Aller au contenu

mk78

V.I.P
  • Compteur de contenus

    2 927
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par mk78

  1. Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 20 avril 2018 : Google Chrome 66, Windows Defender pour Chrome, Grasshopper, Brew Town... 1. Google Chrome 66 Google a dévoilé cette semaine la version 66 de son navigateur web Chrome. Corrigeant une soixantaine de bogues et autres instabilités, Chrome 66 vient mettre un terme aux onglets bruyants. Le navigateur déploie en effet une nouvelle fonctionnalité permettant de bloquer les vidéos en lecture automatique. Toutes les vidéos ne sont pas logées à la même enseigne puisque le navigateur ne bloque que les vidéos ayant le son actif. Autre nouveauté inaugurée par Google Chrome 66, la possibilité d’exporter les mots de passe enregistrés dans le gestionnaire du navigateur. Chrome est capable de générer un tableur au format CSV dans lequel sont consignés tous vos identifiants et mots de passe en clair. Attention donc à stocker ce fichier en lieu sûr afin qu’il ne tombe pas entre toutes les mains. Pour le reste, des améliorations ont été réalisées côté sécurité, le navigateur rejetant désormais les certificats de sécurité émis par Symantec et Norton avant le 1er juin 2016. Télécharger Google Chrome 66 – 32 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Google Chrome 66 – 64 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Google Chrome 66 pour Mac (Gratuit) Télécharger Google Chrome 66 pour Linux (Gratuit) Télécharger Google Chrome 66 pour Android (Gratuit) Télécharger Google Chrome 66 pour iPhone (Gratuit) 2. Windows Defender Browser Protection Microsoft décline son outil de protection antivirus sous la forme d'une extension pour Google Chrome. Windows Defender Browser Protection propose d’assurer la sécurité de votre navigation web en bloquant automatiquement les sites malveillants et les tentatives de phishing. Windows Defender Browser Protection analyse en temps réel les liens des sites que vous visitez et, en fonction des liens présents dans la liste noire de Windows Defender, les bloque automatiquement s'ils représentent une menace. A la place s’affiche alors une page rouge et un message d’alerte informant de la dangerosité du site pour la sécurité de votre machine. Télécharger Windows Defender pour Google Chrome (Gratuit) 3. Grasshopper S’adressant à tous les publics, Grasshopper est une application mobile proposant d’apprendre les rudiments du code, et plus précisément du javascript. Développée par Area120, un laboratoire expérimental dans lequel des développeurs de Google peuvent soumettre des applications expérimentales, Grasshopper propose des sessions d’exercices de 5 minutes autour desquelles vous travaillez sur une thématique précise que vous mettez ensuite en pratique. Grasshopper vulgarise à l’extrême le code et fournit des explications simples et claires permettant d’en comprendre le principe, mais aussi et surtout le fonctionnement. A l’aide d’exemples concrets, l’application fait la démonstration du fonctionnement des lignes de code. A vous ensuite d'appliquer ce que vous venez d'apprendre pour réaliser l'exercice demandé. Grasshopper permet ensuite de tester son code afin de vérifier que l’action recherchée est correcte. Télécharger Grasshopper pour Android (Gratuit) Télécharger Grasshopper pour iPhone (Gratuit) 4. Glary Utilities Glary Utilities, l’utilitaire de nettoyage et d’optimisation pour Windows de GlarySoft profite cette semaine d’une mise à jour. Passé en version 5.96, le programme voit son module de nettoyage de disque optimisé et sa fonction de suppression des traces améliorée. Ainsi, l’utilitaire sait désormais nettoyer les fichiers inutiles et supprimer les traces laissées pour deux nouveaux programmes : CyberLink PowerDirector 16 et CyberLink AudioDirector 8. Cette mise à jour a également été l’occasion pour les développeurs de travailler sur les performances du module des Propriétés du système intégré au programme, désormais 30% plus précis dans la collecte d’informations sur votre matériel et vos logiciels. Télécharger Glary Utilities pour Windows (Gratuit) 5. tagEZ Organiser sa photothèque relève souvent de la corvée : il faut exporter ses photos, les trier, et les classer dans des dossiers correctement nommés si vous voulez vous y retrouver facilement. tagEZ vous libère de ce fardeau en réalisant toutes les tâches de classement et d’organisation à votre place. Pour ce faire, il suffit d’indiquer à l'application le répertoire source contenant vos photos, et le répertoire de destination dans lequel vous souhaitez que vos clichés soient réorganisés. Pour aller encore plus loin et conserver votre photothèque organisée, tagEZ est capable d’interagir avec vous par email. Le programme peut vous envoyer un échantillon de photos stockées dans un répertoire de votre PC et attendre que vous lui indiquiez directement par email, le nom de l'événement dont il s’agit. tagEZ utilise alors les informations que vous lui avez transmises pour éditer le nom du dossier contenant les images. Enfin, le programme met à disposition une fonction de sauvegarde qui, lorsqu’elle est paramétrée, est capable de lancer une ou deux fois par jour, une sauvegarde de votre bibliothèque photo. Là encore, il suffit d’indiquer le dossier source, et le disque de destination sur lequel la sauvegarde sera réalisée. 6. Google Play Store (apk) Votre smartphone Android n’est pas à jour ? Le Google Play Store probablement pas lui non plus. Pour profiter des dernières nouveautés de la boutique d’applications de Google, vous pouvez réaliser sa mise à jour manuellement en téléchargeant directement le fichier d’installation au format APK. Une fois enregistré sur votre smartphone, lancez simplement le fichier et validez l’installation pour profiter des dernières fonctions de l'application. Télécharger Google Play Store (apk) pour Android (Gratuit) 7. Hedgewars S’inscrivant dans la lignée de Worms, Hedgewars est un jeu de stratégie au tour par tour bourré d’humour dans lequel vous devez utiliser l’artillerie lourde pour dégommer l’équipe adverse. Déplacez-vous sur le champ de bataille et trouvez le meilleur endroit pour attaquer l’ennemi. Hedgewars propose de jouer à plusieurs aussi bien localement qu’en ligne si vous possédez un compte dédié. Le jeu vient de subir une mise à jour qui apporte des miniguns, et a permis aux développeurs de retravailler sur les missions d’entrainement ainsi que sur les thèmes. Télécharger Hedgewars pour Windows (Gratuit) Télécharger Hedgewars pour Mac (Gratuit) Télécharger Hedgewars pour Linux (Gratuit) 8. The Path Rush Faisant autant appel à votre agilité qu’à vos réflexes, The Path Rush risque de vous donner quelques sueurs froides. Votre mission consiste à prendre le contrôle d’un bloc que vous devez diriger avec précision à travers un labyrinthe en 3D. Grâce à un système de contrôle ultra simple – il suffit de toucher l’écran d’un doigt pour faire tourner ou sauter le bloc – The Path Rush devrait vous laisser suffisamment de concentration pour arriver au bout de chacun des 150 niveaux que compte le jeu. A chaque intersection du labyrinthe, votre bloc doit tourner. Il faudra donc de très bons réflexes et un peu de doigté pour diriger le cube au moment opportun, sans compter que ce dernier se déplace sans jamais s’arrêter. Pour corser le tout, vous devrez également éviter les obstacles qui peuvent se dresser sur votre route. Là encore, il faudra réaliser un saut au bon moment pour continuer votre difficile course, sans quoi vous irez faire connaissance avec le fond du précipice. Télécharger The Path Rush pour iPhone (Gratuit) 9. Brew Town Vous aimez la bière ? Préparez-vous à vous reconvertir dans le métier de brasseur avec Brew Town, un jeu de simulation vous propulsant à la tête d’une brasserie dans la ville de la bière. Sélectionnez les meilleurs ingrédients, choisissez votre houblon et lancez votre première tournée de bière. Pour attirer le chaland, Brew Town vous invite à développer plusieurs variétés de bière. Mais brasser ce délicat breuvage n’est pas l’unique talent dont vous aurez besoin pour développer votre petite entreprise. Il vous faudra également créer le design de vos bouteilles pour rentre votre boisson plus attractive. A l’aide des recettes de vos ventes, vous pourrez améliorer vos bâtiments et vos équipements pour éradiquer l’épidémie de soif qui règne en ville. Télécharger Brew Town pour Android (Gratuit) Télécharger Brew Town pour iPhone (Gratuit) 10. Dynamite Headdy Classic SEGA dévoile cette semaine Dynamite Headdy Classic, l’adaptation mobile de son jeu vidéo sorti sur console en 1994. S’inscrivant dans la collection SEGA Forever, Dynamite Headdy Classic vous propose de plonger dans le monde du théâtre. Vous incarnez Dynamite Headdy, la star du Treasure Theater Show et vous devez par tous les moyens empêcher Dark Demon et son sbire de conquérir le monde. Pour démarrer votre bataille, Dynamite Headdy devra s’emparer des bonus qui lui permettront d’obtenir d’incroyables pouvoirs. Vous pourrez ainsi voler, tirer des lasers avec vos narines ou encore être invincible, un attirail qui devrait être suffisant pour sauver la planète. Pour franchir les obstacles et vous déplacer, vous pourrez compter sur la tête de Dynamite Headdy. Montée sur ressorts, elle est interchangeable et vous permettra de vous accrocher aux objets et parois qui vous entourent. Mais la partie ne sera gagnée qu’après avoir mis à genoux les 28 boss répartis sur les dizaines de niveaux que compte le jeu. Télécharger Dynamite Headdy Classic pour Android (apk) (Gratuit) Télécharger Dynamite Headdy Classic pour iPhone (Gratuit)
  2. Google révèle une faille qui met à mal la sécurité de Windows 10 S Le système d’exploitation n’est pas à l’abri des failles de sécurité, malgré ses nombreuses restrictions. Au courant du problème, Microsoft tarde pourtant à corriger celle détectée par le projet Zero de Google. Les chercheurs du projet Zero de Google ont encore frappé ! Ils ont révélé une faille de sécurité dans Windows 10 S qui est présenté par Microsoft comme étant son OS le plus sécurisé. Microsoft a été prévenu par Google le 19 janvier mais désirait publier un correctif dans le cadre de la prochaine mise à jour majeure de Windows 10. Hélas, la Spring Creators Update (Redstone 4) n’est toujours pas disponible et Google ne donne que 90 jours aux éditeurs pour corriger une faille avant de la divulguer publiquement sur son site. Malgré les demandes de Microsoft d’étendre ce délai, Google vient de publier le détail de la faille sur son site. L’OS pourrait exécuter des programmes non approuvés Cette faille concerne la fonction Device Guard de Windows 10 S, qui utilise un système de contrôle d’intégrité baptisé UMCI (User Mode Code Integrity). Ce contrôle garantit que tous les éléments exécutés en mode utilisateur dans Windows (service ou application) sont approuvés par Microsoft. Or la faille permet d’exécuter un programme qui n’a pas été approuvé, ce qui pourrait conduire à un piratage potentiel de l’ordinateur, à condition que le hacker puisse y accéder physiquement. Microsoft n’a pour l’instant pas réagi à la publication et on ne sait pas si l’éditeur va persister à attendre la prochaine mise à jour de Windows 10, ou s’il va publier un correctif rapidement. Rappelons que Windows 10 S devrait disparaître en temps qu'OS indépendant prochainement pour céder la place à un mode de fonctionnement spécifique de Windows 10, baptisé S Mode. Source : Neowin
  3. Piratage : bientôt une liste noire de sites de streaming illégaux ? Le gouvernement envisage de bloquer les sites de piratage au travers d’une liste « contraignante et actualisée » qui serait diffusée auprès des fournisseurs d’accès, des moteurs de recherche et des annonceurs. Face au fléau du piratage, la ministre de la Culture Françoise Nyssen réfléchit à établir une liste noire des sites de streaming illégaux, qui serait régulièrement actualisée et permettrait de faire disparaître ces adresses en bloquant leur accès ou en supprimant leur référencement. Il faut « agir sur les sites », a affirmé la ministre devant des journalistes, envisageant « une liste noire contraignante et actualisée en permanence pour (les) faire disparaître ». L'idée serait d'identifier les sites de streaming illégaux, de façon à les signaler aux moteurs de recherche, aux fournisseurs d'accès et aux annonceurs pour qu'ils soient bloqués, retirés ou que leur référencement soit supprimé. Cette mission pourrait être confiée à la Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), créée fin 2009 et connue jusqu'ici pour les avertissements qu'elle adresse aux internautes qui s’adonnent au piratage en peer-to-peer. « La réponse Hadopi n'est plus adaptée car le piratage se fait aujourd'hui à 80% par le streaming », a indiqué mercredi la ministre. Question juridique En effet, le streaming met le piratage à la portée de tous. Pas de logiciel à installer, pas de fichiers torrents à télécharger ou partager, il suffit de cliquer pour visionner une vidéo en ligne. Mardi, plusieurs organisations représentant le cinéma indépendant ont reproché au gouvernement son manque d'engagement dans la lutte contre le piratage - qui représente un manque à gagner de 1,3 milliard d'euros en France - et annoncé le boycott d'une réception au ministère mercredi soir. Si une telle liste se met en place, on peut se demander quel sera son contexte juridique. A ce jour, le blocage d’un site de streaming nécessite une décision de justice, ce qui semble incompatible avec un tel traitement massif et perpétuellement mis à jour. Sur le dossier de la chronologie des médias, dans l'impasse depuis quatre ans, la ministre compte également « reprendre la main » avec l'ambition d'avancer courant mai, a-t-elle annoncé. « On va reprendre les préconisations du médiateur, on repart de ce scénario », a-t-elle dit, à propos de ce système qui encadre les délais de diffusion des films en salle, à la télévision puis sur les plateformes de vidéo en ligne. Il est en grande partie jugé obsolète avec l'essor du piratage et des plateformes de SVOD comme celle du géant Netflix. Malgré la nomination à l'automne de Dominique d'Hinnin, patron d'Eutelsat et ancien dirigeant du groupe Lagardère, comme médiateur, les discussions sont bloquées.
