Aller au contenu

Psillium

Contributeur
  • Compteur de contenus

    556
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

918 Excellent

2 abonnés

À propos de Psillium

  • Rang
    Uilisateur en puissance
  • Date de naissance 07/06/1949

Profile Information

  • Pays
  • Ville
    Namur
  • Genre
    Homme
  • Centre d'Intérêts
    Jardinage

Visiteurs récents du profil

909 visualisations du profil
  1. Merci mais....... @blancoco La page que vous demandez ne peut pas être affichée pour l’instant. Elle peut être temporairement indisponible, le lien sur lequel vous avez cliqué peut être rompu ou avoir expiré, ou bien vous n’avez pas l’autorisation d’afficher cette page.
  2. Super Netflix – Améliorez Netflix avec cette extension Chrome 0 Si vous êtes abonné à Netflix et que vous utilisez Chrome, voici une extension qui devrait vous plaire. Elle s'appelle Super Netflix et permet de changer quelques petites choses au service de streaming. Tout d'abord, elle permet de fixer le bitrate par défaut de Netflix, ce qui vous permet de choisir la qualité la mieux adaptée à votre bande passante. Une autre option permet aussi de changer manuellement le serveur de streaming utilisé. Cela peut permettre de retrouver un peu de patate sur un autre serveur Netflix. Ensuite, Super Netflix va vous permettre de passer automatiquement les séquences d'introductions de vos séries préférées, afin de les enchainer encore plus vite. Et lorsque vous naviguez dans les films et séries proposés par Netflix, il est possible que vous tombiez sur un spoil au travers d'un résumé ou d'une miniature. Et bien avec Super Netflix, plus de souci, tout cela disparaitra sous un petit flou qui va bien. Super Netflix vous permettra aussi d'uploader vos propres sous-titres, de modifier la luminosité, la saturation des couleurs et le contraste des vidéos, sans oublier une option capable d'augmenter la vitesse de lecture de la vidéo. D'autres petites options comme monter le volume avec la molette de la souris, masquer les sous-titres "obligatoires" et afficher des tas d'infos techniques sur le streaming en cours sont également disponible. Bref, une extension pleine de surprises à tester. Vous pouvez télécharger Super Netflix ici. Source
  3. Comment changer facilement de DNS ?

