Aller au contenu

mk78

V.I.P
  • Compteur de contenus

    2 839
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

2 503 Excellent

1 abonné

À propos de mk78

  • Rang
    mk78
  • Date de naissance 14/06/1968

Profile Information

  • Pays
  • Ville
    terre
  • Genre
    Homme
  • Centre d'Intérêts
    Centre d'Intérêts ba le forum sens je serai pas la

Visiteurs récents du profil

3 529 visualisations du profil
  1. Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine La rédaction vous propose sa sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 16 février 2018 : Avast, Microsoft Photos Companion, Landflix Odyssey, Tekken... 1. Avast Avast vient de procéder à la mise à jour de ses logiciels de protection antivirus. Au programme, des efforts ont été fournis en ce qui concerne le placement de fichiers en quarantaine. Désormais, le logiciel permet de placer plusieurs fichiers en même temps dans la zone de confinement et voit son module d’analyse des fichiers exécutables optimisé. Autre mesure adoptée par l’éditeur pour ce rafraîchissement : les mises à jours du programme et de la base virale sont maintenant plus fiables grâce à la mise en place d’un serveur de secours en HTTPS. Par ailleurs un nouveau module anti-exploit a été ajouté pour fournir une meilleure protection contre les menaces représentées par les fichiers exécutables. Pour contrer le pistage en ligne, Avast inaugure une nouvelle fonction AntiTrack disponible dans le menu dédié à la protection des données privées. Pour le reste, cette mise à jour vient corriger plusieurs bogues détectés dans la version précédente et améliore sensiblement la stabilité du programme. Télécharger Avast Antivirus Gratuit pour Windows (Gratuit) Télécharger Avast Pro Antivirus pour Windows (Démonstration) Télécharger Avast Internet Security pour Windows (Démonstration) Télécharger Avast Premier pour Windows (Démonstration) 2. CCleaner CCleaner passe en version 5.40. L’utilitaire de nettoyage et d’optimisation de Piriform dévoile de nouveaux outils de nettoyage dédiés au navigateur web Microsoft Edge. Une nouvelle règle de nettoyage concernant les onglets mis de côté dans Edge fait son apparition dans le menu de nettoyage qui lui est consacré. Par ailleurs, pour éviter toute mauvaise manipulation, CCleaner affiche désormais une alerte lorsque vous avez choisi de procéder au nettoyage d’anciennes données contenues dans le répertoire Prefetch. Enfin, outre la traditionnelle correction de bogues, l’interface du programme a bénéficié de quelques légères améliorations. Télécharger CCleaner pour Windows (Gratuit) Télécharger CCleaner Portable pour Windows (Gratuit) 3. Microsoft Photos Companion Issue du Microsoft Garage, un laboratoire d’expérimentation au sein duquel les équipes de Microsoft se challengent, Photos Companion est une application mobile qui propose aux possesseurs de smartphones Android ou iOS de transférer les photos capturées avec leur appareil sur leur PC en se passant de toute connexion filaire. Photos Companion fonctionne de pair avec l’application Photos de Windows 10 et requiert que les deux appareils soient connectés au même réseau Wi-Fi. Une fois ce prérequis complété, l’utilisateur n’a plus qu’à appairer le smartphone au PC en scannant à l’aide du téléphone le QR Code affiché sur l’écran de l’ordinateur. Il suffit ensuite de sélectionner les clichés à rapatrier puis à valider pour que Photos Companion transfère les images du téléphone vers le PC via le réseau local sans fil. Télécharger Microsoft Photos Companion pour Android (Gratuit) Télécharger Microsoft Photos Companion pour iPhone (Gratuit) 4. Sushi Browser Face aux géants du web que sont Chrome, Firefox et Opera, Sushi Browser propose une approche nouvelle de la navigation. Orienté productivité, ce navigateur mise tout sur un affichage ergonomique et des accès simplifiés. Sushi Browser trouve son intérêt premier dans l’organisation des onglets. En plus de la traditionnelle superposition des pages web, l’outil permet l’affichage simultanée de plusieurs onglets côte à côte dans une même fenêtre. Chacun s’ouvre dans des panneaux que vous redimensionnez comme vous l’entendez pour une optimisation totale de l’espace offert par le navigateur. Il reste possible d’ouvrir des onglets de manière traditionnelle, les uns derrière les autres. Sushi Browser mise également sur l’efficacité de vos sessions Internet grâce à une série d’extensions offrant des raccourcis vers des outils régulièrement utilisés. Il est ainsi envisageable d’accéder à l’explorateur de fichiers, à l’invite de commande (Power Shell et Bash), à un éditeur de texte et à un lecteur vidéo directement depuis la fenêtre de navigation. Enfin, Sushi Browser intègre le support des options classiques comme l’ajout de favoris, les historiques de navigation et de téléchargements, ou encore la synchronisation des données sur plusieurs machines. Télécharger Sushi Browser 32-bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser 64-bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser portable 32-bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser portable 64-bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Sushi Browser pour Mac (Gratuit) Télécharger Sushi Browser portable pour Mac (Gratuit) Télécharger Sushi Browser pour Linux (Gratuit) Télécharger Sushi Browser portable pour Linux (Gratuit) 5. Install Chrome Extensions pour Opera Basé sur le moteur Chromium, Opera était jusqu’ici capable d’installer et d’exécuter des extensions initialement prévues pour Google Chrome. Si ce n’est plus le cas aujourd’hui, les développeurs d’Opera Software ont trouvé la parade avec Install Chrome Extensions, une extension pour Opera qui permet donc d’installer les extensions de Google Chrome. Après installation, Install Chrome Extensions requiert un redémarrage du navigateur pour être parfaitement fonctionnelle. Il ne vous reste ensuite plus qu’à vous rendre sur le Google Chrome Web Store pour voir de nouveau s’afficher les boutons d’installation des extensions. Télécharger Install Chrome Extensions pour Opera (Gratuit) 6. Carte Grise La Poste Après « Veiller sur mes parents », qui permet aux personnes âgées de bénéficier de visites à domicile du facteur, et « Passer le code de la route », qui offre la possibilité aux futurs conducteurs de passer l’examen du code de la route avec La Poste, l’opérateur de services postaux se lance maintenant dans un service permettant aux particuliers de faire leur demande de carte grise. Et c’est grâce à l’application sobrement intitulée Carte Grise La Poste qu’il est désormais possible d’esquiver le passage à la préfecture après avoir acheté ou vendu un véhicule. Adieu, donc, ticket et files