  4. CCleaner : comment des pirates ont réussi à infecter 2 millions d’utilisateurs Les hackers ont utilisé TeamViewer, un logiciel de maintenance à distance, pour prendre pied dans le réseau de l’éditeur Piriform. Ils sont restés planqués pendant des mois avant de véroler les mises à jour de CCleaner. L’affaire avait fait grand bruit. En septembre 2017, l’éditeur de CCleaner, Piriform, annonçait que certaines versions de son célèbre logiciel utilitaire étaient vérolées. Des pirates avaient réussi à introduire dans l’exécutable une backdoor avant même sa diffusion par les serveurs de mise à jour. Au total, 2,27 millions d’utilisateurs ont été infectés par ce malware dont le but était d’analyser le contexte de l’ordinateur et, le cas échéant, d’installer un « downloader », c’est-à-dire un malware dont le but est d’installer d’autres malwares. Le downloader n’a finalement été installé que sur une quarantaine de machines, au sein d’entreprises high-tech. Preuve qu’il s’agissait d’une opération très ciblée. Depuis, les chercheurs en sécurité d’Avast – qui a racheté Piriform en 2017 – ont mené leur enquête et ont découvert comment les pirates avaient procédé. On sait désormais que ces derniers ont pris pied dans le réseau interne de Piriform le 11 mars 2017 à cinq heures du matin, en se connectant sur une station de travail d’un développeur via le logiciel TeamViewer. Très utilisé dans le domaine high-tech, celui-ci permet de prendre le contrôle à distance d’une machine à des fins de maintenance. Dans le cas présent, les pirates ont manifestement obtenu les codes d’accès TeamViewer par un autre moyen, car ils n’ont eu besoin que d’un essai pour se loguer. Ils ont pris pied dans un « serveur de build » Cette station de travail a été utilisée comme tremplin pour infecter trois autres ordinateurs dans le réseau. Les pirates ont opté pour cela pour un outil de piratage qui était déjà apparu dans le radar de Kaspersky en août 2017, à savoir ShadowPad. Il s’agit d’une plateforme d’espionnage modulaire qui intègre des fonctions telles que la collecte de frappes de clavier ou le vol de mots de passe. Les pirates ont réussi plus particulièrement à pirater un « serveur de build » utilisé pour créer les exécutables CCleaner. Les logs de ShadowPad montrent par ailleurs que les malfaiteurs sont parvenus à collecter des identifiants pour Visual Studio, la plateforme de développement de Microsoft. Ils avaient donc tout ce qu’il fallait pour injecter leur malware dans CCleaner. Bizarrement, ils ont quand même attendu cinq mois avant de passer à l’action. Avast ne sait pas si le downloader qui a infecté les 40 machines a réellement téléchargé un troisième malware (après la backdoor de CCleaner et du ownloader). L’éditeur pense néanmoins que si tel était le cas, il s’agissait probablement de ShadowPad. Deux autres échantillons de ce malware ont été trouvé en Corée du sud et en Russie, où sa présence remonte jusqu’en 2014. D’après certains éléments trouvés dans le code des différents malwares utilisés, l’organisation qui se cache derrière toute cette action serait Axiom alias APT 17, un groupe de pirates d’origine chinoise dont la spécialité est l’espionnage industrielle. Source: Avast
  5. Fin de course pour Opera VPN sur iOS et Android Alors que le VPN d'Opera va être suspendu, l’éditeur propose aux utilisateurs de migrer vers l’offre de sa filiale SurfEasy, sur laquelle s’appuyait ce service. Au passage, il offre d’importantes réductions. Cela peut être un bon plan. Olaf, le turbulent Viking, va pouvoir ranger son casque à cornes. Opera a décidé de débrancher définitivement son VPN pour iOS et Android à compter du 30 avril. C’est dommage car ce service, lancé en 2016 et dont Olaf était la mascotte, disposait d’une formule gratuite plutôt performante, facile d’usage, avec bloqueur de pubs et – surtout – sans limite au niveau du volume de données échangées. Dans son communiqué, l’éditeur ne donne aucune raison précise pour cette mise en bière précipitée. Il est probable que l’entreprise préfère désormais faire payer ses utilisateurs, ce qui est somme toute compréhensible. Une promo à 80 % Bon prince, Opera leur fait quand même une offre spéciale. Les utilisateurs de la version gratuite sont invités à migrer vers l’offre SurfEasy Total VPN tout en bénéficiant d’une réduction de 80 % sur le tarif normal (4,99 dollars par mois). Les utilisateurs de l’offre payante Opera Gold, quant à eux, pourront migrer vers l’offre SurfEasy Ultra VPN (11,99 dollars par mois) et profiter d’emblée d’un an d’abonnement gratuit. Au niveau de la qualité de service, cela ne devrait rien changer car Opera VPN tourne en réalité sur les serveurs de SurfEasy, un fournisseur canadien qu’Opera a racheté en mars 2015. Les utilisateurs qui sont tentés par cette proposition sont invités à contacter le support technique d’Opera VPN pour déclencher la migration. Ceux qui veulent continuer à ne rien dépenser pourront toujours se tourner vers l’offre gratuite de SurfEasy. Toutefois, celle-ci n’intègre pas de bloqueur de pubs et se limite à 500 Mo/mois.
  6. Windows 10 : une nouvelle version de la Spring Creators Update en test pour les Insiders Microsoft annonce le déploiement d'une nouvelle version Build de Windows 10 mais n'indique toujours pas quand sera officiellement lancée la Spring Creators Update. Une mouture de la Spring Creators Update à nouveau en test. Microsoft annonce avoir mis à la disposition des Insiders (ceux du Fast Ring uniquement) la Preview Build 17134. Elle vient ainsi remplacer la problématique 17133, qui pouvait occasionner des crashs importants de PC. Une version qui, à la base, devait être la mouture RTM (Release To Manufacturer) de la Spring Creators Update et devait donc initier le lancement massif de celle-ci peu de temps après. Selon Microsoft, les problèmes sont résolus Microsoft a publié un communiqué au sein duquel il explique qu'aucune nouvelle fonctionnalité n'a été ajoutée entre la 17133 et la 17134. Elle intègre toutefois plusieurs correctifs dont celui qui contrecarre le bug à l'origine des Blue Screens of Death (BSOD) à répétition sur quelques machines. Le géant explique aussi qu'il a été plus simple pour lui de constituer une nouvelle Build plutôt que de redéployer des mises à jour cumulatives à tour de bras pour résoudre les problèmes. Toujours pas de date de lancement Le déploiement de cette nouvelle version de test n'est toutefois pas une si bonne nouvelle que cela. Il va falloir attendre que les Insiders la testent et fassent leurs rapports à Microsoft, ce qui risque bien de repousser le lancement officiel de la Spring Creators Update (version 1803 pour les intimes) de plusieurs semaines. Mais, au moins, les plus optimistes argueront que les choses avancent à Redmond ! Reste que, selon le retard, il faudra peut-être songer à rebaptiser cette mise à jour majeure « Summer Creators Update » ? Sources : Microsoft, Neowin
  7. Selon les Etats-Unis et le Royaume-Uni, la Russie infecte les réseaux du monde entier Voilà qui risque de détériorer un peu plus les relations entre trois des principales puissances économiques mondiales. Une campagne de cyberattaques de grande ampleur serait menée depuis la Russie dans le monde entier d'après les autorités américaines et britanniques. Hier soir, lundi 16 avril, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont émis une alerte conjointe concernant une "cyberactivité malveillante" de l'Etat russe visant leurs administrations et les infrastructures. Selon le communiqué établi conjointement par le National Cyber Security Center britannique, le FBI et le Ministère de la Sécurité intérieure américaine, les cibles de cette cyber-activité sont multiples. Seraient touchés au niveau mondial les infrastructures réseaux (les routeurs et les pare-feux matériels) des gouvernements, des organisations du secteur privé, de fournisseurs de solutions de sécurité et, enfin, les fournisseurs d'accès à internet. La santé fragile des réseaux du monde entier En prenant le contrôle de tous ces matériels, les pirates russes pourraient donc "espionner, soutirer des éléments de la propriété intellectuelle, conserver un accès permanent aux réseaux de la victime et poser potentiellement les fondations d'opérations agressives futures", explique le Ministère américain de la Sécurité intérieure. Par exemple, les auteurs d'une attaque pourraient à distance neutraliser une centrale de production d'électricité ou l'endommager dans son fonctionnement. Selon les autorités américaines, ces efforts de piratages s'inscrivent dans la suite d'un vaste ensemble d'opérations hostiles déclenchées par des agences russes de renseignement civil et militaire. Le communiqué met en garde aussi bien les fournisseurs d'accès que les utilisateurs, et cite des organisations du recherche sur la cybersécurité ainsi que d'autres gouvernements à l'appui de ces informations, sans toutefois donner de détails sur la date ou l'ampleur de ces actions malveillantes. "L'état actuel des réseaux américain et britannique, associé à une campagne du gouvernement russe pour exploiter ces réseaux, menace notre sécurité et notre santé économique", affirme le communiqué. Dans la continuité de la cyber-offensive russe de 2016 Ces actions qui se sont accélérées depuis deux ans avaient notamment permis aux Russes de s'infiltrer dans le système informatique du parti démocrate de Hillary Clinton et d'y subtiliser des milliers d'emails qui, rendus publics durant la campagne électorale de 2016, avaient affaibli la candidate. Les experts fédéraux avaient décrit ces cyberattaques dans un rapport baptisé "Grizzly Steppe". La publication du communiqué survient dans un climat tendu entre ces deux pays et la Russie. Washington et Londres (ainsi que Paris) ont procédé à des frappes contre le régime syrien, allié de Moscou, et Londres accuse Moscou d'avoir empoisonné sur son territoire début mars un ex-espion russe, Sergueï Skripal, et sa fille.
