Aller au contenu

James13

Animateur
  • Compteur de contenus

    2 836
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

8 507 Excellent

6 abonnés

À propos de James13

  • Rang
    Membre de Legende
  • Date de naissance 19/08/1961

Profile Information

  • Pays
  • Ville
    MARSEILLE
  • Genre
    Homme
  • Centre d'Intérêts
    Foot, Télé, tous les sports , pétanque etc

Visiteurs récents du profil

2 729 visualisations du profil
  1. Bonjour,

    Je viens pour vous demander si vous pouviez me faire part de votre topic sur la façon d'avoir les chaines du ATLAS 200HD Via VPN, j'ai beau chercher je ne le trouve pas.

    Merci

    Cordialement

  2. Salut à vous tous et nino, merci pour ton post très bien fait, à bientôt pour autres choses nous l'espérons....et ça va le faire, je pense. Bonne journée.
  3. Bonjour, je donne raison pour les commentaires ci-dessus. J'ai fait un post gratos pour nous , il se peut qu'il ne soit plus à jour, mais ça va raffraîchir je pense. Toujours faire une sauvegarde avant. Sinon, essaye celui-là, en mettant la dll dans le dossier et tu auras Driver Easy pro il n'est pas à jour depuis quelques jours, mais je m'en sers encore, le temps d'avoir le dernier : https://e-nautia.com/share/76882-q34280ok
  4. James13

    Forcer l'IPK

    C'est pas mon jour et alors manzeone, t'y vas pas de main morte, t'inquiète je t'aurai sur un autre post J'ai déjà oublié
  5. James13

