Aller au contenu
Infos
  • Jettez un oeil à notre nouvel onglet "Clubs" et inscrivez-vous aux thémes qui vous interesse. Team Lara

mk78

Membres +
  • Compteur de contenus

    2 496
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    13
My Favorite Songs

mk78 a gagné pour la dernière fois le 26 mai 2016

mk78 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 981 Excellent

1 abonné

À propos de mk78

  • Rang
    mk78
  • Date de naissance 14/06/1968

Profile Information

  • Pays
  • Ville
    terre
  • Genre
    Homme
  • Centre d'Intérêts
    Centre d'Intérêts ba le forum sens je serai pas la

Visiteurs récents du profil

2 950 visualisations du profil
  1. L’attaque DDoS qui a fait vaciller le Web visait... le Playstation Network Une étude révèle que la gigantesque attaque DDos d'octobre dernier ciblait avant tout une des plates-formes de jeux en ligne. Mais elle a finalement été bien plus destructrice que prévu. Rappelez-vous, c'était en octobre dernier : une attaque informatique d’une rare ampleur défrayait la chronique. Un code malveillant baptisé Mirai mettait à genoux une partie du web américain à l’aide d’attaques par déni de service distribuées (DDoS), lancées depuis des dizaines de milliers d’objets connectés. Si la panne était tellement importante, c’est parce que ces assauts avaient visé les serveurs de Dyn, un prestataire informatique américain qui propose des services DNS. Comme Dyn a beaucoup de clients, un grand nombre de gros sites web se sont retrouvés en panne dans cette région du monde. Toutefois, il s’avère que la cible visée par les attaquants n’était pas Dyn directement mais... le Playstation Network (PSN) de Sony ! C’est ce qui ressort d’une étude qui a été réalisée par 19 chercheurs en sécurité et qui vient d’être présentée à l’occasion de la conférence Usenix Security Symposium. Victimes collatérales Ces experts ont réalisé une analyse en profondeur du botnet Mirai et ont rassemblé pour cela une quantité impressionnante de données informatiques issus de différentes sources : analyses de trafic, scans Internet, honeypots, etc. En se penchant sur l’attaque Dyn d’octobre dernier, ils ont remarqué que les attaques DDoS ciblaient toutes des serveurs de noms de domaines de Sony qui étaient hébergés par le prestataire. L’infrastructure de Dyn n’ayant pas pu faire face à l’ampleur de l’attaque, elle a entraîné dans sa chute tout plein d’autres clients. Par ailleurs, les chercheurs ont observé que le botnet d’où sont parties ces attaques a également pris en ligne de mire au même moment d’autres plates- formes de jeux en ligne, telles que le Xbox Live ou Steam. Tout porte donc à croire que l’objectif premier des attaquants était de mettre hors service des services de jeux vidéo en ligne. Les autres sites (Netflix, Amazon, Twitter...) n'étaient que des victimes collatérales. Cette étude confirme – données à l’appui - une hypothèse que la société Flashpoint avait déjà émise quelques jours après l’attaque. Dans une note de blog, elle expliquait avoir découvert que l’attaque de Mirai ciblait également les serveurs d’une « société bien connue de jeux vidéo » et qu’elle était liée à des membres du site Hackforums.net. Dans ce forum, on voit en effet un membre dénommé « qbotwithasupermicroontop » donner des détails opérationnels en citant les serveurs de PSN. Hackforums.net - Reste à savoir la motivation des attaquants. Sur ce point-là, on ne peut que spéculer. Selon Flashpoint, elle ne serait ni d’ordre financière, ni politique. « Les membres de la communauté Hackforums sont connus pour lancer des attaques DDoS contre les plateformes de jeu pour montrer leurs capacités de hacking et attirer l’attention », explique l’éditeur dans sa note de blog. De ce point de vue, c'est clairement réussi.