    Bonjour elahmed, Ça tombe bien car j'avais remarqué que dans certains post la source n''était pas mentionnée et que devais alors la chercher avec un moteur de recherche quand je voulais partager l'info à mes contacts. C'est la raison pour laquelle dans tous mes posts la source est toujours présente. Viens-tu dans notre fofo uniquement pour poster cette information où pour découvrir ce que nous partageons dans notre communauté? A+ ou - tard si tu choisis de passer un moment avec nous.
  4. Google vous écoute en permanence. Voici comment trouver les enregistrements! Mauvaise nouvelle: Google vous suit constamment et enregistre vos conversations. Bonne nouvelle: vous pouvez effacer toutes les archives. Et voilà comment faire! Google écoute en permanence, sans attirer l'attention, les conversations de ses utilisateurs et conserve les enregistrements sur ses serveurs. Il ne s'agit pas que des conversations téléphoniques, mais des requêtes que vous faites sur son moteur de recherche. © AFP 2018 GABRIEL BOUYS WhatsApp, Facebook: derrière la publicité ciblée, la dystopie forcée La société n'en fait pas un secret mais en parle dans les Conditions d'utilisation sur plusieurs pages, que personne ne lit. Quel est le but de Google? Fournir le total de l'information vous concernant à son intelligence artificielle, qui apprend à mieux vous comprendre et, en théorie, rend les produits de Google plus commodes pour vous. Cependant, il y a là des inconvénients considérables. Primo, cette information peut être utilisée par des malfaiteurs s'ils piratent votre compte. Secundo, cette information peut être utilisée contre vous en cas de conflit avec les autorités. Tertio, cette information est utilisée pour vous montrer des publicités ciblées. © SPUTNIK. EVGENYA NOVOZHENINA La première application pour craquer un iPhone X voit le jour Heureusement, il est possible d'effacer toutes ces données! Ici, vous trouverez les archives des enregistrements réalisés par le micro de votre téléphone en vous connectant à votre compte Google. Si vous n'y voyez rien, c'est-à-dire que vous n'avez pas encore dit «ОК, Google». Et ici, vous trouverez le dossier complet sur vous dressé par Google sur la base de vos demandes sur internet et des sites que vous avez visités. Vous pouvez à tout moment effacer ces informations. Source
  5. mardi 19 heures Marseille 1 - 2 Strasbourg mardi 21 heures Monaco 1 - 2 Nice mercredi 21 heures PSG 3 - 1 Dijon
  6. Un body anti-ondes pour bébé 10/01/2018 36 Ph. Pandaroo Un an après le lancement de son boxer anti-ondes pour hommes, la start-up française Spartan dévoile un premier body conçu pour protéger les bébés contre les ondes électromagnétiques des smartphones et du Wi-Fi. Le produit est exposé au salon de la high-tech CES, qui se tient en ce moment à Las Vegas (États-Unis) Baptisé Pandaroo, ce nouveau vêtement santé pour bébé, lancé par Spartan, devrait susciter autant de curiosité que la précédente innovation de la marque française : un boxer intelligent qui protégeait les testicules des hommes contre les ondes électromagnétiques. Protection des enfants Grâce à sa technologie Wavetech intégrant des fibres d’argent, le produit qui ressemble à un body classique en coton, entend veiller, cette fois, au développement de l’enfant entouré au quotidien d’objets connectés multiples. Depuis 2015 en France, la loi Abeille protège partiellement les enfants en bas âge dans les lieux publics en interdisant le Wi-Fi dans les espaces dédiés à l’accueil, au repos et aux activités des établissements accueillant des enfants de moins de 3 ans. Ph. Pandaroo Bouclier électromagnétique A l’instar du boxer intelligent, des fibres d’argent pur sont intégrées au sein du coton et agissent comme un bouclier électromagnétique qui réussit la prouesse de bloquer 99% des ondes émises par les smartphones et le Wi-Fi. Cette nouvelle innovation brevetée est actuellement dévoilée au CES de Las Vegas, le plus grand salon mondial consacré aux nouvelles technologies qui se tient du 9 au 12 janvier 2018, où se déroulent les premières pré-commandes du body. « Les livraisons commenceront à partir du 25 janvier 2018. Seule la taille naissance ne sera pas accessible pour le lancement, mais sera en vente d’ici quelques mois », précise la marque dans un communiqué. Les parents pourront se procurer le vêtement, d’abord disponible en gris, puis dans toute une gamme de couleurs, au prix de 39 euros, sur le site pandaroo.baby/fr/accueil Source
  7. Ok donc Larashare c'est Partager Lara
  8. Mercredi 10 Janvier 2018 13h55 - 15h05 (Durée : 1h10) Ça commence aujourd'hui Coma : l'étrange voyage Genre : Magazine de société Date de sortie : 2017 Présentateur(s) : Faustine Bollaert Résumé : Ils ont vécu une expérience mystérieuse et encore inexpliquée par la science : une EMI, «expérience de mort imminente».
  9. Thème WordPress

    Bonsoir, Dans ce site, il y a 11 thèmes wordpress gratuits pour resto J'ai téléchargé le thème italian-restaurant.2.1 pour voir si c'est complet et pas virolé https://template.pro/theme-wordpress-restaurant-gratuit/ Virus total A+
  10. Le nouveau virus de la grippe H3N2.