  8. Microsoft annonce un nouvel OS… basé sur Linux ! Le géant du logiciel vient de dévoiler un nouveau système d’exploitation dédié aux objets connectés. Mais ce n’est pas un Windows : il aura pour coeur... un noyau Linux. Une première en 43 ans d'existence. Méconnaissable Microsoft ! En 2001, Steve Ballmer traitait Linux de « cancer ». En 2018, la firme de Redmond lance un nouvel OS… basé sur le fameux noyau libre. A l’occasion de la conférence RSA, qui se tient jusqu’au 20 avril à San Francisco, Microsoft a dévoilé Azure Sphere, une solution complète pour objets connectés. Et espère demain en faire la plate-forme de référence pour des millions de produits animés par un microcontrôleur (MCU), ces puces de faible puissance qui animent routeurs, frigos connectés, jouets intelligents, ampoules, engins industriels... et on en passe. Azure Sphere a pour ambition de répondre à l’épineux problème qui plombe l’internet des objets : la sécurité. Difficiles, voir impossibles à mettre à jour, d’innombrables objets connectés sont de vraies passoires. La solution de Microsoft ? Proposer des MCU « certifiés » Azure Sphere, sécurisés et connectés aux service cloud de Microsoft. Mais pour faire tourner ces minuscules puces, exit Windows 10. Bienvenue à Azure Sphere OS, un système d’exploitation sécurisé, basé sur Linux et « complété par des technologies que nous avons conçues pour Windows » a indiqué Brad Smith, président de Microsoft, lors de la conférence, dans des propos rapportés par Paul Thurott. « C'est la première fois en 43 ans d’existence que nous annonçons que nous allons distribuer un noyau Linux customisé. C’est une étape importante pour nous et pour l’industrie » a-t-il poursuivi. Premiers produits dès la fin 2018 Microsoft compte voir les premiers produits Azure Sphere dès la fin de l’année. Et a annoncé que la première puce répondant à ces nouvelles spécifications, signée Mediatek, allait entrer en production de masse. Azure Sphere OS est un nouvel épisode marquant de cette récente love story entre Microsoft et le bébé de Linus Torvalds. Depuis l’arrivée de Satya Nadella aux manettes, Redmond a en effet complètement changé son fusil d’épaule : son service Azure fait déjà tourner d’innombrables VM Linux, Ubuntu est disponible sur le Microsoft Store, et Bash est disponible sous Windows. Une situation d’autant plus cocasse que Microsoft a parallèlement choisi d’en finir avec sa division Windows et de débarquer son patron Terry Myerson il y a quelques semaines.
  9. Attaques réseaux : la France également ciblée de manière «très inquiétante» Selon l’ANSSI, des infrastructures françaises sensibles sont pénétrées par « des attaquants de haut niveau » dont le but est probablement de préparer des conflits futurs. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni viennent de sonner l’alerte sur une campagne mondiale de cyberattaques qui visent les équipements réseaux et qui seraient menées par la Russie : des routeurs, des commutateurs, des points d’accès, aussi bien dans de grandes organisations que des PME/PMI. La France n’est, semble-t-il, pas épargnée par ce type de phénomène. « On le voit depuis plusieurs années, on commence à voir de plus en plus de cas et on est très inquiet à cause de ça », a expliqué Guillaume Poupard, directeur de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Contrairement aux agences anglo-saxonnes, l’ANSSI ne se risque pas à attribuer ces attaques à un acteur en particulier, mais préfère se concentrer sur les modes opératoires. « C’est très compliqué de savoir qui est derrière une attaque informatique et il y aura toujours un doute. Sans compter le risque de se faire manipuler par des acteurs qui veulent créer des conflits », souligne Guillaume Poupard. 01net.com - GK - Guillaume Poupard, directeur de l'ANSSI, et Claire Landais, secrétaire générale de la défense et de la sécurité nationale, le 17 avril 2018 Pour autant, l’agence française estime que les pirates qui réalisent ces actions sont « des attaquants de haut niveau ». Ils s’introduisent dans les équipements réseaux sans que l’on sache vraiment pourquoi. « Ils prennent pied dans des réseaux sensibles, voire très sensibles. Ils cartographient ces réseaux, cherchent à comprendre comment ça marche et développent leurs outils. Mais on ne sait pas pour quel motif. Peut-être s’agit-il d’opérations de renseignement ou de sabotage. Mais plus probablement, on est face à des acteurs qui préparent des conflits futurs », poursuit Guillaume Poupard. Les Etats-Unis ont donné l’exemple En d’autres termes, ces acteurs pénètreraient dans les réseaux pour développer une capacité de nuisance ou de destruction qu’ils pourraient actionner dans le futur, pour accompagner un conflit armé par exemple. L’idée est loin d’être saugrenue. C’est même devenu une doctrine dans beaucoup d’Etats-majors, à commencer par celui… des Etats-Unis. En 2016, le documentaire « Zero Days » d’Alex Gibney avait révélé que le gouvernement Obama avait mis en œuvre un plan baptisé Nitro Zeus dont le but était de pénétrer un grand nombre d’infrastructures critiques iraniennes. En cas de conflit majeur sur la question du programme nucléaire de l’Iran, ces accès clandestins américains auraient pu permettre de lancer des attaques disruptives en support d’opérations militaires classiques. Le but : amplifier le chaos chez l’ennemi. Ayant donné l’exemple, les Etats-Unis et ses alliés se retrouvent maintenant dans la position inverse, celle de la cible. Ce qui n’est pas de bon augure et présage une nouvelle guerre froide version cyber.
  10. Ces chercheurs d'Orange traquent les pirates les plus dangereux de la planète Basé à La Défense, le « Laboratoire d’Epidémiologie et de Signal Intelligence » de l’opérateur historique piste les pirates pour le compte de leurs clients. Nous avons pu les rencontrer, voici leurs méthodes. Pour le grand public, Orange est surtout connu pour ses offres d’accès Internet fixe et mobile. Mais l’opérateur télécoms dispose également d’une entité plus discrète dont la mission est de traquer et affronter les groupes de pirates les plus sophistiqués de la planète, pour le compte des entreprises. Baptisé Orange Cyberdefense, cette division organise la protection de ses clients depuis les hauteurs de La Défense, dans un bâtiment de 6800 m2. Celui-ci a été inauguré fin 2017 et regroupe des centaines d’experts en cybersécurité répartis dans une série de centres d’alertes et de réaction aux attaques (CERT), de centres d’opération en sécurité (SOC). Des ingénieurs qui travaillent sur le terrain et surveillent les réseaux 24h/24 et 7j/7. Orange - Le nouveau bâtiment de la division Cyberdefense Mais le département le plus surprenant de cette petite cyberarmée, c'est certainement le « Laboratoire d’Epidémiologie et de Signal Intelligence » (LESI), une entité à l’avant-garde de cette lutte contre les pirates et que 01net.com a pu visiter. Sa mission : identifier les traces numériques que les différents groupes de pirates ont l’habitude de laisser pendant leurs intrusions. Dans le jargon de la sécurité informatique, on appelle cela les « indicateurs de compromission et de surveillance ». Grâce à eux, les experts en sécurité sur le terrain vont pouvoir détecter la présence des cybercriminels et, surtout, remonter à la source de l’infection. C’est ce qu’on appelle le « patient zéro », la première machine que l’attaquant a piratée, sa porte d’entrée dans l’organisation ciblée. Si on ne la connait pas, il sera difficile de rétablir un environnement parfaitement sain. « Nous fournissons nos indicateurs techniques aux ingénieurs qui vont les corréler avec les logs et trafics réseau de leur client. Si des correspondances sont avérées, c’est qu’il a probablement une attaque », nous explique Marc Blanchard, profiler et cyber-stratégiste au sein du LESI. GK - Marc Blanchard, profiler et cyber-stratégiste chez Orange Cyberdefense Les fruits des recherches de ce laboratoire sont diffusés plusieurs fois par semaine sous forme de bulletins appelés « Pulse ». Ils contiennent toutes sortes d’informations : des empreintes cryptographiques de fichiers malveillants, des signatures de malware, des adresses IP de serveurs de commande et contrôle (C&C), des chaînes des caractères, des appels de fonctions, des clés de chiffrement, etc. Bref, tout ce qui peut être lié aux outils et aux modes opératoires utilisés par les pirates. Ces données sont ensuite confrontées avec celles remontées par les différents équipements informatiques et réseaux : les pare-feux, les proxies, les sondes de détection, les serveurs, les routeurs, les commutateurs, etc. Plus les indicateurs fournis seront précis et « profilés », plus performante sera la détection car la corrélation avec les logs et le trafic réseau générera moins de faux positifs. Pour les ingénieurs du SOC, cela veut dire moins de temps perdu dans des vérifications inutiles. Quand une organisation se trouve tout d’un coup victime d’une cyberattaque, c’est d’une importance capitale car chaque minute compte. Des « incubateurs » pour analyser les échantillons Mais comment trouve-t-on ces indicateurs ? En décortiquant les attaques et en révélant leurs spécificités. Pour cela, les têtes chercheuses du LESI ont plusieurs outils à disposition, à commencer par les « incubateurs », des environnements d’exécution qui permettent de savoir précisément ce que fait un échantillon de malware sans que ce dernier ne se rende compte qu’il est observé. « La machine doit être la plus réaliste possible, avec un compte de messagerie, un accès Internet, des fichiers, etc. Mais nous n’utilisons pas de machines virtuelles, car les attaquants que nous ciblons sont très sophistiqués et peuvent les détecter », nous précise un collègue de Marc Blanchard. GK - Rack de serveurs pour "incuber" des malwares GK - Un serveur de commande et contrôle détecté lors d'une analyse de malware Grâce à un tel système, le chercheur pourra intercepter les communications externes et identifier les serveurs C&C du pirate. Grâce à un logiciel appelé « plésioscope », il pourra aussi se focaliser sur la fréquence et l’ampleur des communications d'un malware. Par ailleurs, il pourra ausculter en temps réel l’exécution du code compilé du logiciel malveillant. Celui-ci peut également être analysé de manière fonctionnelle. Certains logiciels permettent même de visualiser tous les modules d'un malware sous forme 3D. GK - Analyse du code compilé GK - Analyse de code fonctionnelle en 3D GK - Le "plésioscope" permet d'analyser la fréquence et l'ampleur des communications du malware Pour analyser les équipements sans-fil, le LESI s’appuie sur un autre type d’incubateur, composé d’une cage de Faraday dans laquelle est installée une borne d’accès Wi-Fi. Celle-ci permet, par exemple, d’intercepter toutes les connexions d’un smartphone sans que celui-ci ne puisse se connecter de manière intempestive avec une antenne 4G environnante. Parfois, les chercheurs intègrent également un petit haut-parleur qui va simuler les bruits typiques d’une réunion, pour provoquer l’activation d’un éventuel logiciel espion. « Au niveau des expérimentations, on ne s’interdit rien. Ce qui compte, c’est d’avoir la bonne idée au bon moment », soulignent-ils. GK - Incubateur pour équipements sans fil Pour trouver des indicateurs pertinents, les chercheurs n’hésitent pas non à se rendre sur les forums du Darknet pour y glaner des informations. « Ce qu’on y trouve est intéressant, notamment pour se renseigner sur les tendances cybercriminelles », nous expliquent-ils. La collaboration avec d’autres équipes est également très importante, au sein du groupe Orange mais aussi en dehors. Dans un esprit de travail d’équipe.