d’attente, toutes les démarches pour obtenir une carte grise peuvent être effectuées depuis votre smartphone. Carte Grise La Poste se veut intuitive et vous guide à chaque étape de la demande. Renseignez simplement les informations demandées, photographiez les documents à fournir et validez à l’aide d’une signature électronique avant de vous acquitter de la taxe de la carte grise et des frais d’opération, facturés ici une trentaine d’euros. Télécharger Carte Grise La Poste pour Android (Gratuit) Télécharger Carte Grise La Poste pour iPhone (Gratuit) 7. SPACE Si vous n’avez pas réussi à décrocher de votre appareil mobile malgré tous nos conseils, SPACE devrait vous donner un coup de pouce supplémentaire. L’application compatible avec les smartphones et les tablettes agit comme un coach virtuel et vous aide à gérer l’utilisation que vous faites de votre Android ou de votre iPhone/iPad au quotidien. Après avoir créé votre compte, SPACE apprend à vous connaître. Quelques renseignements sur vos habitudes de consommation permettent à l’appli de dresser votre profil et d’établir un plan de décrochage adapté. À l’issue du questionnaire, SPACE définit des limites quotidiennes de temps d’utilisation et de déverrouillage que vous modifiez si vous les jugez trop restrictives. Bien évidemment, si vous dépassez votre objectif du jour, vous pouvez continuer à utiliser votre appareil. L’application se charge néanmoins de vous rappeler votre manque de motivation évident. Si vous l’y autorisez, SPACE collecte les données d’utilisation des applications installées sur votre smartphone ou votre tablette afin de générer des statistiques quotidiennes détaillées de votre consommation mobile. Télécharger SPACE pour Android (Gratuit) Télécharger SPACE pour iPhone / iPad (Gratuit) 8. Landflix Odyssey Embarquez pour une aventure à mi-chemin entre nostalgie et avant-gardisme avec Landflix Odyssey, jeu de plateforme indépendant. On y incarne le personnage de Larry, grand amateur de séries Netflix. À force de binge watcher, le garçon est aspiré dans son poste de télévision et se retrouve à Landflix, univers parallèle aux faux airs de ses séries préférées. Landflix Odyssey aborde avec humour la surconsommation des séries qui enflamment les spectateurs. De monde en monde, les joueurs découvrent des environnements familiers qu’ils explorent avec plaisir. On ne parle plus de Breaking Bad, Stranger Things ou Daredevil, mais de Going Bad, Peculiar Stuff et Blind Evil. Landflix Odyssey joue le jeu de la parodie jusqu’au bout, permettant de naviguer dans un menu de séries comme on le ferait sur Netflix. L’occasion de partir à la rencontre de nouveaux personnages, de visiter les coulisses de shows populaires et d’affronter dragons ou Demogorgon pour de vrai. Landflix Odyssey est toujours en cours de développement. La démo disponible dévoile les deux premiers mondes du jeu qui fait par ailleurs l’objet d’une campagne Kickstarter. Télécharger Landflix Odyssey pour Windows (Démonstration) Télécharger Landflix Odyssey pour Mac (Démonstration) 9. Tekken Plus de vingt ans après sa première sortie européenne sur PlayStation, Tekken débarque sur mobile dans une version entièrement optimisée pour les interfaces tactiles. On y retrouve avec un plaisir nostalgique des personnages emblématiques de la saga comme Paul, Kazuya, Law ou Nina. Le gameplay demeure inchangé : participer à de courts affrontements et remporter la victoire en deux matchs gagnants. Tekken propose de collectionner une vingtaine de personnages à faire monter en niveau au fil des combats. Chacun possède ses propres compétences, en attaque comme en défense. Plus ils acquièrent d’expérience, plus leurs capacités sont décuplées. Afin de diversifier l’expérience de jeu proposée, Tekken inclut un mode histoire solo et un mode dojo en ligne permettant aux joueurs d’affronter d’autres concurrents à travers le monde. Dans ce deuxième cas, il est possible de constituer son équipe de combattants pour affronter ses amis, participer à des événements récurrents et remporter de nombreuses récompenses. Télécharger TEKKEN pour Android (Gratuit) Télécharger TEKKEN pour iPhone / iPad (Gratuit) 10. Dingbats Dingbats est un jeu de réflexion et de vocabulaire qui devrait mettre à rude épreuve votre matière grise. À partir de rébus et de représentations typographiques, vous devez retrouver l’expression ou l’association courante de mots qui se cachent derrière les énigmes. Afin de vous aider à trouver des réponses qui parfois échappent aux esprits les mieux entrainés, Dingbats indique le nombre exact de caractères composant l’expression à trouver et affiche uniquement les lettres dont vous avez besoin. Dingbats fait appel à votre maîtrise lexicale, mais également à votre créativité. Car pour trouver les réponses, il est parfois nécessaire de sortir du cadre et d’outrepasser les conventions typographiques. Télécharger Dingbats pour Android (Gratuit) Télécharger Dingbats pour iPhone / iPad (Gratuit)
  2. Ces pirates ont cassé les DRM qui protègent les jeux du Microsoft Store Un groupe de hackers a réussi à craquer pour la première fois un jeu publié sous le format Universal Windows Platform. Ce n’était pas une mince affaire car il a fallu contourner cinq verrous différents. Les pirates de jeux vidéo viennent de marquer leur premier but dans le domaine des applications Universal Windows Platform (UWP). Ce dispositif rappelons-le, permet aux éditeurs de créer des logiciels qui fonctionnent sur n’importe quel terminal Windows 10, qu’il s’agisse d’un PC, d’un smartphone, d’une tablette Surface, d’une Xbox One ou de HoloLens. Ces logiciels sont obligatoirement distribués par le Microsoft Store et ont la réputation d’être bien sécurisés. Mais visiblement cela n'a pas été suffisant. Le groupe de hackers Codex vient de casser les verrous de Zoo Tycoon Ultimate Animal Collection, un jeu disponible depuis le 31 octobre 2017. « C’est la première diffusion pirate d’un jeu UWP », peut-on lire dans le prologue du jeu piraté, publié par TorrentFreak. La version craquée de Zoo Tycoon Ultimate Animal Collection ne fonctionne que sous Windows 10 version 1607 (mise à jour anniversaire) ou supérieure. TorrentFreak - Le hack a été assez compliqué. Le jeu était protégé par cinq verrous différents qu’il fallait contourner. A savoir : MSStore, UWP, EAppX, XBlive et Arxan. Ce dernier est un système d’anti-violation comparable à Denuvo, un logiciel utilisé par un grand nombre d’éditeur de jeux. Mais apparemment, les pirates n’ont pas pu enlever toutes les chausse-trapes car, selon TorrentFreak, il serait « important que le jeu [craqué] ne communique pas avec Internet ». Il serait aussi nécessaire de bloquer les requêtes du jeu avec un pare-feu.
