Aller au contenu

serdam

Animateurs
  • Compteur de contenus

    12 437
  • Inscription

  • Dernière visite

My Favorite Songs

Réputation sur la communauté

28 138 Excellent

À propos de serdam

  • Rang
    serdam
  • Date de naissance 10/03/1965

Profile Information

  • Pays
  • Ville
    VIC-FEZENSAC
  • Genre
    Homme
  • Centre d'Intérêts
    Larashare

Visiteurs récents du profil

7 712 visualisations du profil
  1. Le film du dimanche soir : “Vacances à Venise” de David Lean ou les affres de l’amour qui fait pas Spritz ! En filmant Venise avec sa caméra super 8 et en rêvant au grand amour, Jane, alias Katherine Hepburn, capture tous les clichés de la cité des Doges. Une chronique de la solitude doublée d’une savoureuse satire du puritanisme américain, à déguster ce 24 septembre sur Arte. Dix ans après Brève Rencontre (1945), David Lean se replonge dans une histoire au romantisme mélancolique. Jane (Katherine Hepburn ), Américaine plus toute jeune, débarque seule à Venise et fantasme sur la ville des amoureux. Mais quand elle rencontre un bel Italien, la romance ne se déroule pas vraiment comme elle l’avait rêvée. Comment filmer Venise sans tomber dans les clichés de cartes postales ? Un vrai casse-tête, même si le producteur de David Lean, Alexander Korda, le met à l’aise : « Pour l’amour de Dieu, n’ayez pas peur de montrer des sites célèbres, ce ne sont pas des clichés sans raison ! »(1) Alors, le réalisateur trouve une idée plutôt maligne : il filmera effectivement la place Saint-Marc, le Grand Canal, le Pont du Rialto… à travers la caméra super 8 qu’utilise Katharine Hepburn en bonne touriste venue immortaliser la cité des Doges. Se réfugiant derrière ce stratagème, David Lean peut faire ses plans clichés, mais légèrement décalés, comme un amateur. « J’ai suivi le conseil de mon producteur qui était excellent, dira-t-il, car on peut facilement se retrouver dans une ruelle sombre de Venise et se prendre, à tort, pour un artiste » ! Quand son héroïne s’extasie sur un pont, elle se fait éclabousser par un jet de détritus tombés d’une fenêtre. Ou bien c’est elle qui tombe dans le Canal quand elle veut prendre du recul pour filmer une belle façade. Et voila pour la belle image d’Epinal revue à l’aune du quotidien vénitien… Car Venise est filmée à hauteur de touriste, presque à la manière d’un reportage en immersion. Jane se perd dans les rues et la foule, assiste à des scènes triviales, mais ouvre aussi sa fenêtre sur une vue à couper le souffle et part en expédition sur l’île de Burano aux maisons colorées. Venise recto verso. David Lean décale aussi le thème du film : plus qu’une comédie romantique, Vacances à Veniseest une chronique de la solitude. « La solitude est une émotion plus répandue que l’amour, mais on en parle moins. On en a honte. On pense qu’elle révèle peut-être une faiblesse personnelle. » Quand on est seule à Venise, on l’est plus qu’ailleurs. Jane se morfond vite : encerclée par les amoureux, elle a du mal à apprécier le charme de la ville. Mais quand elle se met à imaginer une histoire d’amour avec un bel antiquaire, son imaginaire lui tend des pièges. Elle est prise dans ses contradictions car, fatalement, la réalité ne coïncide pas avec ses fantasmes... “Ma chère, si vous avez faim, mangez les raviolis ! ” Jane doit ainsi affronter la réalité : elle n’est plus très jeune et l’instant de plaisir que lui propose Renato ne se refuse pas ! Son Roméo est marié ? Mais à quoi rêvait-elle ? Au grand amour ? Elle est incapable de profiter de ce moment, si fugace soit-il, corsetée dans des conventions d’un autre monde. David Lean s’amuse à se moquer des Américains et de leur puritanisme. « Le sexe perturbe décidément beaucoup les Américains » se plaint l’antiquaire, agacé par les airs de vierge effarouchée de sa Jane. Les touristes trouvent la ville si romantique, les Vénitiens si lyriques… Mais sont-ils prêt à prendre le risque de vivre ce que la Sérénissime leur offre ? Tout l’humour british de David Lean tient dans cette réplique, à la fin du film, alors que Jane rejette son Renato (avant de succomber). Il lui explique sa philosophie gourmande : « Vous êtes comme une enfant affamée à qui on propose des raviolis et qui répond : “Je préfère le bifteck”. Ma chère, si vous avez faim, mangez les raviolis ! » La réplique fut censurée dans la version distribuée aux Etats-Unis… (1) Les citations sont issues du livre de Kevin Brownlow, David Lean. Une vie de cinéma. Ed. Corlet/CinémAction Cinémathèque Française, 2003. A voir Vacances à Venise, de David Lean (1955). Dimanche 24 septembre à 20h55 sur Arte.
  2. Pronostic OM Téfécé