    Merci. De nombreuses personnes de ma famille et amis se font chaque année vacciner avant la vague de grippe. Plus de la moitié d'entre eux contractent quand même une grippe??? La dernière fois où j'ai reçu une vaccination, non pas de la grippe, c'était à l'école contre la tuberculose. J'ai eu, enfant, deux fois une petite grippe (c'est ce que le médecin avait dit) et malgré que je côtoie des personnes grippées chaque année sans faire attention pour me protéger je n'ai jamais été atteint par la grippe. Je ne sais pas quoi penser sur les vaccins. Le prof Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien a même critiqué l'année passée les vaccinations systématiques (11 au lieu de 3) pour les enfants et ne recommande que le DTP (Diphtérie - Tétanos- Poliomyélite) sans adjuvant à base de sels d'aluminium.
  11. Merci Serdam. Il y a de nombreux infos et conseils qui m'étaient inconnus. J'adoooooooore les fruits de mer Bonne dégustation.
  12. Regarder des vidéos pendant son traitement en radiothérapie : une alternative à l’anesthésie et aux anxiolytiques Un système de projection innovant intégré à l’appareil de traitement La radiothérapie est l’un des principaux traitements contre le cancer. Elle consiste à diriger des rayons ionisants (radioactifs) sur une tumeur, afin de détruire les cellules cancéreuses. Tout traitement réalisé au moyen d’un appareil de tomothérapie oblige le patient à rester immobile pendant environ une demi-heure. Une séance de radiothérapie oncologique qui peut s’avérer délicate, surtout pour les enfants, les patients claustrophobes ou stressés. Deux solutions existent : les anxiolytiques pour les patients adultes, et la sédation pour les enfants, sachant qu’un traitement comporte en moyenne trente séances de radiothérapie. VLADI, acronyme de Video Launching Applied During Irradiation, est également le prénom du premier enfant ayant bénéficié de cette méthode imaginée par le Service de radiothérapie oncologique des Cliniques universitaires Saint-Luc, alors qu’il était âgé de quatre ans. C’est lorsque la maman de Vladi a demandé à l’équipe s’il était possible que son enfant ne subisse pas d’anesthésie lors de chaque séance de tomothérapie qu’est née l’idée de la projection. Vladi et sa maman, Irina, entourés de Catia Palhetinha Aguas, dosimétriste, et Philippe Humblet, technologue dans le Service de radiothérapie oncologique Un film adapté à chaque patient Concrètement, il s’agit de remplacer l’anesthésie, lorsque cela est possible, par la projection d’un film ou d’un dessin animé au sein même de l’appareil de traitement. Cette technique permet de maintenir l’enfant au calme. « Nous veillons à ce que le film ou le dessin animé soit choisi par l’enfant, car il faut qu’il soit captivé et qu’il puisse le regarder en restant immobile et apaisé », expliquent Catia Palhetinha Aguas, dosimétriste, et Philippe Humblet, technologue dans le Service de radiothérapie oncologique des Cliniques universitaires Saint-Luc (Belgique), tous deux à l’origine du projet VLADI. « L’utilisation de cette technique modifie réellement la manière dont l’enfant aborde son traitement. Et le mécanisme permet de tenir compte de certaines contraintes étant donné que le patient doit rester seul dans la pièce durant tout le traitement, à cause du rayonnement produit. » Deux médecins du Service de radiothérapie sont formés à l’hypnose (les Drs Laurette Renard et Xavier Geets). C’est ce principe de « focalisation » induit par l’hypnose qui a donné l’idée à l’équipe d’utiliser une projection de film, les enfants étant généralement facilement « absorbés » par un écran. Suivre le patient dans un long cylindre « Théoriquement, nous aurions pu imaginer de placer un écran de télévision devant le patient. Cette solution simple ne peut pourtant pas être mise en pratique car rien ne peut se trouver dans le passage des faisceaux d’irradiation », rappelle Philippe Humblet. De plus, le matériel serait rapidement détérioré par le faisceau de radiations. Le système de projection mis en place, modulable et simple d’utilisation, répond à ces critères étant donné qu’il est placé hors du champ d’irradiation : un micro projecteur et un haut-parleur sont placés sur la table de traitement. Le film est projeté sur la paroi intérieure de l’appareil de traitement, face au patient. L’image se déplace en même temps que le patient durant toute la séance de tomothérapie. A terme, un système d’amplification est d’ailleurs prévu pour contrer encore davantage le bruit important généré par l’appareil. Une dizaine d’enfants ont déjà pu bénéficier de cet ingénieux système… et autant d’adultes ! « Nous sommes parfois confrontés à des adultes stressés ou claustrophobes pour qui il est