  3. iOS et Android menacent-ils la neutralité du net ? Nos smartphones et systèmes d’exploitation mobiles orientent nos choix de contenus, rétrécissant ainsi notre liberté d’accès à Internet. Le gendarme des télécoms propose des solutions pour reprendre le contrôle. On pensait que la neutralité du net était une affaire classée depuis que le principe avait été garanti par le règlement européen de 2015 et la loi française pour une République numérique de 2016. Pas si simple. Si les contenus sont bien traités de la même manière par les opérateurs pour permettre à tous d’y accéder sans discrimination, la neutralité du net n’est imposée qu’au niveau des réseaux... et pas des terminaux. « La situation peut paraître ubuesque. C’est comme si nous étions un plombier qui ne s’intéresserait qu’aux tuyaux mais pas à l’eau qui sort du robinet », nous confie le président de l’Arcep Sébastien Soriano. ERIC PIERMONT / AFP - Sébastien Soriano, le président de l'Arcep. Après avoir auditionné de nombreuses entreprises et associations, l’Arcep tire aujourd’hui la sonnette d’alarme en publiant un rapport préoccupant et unique en son genre qui interroge l’impact de ces terminaux sur notre accès aux contenus. Premier constat évident : l’ordinateur n’est plus notre moyen privilégié d’accéder à Internet. Le dernier baromètre du numérique a ainsi montré que les Français utilisaient dans 42% des cas un smartphone et 7% une tablette, ne laissant plus que 38% à l’ordinateur. Notre usage s’en trouve profondément bouleversé. Parce que pour des raisons de commodité, nous délaissons sur mobile les navigateurs web dans 84% du temps au bénéfice de seulement quelques applications. « Chaque fois que l’ergonomie s’améliore, nous laissons la machine faire davantage de choix à notre place », souligne Sébastien Soriano. Car le choix de ces applications est totalement orienté par le fabricant de l’appareil, le système d’exploitation et le magasin d’application qui y est associé. Autant dire que notre liberté d’accès aux contenus s’est considérablement rétrécie depuis que nous boudons le couple modem-ordinateur. Et les exemples sont légion. Cristiano Betta via Flickr CC - L'AppStore et le Play Store obéissent à des règles opaques Premier problème : les applications natives (moteur de recherche, navigateur, service de cartographie, messagerie, etc.). L'utilisateur a généralement le réflexe de se ruer dessus. « Les applications préinstallées ont tendance à détourner les utilisateurs finaux d’autres services », stipule le rapport de l’Arcep. Autre limitation, les difficultés d’accès à des magasins d’applications alternatifs de l’App Store et du Play Store. C’est impossible sous iOS à moins de jailbreaker son iPhone. Et sur Android, Google et les constructeurs n’encouragent pas les utilisateurs à le faire, mettant en avant des problèmes de sécurité. Or, les politiques éditoriales de l’App Store et du Play Store obéissent à des règles éditoriales opaques qui déterminent non seulement la validation d’une application (dans le cas d'Apple) mais aussi son classement dans les sélections (chez Apple comme chez Google). Du côté des éditeurs, il faut parvenir à mettre à jour régulièrement ses applications pour qu’elles restent compatibles et s’adapter aux différentes versions des OS qui ont tendance à se spécialiser par type de terminaux. Sans compter qu’il existe des pratiques de discrimination à visée commerciale. On se rappelle notamment d'Uber, qui a eu accès de façon privilégiée à des fonctions clés d'iOS. Google - Google Home Il y a un risque d'une kindle-isation du terminal Pour l'Arcep, le scénario cauchemar serait celui d'une kindle-isation du terminal. Que l'on arrive à spécialiser les appareils au point d'en posséder un pour chaque usage, sur le modèle de la Kindle d'Amazon qui ne sert qu'à la lecture. Avec la tentation pour les fournisseurs de réserver ces terminaux à leurs services ou à ceux de leurs partenaires exclusifs. C'est déjà le cas avec les enceintes intelligentes qui se généralisent. Apple a annoncé que son HomePod ne proposerait nativement que son service Apple Music. De son côté, Google Home impose le recours à TuneIn pour écouter de la radio. Les conséquences pourraient être graves à l'avenir et peser sur notre liberté de jugement. « Lorsque demain, en épluchant des patates, vous demanderez à votre enceinte intelligente quelles sont les informations, cela posera un vrai problème de démocratie », prévient Sébastien Soriano. Mais la partie n'est pas perdue d'avance. Avec ce rapport, l'Arcep émet aussi quelques propositions très concrètes pour nous aider à reprendre le contrôle sur l'accès aux contenus, comme la possibilité de désinstaller les applications natives (voir encadré). « Sur les terminaux, le règlement européen actuel est trop général et incomplet. Il ne s’agit pas de calquer tout l’arsenal mis en place pour les réseaux mais d’étendre son principe aux terminaux », résume Sébastien Soriano. « On peut tout à fait réussir à imposer des règles de bases et de bon sens à quelques grands acteurs ». Mais pour cela, il faudra changer la loi. C’est au gouvernement et au parlement maintenant de s’emparer de ce rapport, avec l'espoir que les commissaires européens y prêtent également une oreille attentive. Les principales propositions de l'Arcep pour garantir la neutralité du net sur les terminaux collecter de l'information auprès des fabricants de terminaux et éditeurs d'OS et la diffuser créer un outil de signalement des utilisateurs promouvoir des outils de comparaison des pratiques imposer la transparence des critères de référencement et de classement des magasins d'applications supprimer les applications préinstallées accéder sereinement à des magasins d'applications alternatifs accéder aux mêmes fonctionnalités pour tous les développeurs
  4. Les géants du cinéma partent en guerre contre les extensions pirates de Kodi Le célèbre logiciel multimédia dispose d'une kyrielle d’extensions pour regarder gratuitement de contenus payants. Une alliance de célèbres entreprises exige leur suppression. Une trentaine d’entreprises, dont HBO, Disney, Sony Pictures, Canal+, Amazon ou encore Netflix, se sont regroupées aux Etats-Unis pour lutter contre le piratage de la diffusion en streaming de leurs contenus. Et l’ACE (Alliance For Creativity and Entertainment) compte frapper fort en s’attaquant aux extensions (addons) du célèbre media center Kodi, qui le transforme en véritable plateforme de piratage et permet de regarder gratuitement des chaînes TV payantes. La cible de l’ACE est très large puisque sont concernés les développeurs et les distributeurs des extensions Kodi pirates, et même les auteurs de tutoriels vidéo sur YouTube. Ainsi, le site NoobsAndNerds qui proposait entre autres ce type d’extension dans un repo (abbréviation de Repository) a fermé ses portes après avoir reçu une missive menaçante de l'ACE. Se soumettre ou résister D’autres acteurs de cette communauté, par exemple SpinzTV, ont également reçu des courriers de type « cease and desist » (ordonnance de cessation et d'abstention), qui mentionne une violation de copyright et demande de cesser tout développement et/ou hébergement des extensions concernées. Certains ont obtempéré tandis que d’autres, comme le Youtubeur TeverZ font de la résistance. Woohoo. ACE found me and sent me a letter to stop. Told them to take me to court lmao — Teverz (@TeverzMe) 13 février 2018 Bref, la guerre est déclarée et la menace de procès risque de faire disparaitre un bon nombre d’extensions et de sites hébergeurs. Source : TorrentFreak, TVaddons L’ACE s’attaque également aux boîtiers TV Android qui favorisent le piratage Le piratage IPTV ne nécessite pas forcément un ordinateur. Certains boîtiers TV Android sont pré-configurés pour visionner en direct un large nombre de chaînes payantes, moyennant un abonnement au tarif dérisoire. L’ACE part également en guerre contre ce type de boîtiers et, aux Etats-Unis, a réussi à obtenir une injonction préliminaire contre le constructeur TickBox. Ce dernier doit du coup effectuer une mise à jour logicielle qui élimine toute extension pirate de son boîtier et empêche d’obtenir ce type d’addons. Et si l’ACE découvrait la présence d’une nouvelle extension ou appli pirate, TickBox devrait la supprimer sous 24 heures. Une décision qui va sans doute faire chuter drastiquement les ventes de ce boîtier... surtout prisé pour ses extensions pirates.