    OM - TFC : Les compositions d'équipes officielles OM : TFC : Lafont - Amian Adou, Diop, Jullien, Moubandjé - Bodiger, Blin - Somalia, Trejo, Sylla - Braithwaite (c).
  3. Et si on se lançait dans le minicompost ? À quoi sert le ver composteur ? Proche cousin du lombric, le ver Eisenia est capable de réduire par 5 le volume de vos déchets de cuisine pour les transformer en engrais, en toute discrétion. Dans la nature, il vit sous les feuilles mortes. Adulte, il pèse entre 0,3 et 0,5 g, mesure de 7 à 9 cm de long et est capable d'ingurgiter son poids par jour en matières organiques ! - Que lui confier ? Tout déchet biodégradable d'origine végétale : épluchures de fruits et légumes, marc de café, thé, céréales, pain, pâtes, coquilles d'œuf... Évitez produits laitiers, viande, poisson et agrumes, trop acides. Comment démarrer ? Il vous faut un lombricomposteur (jardineries, magasins spécialisés et internet). Un bon bricoleur peut trouver, sur le web, des modèles à fabriquer soi-même. Puis il faut acheter des vers par correspondance (voir ci-contre) . Le composteur est constitué de bacs superposés. L'ensemble est étanche : les vers ne risquent pas de s'échapper ! Vous pouvez donc le placer dans un placard, un cellier ou autre lieu calme et tempéré entre 15 et 25 °C. - Mode d'emploi. Mettre d'abord les vers dans le compartiment supérieur sur une litière de papier journal humide et de terreau. Introduire les premiers déchets peu à peu pour amorcer le processus. Les couvrir de menus morceaux de papier journal, carton, filtres à café pour absorber l'excès d'eau. Ajouter régulièrement des coquilles d'œufs séchées et réduites en poudre pour diminuer l'acidité du milieu. Respecter cet équilibre évite toute formation d'odeurs. Comment récolter l'engrais ? Une fois le bac supérieur plein de matière décomposée, prenez-en un vide et placez-le par-dessus. Vous y déposerez les nouveaux déchets. Le fond des bacs étant perforé, les vers vont migrer vers le haut, attirés par les détritus frais. Plus tard, vous ferez de même avec le troisième bac. Comptez de 5 à 7 mois pour remplir 3 bacs et récupérer 6 à 8 litres de compost. Le compartiment inférieur est étanche et équipé d'un robinet qui permet de recueillir le jus qui s'écoule des déchets. Appelé "thé de compost", il est très concentré en éléments nutritifs. - Pour quel usage ? Diluer un volume de thé de compost dans 10 volumes d'eau, à utiliser une fois par mois comme engrais liquide pour vos plantes en pots. Mélanger le lombricompost à la terre de surface des jardinières, potagers... à raison de 250 g/m2, là où il faudrait 2 kg/m2 pour un compost classique.
  4. Manger mieux au juste prix : est-ce possible ? Les états généraux de l'alimentation, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, s'ouvrent jeudi 20 juillet 2017. Les nombreux acteurs de la filière alimentaire ont cinq mois pour mettre à plat les déséquilibres constatés depuis de nombreuses années. Objectif annoncé : mieux rémunérer les agricultures tout en proposant une nourriture saine et diversifiée aux consommateurs, à des prix raisonnables. Les agriculteurs en grande difficulté Un agriculteur sur deux a gagné moins de 350 € par mois en 2016... Cette situation dramatique démontre le profond déséquilibre de la répartition des richesses agricoles et les difficultés d'une juste rémunération des agriculteurs. Le président du syndicat des Jeunes Agriculteurs, Jérémy Decerle, exprime sa volonté de défendre les intérêts des jeunes qui s'installent ou reprennent les exploitations. "Les vocations ne manquent pas, ce sont les perspectives d'avenir qui sont floues. Les consommateurs sont de plus en plus exigeants et souhaitent une alimentation saine à moindre prix. Nous demandons que notre travail soit correctement rémunéré". La France a perdu la moitié de ses agriculteurs en 25 ans ! Avoir conscience du vrai prix des aliments Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, souhaite que les consommateurs prennent "conscience de la valeur des produits de qualité qui leur sont proposés par les agriculteurs français". La guerre des prix qui fait rage, notamment dans la grande distribution, a dévalorisé les produits. Les Français souhaitent mieux se nourrir. Les divers scandales alimentaires de ces dernières années ont rendu méfiant le consommateur. Les industriels sont également dans le collimateur. De