  11. Piratage : Telegram, le nouvel eldorado des contenus illégaux L’application de messagerie chiffrée est devenue un refuge pour les pirates car elle conjugue grandes capacités de stockage et préservation de l'anonymat. Brocardée pour avoir été utilisée par des terroristes, censurée par des états autoritaires comme la Russie (voir encadré), la messagerie chiffrée Telegram suscite désormais l’ire des ayants droits. Car elle est devenue une véritable plaque tournante de contenus illégaux, selon le site new-yorkais The Outline qui a mené l’enquête. Lancée par le très médiatique dissident Pavel Durov en 2013, l’application compte aujourd’hui plus de 200 millions d’utilisateurs basés pour la plupart en Russie, en Inde, au Brésil et aux États-Unis. Et les internautes ne s’y rendent pas que pour discuter. Ils peuvent aussi accéder à des films, des applications ou de la musique piratés. De nombreux canaux ne servent même qu’à cela. Contrairement à ce qui se passe sur les services de Facebook, la permissivité a longtemps été totale sur Telegram, permettant à ces groupes de prospérer et de compter plusieurs centaines de milliers d’internautes. Tancée par l’industrie musicale, la messagerie s’est mise récemment à exclure certains de ces groupes mais n’a toujours pas reconnu l’ampleur du phénomène. Films, musique et applications en accès libre et gratuit 01net.com - Le film Annihilation sur Telegram. Accéder à un film récent est une opération très simple comme nous en avons fait l’expérience. Il suffit de se rendre dans la barre de recherche globale, de taper par exemple “Annihilation” et on se retrouve dans un canal de discussion avec un lien pour télécharger la dernière production Netflix. Pas besoin de montrer patte blanche ou d’être adoubé par quelqu’un pour rejoindre le canal, le lien est en accès libre pour tous. Pas besoin non plus de se connecter ailleurs sur des serveurs : le contenu est hébergé dans le cloud même de Telegram, comme n’importe quelle photo ou vidéo personnelle. Si vous tapez Spotify, vous aurez à votre disposition deux ou trois canaux présentant illégalement l’offre de la plateforme. Et il est aussi possible de récupérer des identifiants volés pour se connecter à des services comme CBS ou HBO. 01net.com - Le catalogue de Spotify sur Telegram. Il est risqué pour l'utilisateur de cliquer sur les liens Si l'utilisation est on ne peut plus simple, le risque est grand d’un point de vue sécurité informatique. Car rien ne vous garantit que le lien correspond bien au contenu que vous vouliez et que vous n’allez pas récupérer un malware en cliquant dessus. Le site Outline a demandé à une douzaine d'administrateurs de ce type de canaux quel était leur intérêt d’utiliser Telegram. Et la même réponse est revenue à chaque fois : l’application permet de protéger de façon satisfaisante leur anonymat, à la fois vis-à-vis de l’extérieur et des participants aux canaux. Il est ainsi facile de masquer son numéro de téléphone contrairement à WhatsApp. D'autres ont aussi déclaré qu'ils apprécient la quantité de stockage gratuit. Si Telegram fixe une limite de 1,5 Go à la taille des fichiers, il n'y en a pas sur leur nombre. Cela a permis à certaines chaînes de partager des centaines de gigaoctets de contenu. Sur d'autres plateformes, ils devraient payer pour cela. Comme les fournisseurs de services Internet, les moteurs de recherche et les autorités locales font la chasse aux sites de Bittorrent, il est devenu plus facile de faire circuler des contenus illégaux sur Telegram où se trouve de surcroît un large public. Mais rien ne dit que la messagerie ne se mette pas un jour à faire la chasse aux contenus piratés sous la pression des ayant-droits. Telegram bloqué en Russie Un tribunal de Moscou a ordonné ce vendredi le blocage de la messagerie Telegram en Russie, pour avoir refusé de fournir aux services spéciaux FSB les clés permettant de lire les messages des utilisateurs. Le 20 mars, Roskomnadzor (Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l'information et des médias de masse) avait donné 15 jours à Telegram pour fournir ses clés de chiffrement. La messagerie avait alors expliqué que les exigences des autorités étaient inapplicables, la messagerie n’ayant pas elle-même accès directement à ces clefs. Cela faisait plusieurs mois que le bras de fer durait avec le pouvoir russe qui ne cesse de réprimer davantage la liberté d'expression sur les réseaux sociaux et dans la presse. Le fondateur et PDG de Telegram, Pavel Dourov, a toutefois indiqué que les utilisateurs pouvaient continuer à se servir de la messagerie avec un VPN. Avec AFP
  12. Sega va lancer une Megadrive Mini pour fêter les 30 ans de sa console star Après les succès des NES Classic Mini et SNES Classic Mini de Nintendo, Sega devenu simple éditeur de logiciel après l’échec de la Dreamcast, va relancer une version Mini de sa Megadrive dans le courant de l’année 2018. Après les résurrections des NES et Super NES par Nintendo, voilà que son ennemi de l’époque Sega se prend lui aussi au jeu du revival en annonçant hier, le 13 avril 2018, lors de la conférence japonaise SEGA FES 2018, qu’une Megadrive Mini est en préparation pour 2018. Une année qui n’est pas choisie au hasard puisque la célèbre Genesis, connue sous le nom de Megadrive dans nos contrées, fêtera ses trente ans. Aucun détail technique n’a filtré quant au hardware de la console, mais selon la présentation réalisée sur scène, elle aurait les mêmes dimensions que ses consœurs de chez Nintendo et ne fonctionnerait donc qu’avec des jeux pré-intégrés (avant de se faire hacker, cela va sans dire). 「メガドライブ」誕生30周年記念! 『メガドライブ ミニ』(仮称)2018年発売決定! https://t.co/HWj6NFL96y — セガ公式アカウント (@SEGA_OFFICIAL) 14 avril 2018 La comparaison avec les consoles de Nintendo, dont l’émulation est impeccable, rajoute une double pression à Sega pour sa petite console. Double ? Oui : outre égaler son rival, Sega doit aussi faire oublier les différentes versions plus ou moins douteuses de clones de Megadrive qui ont fleuri ces dernières années. Faire revivre le mythe et... redorer le blason A l’issue de l’échec de sa dernière console, la Dreamcast, Sega a laissé à d’autres le soin de commercialiser des appareils portant son nom sous licence. La dernière en date est justement une Megadrive, plus précisément la « Sega Megadrive Genesis Flashback HD » (c’est long). Hybride entre vraie console et version « mini », cet appareil conçu et commercialisé par ATgames peut à la fois exécuter les cartouches originales de la Megadrive ou bien lancer les jeux stockés dans sa mémoire interne. Disponible depuis le début de l’année 2018, cette console n’a pas reçu de très bonnes critiques, que ce soit à cause du manque d’intérêt d'une partie des jeux intégrés ou de la qualité d’émulation tellement médiocre que certains jeux ne passent tout simplement pas. Et ce n’est pas la première fois qu’une console sous licence Sega conçue et vendue par un tiers se fait critiquer : de la Game Gear à la Master System, de nombreux clones ont déçu plusieurs générations de gamers. Le défi pour Sega avec cette Megadrive Mini officielle sera de proposer une qualité d’émulation aussi bonne que Nintendo qui, grâce au travail de son bureau parisien du N.E.R.D., a réussi à proposer une qualité de jeu sans failles – nonobstant les câbles trop courts de la NES Classic Mini. On attend de pied ferme cette Megadrive Mini qui, on l’espère, redorera un peu le blason hardware de Sega. Et si le succès est au rendez-vous, on pourra peut-être rêver d'une Dreamcast Mini !
  13. Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 13 avril 2018 : ADWCleaner, Handbrake, Le Roi du Parcours, Spiral... 1. ADWCleaner Efficace contre les adwares, barres d’outils et autres programmes indésirables, l’utilitaire de nettoyage et de désinfection ADWCleaner profite cette semaine d’une mise à jour. Ce rafraichissement, estampillé 7.1.0.0 inaugure une toute nouvelle interface supportant désormais parfaitement les écrans en haute définition tandis qu’une section d’aide a également été ajoutée pour permettre aux utilisateurs d’accéder facilement à l’assistance. Pour le reste, ADWCleaner 7.1.0.0 inaugure le support pour les extensions Chrome et profite de nombreuses améliorations en ce qui concerne l’analyse et le nettoyage des différents navigateurs web. Enfin, le programme affiche désormais un résumé du scan au redémarrage de la machine et bénéficie de nombreuses optimisations lui permettant d’opérer plus rapidement. Télécharger ADWCleaner pour Windows (Gratuit) 2. Handbrake Handbrake est un puissant convertisseur vidéo open source capable d’encoder vos vidéos dans tous les formats possibles. S’il est possible de paramétrer manuellement toutes vos préférences d’encodage, les utilisateurs peu avertis peuvent profiter des réglages prédéfinis qui permettant à Handbrake d’encoder des vidéos en fonction des appareils sur lesquels elles seront lues. L’utilitaire vient de subir une mise à jour majeure qui inaugure de nombreuses nouveautés mais permet également de corriger les bogues de la précédente mouture. Au programme de cette version 1.1.0, Handbrake voit son interface remodelée. L’organisation générale de la fenêtre principale a été revue tandis que les réglages prédéfinis sont désormais accessibles directement depuis la fenêtre de travail. Cette mise à jour a d’ailleurs été l’occasion d’ajouter de nouveaux réglages prédéfinis pour Vimeo et YouTube, d’intégrer une configuration d’encodage en 2160p/4K pour l’Apple TV, Chromecast, Fire TV et Roky, ainsi que des réglages 2160p/4K pour le conteneur MKV. A noter que les utilisateurs utilisant un processeur Kaby Lake ou plus récent peuvent maintenant profiter de l’encodage H.265/HEVC 10-bit. Télécharger Handbrake pour Windows (Gratuit) Télécharger Handbrake pour Mac (Gratuit) Télécharger Handbrake pour Linux (Gratuit) 3. WinFile Microsoft vient de publier cette semaine le code source de WinFile, son gestionnaire de fichier sorti à l’origine pour Windows 3.0 au début des années 90. Mis à jour et adapté pour être fonctionnel sur les versions les plus récentes de Windows, WinFile peut désormais se substituer au gestionnaire de fichier native de votre machine. Cette résurrection de WinFile a toutefois nécessité quelques modifications pour adapter le gestionnaire de fichiers de Window 3.0 aux besoins actuels. L’utilitaire supporte désormais le glisser-déposer, bénéficie du menu contextuel dans les deux panneaux d’affichage, sait afficher les sous-répertoires et permet d’accéder rapidement à un élément en saisissant les premiers mots d’un chemin d’accès, seul le lecteur principal C : étant indexé par le gestionnaire de fichiers. Télécharger WinFile pour Windows (Gratuit) 4. Instagram Instagram vient de dévoiler Focus, une nouvelle fonctionnalité permettant de réaliser facilement des portraits. Disponible à côté du « Superzoom » à l’ouverture de la caméra, Focus détecte automatiquement le visage du ou des protagonistes de la photo et se charge d’appliquer un effet de flou en arrière-plan, permettant ainsi d’accentuer la mise en avant des sujets sur l’image. L’effet Focus peut être visualisé en direct, l’application l’exécutant en temps réel au moment de la capture. Les images capturées avec Focus peuvent ensuite être complétée par l’ajout de filtres, stickers et texte avant d’être envoyées à vos abonnés via Instagram Direct ou d’être ajoutées à votre story. L’option est disponible pour les iPhone SE, 6S, 7, 7 Plus, 8, 8 Plus et X ainsi que sur les smartphones Android sortis depuis 2015. Télécharger Instagram pour Android (Gratuit) Télécharger Instagram pour iPhone (Gratuit) 5. Krita Logiciel open source, Krita est