  2. Le Windows Store est truffé d'applis de streaming pirates Le magasin d'applications de Microsoft comporte de nombreux programmes pour regarder illégalement les derniers films et séries TV. Le Windows Store contient en théorie des applications qui ont été vérifiées par Microsoft et peuvent être utilisées en toute confiance. La réalité se révèle très différente : il suffit de parcourir la liste des programmes après avoir fait une recherche spécifique, comme -à tout hasard- "Free Movies". C'est l'expérience à laquelle s'est livrée le site Torrent Freak pour constater la présence de nombreuses applications de streaming pirates. Nous en avons téléchargé et testé quelques-unes pour voir si elles fonctionnaient réellement. Et effectivement, elles offrent accès à une tonne de contenus piratés en streaming. On peut y dénicher la plupart des films et séries récents, hébergés sur d'obscurs services de stockage en ligne. Mais on déconseille fortement leur utilisation, et pas seulement parce qu'ils proposent du contenu illégalement. Ils sont également truffés de publicités et vous demandent d'accéder à certaines données personnelles sensibles, comme votre position, par exemple. Le tout, sans doute, pour parfaire leur ciblage... Certains ouvrent même une fenêtre qui demande le mot de passe du compte Microsoft, ce qui est encore plus suspect. Pire, il existe même des logiciels payants (certains atteignent 20 euros !) offrant cette fois des films et séries piratés sans publicité. Impossible de savoir combien d'internautes ont mordu à l'hameçon. Mais si c'est le cas, Microsoft a gagné un peu d'argent dans l'affaire, puisque l'éditeur prend, comme Apple, 30 % sur chaque transaction effectuée depuis son kiosque. On se demande bien pourquoi Microsoft accepte toutes ces applis pirates dans son magasin. A croire que l'éditeur souhaite augmenter le nombre de programmes du Windows Store, quitte à laisser passer des applis limites, comme par exemple celles qui permettent de regarder des vidéos YouTube (pour certaines également payantes) mais ne sont absolument pas proposées par Google. Ce choix un peu laxiste en matière de vérification est en totale opposition avec le concept de « trusted applications ». En effet, un programme soumis au Windows Store passe par une phase de certification qui comporte trois étapes : tests de sécurité (détection de virus et malware), tests de conformité technique et pour finir un test de la conformité du contenu. Microsoft ne donne cependant pas de détails sur la portée de ce test de conformité. Est-ce que l'éditeur se contente de vérifier qu'il s'agit bien d'une application de streaming, ce qui est le cas, ou est-ce qu'il vérifie si le contenu diffusé est légal ou non ? Une ambiguïté que les pirates n'ont pas manqué d'exploiter. Source : TorrentFreak
  3. La Xbox One X est disponible en précommande Les plus rapides pourront profiter d’une édition spéciale Project Scorpio. Microsoft lance également deux nouveaux pack Xbox One S, dédiés respectivement aux jeux Minecraft et La Terre du Milieu : L’Ombre de la guerre. Révélée en juin dernier à l’occasion du salon E3, la nouvelle console de jeu de Microsoft Xbox One X sera disponible en magasin à partir du 7 novembre. Toutefois, à partir d’aujourd’hui 21 août, il est déjà possible de s’en réserver une en précommande sur le site de Microsoft. Pour l’occasion, l’éditeur propose aux premiers arrivés une édition spéciale baptisée Projet Scorpio. Ce nom vous rappelle quelque chose ? Eh oui, c’était le nom de code de la console avant qu’elle n’obtienne son identité finale. Disponible en quantité limitée, cette mouture présente quelques spécificités purement cosmétiques, avec l’inscription « Project Scorpio » sur la manette et le boîtier. Mais sous le capot, c’est exactement la même console que la Xbox One X traditionnelle, avec lecteur Blu-ray UHD 4K et une capacité de stockage de 1 To. Son prix est d’ailleurs identique à l’édition classique : 499,99 euros. La console Xbox One X est également disponible en précommande sur Fnac.com, mais uniquement sous sa forme classique. Mais les nouveautés Xbox ne s’arrêtent pas là. Microsoft vient d’annoncer deux nouvelles éditions pour la console Xbox One S. La première est intitulée « Pack Minecraft édition limitée ». Elle permet aux fans d’avoir une console 1 To et une manette aux couleurs du célèbre jeu vidéo. Disponible dès à présent en précommande, l’offre intègre le jeu Minecraft ainsi que le Pack Redstone, le tout pour 399,99 euros. Livraison prévue le 3 octobre. La firme de Redmond a également annoncé une édition dédiée au jeu La Terre du Milieu : L’ombre de la guerre. Le pack comportera, outre le jeu, une console avec 500 Go ou 1 To de stockage, une manette sans fil, un mois d’abonnement au catalogue de jeux Xbox Game Pass et un accès limité à 14 jours à la communauté de jeu en réseau Xbox Live Gold. Cette édition sera disponible en précommande aux tarifs de 349 et 279 dollars, pour les versions respectives de 1 To et 500 Go. Livraison prévue le 10 octobre. Source: Microsoft