  5. Windows 10 : Microsoft ajoute de nouvelles fonctions dans la Spring Creators Update La dernière version préliminaire destinée aux Insiders révèle un nouveau mode de gestion de l’énergie et un contrôle des droits des applications. Microsoft voit double et publie deux versions préliminaires de Windows 10 pour les Insiders. En effet, l’éditeur planche déjà sur la mise à jour Redstone 5 et a commencé à réaliser des modifications mineures sur son système d’exploitation. Cette version 17604 est disponible aux Insiders ayant choisi la branche « Skip Ahead », c’est-à-dire désirant commencer à tester la version suivante de Windows 10. L’autre version préliminaire (17101) concerne la mise à jour Spring Creators Update (Redstone 4) prévue pour le mois d’avril. La chasse aux bugs continue et Microsoft introduit un nouveau mode dans la gestion de l’énergie baptisé Ultimate Performance. Comme son nom l’indique, ce mode offre le plus haut niveau de performances possible à l’ordinateur en réduisant les micro latences causées par la gestion de l’énergie. En revanche, ce mode s’adresse uniquement aux station de travail sous Windows 10 Pro for Workstations et n’est disponible que si la machine est branchée sur le secteur. Dans cette version spécifique de Windows 10, les applications « grand public » telles que les jeux seront remplacées par les applications professionnelles dans les tuiles du menu Démarrer. Contrôler les accès des applis UWP Windows 10 se dote d’une nouvelle fonction qui permet de contrôler l’accès des applications UWP (Universal Windows Platform) à tous les fichiers de l’utilisateur. Certaines applications seront dotées par défaut de ce type d’accès, mais l’utilisateur sera prévenu par une boîte de dialogue et pourra l’interdire en cas de besoin. Il sera également possible de contrôler ce type d’accès en allant dans la section Vie Privée des paramètres de Windows 10. Du nouveau dans les emojis Microsoft a tenu compte de l’avis des Insiders et a effectué quelques corrections dans les dessins de certains emojis. En outre, le panneau de recherche des emojis permet désormais de trouver une images dans plus de 150 langues, dont le français. Tester les nouvelles fonctions des applications Enfin, l’éditeur a également écouté la requête des Insiders qui désirent tester en avant-première les mises à jour des applications sans avoir à attendre la disponibilité d’une nouvelle version préliminaire. Pour cela, il suffit de cliquer sur le bouton Join preview dans les paramètres de l’appli. Cette offre concerne une première vague d’applis qui inclut entre autres Microsoft Photos, Paint 3D, Microsoft Sticky Notes, Windows Alarms & Clock, Windows Calculator, Windows Camera et Windows Mixed Reality Viewer. Pour quitter la phase de test, il suffira de retourner dans les paramètres de l’appli et de cliquer sur le bouton Leave preview. De quoi permettre à Microsoft d’avoir plus rapidement des retours sur les nouvelles fonctions de ses applications. Source : Microsoft
  6. Le nouveau modem 4G de Qualcomm offre un débit de 2 Gbit/s, mais vous ne pourrez pas en profiter Avec le X24, Qualcomm double les débits par rapport au modèle actuel. Sauf que très rares sont les réseaux 4G qui permettent d’atteindre cette vitesse. Qualcomm réglé comme du papier à musique. La société vient de présenter en avant-première du Mobile World Congress son nouveau model 4G X24. De catégorie 20, il permet des débits de 2 Gbit/s. L’année dernière, Qualcomm avait profité du salon barcelonais pour présenter le X20, son modem atteignant pour la première fois le gigabit par seconde. Il pourrait être la dernière ou l’une des dernières itérations 4G avant l’arrivée du X50, son premier modem 5G. Il sera notamment choisi pour des expérimentations menées entre mi 2018 et mi 2019 avant l’arrivée des premiers smartphones 5G l’année prochaine. Un débit presque 7 fois moins élevé en France Reste que le X24 tient plus de la performance de laboratoire que de l’avancée réelle pour les consommateurs. Très rares sont les pays où les infrastructures 4G proposent ce genre de débits. Et surtout pas en France ou l’essentiel du réseau mobile est plafonné à 300 Mbit/s. Ce modem a également peu de chance d’équiper les prochains iPhone. En pleine guerre ouverte contre Qualcomm, Apple aurait choisi de ne faire appel qu’à Intel pour ses futurs modèles de smartphones.
  7. Google active le bloqueur de publicités de Chrome Google compte sur les propriétaires de sites Web pour faire preuve de retenue dans l’affichage de publicité et vient d’activer un bloqueur pour celles qui ne répondent pas à certains critères. Google l’avait annoncé en juin : son navigateur Chrome s’attaque au publicités intrusives. Pour cela, il vient d'activer son bloqueur de publicité qui empêche l’affichage des messages publicitaires qui ne respectent pas les standards Better Ads. Ces standards sont issus des recherches de la Coalition for Better Ads, un groupe d’éditeur qui comprend entre autres Facebook, Google, Microsoft, ainsi que des agences de publicités. L’objectif est de lutter contre la tendance actuelle des publicités envahissantes sur les sites Web, qui ralentissent le chargement des pages et frustrent l’utilisateur. Les standards résultent de sondages auprès de plus de 40 000 internautes en Amérique du Nord et en Europe. Les site Web sont évalués selon ces standards et leurs propriétaires peuvent eux-mêmes vérifier si leur site répond aux critères en utilisant la Search Console de Google. En cas de non respect des standard, le propriétaire du site reçoit une notification de Google et dispose de 30 jours pour corriger le tir avant que le blocage des publicités ne soit activé. Chrome va donc bloquer les publicités qui ne respectent pas les standards Better Ads, par exemple des vidéos qui se lancent automatiquement avec du son, des fenêtres qui surgissent ou occupent toute la largeur de l’écran, voire l’écran entier, ou des comptes à rebours avant de donner accès à la page. Comme le montre l’image ci-dessous, quatre catégories sont retenues pour les ordinateurs et huit catégories pour les appareils mobiles, dont l’écran peut être plus rapidement envahi. Lors du chargement d’une page Web, le bloqueur de Chrome vérifie d’abord si la page appartient à un site qui n’est pas conforme aux standards Better Ads. Dans ce cas, il analyse les requêtes réseau de la page, par exemple celles chargeant du JavaScript ou des images, et les compare à des modèles issus entre autres de la célèbre liste EasyList utilisée par de nombreux bloqueurs de publicité. Si une correspondance est trouvée, la requête est alors bloquée et un message prévient l’utilisateur que des publicités ont été bloquées, avec la possibilité de les autoriser. L’approche de Google n’est donc pas globale, mais s’effectue site par site, ce qui peut poser un problème pour ceux qui n’ont pas été encore été référencés. Google n’indique pas si dans ce cas le bloqueur sera actif ou non. Quoi qu’il en soit, l’objectif n’est pas de bloquer toutes les publicités, mais seulement celles qui gênent la navigation de l’utilisateur, en espérant que les propriétaires fassent eux-mêmes le ménage dans leurs sites Web. Source : Google
  8. Freebox : le service de replay s'enrichit d'un moteur de recherche Le service Freebox Replay permet désormais d’effectuer une requête par titre, nom d’acteur ou mot clef. Accéder à un contenu audiovisuel en replay peut vite devenir un cauchemar depuis une box. Pour éviter les manipulations fastidieuses, Free propose une nouvelle fonctionnalité sur son service Freebox Replay. Du nouveau sur Freebox Replay ! Retrouvez désormais plus simplement vos contenus préférés grâce à la fonction de recherche présente sur l'accueil de Freebox Replay ! Vous pouvez effectuer vos recherches par titre, nom d'acteur ou par mot clé :-) pic.twitter.com/WuWSCNpYPH — Free (@LALIGNEDEFREE) 9 février 2018 Un moteur de recherche accessible depuis la page d’accueil permet désormais d’effectuer une requête à partir d’un titre, d’un nom d’acteur, d’un animateur ou d’un mot clef. La fonctionnalité est disponible via la Freebox Revolution et la Freebox mini 4K. Toutefois, seuls les programmes des chaînes utilisant l’interface de Freebox Replay sont disponibles via cette barre. Ce qui exclut des chaînes comme TF1 ou M6 qui utilisent leur propre portail.