un outil de peinture numérique permettant aux plus créatifs de s’adonner au concept art, aux créatifs spécialisés en texture ou en matte painting, ou encore aux illustrateurs. Offrant une interface intuitive qu’il est possible de moduler en fonction de ses besoins, Krita intègre un outil de stabilisation permettant d’avoir des coups de pinceau régulier même si vous êtes sujet aux tremblements dans les travaux de précision. Krita intègre une palette grâce à laquelle vous pouvez choisir rapidement vos couleurs et vos brosses en un clic de souris. L’utilitaire permet de personnaliser vos brosses et de les sauvegarder pour une utilisation ultérieure et intègre des outils capables de dupliquer facilement vos images, une fonction particulièrement pratique si vous travaillez sur des textures. La mise à jour corrective 4.0.1 vient essentiellement corriger les bogues et instabilités de la précédente version de Krita, notamment un problème qui pouvait compromettre les travaux réalisés sur des fichiers stockés dans des dossiers synchronisés sur Dropbox ou Google Drive. Télécharger Krita 32 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Krita 64 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Krita 32 bits Portable pour Windows (Gratuit) Télécharger Krita 64 bits Portable pour Windows (Gratuit) Télécharger Krita pour Mac (Gratuit) Télécharger Krita pour Linux (Gratuit) 6. Franz Franz est un client de messagerie supportant une multitude de services. Grâce à lui, vous pouvez regrouper au sein d’une fenêtre unique tous vos comptes de messagerie, les gérer, et communiquer avec vos contacts depuis la même fenêtre, quel que soit le service utilisé. Franz support les messageries les plus populaires comme Slack, WhatsApp, WeChat, Facebook Messenger, Telegram, Google Hangouts, ou encore Skype. Point important, Franz autorise la connexion à plusieurs comptes différents pour un même service, pratique par exemple, si vous possédez deux comptes Facebook. Toujours en version bêta, la dernière mise à jour de Franz ajoute un bouton permettant d’activer ou de désactiver l’accélération matérielle, en plus de corriger les bogues de la précédente build. Télécharger Franz 32 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Franz 64 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Franz pour Mac (Gratuit) Télécharger Franz 32 bits pour Linux (Gratuit) Télécharger Franz 64 bits pour Linux (Gratuit) 7. Le Roi du Parcours Si l’arrivée des beaux jours vous donne envie d’aller parcourir un 18 trous, Le Roi du Parcours vous permettra de prolonger le plaisir grâce à une simulation de golf ultra réaliste. Proposé par Electronic Arts, Le Roi du Parcours vous propose de tester votre plus beau swing à l’aide d’un système de contrôle adapté aux interfaces tactiles mais qui n’enlève pas le plaisir de taper dans la balle. Pour terminer chaque trou en un minimum de coup, vous devrez doser efficacement la puissance du coup, et donner suffisamment d’effet à votre balle pour qu’elle atterrisse au plus près du drapeau. Le Roi du Parcours vous propose de prendre part à une multitude de défis rapides, mais aussi de jouer sur des parcours authentiques du PGA Tour. Affrontez vos amis pour déterminer le meilleur golfeur d’entre vous et profitez de conseils de professionnels reconnus comme Bubba Watson, Ian Poulter, Jason Dufner ou encore Keaagan Bradley pour peaufiner votre swing. Télécharger Le Roi du Parcours pour Android (Gratuit) Télécharger Le Roi du Parcours pour iPhone (Gratuit) 8. Spiral Spiral est un jeu d’adresse qui risque de vous faire tourner la tête. Son but ? tester votre capacité à contrôler une balle dévalant une rampe à vive allure en tâchant d’éviter les obstacles qui vous font face. Les premières parties se jouent à tâtons, tant la rotation de la rampe semble déconcertante : on ne sait jamais vraiment quand déclencher le bond de la balle pour lui permettre de franchir la première haie, la rampe pivotant telle une spirale. Après quelques minutes d’adaptation, le cerveau comprend à quel moment déclencher le saut pour que la balle continue de dévaler cette interminable rampe. Spiral va littéralement vous retourner la tête, jusqu’à ce que vous acquériez les bons réflexes. Sautez au-dessus des obstacles sans jamais les heurter et récupérer au passage les gemmes grâce auxquelles vous pourrez ensuite débloquer de nouvelles balles, mais aussi de nouvelles tours. Télécharger Spiral pour Android (Gratuit) Télécharger Spiral pour iPhone (Gratuit) 9. Dead Rivals Jeu d’action multijoueur, Dead Rivals vous propose d’incarner un survivant à une apocalypse zombie devant explorer son environnement pour se constituer un arsenal digne de ce nom et bâtir un refuge suffisamment sécurisé pour assurer votre avenir. Partez explorer les terres désolées dans un monde ouvert gigantesque et mettez en pièces tous les ennemis que vous croiserez pour récupérer des armes et les ressources indispensables à votre survie. Personnalisez votre héros, choisissez ses compétences, et partez faire de la récup’ pour tenter de fabriquer des armes. Dead Rivals ne vous laissera aucun répit. C’est en parcourant la carte et en explorant votre univers que vous arriverez à connaitre les différentes factions qui peuplent les différentes zones. Trouvez-vous des alliés, échappez-vous des zones infestées et repoussez les attaques surprises pour augmenter vos compétences et votre expérience qui vous permettront de surmonter cette apocalypse. Télécharger Dead Rivals pour Android (Gratuit) Télécharger Dead Rivals pour iPhone (Gratuit) 10. Fishing Strike Aiguisez votre hameçon et sortez votre leurre préféré pour aller taquiner le gardon dans Fishing Strike, un jeu de simulation de pêche réaliste qui vous propose de faire le tour du monde pour dénicher les meilleurs coins de pêche. Montez dans votre bateau et mettez en route votre radar pour vous placer au meilleur endroit avant de lancer votre ligne à l’eau. Avec plus de 500 espèces de poissons répertoriées, Fishing Strike vous promet autant d’action que de suspense. Dès que vous avez une touche, moulinez et ferrez votre poisson pour tenter de le sortir de l’eau : fatiguez-le, prenez garde à la tension de votre ligne pour ne pas perdre votre prise et sortez le poisson de l’eau pour l’ajouter à votre aquarium ou le vendre et ainsi accumuler de l’argent et des récompenses avec lesquels vous pourrez améliorer votre équipement. Chaque point de pêche propose des poissons différents. Remplissez les objectifs de capture et passez au point de pêche suivant à bord de votre bateau de plaisance. Télécharger Fishing Strike pour Android (Gratuit) Télécharger Fishing Strike pour iPhone (Gratuit)
  14. Internet ne va pas bien et c’est Mozilla qui le dit Censure, harcèlement, vulnérabilité des objets intelligents, consommation énergétique en hausse, la fondation Mozilla pointe dans un rapport les principaux maux qui menacent la santé d’Internet. "Comment ça va sur la Terre ?”" écrivait Jean Tardieu dans son poème Conversations. Une phrase que l’on serait tenté de reprendre à l’adresse d’Internet, alors que la fondation Mozilla publie son rapport "Le bulletin de santé d’Internet". A première vue, la situation ne va pas si mal et s’améliore même sur de nombreux plans, comme la couverture numérique mondiale ou le chiffrement des communications. Mais dans le détail, il y a beaucoup à redire et certains phénomènes tels que la censure ou le harcèlement en ligne s'aggravent même. Il ne s’agit pas d’une grande enquête mais d’une compilation d’études à laquelle de nombreux acteurs ont participé : membres de la communauté Mozilla, chercheurs, activistes des droits numériques. Une sorte de prototype de ce rapport avait déjà été réalisé l’année dernière mais cette édition signe le premier véritable numéro officiel. Des inégalités suivant le lieu et le sexe Sur le volet de l’inclusion numérique, la couverture numérique s’améliore au point que près de la moitié de la population mondiale est aujourd’hui connectée. Mais cela masque de grandes disparités : en Afrique, seuls 20% des habitants ont accès à Internet, malgré l’adoption ultra rapide des téléphones portables. A cette inégalité géographique, s’ajoute celle du sexe : exception faite des Etats-Unis, les femmes sont moins nombreuses en ligne que les hommes. Et la tendance s’est accentuée en Afrique depuis 2013. Concernant le coût d’un accès Internet, il y a du mieux. Le prix des données mobiles diminue mais reste beaucoup trop élevé dans les pays les moins avancés. "L’accès à Internet est considéré comme abordable lorsque 1 Go de données mobiles haut débit revient à un prix égal ou inférieur à 2 % du revenu national brut mensuel (RNB) par habitant", rappelle Mozilla. Si l’objectif est atteint en Europe et en Amérique du Nord, en Afrique, "les gens déboursent en moyenne 17 % de leur revenu mensuel moyen pour la même quantité de données, et souvent pour des connexions considérablement plus lentes." La majeure partie des Internautes en proie à la censure Soulagement du côté du chiffrement avec l’adoption croissante du protocole HTTPS, à laquelle Mozilla a contribué. Toutefois, certains pays autoritaires comme la Chine sont amenés à dégrader ce protocole à des fins de surveillance. Dans ces mêmes Etats, la censure des réseaux sociaux et des messageries est à l’oeuvre. WhatsApp a été l’application la plus souvent bloquée ou restreinte entre juin 2016 et mai 2017. Facebook, Twitter, Skype, YouTube, VKontakte et WeChat figuraient également parmi les services les plus ciblés dans 26 pays différents. La Russie, le Brésil, l'Egypte, la Turquie, l'Iran ou encore l’Inde font partie de ces territoires où les populations ne peuvent pas accéder à Internet librement. Pour les en empêcher, les méthodes vont de l’interruption technique à la censure en passant par la désinformation. Au final "les deux tiers des internautes vivent dans des pays où la censure d’Internet et des médias est monnaie courante", apprend-on avec stupéfaction. Autre fléau, le harcèlement en ligne est en augmentation. Mais il a conduit des plateformes comme Twitter et Facebook a changer leurs règles et à adopter des mesures de vigilance au cours de l’année 2017. Des effets positifs devraient donc se faire sentir. Attention cependant : la tentation est forte d’avoir recours à des intelligences artificielles pour automatiser les procédures et cela peut conduire à des erreurs, réduisant parfois au silence des activistes. Les dépenses énergétiques mondiales explosent Enfin, dernier point noir : la consommation énergétique. Les géants du web font des efforts pour améliorer leur efficacité énergétique mais la demande est telle à l’échelle mondiale que les technologies de communication émettront plus d’émissions de carbone en 2025 que n’importe quel pays, à l’exception de la Chine, de l’Inde et des États-Unis. Par ailleurs, Mozilla souligne que les internautes ne voient généralement pas plus loin que leur facture d'électricité, alors qu'ils devraient parfois s'interroger sur leur comportement. Comme commander des lampes via un assistant vocal. "Cela crée une chaîne de réactions au-delà de votre domicile, d’un centre de données à un autre, à mesure que les informations circulent dans les deux sens", fait observer la fondation. Véritable poupée gigogne, ce rapport sur la santé d'Internet comporte également trois développements sur la vulnérabilité de l’Internet des objets, la désinformation et la taille critique de certaines entreprises technologiques. Ce dernier focus, qui dénonce le trop grand pouvoir de certaines plateformes devenues incontournables et qui savent tout de nous, tombe à point nommé en plein scandale Facebook.
