Aller au contenu

À propos de ce club

Événements actuels intéressant , Se tenir au courant de l'actualité

  1. Quoi de neuf dans ce club
  2. Et bien voila ce que je vais dire a ma femme qui me tanne pour mon futur cadeaux de noël !! 😋
  3. Hello Netflix a aussi décidé d'annulé Luke Cage 😞
  4. Tu as oublié les séries ressuscitées par Netflix telles que l'excellent the expanse et d'autres ,rachetées à d'autres chaines.
  5. Canonical a annoncé hier la sortie officielle de la version 18.10 de son système d'exploitation Ubuntu qui est déjà disponible en téléchargement. Cette nouvelle version baptisée « Cosmic Cuttlefish », se démarque par une installation plus rapide grâce à l'algorithme de compression des données sans perte Zstandard (Zstd), soutenu par Facebook, qui est activé par défaut. Comme vous le savez, cette version n'est supportée que pendant 9 mois. Elle n'est pas une LTS (Long Term Support) qui lui est supportée pendant cinq ans à l'instar de la version 18.04 sortie en avril dernier. Nous vous présenterons quelques nouveautés de cette nouvelle version, Ubuntu 18.10, du système d'exploitation open source de Canonical. OpenSSL est mise à jour vers la version 1.1.1. Il prend en charge la norme TLSv1.3 récemment approuvée. Plusieurs applications (client et serveur) ont été autorisées à utiliser TLSv1.3 par défaut dans Ubuntu 18.10, et de nombreuses autres à venir dans la prochaine version, selon la note de version. L'ancienne version 1.0.2 d'OpenSSL est toujours disponible, mais il devrait être supprimé de la prochaine version d'Ubuntu. La version 18.10 d'Ubuntu est basée sur le kernel Linux 4.18, qui fournit une longue liste d’améliorations liées au matériel. Entre autre, nous pouvons citer déjà le support des puces AMD Radeon RX Vega M. Ubuntu 18.10 prend aussi en charge les Raspberry Pi 3B et 3B+, le Snapdragon 845 de Qualcomm utilisé de plus en plus dans les smartphones haut de gamme, la manette Steam Controller, ainsi que des améliorations pour l’USB Type-C et le Thunderbolt. Canonical poursuit sa tradition d'intégration des solutions open source dans sa distribution Linux. Ainsi, on retrouve dans Ubuntu 18.10, Firefox et Thunderbird respectivement dans leurs dernières versions 63 et 60. LibreOffice ne manque pas non plus à l'appel et est embarqué dans sa version 6.1.2. Bien d'autres outils open source sont embarqués dans Ubuntu 18.10 dans leur dernière version. Ubuntu 18.10 est livré avec d'autres outils à jour dont les dernières versions de glibc 2.28, OpenJDK 11, boost 1.67, rustc 1.28 et une version mise à jour de GCC 8.2, python 3.6.7 par défaut, python 3.7.1, ruby 2.5.1, PHP 7.2.10, perl 5.26.2 et golang 1.10.4. Ubuntu 18.04 était censé arrivé avec un nouveau thème développé par Communitheme, mais finalement, c'est Ubuntu 18.10 qui est livré avec le nouveau thème renommé Yaru, qui est installé par défaut. Avec GNOME Shell en tant qu'environnement de bureau par défaut, Ubuntu 18.10 s'appuie sur GNOME 3.30 dont voici quelques nouveautés : nouveaux écrans de connexion ; une barre d’emplacement retravaillée dans Fichiers avec un bouton d’accès à Disques depuis les propriétés d’un dossier ; la prise en charge par Disques de VeraCrypt et GFS ; un panneau dédié aux périphériques Thunderbolt ; boxes (machines virtuelles et connexions aux systèmes distants) prend en charge VNC et RDP, et permet d’importer des fichiers OVF/OVA ; mode lecteur pour le navigateur web ; nouvelle application Podcasts, au nom explicite ; etc. En gros, ces améliorations de GNOME 3.30 permettent d'exécuter simultanément plus d’applications sans rencontrer d’impact notable sur les performances. La commutation entre les fenêtres et espaces de travail est plus rapide, tandis que les animations sont maintenant plus fluides. Dans sa version 18.10, Ubuntu supporte désormais les scanners d’empreintes digitales. Cela signifie que si votre ordinateur est équipé d’un scanner d’empreintes digitales, vous pourrez déverrouiller votre système Ubuntu par empreintes digitales. Poursuivant ses efforts sur les packages Snap, Canonical apporte quelques améliorations utiles. Ainsi les applications Snap prendront moins de temps pour se lancer. Avec le portail XDG, vous devriez pouvoir installer des Snaps en quelques clics à partir du site Snapcraft Store. On remarque que l’architecture 32 bit est progressivement abandonnée dans la famille Ubuntu. Déjà en septembre 2017, il était annoncé qu'Ubuntu ne va plus