  9. Linux arrive sur la Switch avec la promesse de jeux pirates… et Nintendo n’y peut rien Profitant d’un bug impossible à patcher de la puce Nvidia Tegra X1 qui motorise la console de Nintendo, les hackers ont installé Linux sur la Switch. Ce qui ouvre la porte à tous les bidouillages. Et au piratage des jeux. Dans combien de temps verra-t-on arriver les premiers jeux piratés sur Switch ? C’est sans doute une simple question de mois : des hackers de l’équipe fail0verflow ont en effet réussi à installer le système d’exploitation GNU/Linux sur la nouvelle console de Nintendo, comme le met en lumière TechCrunch. D’où vient la faille ? C’est là que ça coince : du processeur lui-même. C’est en effet au cœur du Tegra X1, la puce ARM tout-en-un (SoC, Silicon on a Chip) de Nvidia que les bidouilleurs ont trouvé une faille, plus précisément dans sa ROM de démarrage. Ce code en lecture seule (ROM signifie Read Only Memory) est injecté dans la puce une fois que celle-ci est techniquement opérationnelle et ne peut plus être édité a posteriori. 🐧🐧🐧🐧 #switch pic.twitter.com/4iTjTk9D59 — fail0verflow (@fail0verflow) 6 février 2018 En clair, les équipes de fail0verflow ont trouvé une faille impossible à corriger dans les Switch déjà produites et qui, selon ce tweet, ne demande même pas de modification matérielle de la console pour être exploitée. En installant un système d’exploitation tiers, les hackers vont pouvoir détourner la console de son utilisation première – un défi plutôt sympa en soi - mais qui va aussi permettre à d’autres hackers de fouiller dans les entrailles de la machine, ce qui mène invariablement dans le monde des consoles à l’exécution de jeux piratés. Un coup dur pour Nintendo qui va sans doute jouer au jeu du chat et de la souris avec les consoles ainsi modifiées lors de ses mises à jour système. Impossible à réparer, cette faille peut être évitée sur les prochaines machines en modifiant le code de la ROM de démarrage du processeur. Nvidia va donc devoir identifier la faille, développer un nouveau code (une étape sensible puisque, comme nous l’avons dit, on ne peut plus le modifier par la suite), puis mettre ce code dans des puces de test avant de le mettre en production industrielle. Des étapes qui prendront du temps… un temps qui joue (toujours !) en faveur des hackers.
  10. Plus de 4200 sites web infectés en quelques heures par un script de minage Un script de minage a été inséré de manière frauduleuse dans une librairie Javascript utilisée par des milliers de serveurs web. Le minage de moneros continue de faire des ravages sur la Toile. Hier, dimanche 11 février, plus de 4200 sites web ont été infectés par un script pirate qui, une fois chargé par l’internaute, utilise les ressources de son ordinateur pour générer la fameuse cryptomonnaie. Parmi ces sites figurent beaucoup de sites institutionnels dont – ironie de l’histoire – l’autorité britannique de protection des données personnelles (ico.org.uk). Il y avait également 16 sites en .FR dont celui de la mairie d’Asnières-sur-Seine. Cette malveillance a été découverte par le chercheur en sécurité Scott Helme lorsque l’un de ses amis lui a signalé une chose étrange : son antivirus lançait une alerte de sécurité quand il visitait le sites ico.org.uk. Après vérification, il s’est avéré que chaque page du site embarquait un script de minage. Celui-ci ne provenait pas de l’autorité britannique, mais de Texthelp, un éditeur tiers qui fournit une librairie Javascript baptisée Browsealoud, améliorant l’accessibilité de sites web. En réalité, les hackers n’ont donc pas piraté directement tous ces milliers de sites. Ils ont inséré leur script de minage dans cette librairie, et celle-ci s’est chargée automatiquement sur les serveurs web des clients. Depuis, Texthelp a déconnecté sa librairie, mettant un terme à ce minage inopiné. Selon l’éditeur, le script malveillant a été diffusé pendant quatre heures au total. Pour l’instant, on ne sait pas comment les pirates ont réussi à l’insérer dans la librairie Browsealoud. Une enquête est en cours.