  15. la Super Nintendo Classic Mini proposée à 69,99 euros http://www.01net.com/actualites/bon-plan-la-super-nintendo-proposee-a-6999-euros-1417647.html La console de retrogaming de Nintendo est disponible avec une remise de 10 euros auprès de deux cybermarchands. Les nostalgiques vont être contents. Le prix de la console Super Nintendo Classic Mini passe de 79,99 euros à 69,99 euros chez Amazon et la Fnac. La NES Mini est vraiment de taille réduite puisqu’elle tient dans la main et est la réplique de son aînée sortie en… 1994. Elle est livrée avec deux manettes filaires (câble de 1,52 m) et embarque 21 jeux préinstallés dont les célèbres Donkey Kong Country et Super Mario World, mais aussi des inédits comme Star Fox II. Un câble HDMI est aussi livré dans la boîte pour relier la console à votre télé. Point pratique, elle s’alimente via un port micro USB, ce qui évite le chargeur. Retrouvez ici cette offre de la Fnac. Retrouvez ici cette offre d’Amazon. Cet article est une sélection réalisée par l’équipe de 01net.com, en toute indépendance. Il est toutefois possible que ce contenu propose un lien d’affiliation. Si vous cliquez sur ce lien, l’e-commerçant peut nous reverser une commission. Pour vous, rien ne change !
  16. Même si vous n’avez pas de compte, Facebook collecte bien vos données Auditionné par la Chambre des représentants, Mark Zuckerberg a prétendu ne pas avoir connaissance de l’existence des « shadow profiles ». Pourtant, cette pratique est bien reconnue par Facebook. Après avoir été interrogé pendant 5 heures par le Sénat américain, Mark Zuckerberg s’est rendu dans la Chambre des représentants pour une nouvelle audition de 5 heures, mercredi 11 avril. Si, soyons honnêtes, le patron de Facebook a surtout répété le discours de la veille, quelques nouveautés sont sorties de cette nouvelle séance de questions-réponses. Des données collectées par « sécurité » Déjà chahuté par les sénateurs, Mark Zuckerberg a dû faire face à des représentants encore plus sévères au Congrès. À de nombreuses reprises, le créateur du plus grand des réseaux sociaux s’est vu interrompu ou contredit, et s’est retrouvé déstabilisé. C’est face au représentant Ben Lujan que Zuckerberg s’est le plus mis en péril. L’élu voulait savoir si Facebook collectait les données des personnes non inscrites sur le réseau social, mais Zuckerberg n’y a répondu qu’à demi-mot, assurant le faire « pour des raisons de sécurité ». Le PDG a ensuite nié connaître l’existence du terme « shadow profile », et a indiqué à l'élu que ses équipes le recontacteraient. Pourtant, cette expression a souvent été commentée par Facebook. Let me Google that for you, Mark. pic.twitter.com/kN4fKnu5YG — Will Oremus (@WillOremus) April 11, 2018 Les shadow profiles (ou profils fantômes), ce sont des fichiers créés par Facebook à partir de données trouvées ailleurs sur le web. Sans avoir à s'inscrire sur le réseau social, le site peut récupérer numéros ou adresses détenus dans les contacts de ses utilisateurs. Il peut aussi compléter les données qu’il a déjà sur un de ses membres grâce à des informations détenues par ses amis. Mark Zuckerberg a-t-il délibérément menti ? Peut-être. Reconnaissons tout de même qu’une dizaine d’heures cumulées d’audition peuvent être éprouvantes et que l’homme n’a peut-être juste pas compris de quoi on lui parlait. Autre précision importante : Mark Zuckerberg n’avait pas prêté serment. Toujours est-il que les profils fantômes existent bien, et que les usagers en question ne peuvent pas demander la suppression de ces informations, puisqu’il leur faut un compte Facebook pour ça… Zuckerberg, victime de Cambridge Analytica Durant son audition, Mark Zuckerberg a fait une autre révélation : il fait parti des 87 millions de victimes de Cambridge Analytica. Interrogé par la congresswoman Anna Eshoo, Zuckerberg a avoué que ses données ont été aspirées par l’entreprise, sans préciser s’il avait été piégé lui-même ou si un ou une de ses amis s’était fait avoir par thisisyourdigitallife, l'application à l'origine du vol de données. Mark Zuckerberg revealed he too was victim of the Cambridge Analytica scandal pic.twitter.com/TCNkZ4Rns7 — NowThis (@nowthisnews) April 11, 2018 Un Facebook différent pour les mineurs ? Officiellement, l’âge minimum pour s’inscrire sur Facebook est de 13 ans. Un chiffre qui inquiète l’élu Joe Barton, qui a demandé à Mark Zuckerberg pourquoi ne pas lancer un Facebook sans aucune collecte de données jusqu’aux 18 ans d’un utilisateur, afin de le protéger. Bien qu’ouvert à des améliorations, le patron de Facebook lui a répondu que « les adolescents veulent souvent partager leurs opinions publiquement », s’opposant donc à l’idée d’un Facebook moins gourmand pour les mineurs. L'ensemble de l'audition au Congrès est consultable dans la vidéo ci-contre. Il est aussi possible de consulter une transcription écrite de la séance, afin de s'éviter une vidéo de 5 heures. Facebook est-il en danger ? Après plus de 10 heures de questions-réponses avec les représentants du peuple américain, on peut se demander à quoi vont bien pouvoir servir ces auditions ? Étaient-elles purement informatives ou Facebook risque-t-il gros ? Depuis le début du scandale, de nombreuses personnalités ont appelé à quitter Facebook. Pourtant, selon Mark Zuckerberg, l’impact de ces campagnes a été minime. Le groupe s’est davantage inquiété de la tempête boursière qu’il a traversé (jusqu’à -17%), mais que les interventions devant le Congrès semblent avoir interrompu. Juridiquement, Facebook risque de payer une importante amende, et pourrait être contraint d'indemniser tous les utilisateurs touchés par Cambridge Analytica. En dehors de l’impact sur son image, les auditions de Zuckerberg avaient pour principal but de montrer que le groupe était assez mature pour se fixer ses propres limites. À l’image du RGPD européen, les États-Unis d’Amérique pourraient réguler la collecte de données en instaurant des lois qui pourraient nuire à la pérennité de Facebook. L’exercice de Mark Zuckerberg était donc le suivant : montrer que son groupe est à la hauteur des enjeux, et qu'il ne doit pas être écarté des débats.
  17. La nouvelle version gratuite de Spotify va-t-elle nous en offrir plus ? Le service de streaming serait sur le point de remanier son offre gratuite financée par la publicité. Elle permettrait aux utilisateurs d’avoir une expérience qui se rapproche de l’offre payante pour leur donner envie de s’abonner. Les utilisateurs de la version gratuite de Spotify devraient bientôt bénéficier de plus de souplesse. Le service de streaming serait, en effet, en train de finaliser la refonte de son offre financée par la publicité. Ces nouveautés pourraient être présentée dès le 24 avril prochain, lors d’une conférence de presse que tiendra la société suédoise à New York. L’idée serait de donner accès aux playlists plus rapidement au sein de l’application. Les utilisateurs pourraient également avoir plus de contrôle sur les chansons qu’ils écoutent en début de playlist. L’objectif serait de rapprocher l’usage de la version gratuite de celui de la formule payante pour donner envie aux utilisateurs de franchir le pas et de s’abonner, explique Bloomberg. Un service gratuit de plus en plus limité Face aux demande des ayants droit, Spotify avait par le passé dû réduire au fur et à mesure les possibilités offertes aux utilisateurs gratuits et qui ne rapportaient pas assez d’argent selon eux. Les labels avaient notamment marqué un point l’année dernière après avoir convaincu Spotify de retarder la date de sortie des albums d’artistes à succès sur la version gratuite. Depuis, Spotify insiste auprès des maisons de disque pour pouvoir proposer une offre gratuite plus étoffée. L’idée maîtresse est de ne pas se laisser distancer par YouTube quant à la consommation de musique gratuite financée par la publicité. Contrairement à ceux du site de partage de vidéos, les utilisateurs de la version gratuite de Spotify ne peuvent pas accéder à une chanson à la demande. Seul un accès aux playlists majeures est proposé avec une lecture aléatoire. L’enjeu est également de résister à la montée d’Apple Music. Le service exclusivement payant de la marque à la pomme comptabilise désormais 40 millions d’abonnés. Loin derrière les 71 millions de Spotify, mais la progression de ce dernier serait moins soutenue que celle de son rival américain. Pour la fin 2018, Spotify vise 98 millions d’abonnés et 203 millions d’utilisateurs en incluant les comptes gratuits. Cette nouveauté ferait partie de plusieurs autres importantes qui devraient être présentées le 24 avril prochain. Le service suédois devrait notamment faire ses grands débuts sur le marché du matériel avec sans doute enceinte connectée, mais aussi un contrôleur dédié aux habitacles des véhicules.