offrir d'image ISO desktop 32 bits à partir de la version 17.10. Et donc, Ubuntu GNOME par défaut ne fournit plus d’ISO 32 bits depuis la version 17.10 d’Ubuntu. Certaines variantes telles qu’Ubuntu MATE, Kubuntu, fournissent toujours une ISO 32 bits. Mais cela semble changer maintenant. Ubuntu MATE a annoncé qu’il n’y aurait pas d’image 32 bits pour Ubuntu MATE 18.10. Ubuntu Budgie et Kubuntu ont également annoncé qu’ils abandonnaient leur version 32 bits. Configuration requise : La configuration système minimum requise pour Ubuntu 18.10 est globalement la même que pour la version précédente. Pour exécuter Ubuntu, vous aurez besoin d’un ordinateur qui ont au moins les spécifications suivantes : Processeur dual-core 2GHz ; 2 Go de RAM minimum ; 25 Go d’espace libre au moins sur le disque dur ; Port USB (ou lecteur de DVD) pour l’installation. Toutefois, si votre ordinateur ne respecte pas ces spécifications, vous pouvez toujours installer Ubuntu, mais vous risquez de rencontrer des problèmes de ralentissements, des erreurs, et autres. Pour contourner cela, vous avez la possibilité d'essayer une version plus légère d’Ubuntu, telle que Xubuntu, Ubuntu MATE ou XCFE. Télécharger Ubuntu 18.10 (Cosmic Cuttlefish) Source : Note de version, Liste de diffusion Ubuntu
  6. Il n’y a pas que les annonces de Huawei qui marqueront cette journée du 16 octobre 2018, Google a également communiqué sur sa mise en conformité suite à la condamnation de la Commission européenne. Pour rappel, Google a été condamné à une amende de 4,34 milliards d’euros par l’UE le 18 juillet 2018 pour violation des lois antitrust, la Commission européenne affirmant que Google a profité d’Android pour imposer ses propres services – le moteur de recherche Google, Chrome et Play Store – auprès des consommateurs et des fabricants d’appareils. Google se conforme à la décision Android de la Commission Européenne. Google a fait appel de cette condamnation. En attendant, l’entreprise américaine est obligée de se conformer à la décision de la Commission Européenne. Google va donc modifier la manière dont il octroie des licences à sa suite d’applications associée à Android en Europe — et c’est donc tout le modèle économique d’Android qui est remis en cause. Une des conséquences directes est la facturation des frais de licence pour le Play Store, Chrome et les autres applications Google aux constructeurs de smartphones et de tablettes. Voici la manière dont Google va se conformer à cette décision de la Commission Européenne : Les accords de compatibilité avec les fabricants d’appareils mobiles sont en train d’être mis à jour : les fabricants pourront créer des téléphones Android non compatibles, parallèlement à leur gamme de téléphones compatibles ; De plus, les fabricants d’appareils pourront distribuer la licence de la suite d’applications mobiles Google séparément de Google Search ou du navigateur Chrome ; Enfin, Google va proposer de nouveaux accords commerciaux avec ses partenaires pour la pré-installation et le placement non exclusifs de Google Search et de Chrome. Comme auparavant, des applications concurrentes à celles de Google peuvent être préinstallées. Quels changements pour Android en Europe? Plus concrètement, si les fabricants de smartphones et de tablettes le souhaitent, ils pourront désormais octroyer une licence au Play Store et aux applications mobiles de Google sans intégrer Chrome et Search. Hiroshi Lockheimer, responsable d’Android chez Google, précise qu’Android restera libre et open source, les entreprises vont pouvoir continuer de créer leur propre version d’Android sans avoir à payer. Il n’est pas encore clair si chaque appareil vendu en Europe avec l’application de Google et le Play Store nécessitera des frais de licence. Si c’est le cas, les constructeurs pourraient augmenter le prix des smartphones et tablettes dans l’espace européen. Ils pourraient également laisser le choix à l’utilisateur : proposer deux variantes de chaque appareil, dont un appareil moins cher mais sans les applications Google, et donc sans l’accès au plus gros store d’apps Android. Pour le coup, c’est une opportunité pour des acteurs comme Amazon qui proposent déjà un écosystème Android alternatif de vendre des smartphones de constructeurs partenaires moins chers que ceux de Google. Imaginez un Huawei Mate 20 avec l’App Store d’Amazon, mais sans le Play Store, Google Maps et le Gmail. Huawei et Samsung pourraient également