  11. Le vrai Windows 10 tourne (presque) sur un Raspberry Pi ! La prise en charge des processeur ARM Snapdragon de Qualcomm par Windows 10 a permis à un bidouilleur d’installer et d’exécuter Windows 10 sur un Raspberry Pi. Le résultat est bancal, mais la performance intéressante pour le futur de Windows sous ARM. Besoin d’un PC pas cher sous Windows pour réaliser un projet perso ? Vous n’aurez peut-être bientôt plus besoin de recycler un vieux et gourmand (et encombrant) PC classique : d’ici peu, vous pourrez peut-être utiliser une carte Raspberry Pi. C’est en tous cas ce que promet la performance du hacker néerlandais NTAuthority mise en lumière par Liliputing. Le petit génie batave a profité de l’arrivée de la prise en charge par Windows 10 des processeurs ARM Snapdragon de Qualcomm pour les nouveaux « Connected PC » et a détourné cette fonction pour installer une version de test de Windows 10 Entreprise, comme le démontrent ces captures d’écrans publiées sur le compte Twitter du hacker. Une installation qui en est encore au stade de l’exploit et qui est non pérenne : Windows ne reconnait qu’un seul des quatre cœurs, le taux d’occupation de ce processeur tourne très souvent à 100% même en ne faisant rien, des erreurs aléatoires apparaissent régulièrement, etc. Outre le fait que Windows 10 n’intègre pas (encore ?) de code spécifique pour fonctionner sur Raspberry Pi, il y a aussi une limite de performances. En effet, s’il est tout à fait capable de gérer des émulateurs de vieilles consoles, un serveur web ou de petites applications du genre, le processeur qui motorise le Raspberry Pi, même la version 3 -la plus puissante- est loin d’être un foudre de guerre. Une piste et des promesses Le Broadcom BCM2837 du Raspberry Pi est un processeur ARM Cortex A53 gravé à 40 nm, disposant de quatre cœurs cadencés à 1,2 GHz, d’une partie graphique VideoCore IV à double cœur cadencée à 400 MHz, le tout épaulé par 1 Go de RAM. Une puce milieu de gamme capable de lire de la Full HD et de calculer des jeux 3D de base. Pour comparaison, le seul processeur ARM officiellement compatible avec Windows 10 est le Qualcomm SnapDragon 835 (et son successeur le 845, pas encore déployé). Une puce très performante qui ne boxe clairement pas dans la même catégorie que celle du Raspberry. le 835 est gravé quatre fois plus finement (10 nm) que le processeur du Raspberry Pi 3 et dispose non pas de quatre mais de huit cœurs (4+4 : 4 cœurs à 2,45 GHz et 4 à 1,9 GHz). En clair, même avec de nombreuses optimisations et beaucoup de travail, il y a peu de chances que l’expérience utilisateur de Windows 10 sous Raspberry Pi soit un jour satisfaisante. Mais outre le potentiel bidouillage de la chose, la démonstration ouvre la porte encore un peu plus grande aux PC sous processeurs ARM. Un mouvement qui va bien dans le sens de Samsung, récemment devenu n°1 mondial des semi-conducteurs et qui commence à pousser ses processeurs ARM Exynos sur beaucoup de plateformes dont des cartes de développement à la Raspberry Pi. Et un mouvement qui doit sans doute aussi inquiéter Intel et AMD, qui commencent à perdre le privilège d’exécuter le système d’exploitation d’ordinateurs le plus utilisé au monde… Sa partie graphique est également bien plus avancée : la puce graphique Adreno 540 dispose de de 256 unités de calcul. Et on ne vous parle pas des composants (audio, sans-fil, etc.) plus performants, ou des 4 Go de RAM des « Connected PC » sous SnapDragon. Or, malgré toute cette puissance, l’expérience de Windows est « satisfaisante » et non pas éblouissante. Windows 10 IoT Core, le système qui fonctionne officiellement La performance de NTAuthority est d’avoir installé un « vrai » Windows 10. Car il existe un autre Windows qui, lui, est prévu pour fonctionner sous Rasperry Pi et d'autres cartes de développement qui s’appelle Windows 10 IoT Core. Un système non pas conçu pour faire tourner Word ou Steam, mais, comme son nom l’indique, pour piloter des objets connectés et s’interfacer aussi bien avec les outils de développement (Visual Studio, etc.) que les services de Microsoft.
  12. Microsoft prépare la disparition des mots de passe dans Windows 10 L’éditeur expérimente une nouvelle fonction d’authentification mais cette dernière ne concerne pour l’instant que Windows 10 S. Est-ce que les futures versions de Windows n’auront plus besoin de mot de passe ? C’est ce qu’envisage Microsoft pour la mise à jour Spring Creators Update de Windows 10. L’objectif est d’utiliser la fonction Windows Hello et de s’authentifier avec un code PIN, son doigt ou son visage. Mais pour cela, les utilisateurs de Windows 10 ont d’abord besoin de configurer un mot de passe. Le smartphone sert pour la première authentification Microsoft veut éliminer cette étape en utilisant son application Authenticator pour smartphone, disponible en version iOS et Android. L’appli communique avec la plate-forme Azure de Microsoft (services Cloud) et délivre un code d’authentification à entrer sur le PC. Une fois le code entré, la fonction Windows Hello est activée pour configurer par exemple un code PIN qui remplace le mot de passe pour ouvrir une session. Pour l’instant, l’authentification sans mot de passe ne sera proposée que pour la version bridée Windows 10 S, qui s’adresse par exemple à l’éducation. Mais Microsoft pourrait l’étendre aux versions traditionnelles de son OS quand Windows 10 S aura cédé la place au S Mode. Mais l’utilisation de la plate-forme Azure risque de réserver la fonction au monde professionnel. Source : Microsoft
  13. Bientôt, les autorités pourront inspecter n’importe quel serveur hébergé en France Un projet de loi autorise l’ANSSI à effectuer des analyses auprès des hébergeurs en cas de risque d’attaque informatique majeure. Par ailleurs, les opérateurs télécoms pourront utiliser des sondes de détection d’attaques dont les signatures seront fournies par l’ANSSI. Le projet de loi relatif aux opérateurs télécoms dont parlait l’ANSSI depuis plusieurs semaines est désormais finalisé. Il a été présenté hier, jeudi 8 février, en Conseil des ministres avant d’être dévoilé à la presse (voir document ci-dessous). Comme prévu, les opérateurs de télécommunications vont bientôt pouvoir rechercher, dans le flux massif de trafic passant par leurs serveurs, les signaux ou marqueurs indiquant des attaques ou des piratages informatiques, a annoncé Louis Gautier, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), au cours d'une conférence de presse. Cette possibilité, nouvelle pour les opérateurs télécom, fait partie de la Revue stratégique cyberdéfense qui doit être publiée en début de semaine prochaine et qui a nécessité plus de six mois de travaux. « C'est un système collaboratif, avec les opérateurs, qui leur proposera, à partir de marqueurs ou de signatures d'attaques donnés par l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) de pouvoir procéder sur leurs flux à un traçage des attaques, à leur signalement. Et quand les menaces sont particulièrement graves, l'ANSSI aura la possibilité d'intervenir », a expliqué Louis Gautier. Une cybersurveillance basée sur le volontariat Jusqu'à présent, a précisé Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI, « les opérateurs n'ont pas le droit de fouiller dans leurs flux pour détecter des attaques. Ils ont le droit de protéger leurs systèmes, mais dans les flux qu'ils transportent, ils n'ont pas le droit d'aller voir s'il y a des attaques ou pas. Ils transportent l'eau, qu’elle soit potable ou pas potable, pour prendre cette analogie. » Ce projet de loi permet donc aux opérateurs d’installer des systèmes de détection sur leurs réseaux. L'ANSSI, pour sa part, communiquera aux opérateurs les marqueurs et les métadonnées permettant de rechercher les attaques (comme le numéro IP d'un ordinateur infecté, par exemple). « La loi n'est pas impérative, a précisé Louis Gautier. Mais je suis persuadé que les opérateurs qui n'offriront pas ce service seront immédiatement discriminés. Si je dois choisir un abonnement entre quelqu'un qui me propose une solution de sécurité et quelqu'un qui n'en propose pas, je serai conduit à aller vers celui qui la propose. Les opérateurs comprennent que c'est leur intérêt de contribuer à la fabrication de la sécurité. Mais ils n'y sont pas obligés. » L’ANSSI devient un cyber-inspecteur Le second volet du projet de loi, par contre, ne relève pas du libre arbitre des acteurs économiques. Il donne à l'ANSSI l'équivalent du rôle et du pouvoir d’un enquêteur de police. Ainsi, elle pourra aller inspecter, en cas de menace grave, les serveurs d'un hébergeur « pour aller voir au microscope si un attaquant n'est pas en train de faire des choses négatives », a expliqué Guillaume Poupard. Un système de détection temporaire est alors installé. « Il nous arrive malheureusement souvent que des partenaires étrangers nous signalent la présence de tel attaquant à telle adresse IP et sur tel serveur (…) Mais aujourd’hui, si nous allons voir un hébergeur, il nous dit à raison que nous n'avons pas le droit d'analyser ses serveurs », précise le directeur général. A noter que cette inspection ponctuelle peut également concerner n'importe quel équipement d'un opérateur télécoms. Cette procédure est purement administrative et n’est pas soumise à la décision d’un juge. La voie judiciaire a été volontairement écartée car le serveur malveillant peut être loué directement ou indirectement par les pirates et « on ne veut surtout pas prévenir l’attaquant que nous allons regarder sur son serveur car il va tout enlever immédiatement », souligne Guillaume Poupard. Toutefois, le gouvernement a prévu quelques garde-fous. Les dispositions de la Revue stratégique prévoient que l'ARCEP sera chargée du contrôle de l'application de ces nouvelles dispositions, et notamment que les données privées des utilisateurs ne seront pas conservées. Quant aux données techniques recueillies, elles ne pourront être conservées que pendant cinq ans.