  18. Patience, la PlayStation 5 ne devrait pas sortir en 2018, ni même avant 2020 Depuis quelque temps la rumeur d’une nouvelle PlayStation court. La semaine dernière, des détails présumés de sa configuration ont été publiés par un site réputé sérieux. Néanmoins, la PS4 ne devrait pas sortir cette année, ni même l’année prochaine. La semaine dernière, un article de SemiAccurate, site payant spécialisé dans les composants électroniques et leur analyse, donnait des détails sur une présumée PlayStation 5. Le site indiquait également qu’un grand nombre de kits de développement avaient déjà été envoyés aux développeurs. Sans graver la date dans le marbre, l’article laissait entendre que cette nouvelle console pourrait sortir en 2018. En tout cas, il précisait que le lancement s’approchait rapidement au vu du nombre de devkits expédiés. Fumée sans feu ? Aujourd’hui, c’est le site de jeu vidéo Kotaku qui revient à la charge et interrompt le compte-à-rebours. Selon de nombreuses sources du site, la PS5 ne serait pas si près d’arriver dans nos salons. D’une part, parce que si la remplaçante de la PS4 devait arriver en 2018, elle serait déjà en phase de production. Ce qui n’est vraisemblablement pas le cas. D’autre part, au sein des différents studios et à différents postes, et même au sein de Sony, les sources de Kotaku estiment qu’il est très improbable que la console sorte en 2019, sans même parler de 2018. Un grand nombre des contacts de Kotaku indiquent en effet ne pas être au courant d’un plan de Sony pour lancer une PS5 prochainement. Ce qui veut dire que si, dans les hautes sphères de ces studios des informations circulent, ceux qui devraient être chargés de produire les titres de la future PS5 n’en ont pas eu vent. Or, une nouvelle plate-forme n’est rien sans jeu et le type de jeux qui accompagnent le lancement d’une console ne se développe pas en une nuit ou même quelques mois. Une console, des kits de développement Qu’en est-il des devkits dont parle SemiAccurate ? Si on veut accorder un certain crédit à ces annonces, il faut préciser quelques détails. Des prémices de la console jusqu’à sa fin de vie, les devkits évoluent eux aussi. Les premiers modèles ressemblent généralement à un PC, avant de peu à peu évoluer pour ressembler de près ou de loin à la version commerciale de la console. Pour la PlayStation 4, les premiers devkits ont été livrés de 18 et 24 mois avant le lancement de la console. En revanche, le premier kit de développement officiel, nom de code Orbis, n’a été reçu qu’un an environ avant novembre 2013. Un délai relativement court qui s’explique par la grande proximité de la configuration de la PS4 avec celle d’un PC. Pour ce qui concerne la PS5, il est possible que les tout premiers kits soient déjà arrivés mais confinés au secret, avec un accès extrêmement restreint. Un cycle inédit La PS4 a succédé à la PS3 après sept ans. Cela fera bientôt cinq ans que la PlayStation 4 est sortie. Mais pour cette génération, Sony (tout comme Microsoft d’ailleurs) a opté pour une nouvelle voie en introduisant une version dopée en cours de cycle. La PS4 Pro, sortie en novembre 2016, pourrait permettre à Sony de prendre davantage de temps avant de lancer une nouvelle mouture de sa PlayStation. Une sortie en 2020 semble donc pertinente et sensée. Néanmoins, les interlocuteurs du site américain précisaient que ce planning établi sur plusieurs années pourrait changer en fonction des actions et réactions du marché et de la concurrence. En définitive, l’une des sources précise que « à un moment, Sony a certainement envisagé toutes les dates possibles. Tout dépendra de ce qu’il pense être le meilleur moment en termes de matériel ». Si la Xbox One X décolle enfin, Sony pourrait précipiter l’arrivée de sa PS5. Mais son avance sur cette génération de console ne semble pas devoir fondre de sitôt. Source : Kotaku
  19. Windows 10 : la sortie de la Spring Creators Update est repoussée Microsoft n’a pas publié la mise à jour majeure de Windows 10 le 10 avril. La découverte d’un bug important serait la cause de ce report. Hier était le Patch Tuesday, c’est-à-dire le jour où Microsoft publie ses différents correctifs. Le 10 avril devait être également le jour de la sortie de la Spring Creators Update (version 1803), la nouvelle mise à jour majeure de Windows 10. En effet, le système d’exploitation est désormais considéré comme un service et connait une évolution majeure tous les six mois. Cette version n’est hélas pas sortie, comme l’indique dans un tweet le journaliste Paul Thurrott. No, I've heard it was pushed back. Not sure of the why or when of this change yet. — Paul Thurrott (@thurrott) 10 avril 2018 Microsoft n’a donné aucune explication officielle sur ce délai. Selon les sources du site Windows Central, l’éditeur aurait trouvé dans la Spring Creators Update un bug pouvant entraîner dans des cas très rares un blocage de l’ordinateur. Ce bug aurait été considéré comme suffisamment important pour provoquer le report de la sortie de l’OS jusqu’à ce qu’il soit corrigé. Vers un changement de nom ? Ainsi, les Insiders qui testent la Spring Creators Update (appelée auparavant Redstone 4) ont reçu par Windows Update une série de correctifs dans le cadre de la première mise à jour cumulative de l’OS. On ne sait pas si cette mise à jour corrige le bug qui pose problème mais il est intéressant de noter que, lors de l’installation, un message s’affiche avec la mention « Cumulative Update for Windows 10 Version Next (10.0.17133.73) ». Microsoft envisagerait-il de remplacer le nom Spring Creators Update par Version Next ? Il faudra attendre la sortie officielle de la nouvelle version de Windows 10 pour le savoir. Source : Windows Central
  20. La nouvelle astuce de Molotov pour ringardiser votre box TV L’application de télévision fait évoluer son player pour recevoir les chaînes de télévision à la fois via Internet et la TNT. Un service réservé pour le moment aux nouvelles Smart TV de Samsung. Ce 9 avril, les Smart TV de Samsung inaugurent avec le concours de TDF une nouvelle fonctionnalité bien pratique : la réception hybride des chaînes de télévision via l’application Molotov. Il s’agit de passer de façon transparente d’internet à la TNT, dans le cas où les flux IP, victimes d’une mauvaise connexion, ne peuvent assurer un visionnage de qualité constante. La bascule se fait sans que le téléspectateur n’ait à intervenir. "Molotov se connecte automatiquement au tuner TNT des Smart TV Samsung où le balayage des fréquences a été fait préalablement, et achemine le signal jusque dans la plateforme", nous a détaillé Morgan Traisnel, le responsable communication de Molotov. Une façon de plus de contourner les box L’inverse, consistant à passer de la TNT à Internet, est possible mais moins fréquent. "Il y a des cas où la réception TNT peut être altérée en fonction de l’installation (câble, antenne) ou des conditions météorologiques, donc la bascule inverse peut être faite, mais dans des cas très rares", nous a détaillé Morgan Traisnel, le responsable communication de Molotov. Les utilisateurs peuvent choisir de tout recevoir en TNT ou en OTT, ou sélectionner des chaînes en particulier. La cible prioritaire, ce sont les foyers qui pâtissent d’un ADSL avec un faible débit. Mais une connexion Internet reste nécessaire pour activer des fonctionnalités comme la reprise de lecture, l’enregistrement ou le suivi de personnalités. C’est en tous cas une façon de plus pour Molotov de contourner les box des opérateurs puisque son service était déjà proposé nativement aux utilisateurs de Smart TV Samsung. Les modèles concernés sont ceux de la gamme 2018, les téléviseurs de 2017 seront, eux, mis à jour plus tard ce mois d'avril. Molotov attaque M6 La plateforme a décidé d'assigner le groupe M6 en justice, comme vient de le révéler le site Pure Médias. Il y a quelques semaines, le groupe M6 déclarait vouloir faire payer les utilisateurs de Molotov pour continuer à accéder à ses chaînes M6, W9 et 6Ter. Depuis, le climat a continué à se dégrader entre les deux parties, dont le contrat s'est achevé fin mars. Le 2 avril dernier, M6 a désactivé l'enregistrement de ses programmes via Molotov. La démarche judiciaire de la plateforme remonterait à la semaine dernière, selon Les Echos. L'assignation a été déposée auprès du Tribunal de commerce de Paris. "M6 essaie de nous imposer notre pratique commerciale", a justifié le cofondateur de Molotov Jean-Marc Denoual.
  21. Windows 10 : les premières applis PWA arrivent dans le Microsoft Store Le magasin d’applications de Windows 10 commence à référencer des applications Web progressives dont le nombre devrait progressivement augmenter. Microsoft compte muscler son magasin d’applications avec les PWA (Progressive Web Apps) et vient de créer un compte baptisé tout simplement Microsoft Store. Ainsi, le site italien Aggiornamenti Lumia a détecté une première vague, comportant une dizaine d’applis disponibles. Twitter compte également publier une version PWA de son application. Ces applis PWA sont des applications web qui s’utilisent comme des programmes traditionnels. Selon les informations du Microsoft Store, elles nécessitent d’avoir au minimum la version 10240.0 de Windows 10, c’est-à-dire la version initiale publiée en 2015. Toutefois, elles ne seront pleinement fonctionnelles que sur les versions Fall Creators Update et Spring Creators Update du système d’exploitation. Des limites sur Windows 10 Mobile En outre, Microsoft a annoncé que la version mobile de Windows 10 ne permet pas d’exploiter totalement les PWA à cause entre autres de limitations dans le navigateur Edge. Ainsi, l’utilisation des applis PWA sur Windows 10 Mobile n’est possible que si une connexion à Internet est établie. De plus, les applis ne peuvent pas envoyer de notifications. Microsoft compte proposer de plus en plus d’applis PWA mais souhaite sélectionner les meilleures pour les mettre dans son magasin. Ainsi, l’éditeur utilise son moteur de recherche Bing pour les référencer et fournit l’outil PWA Builder pour que les développeurs puissent générer un fichier AppX contenant leur appli PWA. Ce fichier peut être ensuite proposé à Microsoft pour une éventuelle publication dans le Microsoft Store. Source : Aggiornamenti Lumia
  22. Cette caméra microscopique annonce une ère terrifiante de surveillance Moitié capteur d’image, moitié cellule photovoltaïque, ce prototype de moins d’un millimètre de large va rendre possible la fabrication de caméras de rêve pour les espions… et les états totalitaires. Le collier de cette dame intègre-t-il une caméra espion ? Ou ce vase que vous a offert votre beau-père ? Le stress d’être observé en permanence par des caméras invisibles – bonjour 1984 ! – est en passe de devenir une réalité technique « grâce » à une unité de recherche de l’université du Michigan, comme le relaye le site TechCrunch. Les chercheurs Euisik Yoon et Sung-Yun Park de cette université américaine ont en effet développé un capteur d’image non seulement microscopique – un peu moins d’un millimètre de large – mais surtout autoalimenté. Profitant du fait qu’un capteur d’image – comme celui de votre téléphone ou appareil photo – est spécialisé dans la collecte de lumière, les chercheurs lui ont greffé des cellules photovoltaïques. Pas n’importe où mais en dessous des photosites, c’est-à-dire sous les « pixels » sensés récupérer les informations de luminosité et de couleurs. A cette prouesse de fabrication s’ajoute un miracle de conception puisque le super capteur est capable simultanément de capter de l’énergie et d’enregistrer un flux d’image allant de 7 à 15 images par secondes. Le tout, sans la moindre batterie. Selon l’article original publié sur le site de l’IEEE, les photosites mesurent 5 microns de large et avec leur surface actuelle totale (1 mm²), ils peuvent collecter presque 1 nanowatt (998 picowatts exactement). De quoi fonctionner sans le moindre apport énergétique extérieur. Si pour l’heure le capteur est à l’état de prototype de recherche en laboratoire – avec tout l’attirail de câbles pour la transmission, etc. – les chercheurs affirment pouvoir améliorer largement leur composant, notamment en termes de consommation énergétique. De quoi alimenter, en plus du capteur, une puce Wi-Fi ou Bluetooth ? Sans aucun doute, mais il reste à fournir en énergie un processeur d’image, une puce de stockage, etc. De futurs défis que de nombreux chercheurs vont s’empresser de relever. Pour créer les caméras espions qui vont hanter le futur de notre civilisation.
  23. Bientôt vous ne pourrez plus mettre les pilotes de vos (vieilles) GeForce à jour En ce début de mois d'avril, Nvidia fait son ménage de printemps. Les nouveaux pilotes du concepteur de GPU ne prendront plus en charge les OS 32 bits, ni certains modèles un peu datés de GeForce. Nvidia se concentre sur le 64 bits. Si votre ordinateur utilise toujours une version de Windows 7/8/8.1/10, voire une distribution Linux, en 32 bits, sachez qu'à la fin du mois le concepteur de GPU n'assurera plus la distribution des pilotes taillés pour ces systèmes. En clair, à la fin de ce mois, toutes les optimisations, les profils des jeux, les corrections de bugs et autres fonctions amenées par les pilotes Game Ready Driver pour les OS non 64 bits ne seront plus du tout assurés. Seules les éventuelles mises à jour de sécurité critiques continueront de faire l'objet d'un suivi et ce, jusqu'en janvier 2019. Cependant, pas de panique, votre carte graphique et les services Nvidia déjà installés - et qui fonctionnent parfaitement à l'heure actuelle - ne vont pas s'arrêter le matin du premier mai. Un bon paquet de vieilles GeForce passent aussi à la trappe Dès ce mois, Nvidia arrête aussi la prise en charge des cartes à base de puces Fermi dont le porte-étendard fut la GTX 480. La liste complète des modèles qui ne seront plus mis à jour via les pilotes (tant sur des OS 32 et 64 bits) est à retrouver ici. Nvidia - La GeForce GTX 480, un monstre de puissance... et de consommation électrique (et qui chauffait, aussi, beaucoup) à sa sortie. Seules les dernières familles de puces (Kepler, Maxwell et Pascal) continueront donc de profiter des mises à jour et de nouvelles fonctionnalités imaginées par Nvidia et déployées au travers des pilotes Games Ready Driver. Sources : Nvidia (1), Nvidia (2)
  24. Ces pirates utilisent des routeurs domestiques pour masquer leurs attaques Des millions d’appareils exposent leur service Universal Plug and Play à tous les internautes, ce qui les rend vulnérables au piratage, comme le montre le groupe d’espionnage Inception Framework. Mal configurer son routeur à la maison, c’est peut-être donner un coup de main à des groupes de cybercriminels. Waylon Grange, chercheur en sécurité chez Symantec, a récemment épinglé l’un d’entre eux à l’occasion de la conférence CanSecWest 2018. Baptisé Inception Framework, il utilise les routeurs des autres pour se créer un vaste réseau de proxies, dans le but de dissimuler les traces de ses opérations d’espionnage. En effet, les pirates ont ciblé des routeurs qui disposent d’un service Universal Plug and Play (UPnP) accessible depuis l’extérieur. Ce protocole est très courant dans les appareils domestiques, car il facilite la connexion entre les différentes applis. Mais le fait qu’il soit accessible depuis l’extérieur est une hérésie malheureusement assez fréquente. Une petite recherche sur Shodan.io montre qu’il existe plus 8 millions d’appareils dans le monde qui exposent ce service à tous les internautes, dont plus de 24.000 en France. Les failles dans le protocole UPnP sont nombreuses et documentées depuis des années. Elles permettent, par exemple, d’exécuter des commandes à distance directement sur un routeur et de transférer des requêtes vers une autre adresse IP. C’est exactement ce qu’ont fait les pirates d’Inception Framework. Ils ont piraté 765.000 routeurs vulnérables pour créer des chaînes de transferts multiples entre l’attaquant et sa cible. Le but étant de rendre plus difficile le travail des enquêteurs éventuels. Parfois, il y avait jusqu’à sept intermédiaires ! Symantec - Bien planqués derrière cet écran de proxies, les pirates peuvent alors déployer leurs malwares en toute tranquillité. Cette technique est utilisée par Inception Framework depuis plusieurs années pour espionner de grandes organisations dans le domaine de la défense, de l’énergie, de l’aérospatiale ou de la finance. Mais il n’y a pas que les pirates de haut vol qui mettent la main sur ces routeurs vulnérables. Selon Waylon Grange, citant une analyse d’Akamai, ils jouent également le rôle de proxies involontaires pour transférer des requêtes DNS vers Google ou du trafic HTTP vers des serveurs d’analyse de trafic web. Il est difficile de savoir pourquoi. Dans le premier cas, il s’agit peut-être de personnes cherchant à échapper à une censure nationale. Dans le second cas, ce sont peut-être des acteurs qui font de la fraude au clic.