particulièrement difficile de rester calme et immobile durant ce type de séance. Le système de projection peut les aider. » Collaboration avec des étudiants de l’ECAM Fort de leur expérience concluante avec 24-25 patients, l’équipe se penche maintenant sur la possibilité d’étendre cette utilisation à un maximum de patients, quelle que soit leur pathologie ou la complexité de leur positionnement lors du traitement. En effet, certains patients sont traités en étant couchés sur le ventre ou sur le dos, ou encore en devant maintenir les bras au-dessus de la tête, parfois entourés d’accessoires volumineux. Une collaboration est ainsi née avec des étudiants en ingénierie de l’ECAM (Haute Ecole Léonard De Vinci, voisine sur le campus de l’UCL). L’idée est de créer un support qui permettra de déplacer le projecteur dans différents axes. « Les conditions d’utilisation du prototype utilisé actuellement nous ont montré la nécessité d’un système modulable, solide et simple d’utilisation, afin de faciliter la tâche des technologues et infirmier(e)s en charge du positionnement du patient. » Ce support sera composé de deux parties : une partie statique, spécifique à chaque appareil de traitement, et une partie mobile permettant d’effectuer les réglages nécessaires en fonction du positionnement du patient. Cette partie mobile, qui doit permettre une orientation du projecteur suivant trois axes (hauteur, inclinaison et orientation gauche/droite), serait idéalement composée de pièces en matière plastique assemblées les unes aux autres et formant un tout réglable dans chaque axe suivant trois ou quatre positions définies. Ce projet novateur sera présenté lors du congrès de l’AFITER (Association Francophone des Infirmiers et Technologues Exerçant en Radiothérapie belge) le 21 novembre prochain. Infos sur www.afiter.be. Le soutien indispensable de la Fondation Saint-Luc C’est grâce à un financement de la Fondation Saint-Luc que ce projet pourra être finalisé. La bourse de la Fondation Saint-Luc octroyée à Catia Palhetinha Aguas, dosimétriste dans le Service de radiothérapie, permettra de « professionnaliser » le prototype actuellement utilisé : l’objectif est de concevoir et réaliser des supports adaptés aux différents traitements, ainsi que d’acquérir le matériel nécessaire pour équiper chaque poste de traitement d’un système complet, facilement utilisable par le personnel (médecins, infirmières, technologues). La Fondation Saint-Luc est la fondation « maison » des Cliniques universitaires Saint-Luc. Elle recourt au mécénat pour soutenir les projets de recherche et d’humanisation des soins proposés par les Professionnels de l’hôpital. Le déroulement d’un traitement par radiothérapie oncologique 1. L’équipe réalise une « simulation de traitement » dans un scanner dédié, qui permet de cibler la zone à irradier. Cette étape indispensable permet notamment de voir comment l’enfant réagit face à la vidéo et s’il peut rester immobile. C’est également durant cette phase que l’on réalise un masque personnalisé que le patient apposera durant tout son traitement. C’est sur ce masque que l’on dessinera des lignes indiquant l’endroit précis où les rayons doivent être réalisés. Le masque permet d’une part d’éviter de devoir dessiner des traits sur le visage ou le corps du patient, et d’autre part de repositionner le patient dans la position exacte qu’il devra adopter dans l’appareil. Les médecins et les physiciens analysent ensuite les images de la radio afin de déterminer le plan de traitement. 2. Le jour de son traitement par tomothérapie, le patient passe tout d’abord un scanner, moins pointu que le précédent, durant lequel les images des deux scans doivent se superposer parfaitement par rapport à un point zéro, afin d’avoir la certitude d’irradier le patient au bon endroit (phase dite de « matching »). Cette étape minutieuse exige déjà que le patient se tienne immobile. 3. Ensuite, la séance de traitement à proprement parler débute, pour une durée de 3 à 20 minutes. La position du patient est à nouveau vérifiée sur la table. L’ensemble de ces opérations successives peut prendre jusqu’à 25 minutes durant lesquelles il est impératif que le patient reste immobile. Cette demande répétée au patient de ne pas bouger, couplée à une certaine angoisse de se retrouver isolé dans un appareil de traitement, peuvent induire un stress que le patient ne peut pas toujours maîtriser. C’est pour cette raison qu’un anxiolytique est prescrit dans certains cas, voire une anesthésie générale pour les patients très jeunes. Ceci représente, pour un traitement « normal » de tomothérapie, une trentaine de séances et autant d’anesthésies ou de prise d’anxiolytiques. Source
  13. Ouvrir les huitres facilement