  4. C'est officiel : la première vague de processeurs Intel Core de 8ème génération arrive Intel lance officiellement ses premiers processeurs nouvelle génération. Quatre puces qui ne bénéficient pas d'une nouvelle architecture mais qui embarquent davantage de coeurs pour booster les performances des ultraportables. Hybrides, convertibles et autres ultraportables, voici venir vos nouveaux processeurs Intel ! Le fondeur de Santa Clara dévoile officiellement quatre puces Core de 8ème génération. Cette petite fournée de processeurs se destine avant tout aux machines nomades, machines qui arriveront dès la rentrée dans les rayons. Ces Core reprennent la nomenclature bien connue des puces Intel, Core i5-8xxx et Core i7-8xxx, et sont tous des modèles basse consommation, aisément identifiables par la lettre « U » à la fin de leurs références. Intel - Le lancement des Kaby Lake, l'année dernière, s'était déjà déroulé en deux temps. Septembre pour les puces ultraportables et tout début janvier 2017 pour les processeurs pour PC de bureau et PC portables plus classiques. Qu'amène cette huitième génération dans nos ultraportables ? De la puissance : jusqu'à 40% de gain dans certains scénarios comparativement à une puce de septième génération, soumise à la même épreuve. Oui, vous avez bien lu, jusqu'à 40%... Une donnée ô combien étrange lorsque l'on sait que, depuis quelques temps maintenant, les gains de performances obtenus d'une génération à l'autre excède rarement les 10% réels. Intel a-t-il élaboré une architecture flambant neuve dont il a le secret ? Pas du tout. L'entreprise explique, sans frémir, que ces premières puces de 8ème génération sont construites sur la même base que la génération précédente, l'architecture Kaby Lake. Elle-même étant déjà une évolution hyper timide de la précédente, Skylake. Alors, est-ce de la (techno)magie ? Non, pour offrir un tel bond de performances, Intel utilise un procédé tout simple : celui de la multiplication ! Intel - Des Core i5 et i7 basse conso' à 4 véritables coeurs Pour les amateurs de noms de code, sachez que ces quatre puces font partie de la famille des Kaby Lake-R ou Refresh. Un nom qui ne laisse effectivement pas de doute quant à leurs racines architecturales. Cependant, elles marquent un vrai tournant dans la série des processeurs Core i5 et Core i7 « U » en embarquant non plus deux coeurs hyperthreadés, mais quatre coeurs hyperthreadés. Voilà d'où proviennent majoritairement les fameux 40% clamés par Intel. Ensuite, le fondeur annonce avoir retravaillé le design interne de ses puces et aussi avoir encore amélioré le processus de fabrication (gravure toujours en 14 nmFF+) Intel - Voici à quoi ressemble le circuit imprimé du processeur, sur la partie droite les quatre coeurs, sur la partie gauche, le contrôleur graphique. Intel s'est adonné à des comparaisons de performances d'applications concrètes lors de sa présentation. Ainsi, selon le père des Core, les nouvelles puces sont capables « de créer, éditer et partager du contenu 4K » jusqu'à 14,7 fois plus vite qu'un PC équipé de processeurs sortis... il y a cinq ans. Plus parlant pour les possesseurs de machines récentes : entre un Core de 7ème et de 8ème génération, éditer des photos sous Lightroom irait jusqu'à 28% plus vite. Quatre puces à la loupe Intel - Comme on le voit sur le tableau récapitulatif ci-dessus, le nombre de coeurs augmente mais la fréquence de base diminue légèrement (1,9 GHz pour le 8650U contre 2,6 GHZ pour le 7600U), afin de conserver une consommation équivalente (le TDP) de 15 watts. Autre changement, la mémoire DDR4-2400 est dorénavant prise en charge alors que la génération précédente plafonnait à la DDR4-2133. Même constat du côté de la LPDDR3, la norme 2133 est maintenant supportée (contre 1866 à l'heure actuelle). Enfin, le nom de la partie graphique intégrée au processeur opère un changement de nom. Aujourd'hui, elle se nomme Intel HD Graphics 620, et demain, elle devient Intel UHD Graphics 620. Interrogé à ce propos à de multiples reprises pendant la présentation, le fondeur est formel : rien n'a changé, c'est toujours le même contrôleur, avec les mêmes appétences. En changeant de nom, Intel souhaite juste mettre l'accent sur les capacités du contrôleur à décoder de la 4K UHD à la volée. La suite du programme ? Intel ne s'en est pas caché, ces quatre processeurs Kaby Lake-R ouvrent la marche. Le gros des processeurs pour PC de bureau, sans doute pourvus de la nouvelle architecture Coffee Lake, arriveront dans le courant de l'automne selon le document ci-dessous. Intel - Les processeurs musclés pour PC portable pourraient, eux, sortir un peu plus tard (début 2018, au CES ?) car Intel ne donne aucune échéance les concernant. En attendant, nous aurons le loisir d'approcher et tester rapidement les processeurs Core i5 et Core i7 annoncés aujourd'hui car une grande partie des machines milieu et haut de gamme présentées à l'IFA de Berlin (1 au 6 septembre) devraient les embarquer.