fait, de nouvelles habitudes alimentaires sont apparues récemment pour contrer la malbouffe : explosion du bio, tendance végane, circuits courts, ventes directes à la ferme, ... Encore faut-il que ces nouvelles formes de distribution soient accessibles à tous. Ce n'est pas vraiment le cas aujourd'hui. Une étude du Credoc précise que de fortes disparités existent en fonction des catégories sociaux-professionnelles et de la situation géographique des consommateurs. Une loi pour harmoniser les prix ? La guerre des prix a affaibli l'ensemble de la filière alimentaire. Personne n'y trouve son compte : surtout pas les agriculteurs, premiers touchés par ce nivellement par le bas, ni les consommateurs qui ne s'y retrouvent plus et finalement, ni les distributeurs eux-même pris à leur propre jeu. La baisse des prix, donc des marges des distributeurs, représente - 4,3 % entre juin 2013 et juin 2017. Une révision de la loi de modernisation de l'économie de 2008 pourrait être enclenchée. Les reventes à perte et promotions devront être redéfinies, à la demande même des enseignes. Michel Édouard Leclerc, fervent défenseur des prix bas, revoit sa position en justifiant un repositionnement des prix qui correspondrait mieux au nouveau modèle alimentaire français.
  5. Marie Cochard raconte sa "vie sans frigot "Vivre sans frigo... encore une idée loufoque de bobo !" cette phrase, Marie Cochard l'entend à chaque fois qu'elle raconte son histoire... Celle d'une famille de 4 personnes qui, depuis plus d'un an, vit très bien sans réfrigérateur. Et non ce n'est pas une idée loufoque de bobo. Juste un choix, celui de consommer moins et surtout mieux comme elle l'explique dans son dernier livre "Notre aventure sans frigo ou presque" (éd. Eyrolles). Privilégier les circuits courts "Nous ne souhaitions plus consommer de produits transformés mais privilégier les produits frais, de saison et évidemment les circuits courts. Aujourd'hui, entre les AMAP, les cueillettes, etc., il existe tellement de possibilités pour se nourrir correctement et soutenir les petits producteurs." explique la jeune maman de deux enfants de 4 et 7 ans. Certes, Marie Cochard a changé son mode de vie mais comme avant, elle fait ses courses une seule fois par semaine "Plus jamais dans les grandes surfaces, les hypermarchés... Je privilégie la proximité et la qualité. Ce jour-là, j'achète de la viande ou du poisson que nous consommons le jour même." Investir dans un garde-manger Le temps perdu jadis dans les magasins, elle l'utilise pour conserver, cuisiner ses aliments. "Par habitude, nous mettons tout et n'importe quoi dans le frigo. Or, la plupart des produits bruts n'ont pas besoin d'être conservés dans le froid." insiste-t-elle. C'est pourquoi, la famille a remplacé le gros réfrigérateur par un garde-manger, à l'ancienne. Elle y place ses légumes, ses fruits, ses œufs. "Et oui, les œufs ne devraient pas prendre place dans la porte du frigo, comme souvent. D'ailleurs, avec l'humidité, ils deviennent poreux. Non les œufs se conservent à l'air libre, sans danger pour la santé." Chez Marie, les carottes et autres tubercules sont conservés dans du sable. Les pommes sont séparées par des bouchons de liège pour ne pas se gâter. Les oignons dorment dans des bas Nylon... La jeune femme lave ses légumes toujours "au dernier moment car la pellicule de terre qui les recouvre retarde leur maturation." Redécouvrir les secrets d'antan Pour vivre ainsi, l'auteur a passé des mois à chercher les meilleures façons de conserver les aliments, souvent tirées de traditions oubliées ou d'autres cultures. Autant de recettes, astuces et conseils qu'elle livre avec humour dans son ouvrage. "Les produits peuvent être conservés par le sucre, l'huile, le vinaigre ou le sel." rappelle celle qui a investi dans des bocaux en verre "pour conserver, par exemple, ses sauces tomate qu'elle cuisine lorsque c'est la saison des beaux fruits rouges !". Marie Cochard a découvert de véritables petites merveilles comme le beurrier breton ou beurrier à eau. Le beurre est entreposé dans un pot en céramique qui repose dans une soucoupe remplie d'eau. "Il suffit de changer l'eau froide matin et soir." confie-t-elle. Manger mieux et bon Marie Cochard ne fait pas l'apologie du "sans frigo", "A défaut de vous en passer complètement, vous pouvez opter pour un petit modèle et l'utiliser à meilleur