    Forcer l'IPK

    Bonjour, j'ai un petit soucis de mémoire afin de forcer un fichier Ipk plugin à mettre sur Openpli4. Merci à vous si vous me BOOSTER la mémoire par telnet ou Putty et le script. @nerron, désolé, j'ai oublié le forcing , bien à vous tous aussi. A demain et bonne soirée.
  6. Une enquête montre que Google suit les déplacements de ses usagers, même lorsque la géolocalisation est désactivée Selon l'agence de presse américaine AP, les différents services de Google conservent les données de localisation des utilisateurs grâce à paramètre activé par défaut. Pas facile de passer inaperçu(e) pour Google. Selon une étude d'Associated Press (en anglais) publiée lundi 13 août, Google enregistre les déplacements de ses usagers même lorsque ceux ci ont désactivé l'option géolocalisation. Ce constat a été démontré sur les appareils Android et Apple et confirmé par des chercheurs de l'université de Princeton aux Etats-Unis. Pendant trois jours, un des chercheurs a désactivé l'option géolocalisation de son téléphone et s'est rendu compte qu'une quarantaine de lieux dans lesquels il s'était rendu avaient été enregistrés. Selon cette étude, même si l'"historique des positions" –que l'on peut retrouver sur myactivity.google.com– est désactivé, les applications du service continuent de géolocaliser les usagers sans leur demander leur permission. Des données utilisées à des fins publicitaires Pour empêcher que ces informations soient enregistrées, il faut désactiver un autre paramètre, plus difficile à trouver, reprend Libération. Une fois son compte Google ouvert, il faut se rendre dans "Informations personnelles et confidentialité", puis "Gérer votre activité Google", "Commendes relatives à l'activité", avant de désactiver "Activité sur le web et les applications". Laisser "activité sur le web et les applications" et décocher "historique des positions" empêche seulement Google d'ajouter les déplacements à sa catégorie "vos trajets", qui permet de visualiser les déplacements effectués. Cela ne l'empêche pas de collecter des données liées à la géolocalisation, et qui sont stockées dans la section "mon activité". Capture écran des paramètres Google, le 13 août 2018. (GOOGLE) Interrogé par AP, Google explique que ces données sont utilisées pour les publicités et que l'entreprise donne des "descriptions très claires de ces outils (...) pour que chacun puisse les activer ou désactiver".
  7. Pour traiter, il faut boire l'Apéro, et dire ...Santé pieds...non je rigole car je compatis
  8. Bonjour, il a la bouche de Christophe Rocancourt, est-ce lui ?
  9. Facebook aura-t-il bientôt accès à vos données bancaires ? Le réseau social américain aurait approché plusieurs grandes banques afin de leur demander de partager les données de leurs clients. Source AFP Modifié le 07/08/2018 à 07:08 - Publié le 06/08/2018 à 23:04 | Le Point.fr Facebook est toujours fragilisé par les retombées du scandale Cambridge Analytica. © MLADEN ANTONOV / AFP Déjà en posture difficile, Facebook risque de s'attirer les foudres de bon nombre de ses utilisateurs. Selon les affirmations d'une source proche du dossier à l'Agence France-Presse, lundi, le réseau social de Mark Zuckerberg a approché plusieurs grandes banques américaines avec un objectif clair : que celles-ci acceptent de partager les données bancaires de leurs clients, une démarche qui s'inscrit dans la volonté de Facebook de proposer de nouveaux services commerciaux à ses utilisateurs. Le célèbre réseau social a tenu il y a plusieurs mois des discussions avec Chase, la banque de détail de JPMorgan, Citi (Citigroup) et Wells Fargo, a ajouté sous le couvert de l'anonymat cette source, ajoutant que Chase avait mis fin à ces négociations. Des contacts ont également été pris avec la banque US Bancorp, selon le Wall Street Journal, qui a révélé l'affaire. Le groupe de Mark Zuckerberg souhaitait avoir des informations sur toutes les transactions financières effectuées par carte bancaire et connaître les soldes des comptes courants de clients, a encore dit la source. Garder des traces des transactions effectuées Il demandait des informations sur les commerces avec lesquels ils font affaire et proposait en échange aux établissements bancaires de placer sur Messenger, qui revendique 1,3 milliard d'utilisateurs actifs, certaines de leurs offres. Facebook n'a en revanche pas précisé quelle utilisation il entendait faire des données demandées, selon la source. « Comme plusieurs entreprises internet avec des activités commerciales, nous nous associons à des banques et des émetteurs de cartes bancaires pour offrir des services comme le chat (une messagerie instantanée) avec les clients et la gestion de compte », a répondu à l'Agence France-Presse une porte-parole de Facebook. Lire aussi. Mark Zuckerberg, plus jeune milliardaire de l'histoire, va perdre son titre Et d'ajouter : « Les comptes courants liés aux pages Facebook permettent à leurs propriétaires de recevoir en temps réel des actualisations sur Messenger et peuvent ainsi garder les traces sur les données de leurs transactions, comme des reçus de caisse, les dates de livraisons et le solde de leurs comptes courants. Nous n'utilisons pas ces informations à des fins publicitaires. » Contactée par l'Agence France-Presse, Citigroup n'a pas donné suite, tandis que Wells Fargo n'a pas souhaité faire de commentaire. La question des données personnelles Patricia Wexler, une porte-parole de JPMorgan Chase, a renvoyé l'agence de presse vers une déclaration faite au Wall Street Journal. « Nous ne partageons pas les données des transactions effectuées par nos clients (...) et avons par conséquent rejeté certaines propositions », a-t-elle dit au quotidien. Ces informations remettent sur le devant de la scène la question des données personnelles des utilisateurs après le scandale Cambridge Analytica (CA), une société britannique accusée d'avoir à des fins politiques collecté et exploité sans leur consentement les données d'utilisateurs du réseau social. Cette affaire et d'autres polémiques à répétition ont affecté les résultats récents de Facebook et obscurci ses performances à venir, ce qui a conduit à une perte de 119 milliards de dollars de capitalisation boursière fin juillet à Wall Street. Facebook aurait vanté aux banques les mérites d'une fonctionnalité qui permettrait aux utilisateurs de voir le solde de leur compte courant et de les alerter en cas de fraude, affirme le Wall Street Journal. Lire aussi. Facebook-Cambridge Analytica : ce que les utilisateurs n'acceptent plus Le réseau social se serait engagé à ne pas partager leurs données financières avec des parties tierces. Les données personnelles des utilisateurs sont la base du modèle économique de Facebook, dont la quasi-totalité des revenus provient des ventes d'espaces publicitaires. Un partenariat avec Facebook permettrait aux banques de combler le fossé grandissant avec les start-up spécialisées dans la finance (Fintech), qui séduisent les « millennials » (18-35 ans). L'application Venmo (PayPal), par exemple, s'est imposée comme un des principaux moyens de transfert d'argent entre particuliers par smartphone, loin devant Zelle, mise en place par un consortium de grandes banques.
×