  5. Freebox : nouvelle vente privée avec un forfait à 1,99 euro par mois L'opérateur propose une nouvelle fois son forfait Freebox Crystal à un prix défiant toute concurrence. Free est un habitué des offres promotionnelles sur le site Vente privée. La nouvelle démarre ce lundi 21 août 2017 à 19 heures et, comme le dévoile le visuel annonçant la vente, concerne un forfait Freebox Crystal. Il sera proposé à 1,99 euro par mois pendant un an. Capture Vente privée - Cette box est le modèle d’entrée de gamme de l’opérateur et offre de l’ADSL 2+ en zone dégroupée. Le forfait est habituellement proposé à 31,98 euros par mois (29,99 euros + 1,99 euro pour l’option TV). Il inclut plus de 200 chaînes TV, l'Internet et la téléphonie illimitée vers les fixes de plus de 100 destinations ainsi que l'accès à des services de replay, VOD... Reste que cette vente ne concerne que les non-abonnés Free ou Alice sur le dernier mois et qu'elle ne sera ouverte que durant quelques jours. A noter que ce forfait est compatible avec le forfait Free Mobile à prix réduit. Free - Ce type d’offres promotionnelles fait partie intégrante de la stratégie de Free pour recruter de nouveaux abonnés. Ce même forfait Freebox Crystal a ainsi été proposé plusieurs fois cette année. Au premier trimestre 2017, l’opérateur comptait 6,45 millions d'abonnés sur le fixe et 12,94 millions sur le mobile.
  6. Faketoken, le malware qui vole les données bancaires en copiant des applis Une version améliorée d'un cheval de Troie bancaire vieux d'un an a été repérée par des chercheurs en sécurité en Russie. Pour la firme de sécurité Kaspersky les malwares bancaires sont l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur les smartphones Android. L’un d’eux, Faketoken, connu depuis un an environ, est de retour sous une nouvelle forme plus dangereuse, prévient-elle. Au départ, ce cheval de Troie interceptait des SMS pour y récupérer des données bancaires que des utilisateurs imprudents auraient pu y indiquer. Désormais, il se greffe directement sur des applis bancaires ou sur des applis de réservations de taxis, de VTC ou d’hôtels afin de faire la même opération et écoute vos appels. Comment parvient-il à infecter un smartphone ? Grâce à l’envoi en masse de SMS proposant de télécharger des photos. Dès lors qu’un utilisateur clique sur le lien, le malware s’installe discrètement sur l’appareil. Kaspersky Lab - L’un de ses objectifs est d’enregistrer les appels et de les envoyer sur un serveur où les criminels pourront les utiliser. Ensuite, il détecte les applis dont se sert le propriétaire du smartphone et dès que ce dernier en lance une dont le malware est capable de dupliquer l’interface il prend sa place. L’utilisateur entrera alors de bonne foi ses données bancaires pour réserver un taxi par exemple sans savoir qu’il vient de les fournir à des criminels. Parmi les applis « copiées », celles de banques russes, de Booking ou encore d'Uber comme le montre cet extrait du code présenté par les chercheurs. Kaspersky - Le malware peut aussi intercepter des SMS arrivant sur le smartphone pour récupérer des mots de passe ponctuels envoyés par des banques pour confirmer des paiements. Pour le moment, les attaques concernent surtout la Russie et les anciens pays de l’URSS. Les chercheurs de Kaspersky ont d’ailleurs remarqué que le code de cette mouture de Faketoken était rédigé en russe. D’après eux, il pourrait s’agir d’une version de test qui sera certainement améliorée pour une diffusion plus large. Aussi donnent-ils quelques conseils pour éviter l’infection : bloquer l’installation de contenus de sources inconnues depuis les paramètres du smartphone, toujours contrôler les autorisations que réclament les applis que l’on téléchargent et enfin installer un antivirus.
  7. Google Assistant est disponible en France sur la majorité des smartphones sous Android 6 et 7 Google a accéléré le déploiement de son assistant personnel intelligent. Désormais, presque tous les appareils récents peuvent profiter de cet outil. A la fin du mois de mai 2017, Google avait commencé le déploiement en France de son assistant personnel intelligent. D’ici la fin de la semaine, il sera disponible sur la grande majorité des smartphones compatibles, a annoncé la firme de Mountain View. Pour être éligible, votre appareil devra tourner au minimum sous Android 6.0 Marshmallow, disposer d’au moins 1,5 Go de mémoire vive ainsi que d’un écran HD 720p et que les Google Play Services y soient activés. Pour savoir si Google Assistant est disponible sur votre smartphone, il suffit d’effectuer un appui long sur le bouton Home. Ensuite, pour qu’il fonctionne, il faudra lui donner accès à votre activité sur le Web et dans les applis présentes sur votre smartphone, aux informations provenant de l’appareil (contacts, agenda, musique, capteurs…) afin de vous fournir des réponses les plus personnalisées possible et à l’activité vocale pour pouvoir reconnaître votre voix. Captures écran - A partir de là, vous pourrez lui demander, après avoir prononcé la phrase magique « OK Google », de vous donner les horaires d’un musée, la météo, de programmer une alarme, d’envoyer un e-mail, de calculer un itinéraire… ou de vous raconter une blague. Il peut aussi traduire des mots ou convertir une monnaie. Pratique lorsque vous êtes à l’étranger. Et à chaque demande, des cases proposant d’aller plus loin sont affichées en bas de l’écran du smartphone. La prise en main est rapide tout comme les réponses de l’Assistant. Les demandes d’envoi d’e-mail ou d’appel depuis les contacts se font également de manière très fluides. A terme, ajoute Google, l'Assistant sera non seulement disponible sur les smartphones et son enceinte Google Home mais également dans les voitures via le système Android Car, sur votre téléviseur sous Android TV et à votre poignet grâce aux montres sous Android Wear.