escient." conseille-t-elle. Difficile en effet de conserver les produits laitiers, elle le reconnait : "Dans notre cas, nous ne mangeons plus de yaourts car un de mes enfants est intolérant au lactose. Nous privilégions les "laits" végétaux et mangeons du fromage." Guidée avant tout par un souci de bien-être et une volonté farouche de préserver les ressources de la planète, la journaliste et auteur entend aussi lutter contre le gaspillage alimentaire ! "On ne jette plus rien car je sais exactement les proportions que je dois acheter, on s'alimente mieux. Ca nous coûte moins cher, notamment car nous ne consommons que ce dont nous avons besoin et faisons beaucoup nous-mêmes. Nous avons retrouvé le goût des bonnes choses et sommes parfaitement en forme". Le pari était osé mais la famille ne regrette rien comme le raconte Marie, dans son livre passionnant qui fourmille de bonnes astuces.
  6. Recette de brochettes de pruneaux farcis en habit de magret fumé Ingrédients pour 4 personnes : 24 tranches de Magret Fumé, 24 pruneaux dénoyautés, 50 g de cerneaux de noix, 50 g de noisettes, 1 orange, 20 g de gingembre frais, 1 sachet de salade mesclun, sel et poivre concassé. 1 - Tailler l'orange à vif puis en 24 petits dés. 2 - Concasser les noix et les noisettes. 3 - Éplucher et tailler finement le gingembre. 4 - Ouvrir les pruneaux en portefeuille. 5 - Les farcir de dès de gingembre, de noix et de noisettes concassées. 6 - Terminer avec les dés d'orange. 7 - Refermer les pruneaux puis enrouler autour les tranches de Magret Fumé. 8 - Les piquer 2 par 2 sur des petites brochettes. 9 - Servir 3 brochettes par personne avec une petite salade de mesclun. Le saviez-vous ? En 1960, le chef André Daguin est le premier à proposer au menu de son restaurant cette belle viande rouge et maigre consommée dans le Sud-Ouest. Cette merveille provient des canards et des oies ayant donné leur Foie Gras. Le magret est né ! C'est aujourd'hui encore une des plats préférés des Français.
  7. Les secrets des centenaires du Japon En 2016, le pays nippon comptait 65692 centenaires. Parmi eux, 20% vivent de façon autonome. On s'interroge : Quelle vie ont-ils eue, quelle est la qualité de leur sommeil, qu'aiment-ils, que détestent-ils et surtout que mangent-ils ? En passant en revue leurs habitudes, aussi nombreuses que variées, deux points communs sont susceptibles d'entrer dans une petite routine occidentale. Clef n°1 : frugalité et protéines animales dans l'alimentation Quels sont les bénéfices de la cuisine japonaise ? Elle est beaucoup moins chargée en lipides que celles des autres pays (mais elle est trop chargée en sel, cause de l'épidémie d'hypertension nippone). Ce n'est pourtant qu'après-guerre que l'espérance de vie des Japonais a fait un bond : sous l'influence occidentale, ils ont introduit la viande dans une alimentation essentiellement composée de poissons (frais et séchés), légumes, riz vinaigré, algues, lait de soja... Mais attention : en petite quantité et coupée dans des parties nobles, tel le filet de boeuf. Autres règles, ils mangent trois fois par jour, plutôt frugalement, évitent les desserts sucrés et terminent leur repas sur une petite faim. Si certains accompagnent leur dîner d'un verre de vin, c'est le thé vert qui s'impose comme boisson bienfaitrice. Et à juste titre : elle contient de la catéchine (fameux polyphénols que nous préférons dans le vin rouge) censée prévenir le vieillissement et bon nombre de maladies. En outre le thé vert réduit l'index glycémique - lié à l'obésité et au diabète- et régularise la pression artérielle. Clef n°2 : l'exercice physique tous les jours Là encore, pas de surprise. Depuis l'enfance, les Japonais pratiquent « la callisthénie de la radio ». Ce sont des cours de gymnastique diffusés à la radio (le premier cours a été diffusé en 1928) et à la télévision à heure fixe chaque matin à partir de 6h30. La séance propose trois mouvements de gymnastiques à pratiquer assis ou debout. Cette petite routine a contribué à préserver la souplesse des articulations de plusieurs générations de Japonais. Et elle persiste...Autre gym, les exercices d'entrainement cérébral (célèbre professeur Kawashima !) sont une autre spécificité nippone. Pas question de laisser le cerveau s'amollir entre deux exercices de pleine conscience hérités, eux, de dispositions bouddhistes...
  8. Pronostic OM Téfécé