  14. Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 9 février 2018 : VLC, Google Assistant Go, Motion Stills, Final Fantasy XV Pocket Edition... 1. VLC Enfin ! VideoLAN vient de dévoiler la très attendue mise à jour 3.0 de son lecteur multimédia VLC. Cette nouvelle mouture inaugure de nombreuses nouveautés, à commencer par la compatibilité Chromecast qui permet aux utilisateurs de lancer la lecture d’un fichier depuis leur ordinateur ou leur smartphone et de le diffuser sur l’écran de leur télévision. Sur ordinateur, la fonction est disponible depuis le menu Lecture > Renderer. VLC 3.0 sait désormais gérer le décodage matériel des vidéos HEVC assurant ainsi une meilleure fluidité durant la lecture de vidéos en 4K. Par ailleurs, le lecteur multimédia est maintenant capable de lire les vidéos à 360° ainsi que les contenus HDR. Enfin, cette mise à jour majeure est également l’occasion pour VLC de naviguer sur des serveurs de stockage auxquels il peut se connecter via les protocoles FTP, SFTP, SMB, etc. Télécharger VLC 3.0 pour Windows (Gratuit) Télécharger VLC 3.0 pour macOS (Gratuit) Télécharger VLC 3.0 pour Linux (Gratuit) Télécharger VLC pour Android (Gratuit) Télécharger VLC pour iPhone / iPad (Gratuit) 2. Opera 51 Le navigateur web Opera vient d’être mis à jour en version 51. Avec cette nouvelle mouture, la firme norvégienne Opera Software annonce avoir considérablement amélioré la rapidité de son navigateur sous Windows grâce à l’utilisation de Clang pour la compilation de son logiciel. D’après les tests effectués par l’entreprise avec Speedometer 2.0, Opera 51 serait 38% plus performant que son concurrent Firefox. Ce rafraichissement apporte également plusieurs améliorations. Au cours de la navigation sur une page longue par exemple, l’utilisateur n’a plus besoin de scroller pour revenir en haut de le page. Un simple clic sur l’onglet suffit désormais à retourner au début. Autre fonction bienvenue, Opera 51 permet dorénavant d’importer facilement vos favoris depuis un autre navigateur. La navigation au sein des onglets est également facilitée par l’introduction de deux nouveaux menus déroulants permettant pour l’un d’afficher la liste des onglets ouverts, pour l’autre la liste des onglets récemment fermés. Pour le reste, les vidéos lues au sein d’une fenêtre flottante intègrent désormais un bouton permettant de revenir à l’onglet dont est issue la vidéo, tandis qu’il est maintenant possible d’autoriser automatiquement l’utilisation de Flash Player pour tous les sites sans avoir à subir la demande d’autorisation de la part des sites utilisant le plugin d’Adobe. Télécharger Opera 51 pour Windows (Gratuit) Télécharger Opera 51 Portable pour Windows (Gratuit) Télécharger Opera 51 pour Mac (Gratuit) Télécharger Opera 51 pour Linux (Gratuit) 3. Google Assistant Go Google continue de décliner ses applications phares dans des versions allégées. Google Assistant Go est, vous l’aurez compris, la version amincie de l’assistant personnel de Google. Plus légère, mais surtout plus rapide que l’originale, Google Assistant Go vous permet, à l’aide d’une simple commande vocale, d’obtenir de l’aide. Il est ainsi possible de lancer rapidement un appel téléphonique, d’envoyer un message, de jouer une musique, ou encore d’obtenir une direction en demandant un itinéraire. Google Assistant Go vous accompagne également dans vos tâches quotidiennes puisque l’assistant de Google, dans cette version allégée, se pose en garde-fou en vous rappelant vos prochains rendez-vous, ou encore en vous indiquant la météo à venir. Et si toutefois vous cherchez une réponse à une question, existentielle ou non, Google Assistant Go se fera un plaisir de lancer une requête pour tenter de répondre à votre demande. Télécharger Google Assistant Go pour Android (Gratuit) 4. Nox Player Nox Player est un émulateur Android grâce auquel vous retrouvez toutes vos applications Android préférées sur votre ordinateur. Supportant clavier et souris, Nox Player est la solution idéale pour profiter sur grand écran de vos jeux vidéo mobile. Le programme profite cette semaine d’une mise à jour estampillée 6.0.5.0 qui intègre le support du clic droit pour vous déplacer dans les jeux. Les paramètres du logiciel sont quant à eux améliorés et intègrent désormais une fonction permettant de rétablir la taille de la fenêtre choisie au démarrage. Pour le reste, des correctifs ont été appliqués et ont permis de résoudre un bogue qui empêchait le clavier de fonctionner une fois Nox Player connecté à un VPN, tandis que les performances générales du logiciel ont été optimisées. Télécharger Nox Player pour Windows (Gratuit) 5. AirBattery pour Android Vous utilisez des écouteurs sans fil avec votre smartphone Android et aimeriez connaître l’autonomie restante ? AirBattery est un utilitaire qui s’y consacre. L’application, pour l’heure compatible avec les écouteurs AirPods d’Apple et BeatsX de Beats, vous propose de surveiller la batterie de vos écouteurs en indiquant leur niveau de charge par paliers de 10%. AirBattery affiche également une icône dans la barre de notifications lorsque l’un des écouteurs a une charge faible. Son développeur Georg Friedrich prévoit le support de nouveaux modèles d’écouteurs (Beats Studio 3 Wireless, Beats Solo 3 Wireless, Powerbeats 3 notamment), dans les prochaines mises à jour de son utilitaire. Télécharger AirBattery pour Android (Gratuit) 6. Motion Stills Motion Stills connaît cette semaine une mise à jour importante avec l’arrivée du support pour la réalité augmentée. Développée par les équipes de Google Research, l’application permet à ses utilisateurs de transformer de courtes vidéos en gifs animés de trois secondes. S’appuyant sur les Live Photos de l’iPhone ou sur de brèves séquences vidéo sur Android, Motion Stills trouve un juste équilibre pour animer vos souvenirs de manière originale. En passant en version 2.0, Motion Stills dévoile une fonctionnalité sympathique avec l’intégration des stickers AR. En recourant aux accéléromètre et gyroscope de votre smartphone, l’application permet d’intégrer des éléments virtuels animés dans le décor filmé. Le résultat est amusant et confère à vos gifs une dimension créative nouvelle. Télécharger Motion Stills pour Android (Gratuit) Télécharger Motion Stills pour iPhone (Gratuit) 7. Olympics Olympics vous propose de suivre les JO d’hiver à Pyeongchang comme si vous y