  8. Bientôt des transferts sans-fil à très haut débit pour les smartphones ? La société Keyssa propose une technologie pour remplacer les connecteurs des appareils par des liaisons sans fil à courte portée. Elle a d'ores et déjà séduit des ténors du marché de la téléphonie. Les entreprises Foxconn, qui fabrique notamment les iPhone, et Samsung viennent de s'associer à la startup californienne Keyssa. Cette dernière a développé une technologie innovante qui pourrait bien arriver dans les futurs smartphones. Baptisée « Kiss Connectivity », elle permet de transférer très rapidement des données entre deux appareils, en les faisant simplement se toucher (les appareils se donnent un baiser, d'où le nom Kiss). Protégée par plus de 250 brevets, la technologie de Keyssa mise sur le transfert sans fil à courte portée en utilisant des ondes radio à très hautes fréquences (bande des 60 GHz), avec un débit atteignant les 6 Gbit/s. Keyssa promet par exemple que le transfert d'une vidéo de 1 Go prend seulement 2 secondes avec sa technologie. La société précise également que la technologie est compatible avec les principaux standards de communication du marché : USB 3.0, DisplayPort, SATA et PCI Express. Cela veut dire qu'il serait assez facile pour un constructeur de remplacer les connecteurs physiques par une transmission sans fil, en intégrant une puce mesurant seulement 5 x 5 mm. En revanche, la transmission est de type « point à point », ce qui pourrait impliquer qu'il ne sera pas possible d'établir plusieurs connexions à la fois, par exemple pour afficher l'écran d'un smartphone sur un moniteur tout en transférant des données avec un autre appareil. Néanmoins, la technologie est prometteuse et Keyssa travaille également avec Intel pour son intégration dans les ordinateurs. L'entreprise n'est cependant pas la seule à travailler dans ce domaine puisque le smartphone Essential PH-1, conçu par le père d'Android, est doté d'une fonction de transfert sans fil à haute vitesse similaire. Mais l'appui de poids lourds comme Samsung pourrait bien donner un énorme coup de pouce aux ambitions de Keyssa. Source : Keyssa
  9. A vos calendriers : Android O sera dévoilé lundi 21 août Cette fois, c'est la bonne : Google va profiter de l'éclipse totale de soleil aux Etats-Unis pour lever le voile sur la prochaine version de son OS mobile. Etes-vous parés ? Lundi soir, on devrait enfin connaître le nom de la sucrerie choisie par Google pour baptiser la nouvelle version de son OS mobile. Par le biais d'un minisite, la firme vient en effet d'annoncer un livestream qui dévoilera Android O... le jour de l'éclipse solaire aux Etats-Unis. L'événement aura lieu lundi 21 à New York, à 20h40 (heure française). Outre le nom de cette version (Oreo, Oatmeal Cookie ?), Google pourrait bien nous montrer de nouvelles fonctions à l'occasion de cette conférence. Rappelons qu'Android O est d'ores et déjà disponible en bêta sur les smartphones Pixel et les plus récents Nexus. Cette préversion inclut quelques nouveautés, notamment des notifications revues et corrigées et l'apparition d'un mode Picture-in-Picture.
