Isabelle, Patrick Balkany s’exile dans «l’île aux pirates» où le couple se recycle dans l’audiovisuel en créant la société Régie Productions Caraïbes (RPC), destinée à gérer la publicité de la radio locale RCI 2. Les Balkany résident d’abord dans leur villa Serena, dont ils sont les propriétaires cachés. Puis, ils déménagent pas loin, à Terres Basses, dans la villa Pamplemousse tout juste sortie de terre, à l’époque dénommée «Maison du Soleil», qui leur appartient également. L’ambiance y est très «show biz». Les visiteurs se nomment Stéphane Collaro, le chanteur Carlos ou encore Johnny Hallyday. Cette vie sous les tropiques prendra fin en 2001, avec la victoire de Patrick Balkany aux élections municipales et son retour triomphal à la mairie de Levallois-Perret. L’année suivante, à la mi-2002, l’élu revenu en grâce revendra la villa Serena au compositeur américain Alan Menken, plusieurs fois primés aux Oscars, pour ses musiques des films de Walt Disney. Aujourd’hui, treize ans plus tard, la somptueuse propriété des Caraïbes e rappelle au bon souvenir du clan Balkany.
  3. Aux restrictions, comme celles qui concernent Hitler, Mussolini et d'autres, il faudrait que le législateur ajoute : Marine ,Donald, Nicolas.. La liste est incomplète PS: Roger se félicite que son prénom soit pris en considération.
  4. Enfin, dirait madame Da Costa, la portugaise est honorée
  5. Ah les papas.. Comme le mien le fût, ils portent bien trop souvent un regard subjectif sur leurs progenitures. N'est ce pas naturel ?
  6. Il n'y a plus qu' attendre (environ 9 mois) et les photos de Closer
  7. Tiens .. j'ignorais que Trump était à Londres
  8. --- Simooonnne !! --- Ouiaiiis .. qu' est ce kiya ? --- Viens voir ce que le p'tit Serdam a posté. . --- Pfff... C'est sûrement sa voisine qu'il lui a dicté ces conseils ! --- T'as p'tète raison.. y avait le PSG qui jouait et il a dû passer la soirée chez elle --- Et elle en prenant sa douche.. --- Avant ou après? --- Avant ou après quoi ? --- Ben... --- Rien à faire ! T'as toujours la tête où il faut pas... Gros cochon !
  9. Mais si elle cause cette prétendue Prix Nobel de la Paix (??) et chef du gouvernement Birman: "Ce genre de fausse information est seulement la partie émergée d'un énorme iceberg de désinformation », a déclaré Aung San Suu Kyi à propos du nettoyage ethnique que subissent les Rohingyas. D'autre part, elle vient une nouvelle fois de botter en touche en annulant sa visite à l'Assemblée générale des Nations unies, qui s'ouvre la semaine prochaine à New York, et où la crise des Rohingyas occupera le devant de la scène. «Peut-être a-t-elle des affaires plus urgentes à gérer», a déclaré l'un de ses porte-parole. Ben voyons.. En avril 2013, Human Rights Watch publia un rapport accusant les autorités birmanes d'avoir amplifié les troubles et organisé, à partir d'octobre 2012, une « campagne de nettoyage ethnique » contre les musulmans[38]. Dans un entretien postérieur à cette annonce, Aung San Suu Kyi « refuse de condamner les violences contre les musulmans et nie fermement qu'un nettoyage ethnique ait eu lieu »[39]. Cette attitude tout au long des violences lui vaut de nombreuses critiques dans la presse internationale qui titre par exemple « Aung San Suu Kyi tombe de son piédestal », « La chute de l'icône birmane »[40] ou « L'auréole ternie d'Aung San Suu Kyi »[41]. D'autres journaux, dont de grands titres de la presse anglo-saxonne, sont plus cinglants et jugent que « son attitude équivoque » envers ces violences « fait froid dans le dos »[42] et « méprise les droits humains au profit du politique. Wiki
  10. La Birmanie semble être trop loin et "de plus" ce sont des victimes musulmanes pour prendre place urgente dans les médias. Il en va ainsi dans la hiérarchie établie par l'Occident à l'égard des peuples du tiers monde. Tout d'abord la Floride !!
  11. Fake à gogos! L'antenne anti sharing...

    @James13 Salut. Tu a as certainement raison dans l'échange cardsharing. Mais pour autant il ne faut pas être orphelin pour y acceder
  12. Fake à gogos! L'antenne anti sharing...

    Bonjour, Totalement dépourvu (ou presque) d'une parfaite connaissance dans le domaine qui nous intéresse et le sujet de ce post, je ne m'aventurerai pas à infirmer ou confirmer. En revanche, depuis quelques semaines je suis en IPTV avec un abonnement et je dois dire qu' avec un investissement peu onéreux le résultat dépasse largement mes attentes. Une réception qui n'a rien à envier au satellite et un programme étonnant par son nombre et sa diversité. En conclusion, il me semble et au regard des difficultés rencontrées (trop souvent ) avec les démos et notamment l"Atlas, le futur appartient au système IPTV. L'avenir me (nous) le dira.
  13. Non . Un cheikh en bois un peu vert
  14. C'est cette dame sur la photo? C'est monstrueux ! Quelle me contacte rapidement par mp et je suis disposé à la dédommager
  15. Comment qualifier ou expliquer la cruauté et la haine ? Par contre, je sais que l'humain est capable des pires saloperies envers ses semblables et il le sait jusqu'au point de se haïr.
×