    CLASSE : Les supporters de l'OM vont honorer Bernard Tapie, gravement malade Alors que l'Olympique de Marseille va recevoir Toulouse ce dimanche soir, les supporters phocéens ont décidé de marquer le coup en préparant de nombreuses banderoles en soutien à Bernard Tapie, malade d'un cancer de l'estomac. Une superbe initiative ! Sous sa présidence, l'Olympique de Marseille a vécu ses heures les plus glorieuses, avec notamment la victoire finale en Ligue des Champions... mais aussi une terrible descente aux enfers suite à un scandale de match truqué. Pourtant, sur la Canebière, Bernard Tapie restera une légende. Et alors que nous venons d'apprendre qu'il était gravement malade d'un cancer de l'estomac, l'ancien patron de La Provence pourra se réjouir ce dimanche soir de l'attitude des supporters olympiens. En effet, comme le révèle RMC, les différents groupes de fans ont décidé de préparer de nombreuses banderoles pour afficher un soutien indéfectible à leur "boss", son surnom dans le Sud, lors de la réception de Toulouse à l'Orange Vélodrome dimanche soir. Une superbe initiative qui donnera forcément de la joie à Bernard Tapie, à défaut de lui donner de la force. Pourtant, ce nouveau geste plein de classe montre bien que les supporters marseillais n'ont pas la mémoire courte et qu'ils ne cesseront jamais de se montrer reconnaissants envers les légendes qui ont fait l'Histoire du club.
  9. Potatoes comme chez Ronald Ah ! Les potatoes !! Ma grande les choisi toujours quand elle va chez qui vous savez ! Elle les adore ! Et à la maison, Monsieur Pralin ce qu’il adore c’est de manger comme chez Ronald, mais meilleur que chez Ronald et sans aller chez Ronald !! Alors de temps en temps le hamburger se fait maison ! Quand j’ai le temps je fais le pain, quand je l’ai moins, j’achète les petits pains à hamburger (je n’aime pas les gros ! Je trouve ça trop gros pour les enfants et pour moi et de toute façon Monsieur en mange deux, alors mieux vaut 2 petits !!). J’achète de la viande hachée et je l’agrémente comme bon me semble selon l’inspiration. Je cisèle un peu d’oignon, ajoute du parmesan râpé, un peu de jambon cru …enfin vous voyez quoi, une feuille de salade, une rondelle de tomate, du fromage au choix, un mélange de ketchup bio et de moutarde pour la sauce, des cornichons et vous avez un super hamburger maison qui ravira monsieur et enfants et vous fera passer pour la reine du fast food ! Mais aujourd’hui, je vous présente les potatoes, et là c’est juste trop facile à faire et miam, même sans le hamburger ça le fait super bien ! Quoi ? -3 ou 4 grosses pommes de terre -1 Cc de cumin en poudre -1Cc de gingembre en poudre -1,5 Cs de farine -2 Cs d’huile -fleur de sel -un peu de piment d’Espelette selon les goûts Comment ? Peler, couper et bien laver les pommes de terre à l’eau bien froide. Les égoutter et bien les éponger puis les mettre dans un saladier ou une boite. Mettre avec le cumin, le gingembre, le piment d’Espelette et l’huile. Bien mélanger ou comme moi faite sauter le saladier pour que les p-d-t s’enrobent bien de l’ensemble des épices. Mettre la farine dans une passette à thé par exemple et parsemer sur les pommes de terre. Bien enrober les pommes de terre à nouveau. Dans le fond du plat de cuisson qui doit être assez grand pour bien étaler les p-d-t, mettre une feuille de papier sulfurisé ou huiler le fond du plat avec un peu d’huile et un pinceau. Verser et étaler bien les pommes de terre et enfourner à 200° pour 30 minutes. A la sortie du four, parsemer de fleur de sel et déguster !