  10. La quasi-totalité des voitures sont vulnérables à une méchante faille de sécurité Des chercheurs en sécurité informatique ont récemment prouvé qu'un protocole de communication présent sur quasiment toutes les voitures actuelles contenait une vulnérabilité impossible à corriger. Voilà une découverte un tantinet effrayante. En partenariat avec des chercheurs de l’université polytechnique de Milan et des Canadiens de LinkLayer Labs, la firme de sécurité Trend Micro a montré qu’une vulnérabilité existant dans le protocole de communication interne de la plupart des voitures pouvait être exploitée par des pirates pour déconnecter les systèmes de sécurité... ou voler le véhicule. Les chercheurs ont mis en évidence une vulnérabilité dans le standard CAN (Controller Area Network), développé par Bosch en 1983 et utilisé depuis dans la grande majorité des voitures. Son rôle est de simplifier l'interconnexion et la communication entre l'ordinateur de bord et plusieurs groupes de composants : ceux liés au confort du véhicule, ceux qui aident à la détection des pannes mais aussi les composants dits de sécurité comme les airbags, les capteurs de chocs ou l’ABS. Les bus CAN servent à la maintenance du véhicule, mais participent aussi à votre confort de conduite. Ils peuvent par exemple permettre à la radio d’augmenter le volume du son lorsqu’ils repèrent un changement de vitesse… Mais dans le lot de messages qui circulent, il y a parfois des erreurs que le système gère en renouvelant l’envoi d’un message entre deux éléments. Et lorsqu’un composant envoie trop de messages d’erreur il est coupé du circuit CAN pour empêcher qu’il n’entraîne des erreurs sur les autres modules. C’est justement sur cette fonction que se sont concentrés les chercheurs. Ils ont réussi à la déclencher de manière artificielle, en créant une attaque par déni de service qui oblige le système à désactiver divers éléments de la voiture comme l’ABS, la fermeture des portes ou encore les airbags. Comme on peut le voir ci-dessous, il se sont servis d'une simple carte Arduino reliée à la prise OBD de leur voiture cible pour commettre leur forfait. Que l'on se rassure tout de même. Pour qu'un hacker pirate ainsi votre voiture, il lui faudrait donc dans la plupart des cas un accès physique au véhicule. Sauf s'il parvenait à profiter d'une autre faille sur un véhicule connecté (en 4G ou en Wi-Fi par exemple). Le véritable souci, c'est surtout que ce problème global est quasi impossible à corriger : pour éliminer entièrement cette faille, il faudrait développer un tout nouveau standard plus sécurisé. Une procédure longue et fastidieuse... qui ne changerait rien de toute façon pour toutes les voitures déjà en circulation. Les chercheurs offrent cependant des pistes aux constructeurs pour limiter les risques. Notamment le chiffrement des communications CAN ou une protection physique du port OBD.
  11. Waze : faites appel à la communauté en cas de panne sur la route Waze L'appli de navigation intègre désormais un bouton d'appel en cas de panne : il permet de demander de l'aide aux autres utilisateurs. En plus de vous mener d’un point A à un point B, l’appli de navigation Waze permet de signaler les bouchons, les routes fermées, les voitures de police… La dernière mise à jour de sa version Android, en cour de déploiement, intègre un nouveau bouton pour demander de l’aide, a découvert Android Police. Un pneu crevé sur l’autoroute ? Plus d’huile alors que vous êtes sur une route de campagne ? En temps normal, vous auriez téléphoné à votre assureur ou à un service de dépannage. Désormais, un appui sur le nouveau bouton, placé dans la fenêtre des signalements, permet de faire appel, gratuitement, à la communauté des utilisateurs de l’appli. Waze n’a pas fourni de détails sur le fonctionnement de cette nouveauté mais on peut supposer qu’elle va dépendre de la bonne volonté des Wazers et que vous aurez plus de chance d’obtenir une réponse dans une zone fortement fréquentée. Capture Waze par Android Police - D’après les chiffres mis en avant sur le site de l’appli, la communauté compte 85 millions de personnes à travers le monde. Cela devrait assurer le succès de cette nouvelle fonction. Reste à savoir si les Wazers oseront faire appel à des inconnus pour les aider... Ce n’est pas la première fois que Waze s’intéresse à la sécurité des conducteurs. En juin dernier, l’appli et l’Association européenne des numéros d’urgence ont lancé à Milan en Italie un programme pilote pour améliorer l’échange d’informations entre les automobilistes et les secours en cas d’accident. En plus de l’Italie, la France et l’Autriche participent à ce test. Pour le moment, la fonction ne semble être accessible qu’aux Etats-Unis. Il faudra donc surveiller les prochaines mises à jour de l’appli pour voir si elle est déployée plus largement.
  12. Google Maps : une mise à jour qui va plaire aux voyageurs Avant l'arrivée de la prochaine mouture stable de Google Maps, cette préversion présente de nouvelles fonctions intéressantes, dont une section questions-réponses dans les lieux notables et des statistiques sur vos trajets en voiture. Google publie régulièrement des versions beta de Maps, son appli de navigation. La version 9.59 pour Android mise à disposition en ce début août 2017 et repérée par Android Police comporte des fonctions intéressantes pour qui voyage beaucoup ! Pour commencer, la firme de Mountain View propose une nouvelle section de questions-réponses sur des lieux touristiques, petits ou grands, et des établissements privés, tels que des restaurants, des musées, des boutiques ou encore des stades. Elle est située dans la page d’informations, entre les renseignements pratiques (adresse, numéro de téléphone, horaires d’ouverture…) et les photos du lieu. Si aucun renseignement n’a encore été demandé, une fenêtre permet de poser une question au propriétaire du lieu ou à la communauté. Dans le cas contraire, les questions et leurs réponses, s’il y en a, apparaissent directement. Avantage pour Google : que vous restiez dans l'appli. Captures écran Google Maps - Pour le moment, la rubrique est forcément assez vide, mais si elle est intégrée dans une version stable de l’appli, elle pourrait se remplir rapidement. Si les utilisateurs trouvent la réponse pertinente, ils pourront laisser un avis favorable. Gageons qu’un grand nombre d’avis positifs devrait, a priori, offrir plus de visibilité à la réponse. On trouve également dans cette v9.59 une option permettant de conserver ses données de conduite mensuelles. On y trouvera différents éléments comme le nombre de trajets effectués, la vitesse moyenne et le temps passé. Des données qui intéresseront sûrement les grands rouleurs. Capture écran Google Maps - Enfin, la beta propose un mode Picture in Picture aux utilisateurs disposant d’un smartphone sous la bêta Android O. Il permet de réduire la fenêtre de l’appli à une petite image flottante qui s’affiche sur l’écran d’accueil de l’appareil. Android Police - Si l’idée est bonne, Android Police qui a pu tester ce mode ne le trouve pas abouti. En conduite, les informations sont certes pertinentes mais leur affichage est perturbé par des icônes qui dépassent ici ou là et par la barre verte située normalement en haut de l’écran. Si tester les nouvelles versions de Google Maps en avant-première vous intéresse, sachez que la firme de Mountain View propose de s'inscrire à un programme de bêta testeurs afin de découvrir les nouvelles fonctions de l'appli avant leur sortie.