    Merci. Dommage qu'il n'y a pas une vidéo ou une photo. Bonne dégustation
  14. Merci à @serdam et @nino42 pour avoir remis le prix en jeu Si je gagne je met le Vu+4K aux enchères pour LaraVOD (vous ne connaissez pas? Allez voir dans Clubs) Bonne chance à tous. Mercredi 20 décembre 20h50 Monaco 4 - 2 Rennes Mercredi 20 décembre 20h50 Paris-SG 5 - 1 Caen Mercredi 20 décembre 20h50 Marseille 3 - 0 Troyes Mercredi 20 décembre 20h50 Toulouse 2 - 2 Lyon
  15. Shadow, le PC gamer dans le cloud, sera lancé à grande échelle dès le 29 novembre avec plus de puissance À l’occasion d’une conférence de presse qu’elle tenait hier dans son nouveau siège parisien, la start-up Blade a annoncé qu’elle allait ouvrir plus largement son service de PC gamer dans le cloud, Shadow, aux clients français dès le 29 novembre prochain. Blade a également indiqué qu’elle avait fait évoluer la puissance de son PC dématérialisé et qu’elle comptait se lancer à l’international dans les prochaines semaines. Si, officiellement, le PC gamer dans le Cloud Blade a été lancé à la fin de l’année dernière, ce lancement a été réalisé à une échelle relativement réduite. Seuls 5000 clients pouvaient en effet profiter de ce PC dématérialisé, que nous avons testé au début de l’année. Ces premiers clients ont toutefois permis à Blade de peaufiner son service et d’améliorer ses technologies. Et aujourd’hui, la start-up française est prête à se lancer à plus grande échelle. • Lire aussi : On a testé Shadow, un ordinateur dans le cloud pour remplacer sa tour de jeu De nouvelles cartes graphiques et un service plus facilement accessible aux petites connexions Blade a en effet annoncé hier qu’elle allait ouvrir son service au plus grand nombre. Dès le 29 novembre prochain, il sera en effet possible de souscrire à un abonnement Shadow. Pour l’occasion, Blade a décidé de revoir légèrement son offre, mais pas ses tarifs. Shadow va ainsi gagner en puissance et passer de cartes graphiques GeForce 1070, à « des cartes graphiques haut de gamme dédiées ». Shadow va désormais tourner avec des cartes graphiques professionnelles, des Nvidia Quadro P5000, dont la puissance est équivalente à des GeForce 1080. L’un des représentants de Nvidia nous a assuré que les drivers sont exactement les mêmes que pour les cartes graphiques grand public, ce qui ne devrait donc pas poser de problème pour faire tourner les jeux. Pour le reste, la configuration des PC dans le cloud sera basée sur un processeur Intel Xeon avec 8 threads dédiés, 12 Go de mémoire vive DDR4, mais toujours un espace de stockage réduit de 256 Go. C’est l’un des points faibles de l’offre actuellement, Blade en est bien conscient et travaille à l’améliorer dans les semaines à venir. Techniquement, il semble qu’améliorer le stockage pose de gros problèmes techniques et économiques. Quoi qu’il en soit, Blade communique sur le fait que son Shadow équivaut désormais en termes de caractéristiques techniques à un PC d’une valeur de 1600 euros. Enfin la dernière nouveauté technique majeure que Blade a développée pour le lancement de son Shadow est la gestion dynamique de la bande passante. Il s’agit d’une technologie qui permet au Shadow de s’adapter à la bande passante de l’utilisateur, même quand celle-ci est réduite parce qu’un proche utilise la bande passante pour regarder Netflix, par exemple. Sa principale utilité, toutefois, c’est qu’elle permet au Shadow d’être accessible avec une simple connexion ADSL, à partir de 15 Mb/s. Concrètement, la gestion dynamique de la bande passante va détecter lorsque la bande passante est plus faible et adapter la qualité de la vidéo streamée en conséquence. Le résultat est tout à fait probant, le jeu ne se coupe jamais, mais les textures deviennent un peu moins détaillées, sans pour autant afficher de vilains artefacts. Difficile toutefois de dire si Shadow fonctionnera tout de même correctement sur une petite connexion ADSL au fin fond de la Creuse. Des tarifs inchangés et une internationalisation ambitieuse La bonne nouvelle, c'est que les prix ne vont pas augmenter. Trois formules seront proposées le 29 novembre. La première, et la plus économique, nécessite de s’engager pour un an et permet d’accéder à Shadow contre 29,95 euros par mois. Une formule avec engagement de 3 mois est aussi proposée à 34,95 euros et enfin, pour ceux qui voudraient essayer sans s’engager, une formule sans engagement est proposée à 44,95 euros par mois. À noter toutefois que Shadow ne liera plus son boîtier aux abonnements pour accéder au PC dans le Cloud. Ce dernier pourra toujours être acheté (119,95 euros) ou loué (7,95 euros par mois), mais Blade considère désormais que ses clients pour Windows, Mac et Android sont suffisamment optimisés pour s’en passer. D’autant plus que leur interface a été revue et a enfin été unifiée. Dernier point, Blade a profité de cette conférence de presse pour annoncer son internationalisation. L’objectif affiché de la start-up française est ambitieux : attirer pas moins de 100 000 clients avant la fin de l’année prochaine. Les premiers servis seront les pays francophones européens, à savoir la Suisse et la Belgique, qui pourront avoir accès à Shadow, « dans les semaines suivant le 29 novembre ». L’Allemagne et le Royaume-Uni suivront puisque Shadow sera lancé sur ces territoires au début de l’année prochaine. Blade, enfin, a annoncé avoir ouvert des bureaux à San Francisco et se lancer bientôt sur la côte Ouest des États-Unis. Pour l’instant ses plans sont assez flous, mais il fait peu de doutes que Blade aura quelques annonces à faire lors du prochain CES, qui se tiendra au début du mois de janvier à Las Vegas, où elle sera présente. • Le site officiel de Shadow • Le PC gamer dans le cloud sera lancé le 20 avril 2018 Source
×