  25. Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 6 avril 2018 : Avast, Snapchat, Rise Up, Ava Airborne... 1. Avast Avast vient de mettre à jour ses logiciels de protection antivirus. Ce rafraichissement estampillé 18.3 a permis aux développeurs d’optimiser le programme qui s’ouvre désormais plus rapidement. Le gestionnaire de mots de passe, Avast Passwords, profite d’une refonte complète de ses paramètres pour une utilisation simplifiée. Cette mise à jour d’Avast a également permis de régler plusieurs problèmes qui touchaient la précédente mouture du programme. Ainsi, le bogue qui supprimait un fichier lorsqu’on essayait de le restaurer au sein de la zone de quarantaine a été résolu, tout comme le souci qui conduisait le pare-feu à bloquer les emails reçus avec en IPv6. Télécharger Avast Antivirus Gratuit pour Windows (Gratuit) Télécharger Avast Pro Antivirus pour Windows (Démonstration) Télécharger Avast Internet Security pour Windows (Démonstration) Télécharger Avast Premier pour Windows (Démonstration) 2. AVG AVG a également bénéficié cette semaine d’une mise à jour. Le logiciel de protection antivirus, racheté en 2016 par Avast, profite également d’une optimisation qui lui permet de se lancer plus rapidement. Là encore, ce rafraichissement a été l’occasion de corriger des bogues et autres instabilités, qui, comme chez Avast, conduisait à supprimer par erreur les fichiers mis en quarantaine lorsqu’on tentait de les restaurer. Parmi les autres corrections apportées par cette mise à jour, l’écran de bienvenue du programme s’affiche désormais correctement après l’installation tandis qu’un bogue qui se déclenchait au démarrage du bouclier de protection a été résolu. Télécharger AVG Antivirus Free Edition pour Windows (Gratuit) Télécharger AVG Internet Security - Illimité pour Windows (Démonstration) 3. Sushi Browser Navigateur web s’appuyant sur Chrome, Sushi Browser profite cette semaine d’une mise à jour. Pour rappel, Sushi Browser est un navigateur web très complet proposant des fonctions inédites visant à offrir une ergonomie sans pareil. Ainsi, le programme intègre une fonction multi panneaux qui permet d’afficher dans la même fenêtre, deux onglets distincts dans lesquels vous pouvez, selon vos besoins, faire défiler le contenu simultanément. Pour simplifier la navigation mais aussi pour faire gagner de l’espace d’affichage, Sushi Browser est capable de masquer automatiquement la bordure du navigateur, vous permettant ainsi de maximiser la surface d’affichage pour vos pages web. Un volet latéral, dans lequel sont regroupés les différents onglets, est prévu pour faciliter la navigation au sein des différentes pages ouvertes sur le navigateur. Enfin, les développeurs web trouveront avec Sushi Browser un navigateur taillé pour le développement puisqu’il permet d’accéder directement au Terminal, de consulter les fichiers stockés localement grâce à un explorateur de fichiers, de saisir du texte via l’éditeur inclus, et bien plus encore. Télécharger Sushi Browser 32 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser 64 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser 32 bits Portable pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser 64 bits Portable pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser pour Mac (Gratuit) Télécharger Sushi Browser Portable pour Mac (Gratuit) Télécharger Sushi Browser pour Linux (Gratuit) Télécharger Sushi Browser Portable pour Linux (Gratuit) 4. Snapchat Snapchat a connu cette semaine une actualité chargée. L’application a activé une fonction d’appels audio et vidéo autorisant les utilisateurs à participer à des conversations de groupe pouvant compter jusqu’à 32 participants pour les appels audio, et 16 pour les appels vidéo. Par ailleurs, les utilisateurs ont désormais la possibilité d’identifier d’autres utilisateurs dans leurs stories. Autre nouveauté, mais qui ne concerne cette fois-ci que les seuls possesseurs d’iPhone X, Snapchat vient de dévoiler trois nouveaux filtres qui exploitent la technologie TrueDepth d’Apple, pour un rendu plus réaliste. Ces trois nouveaux masques épousent parfaitement les contours du visage des utilisateurs et s’adaptent en fonction de l’éclairage ambiant, jouant ainsi sur les effets d’ombre et de lumière pour un effet de profondeur garanti. Télécharger Snapchat pour Android (apk) (Gratuit) Télécharger Snapchat pour iPhone (Gratuit) 5. No coin Si vous avez remarqué depuis quelque temps que les performances de votre ordinateur sont en chute libre lorsque vous visitez certains sites web, il se peut qu’un script exécuté en arrière-plan mine de la crypto-monnaie. Cette pratique, mise en place par certains sites pour combler le manque à gagner causé par l’utilisation massive de bloqueurs de publicité, monopolise toutes les ressources de votre machine. Résultat, les performances sont en berne, le processeur chauffe et les ventilateurs tournent à plein régime. Pour empêcher cela et pour retrouver toute la réactivité de votre ordinateur, vous pouvez installer l’extension No coin sur votre navigateur web. Ce plugin analyse les pages que vous consultez pour détecter les scripts de cryptominage, les autoriser temporairement lorsque cela est nécessaire, et les bloquer s’ils ne sont pas indispensables pour naviguer sur la page consultée. Télécharger No coin pour Google Chrome (Gratuit) Télécharger No coin pour Firefox (Gratuit) Télécharger No coin pour Opera (Gratuit) 6. FileZilla Client FTP open source, FileZilla permet de se connecter à différents types de serveurs de stockage pour vous envoyer ou télécharger des fichiers. Le programme intègre un gestionnaire d’identifiants pour vous permettre de vous connecter plus rapidement à vos différents serveurs et propose un explorateur de fichier simple à appréhender pour gérer au mieux les échanges de fichiers. Compatible avec les protocoles FTP, FTPS ou encore SFTP, Filezilla peut gérer le transfert de fichiers dépassants 4 Go et sait même reprendre un transfert là où il a été arrêté sans que vous n’ayez à reprendre le téléchargement du fichier complet. La dernière mise à jour du programme, estampillée 3.32.0 optimise les performances lors d’échanges via le protocole SFTP. Télécharger FileZilla pour Windows (Gratuit) Télécharger FileZilla pour Mac (Gratuit) Télécharger FileZilla pour Linux (Gratuit) 7. Rise Up Faisant autant appel à vos réflexes qu’à votre agilité, Rise Up vous propose d’accompagner l’ascension d’un ballon de baudruche dans un ciel parsemé d’embûches. Pour veiller à la sécurité de votre petit protégé qui s’élève dans les airs sans s’arrêter, vous n’avez d’autre choix que d’écarter les obstacles à l’aide de votre doigt pour dégager la route de votre ballon et lui éviter l’explosion. Car plus ce dernier prend de l’altitude, plus le nombre d’obstacles croît et plus ils sont difficiles à faire disparaître, sans compter que, pour corser un peu plus le tout, chaque niveau est généré aléatoirement. Rise Up est un jeu s’adressant à toute la famille et dont la prise en main est triviale, à condition toutefois d’avoir les yeux partout, et d’être prêt à parer les éventuels rebonds. Télécharger Rise Up pour Android (Gratuit) Télécharger Rise Up pour iPhone (Gratuit) 8. Ball Panic ! Aussi simple à maîtriser que Rise Up, mais peut-être plus subtil, Ball Panic ! requiert de la patience, du réflexe et un soupçon de concentration. Devant vous se présente un bol dans lequel tombent à rythme constant, des balles colorées les unes sur les autres. Votre mission consiste donc à les faire disparaître en les faisant exploser avant qu’elles ne dépassent la limite. Mais en faisant exploser les balles une à une, le débit de balles augmente dangereusement et l’écran se remplit de plus en plus rapidement. Seule solution, faire preuve de patience pour attendre que les balles d’une même couleur soient regroupées afin de déclencher une explosion en chaîne en un minimum de coups. À chaque partie, votre challenge consiste à exploser le score précédent, le jeu n’ayant de fin que lorsque les balles débordent de l’écran. Télécharger Ball Panic ! pour iPhone (Gratuit) 9. Colorblind Jeu de plateforme à l’allure rétro, Colorblind met en scène une paire d’yeux follement amoureux l’un de l’autre et totalement aveugle aux problèmes se trouvant hors de son champ de vision. Mais un jour, Œil Gauche se fait kidnapper par un pirate, laissant Œil Droit dans une inconsolable tristesse. Pupille dilatée et soufrant d’un détachement rétinien, Œil Droit se retrouve daltonien, passant ainsi subitement d’une vie pleine de couleur à un monde monochromatique où de nombreux objets ne lui sont plus visibles. Pour l’aider à retrouver goût à la vie, vous accompagnez Œil Droit dans une aventure monochrome au cours de laquelle vous pourrez jouer avec certaines couleurs pour être en mesure de visualiser les éléments qui vous entourent. Au terme d’un ultime test de vision, épaulez Œil Droit dans une bataille sans merci pour espérer libérer Œil Gauche des griffes du pirate. Télécharger Colorblind pour iPhone (Gratuit) 10. Ava Airborne Véritable aventure aérienne, Ava Airborne vous propose d’incarner Ava, une jeune pilote de deltaplane qui passe tout son temps libre à planer dans les cieux, à travers les nuages. Votre mission consiste donc à vous élancer pour voler sur la plus longue distance possible, sans jamais mettre un pied à terre. La prise en main du jeu est ultra simple puisque le vol se contrôle à l’aide d’un seul doigt : maintenez-le appuyé pour la faire s’envoler, et relâchez pour lui faire perdre de l’altitude. Mais Ava Airborne n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. En effet, chaque vol est pollué par des obstacles comme les bombes-ballon que vous devez éviter par tous les moyens, que ce soit en jouant sur l’altitude d’Ava, ou en profitant d’objets mis à votre disposition pour vous aider durant votre voyage. Ava peut ainsi compter sur des catapultes chargées et autres trampolines pour se relancer afin de reprendre de la vitesse et de l’altitude. Tous les vols d’Ava sont uniques et vous empêchant ainsi l’élaboration de tout plan de vol. Vous pouvez toutefois compter sur les nombreux bonus à attraper en plein vol pour débloquer de nouveaux équipements et faire l’acquisition d’améliorations vous permettant de planer toujours plus longtemps. Télécharger Ava Airborne pour iPhone (Gratuit)
×