  13. Marketplace : Facebook lance son «Le Bon Coin killer» en France Un service de plus pour les utilisateurs de Facebook en Europe ! Le géant déploie aujourd'hui Marketplace, une plate-forme de petites annonces entre particuliers. Si votre canapé ne trouve pas acquéreur ou, à l'inverse, que vous n'arrivez pas à dénicher la poussette d'occasion qui vous fait tant défaut, tentez dorénavant votre chance sur Facebook. Le géant des réseaux sociaux lance aujourd'hui son Marketplace en France (ainsi que dans seize autres pays européens), une toute nouvelle plate-forme gratuite de petites annonces, accessibles aux utilisateurs du réseau social mais uniquement sur les applis iOS et Android. Les mises à jour sont en cours de déploiement, donc ne vous précipitez pas tout de suite sur votre smartphone ou votre tablette, il y a de fortes chances que rien n'ait encore changé. Une interface simple et épurée Pour assurer le succès de la plate-forme, le réseau social a créé une interface très simple d’accès. Pour savoir ce qui se vend autour de chez vous ou dans une région donnée, c’est très simple. Une fois la mise à jour contenant Marketplace installée sur votre smartphone ou tablette, il suffit de cliquer sur l’icône représentant un auvent de magasin. La plate-forme s’ouvre alors sur des photos d’objets donnant accès à diverses informations comme le prix, la description de l’objet, le nom et la localisation du vendeur. On peut aussi taper le nom d’un produit dans la zone de recherche ou naviguer dans une liste de catégories comme électronique, maison et jardin, vêtements… Facebook - Lorsque vous repérez une annonce qui vous intéresse, le contact se fait avec le vendeur via Messenger. Mais attention, le réseau social ne s’occupe ni du paiement ni de la livraison. Autre précision utile, il ne prend aucune commission. Facebook précise que l’intérêt de sa plate-forme réside aussi dans le fait que l’on peut vérifier le profil des vendeurs, savoir depuis combien de temps ils sont sur le réseau social et si l’on a éventuellement des amis en commun. Mais il ne dit pas si un système sera mis en place pour évaluer la satisfaction des acheteurs. Cependant, dans les pages d’aide, Facebook fait référence à un badge « Très réactif », à l'image de celui qui existe déjà sur les pages. Quant au dépôt d’une annonce, c’est tout aussi simple. Il suffit de prendre une photo de l’objet à vendre, d’entrer une description et son prix, puis d’indiquer son nom et sa localisation avant de cliquer sur publier. S'appuyer sur la communauté En France, Marketplace se positionne en concurrent direct du Bon Coin, l'un des 10 sites les plus consultés tous les mois par les Français (selon les chiffres de Médiamétrie). Dans les pays où Marketplace est d'ores et déjà actif, la plate-forme attire 550 millions de visiteurs mensuels, précise l’agence de presse Reuters, soit environ un utilisateur de Facebook sur quatre dans le monde (plus de deux milliards recensés). Aux Etats-Unis, rien qu’au mois de mai dernier, plus de 18 millions d’annonces de vente de produits y ont été publiées. Un chiffre en constante augmentation, ajoute Facebook. A titre de comparaison, Le Bon Coin revendique 28 millions d’annonces actuellement en ligne. Un premier essai il y a dix ans Ce n’est pas la première incursion du réseau social dans la vente en ligne, mais les précédents essais n'avaient pas vraiment été couronnés de succès. En 2007, le réseau social de Zuckerberg avait lancé un service similaire, déjà baptisé Marketplace, qui n’avait pas séduit les internautes. Peut-être était-ce trop tôt. Puis en 2012, il inaugurait une boutique cadeaux, fermée deux ans plus tard. Aujourd'hui, Facebook dispose d'espaces Boutiques et de Groupes de vente de produits auxquels vient s'ajouter le Marketplace. Selon Reuters, l'action du groupe norvégien Schibsted, qui détient Le Bon Coin, a marqué un fort recul à la bourse d’Oslo à l’annonce du lancement de Marketplace en Europe. Toutefois, son directeur financier, Trond Berger, ne se montre pas inquiet. « Il s’agit d’un développement attendu, cela ne changera rien à notre stratégie, a-t-il déclaré. Le Marketplace de Facebook a eu peu d’impact sur les marchés où il a déjà été lancé. »