  10. Flatulences : attention aux féculents Lorsqu’ils sont consommés en quantité raisonnable, les féculents sont essentiels à la santé. Riches en glucides complexes, ils apportent en effet à l’organisme l’énergie dont il a besoin pour rester en forme au quotidien. Toutefois, ils présentent l’inconvénient majeur de provoquer des flatulences. La raison est simple : une fois ingurgités, ils fermentent dans l’estomac et y libèrent des gaz. Conséquences ? On souffre de ballonnements, de flatulences et de maux de ventre. Le secret pour limiter l’aérophagie ? Restreindre sa consommation de féculents ! La variété de féculents à éviter est relativement importante. En tête de liste, on retrouve bien sûr certains légumes comme la pomme de terre, certaines céréales (blé, maïs, orge, avoine, seigle, millet, riz…) ou encore certaines légumineuses (pois chiches et pois secs, haricots secs, lentilles, graines de soja…). Outre ces précautions alimentaires, il est tout aussi fondamental d'adopter une hygiène de vie saine et équilibrée. La pratique quotidienne d'une activité sportive permet, par exemple, de limiter notablement l'aérophagie.
  11. Mal de gorge : quel miel faut-il choisir ? Les miels polyfloraux sont les miels constitués à partir de différentes plantes. C’est ce type de miel qu’il est le plus facile de se procurer. Déterminer avec exactitude les propriétés d’un miel polyfloral est presque impossible. Néanmoins, tous se révèlent intéressants pour lutter contre le mal de gorge. Attention toutefois à ne pas prendre des miels ayant été chauffés. Par ailleurs, retenez que plus la couleur du miel est foncée, plus il sera efficace contre le mal de gorge. Contre le mal de gorge : le miel d’eucalyptus Pour lutter contre le mal de gorge, tous les miels se révèlent efficaces. Néanmoins, vous pouvez espérer obtenir de meilleurs résultats avec les miels d’eucalyptus ou de sapin. En effet, outre le fait que ces miels ont un goût agréable souvent apprécié, ils sont recommandés pour soulager les affections respiratoires telles que la toux, les bronchites et donc les maux de gorge. Cela est dû aux propriétés désinfectantes, antibactériennes et antiseptiques de ce produit de la ruche. Lavande et manuka : miels contre les maux de gorge Le miel de lavande est également particulièrement recommandé en cas de maux de gorge. Lui aussi possède des propriétés antiseptiques tout à fait intéressantes. Par ailleurs, le miel de manuka est certainement le plus efficace de tous en cas de maux de gorge. Toutefois, il est plus difficile de s'en procurer et, surtout, il est très cher.
  12. 5 coupe-faim interdits en France Le Mediator (dont le principe actif est le benfluorex) est sans doute le coupe-faim qui a fait le plus parler de lui ces dernières années à cause du procès qui lui fut consacré. Ce coupe-faim a provoqué la mort de plus de 500 personnes et presque 4 000 autres ont dû être hospitalisées à cause de ses effets néfastes sur le cœur et sur l’hyper artérielle . Le Mediator est interdit en France depuis 2009. 2. Coupe-faim interdit en France : la dexfenfluramine La dexfenfluramine est un coupe-faim faisant partie de la famille des amphétamines. Celui-ci fut délivré dans les années 1980 aux personnes désireuses de perdre du poids. Entraînant de graves problèmes cardiaques, celui-ci est interdit en France en 1997. 3. Coupe-faim interdit en France : la phénylpropanolamine Initialement utilisée comme décongestionnant nasal, la phénylpropanolamine fut détournée pour ses effets coupe-faim. Provoquant des troubles cardiovasculaires, il est interdit en France depuis 2001. 4. Coupe-faim interdit en France : l'Acomplia Comme le Mediator, l'Acomplia (dont le principe actif est le rimonabant) était prescrit aux personnes souffrant de diabète à cause de leur obésité. Ce coupe-faim a provoqué des effets secondaires importants sur de nombreux patients dont de la dépression et de l'anxiété. L'Acomplia est interdit en France depuis 2008. 5. Coupe-faim interdit en France : le Sibutral Le Sibutral est un médicament à base de sibutramine utilisé en France depuis 2001 contre l'obésité nutritionnelle. Néanmoins, ses effets secondaires sont très dangereux, car il entraîne des insomnies, des palpitations, de l'hypertension artérielle et augmente le risque de maladies cardiovasculaires. En Europe, 2 personnes sont décédées après son utilisation, c'est pourquoi il est interdit en France depuis 2010.
×