étiez. Officiellement développée par le Comité International Olympique, l’appli offre un accès complet au calendrier des compétitions. Vous découvrez les horaires et équipes toujours en lice pour le podium, ainsi que le classement final et le détail des médailles remportées par chaque pays. Olympics vous permet de filtrer vos recherches par disciplines sportives. Que vous soyez féru de biathlon ou que vous ne suiviez de près que le saut à ski, vous pouvez affiner le flux des actualités consultées. Il est également possible de paramétrer des notifications pour les pays de votre choix, et ainsi vous tenir au courant de la progression des équipes que vous soutenez. Olympics vous invite enfin à revivre les grands moments de ces JO d’hiver à travers des photos officielles, des vidéos et des reportages thématiques. Télécharger Olympics pour Android (Gratuit) Télécharger Olympics pour iPhone / iPad (Gratuit) 8. Subway Surfers Subway Surfers fête la Saint Valentin et s’offre une mise à jour aux couleurs de l’amour. Sautez sur votre planche et explorez le métro parisien dans une ambiance rose et duveteuse. Collectez des pièces et des boîtes de chocolats en forme de cœur en parcourant tunnels et lignes aériennes de la ville des amoureux. N’oubliez pas d’éviter les trains qui déboulent en face pour progresser toujours plus loin dans ce runner réactif. Cette mise à jour romantique de Subway Surfers vous offre l’occasion de découvrir des contenus exclusifs comme une planche spéciale Sweatheart. Vous débloquez par ailleurs un nouveau personnage avec Coco, Mime agile disposant de son propre surf et venant agrandir votre collection de protagonistes. Enfin, Subway Surfers vous permet de vous rendre dans la ville de l’amour avec Subway Surfers World Tour, ainsi que de remporter de nombreuses récompenses inédites lors de la Weekly Hunt. Télécharger Subway Surfers pour Android (Gratuit) Télécharger Subway Surfers pour iPhone / iPad (Gratuit) 9. Final Fantasy XV Pocket Edition L’univers de Final Fantasy XV débarque sur mobile avec Final Fantasy XV Pocket Edition. On y retrouve Noctis, prince héritier de Lucis, en route pour Tenebrae. Il part retrouver Luna qu’il doit épouser. Malheureusement, la voyage ne se déroule pas comme prévu, et il doit affronter de nombreux obstacles avant de retrouver sa bien-aimée. À l’occasion de sa sortie sur smartphones et tablettes, Final Fantasy XV Pocket Edition se déploie comme une version adaptée aux interfaces tactiles. Le système de contrôle simplifié améliore votre expérience de jeu, aussi bien durant les scènes d’action qu’en période plus reposante. Les graphismes ont également été revus pour offrir aux joueurs autre chose qu’un simple portage de l’univers consoles/PC sur mobile. Final Fantasy XV Pocket Edition offre à tous le premier chapitre dans son intégralité. En revanche, il vous faudra acheter le jeu pour profiter des neuf épisodes suivants. Télécharger Final Fantasy XV Pocket Edition pour Android (Démonstration) Télécharger Final Fantasy XV Pocket Edition pour iPhone / iPad (Démonstration) 10. The Lost Cave of the Ozarks Jeu d’aventure indépendant reposant sur un scénario choral, The Lost Cave of the Ozarks vous embarque pour un voyage temporel dont le point d’ancrage réside au fond d’une grotte mystérieuse. Vous y découvrez les histoires d’un jeune garçon perdu dans les années 1880, d’un dangereux fugitif du XIXème siècle et d’un guide touristique contemporain. Les chemins se mêlent dans des temporalités différentes et semblent toutes converger vers un même endroit : la tristement célèbre Grotte Perdue des Ozarks. Avec son gameplay original et son esthétique particulière, The Lost Cave of the Ozarks vous entraîne dans un univers à l’atmosphère peu ordinaire. Pour percer le mystère de la Grotte Perdue, il vous faut l’explorer au fil des différentes temporalités, résoudre des énigmes et abolir les frontières qui séparent passé et présent. Vos choix influencent le déroulement des scénarios qui aboutissent à plusieurs fins selon les sentiers empruntés. Toujours en cours de développement, The Lost Cave of the Ozarks dispose d’une démo jouable et fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur Kickstarter. Télécharger The Lost Cave of the Ozarks pour Windows (Démonstration) Télécharger The Lost Cave of the Ozarks pour Mac (Démonstration) Télécharger The Lost Cave of the Ozarks pour Linux (Démonstration)
  15. Google Chrome : gare à cette arnaque qui fait planter votre navigateur Planqué dans des pubs vérolées, un code Javascript malveillant fige le navigateur en initiant des milliers de téléchargements. L’utilisateur est alors incité à appeler la « hotline de Microsoft ». C’est une arnaque bien connue : en surfant sur la Toile, l’internaute voit tout d’un coup un message effrayant s’afficher, tel que « Votre ordinateur est bloqué », « Votre ordinateur est infecté » ou « Alerte sécurité ». Il est incité à appeler immédiatement la « hotline de Microsoft ». Evidemment, il s’agit d’un faux numéro surtaxé. Histoire de rendre l’arnaque plus crédible, les pirates cherchent à réellement bloquer l’ordinateur de leur victime par l’intermédiaire d’un code Javascript malveillant. La dernière variante du genre a été identifiée par les chercheurs de Malwarebytes, ciblant spécifiquement des utilisateurs de Chrome sous Windows. Son code Javascript va afficher le fameux message et initier le téléchargement de plusieurs milliers de fichiers grâce à la fonction « window.navigator.msSaveOrOpenBlob ». Mémoire et CPU commencent alors à monter en flèche. En l’espace de quelques secondes, le navigateur se fige, provoquant le désarroi de l’utilisateur. Il ne faut en aucun cas appeler le numéro de « Microsoft », mais tout simplement arrêter le navigateur au travers du gestionnaire des tâches. L’accès à ce dernier peut se faire par la combinaison de touches « Ctrl-Alt-Suppr ». Pour éviter cette déconvenue, Malwarebytes préconise l’utilisation d’un bloqueur de pub, car le code Javascript malveillant est généralement planqué dans une réclame vérolée. En décembre dernier, l’éditeur avait détecté une technique similaire. Les pirates arrivaient à figer l’ordinateur en effectuant un grand nombre d’ajouts dans l’historique de session. C’était tellement efficace que les utilisateurs étaient contraints, dans certains cas, d’effectuer un « hard reboot ». Depuis, cette faille a heureusement été comblée.
×