  14. Game Of Thrones S07E06 fuite sur le Web après une énorme bourde de HBO Les fans de la série peuvent remercier HBO Espagne pour sa gaffe. Ils peuvent voir le prochain épisode de leur série favorite avant sa diffusion officielle. C’est ce qui s’appelle une bourde. HBO Espagne a diffusé par erreur le sixième épisode de la saison 7 de Game of Thrones pendant la nuit du 15 au 16 août 2017. Et évidemment, les internautes fans de la série en ont largement profité. Même si l’incident n’a duré qu’une heure et que la chaîne a ensuite retiré l’épisode, c’était trop tard. On peut ainsi voir fleurir des images inédites et des GIF sur Reddit ainsi que de courtes vidéos (attention spoilers) sur Twitter pour annoncer un retour attendu. D’autres ont eu moins de scrupules et ont mis l’épisode entier à la disposition des autres internautes sur des sites comme Mega ou The Pirate Bay. Ce n’est pas la première fois que la chaîne fait ce genre de gaffe. En 2016, c’est en Norvège qu’un épisode de la série avait été diffusée avec 24 heures d’avance avait indiqué à l’époque le site spécialisé sur l’actualité du partage en ligne. Et en 2015, ce sont quatre épisodes de la saison 5 qui avaient fuité. Ils venaient a priori de copies envoyées à des critiques de médias. Enfin, il y a deux semaines, un autre épisode de la saison 7 avait déjà été mis en ligne, mais cette fois par des pirates. HBO a immédiatement mené l’enquête et quatre hommes ont été arrêtés en Inde. Rappelons que Game of Thrones est la série la plus piratée au monde depuis quatre ans déjà et que la chaîne s’est lancée dans une véritable croisade contre le téléchargement illégal de sa série. Mais cette fois, elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même.
  15. Qualcomm dévoile la techno qui va offrir la vision 3D à votre smartphone Android Le concepteur de puces annonce que son prochain SoC Snapdragon intègrera des fonctions évoluées de détection de profondeur grâce à la nouvelle génération de son module Spectra. Qualcomm a commencé à lever le voile sur son prochain SoC haut de gamme pour smartphones, qui succèdera au Snapdragon 835. La future puce sera dotée de la deuxième génération de Spectra, un processeur de signal pour le traitement des images. En profitant des capteurs photo d'un smartphone Android, ce module est capable de créer une image haute définition en profondeur comme le montre la vidéo ci-dessous. Qualcomm passe donc à la vitesse supérieure par rapport à la première génération du module Spectra, intégré dans les Snapdragon 820 et 835, qui a pour tâche principale d'améliorer la qualité des photos (prises de vues en basses lumières, zoom). Le Spectra seconde génération permet d'améliorer les photos et les vidéos en apportant par exemple une stabilisation d'image électronique ou en créant des portraits avec effet bokeh (flou artistique de l'arrière-plan), mais aussi d'offrir une analyse de l'image en profondeur, avec une haute définition et une haute précision. Trois types de capteurs photo Qualcomm a prévu d'associer le module Spectra à trois types de capteurs photo différents pour mettre en oeuvre une ou plusieurs fonctionnalités, en fonction du hardware de l'appareil. Il sera ainsi possible de réaliser une authentification par l'iris (plus efficace que celle du Galaxy S8 de Samsung selon le concepteur de puce), et/ou une captation en 3D passive d'une scène et/ou, mieux, une captation en 3D active. La vision 3D passive met en œuvre deux capteurs photos, selon le même principe que les deux yeux d'un être humain. Beaucoup plus ambitieuse, la vision 3D active fait intervenir un faisceau infrarouge en émission (un motif d'un millier de points est envoyé) et en réception, ce qui permet au module de créer une matrice de points qui servira à générer l'image 3D en utilisant les données du capteur photo traditionnel. Avec la seconde génération du module Spectra, Qualcomm va ainsi doter les smartphones haut de gamme de fonctions avancées en matière de réalité augmentée et de réalité virtuelle. Une technologie qui sera en concurrence frontale avec celle que prépare Apple pour son prochaine iPhone, dont il a déjà dévoilé l'une des briques : la couche logicielle ARKit. Le module de Qualcomm pourrait également servir dans des casques de réalité virtuelle autonomes. Il faudra cependant être patient car le successeur du Snapdragon 835 n'est pas prévu avant le mois de décembre. Les premiers smartphones qui en profiteront seront donc commercialisés l'année prochaine. Source : Qualcomm
×