décider de commercialiser des variantes de leurs modèles avec leurs propres magasins d’applications et services. Un moyen pour ces deux mastodontes de moins dépendre de Google. « Étant donné que la pré-installation de Google Search et de Chrome, ainsi que de nos autres applications, nous a permis de financer le développement et la distribution gratuite d’Android, nous allons introduire un nouvel accord de licence payant pour les smartphones et les tablettes livrés dans [l’Espace économique européen] » a déclaré Hiroshi Lockheimer. Parallèlement, Google a fait appel de la décision de la Commission européenne car il ne veut pas avoir à séparer Android, Chrome et la recherche. Mais pour le moment, il doit se conformer à la décision de la commission et les changements seront mis en place à partir du 29 octobre 2018. Voici la note publiée par Hiroshi Lockheimer : "Notre mise en conformité à la décision sur Android de la CE En juillet, dans notre réponse à la décision de la Commission européenne sur Android, nous avions indiqué que la rapidité d’innovation, le large choix d’appareils mobiles et la baisse des prix étaient les signes caractéristiques d’un marché concurrentiel et, que ceci avait été possible grâce à Android. Nous pensons qu’Android a créé plus de choix, pas moins. C’est pourquoi, la semaine dernière, nous avons fait appel de la décision de la Commission devant la Cour de justice de l’Union européenne. Dans le même temps, nous avons travaillé sur la manière de nous conformer à cette décision. Nous avons maintenant informé la Commission européenne des modifications que nous allons apporter en parallèle de la procédure d’appel. Premièrement, nous mettons à jour les accords de compatibilité avec les fabricants d’appareils mobiles qui définissent la manière dont Android est utilisé pour développer des smartphones et des tablettes. À l’avenir, les partenaires Android qui souhaitent distribuer des applications Google peuvent également construire des smartphones et des tablettes non compatibles ou “forks” au sein de l’Espace économique européen (EEE). Deuxièmement, les fabricants d’appareils pourront distribuer la licence de la suite d’applications mobiles Google séparément de Google Search ou du navigateur Chrome. Étant donné que la pré-installation de Google Search et de Chrome, ainsi que de nos autres applications, nous ont permis de financer le développement et la distribution gratuite d’Android, nous allons introduire un nouvel accord de licence payante pour les smartphones et les tablettes livrés dans l’EEE. Ainsi, Android restera libre et open source. Troisièmement, nous proposerons des licences distinctes pour les applications Google Search et pour Chrome. Nous allons également proposer de nouveaux accords commerciaux à nos partenaires pour la pré-installation et le placement non exclusifs de Google Search et de Chrome. Comme auparavant, des applications concurrentes peuvent être préinstallées aux côtés des nôtres. Ces nouvelles options de licence entreront en vigueur le 29 octobre 2018 pour tous les nouveaux smartphones et tablettes lancés dans l’EEE. Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos partenaires Android dans les semaines et les mois à venir pour assurer la transition vers les nouveaux accords. Et bien sûr, nous restons profondément attachés à l’innovation continue au sein de l’écosystème Android. Publié par: Hiroshi Lockheimer,"
  7. La marque de luxe Vertu revient à la vie après avoir déclaré faillite en 2017. Son nouveau smartphone s’inscrit dans la même veine que tous les précédents et se vend à prix d’or. Qui se rappelle de Vertu ? Jusqu’en 2017, la marque était connue pour ses smartphones extrêmement luxueux et kitsch vendus à prix d’or. L’année dernière a été bien compliquée pour l’entreprise dont le rachat par un sulfureux homme d’affaires n’avait pas suffi à la sauver de la faillite. Sauf que le monde du smartphone semble aimer les résurrections à l’instar de Nokia ou plus récemment de Palm. C’est donc sans grande surprise que l’on apprend, par l’intermédiaire de GSM Arena, que Vertu redéploie ses ailes tel un phénix. La marque a organisé un événement en Chine pour présenter son nouveau smartphone : l’Aster P. Au programme : un châssis en titane, un écran en saphir et un dos en véritable cuir. L’Aster P se décline en deux séries — « Gothic » et « Baroque » –qui diffèrent surtout par leurs esthétiques. On notera la présence de deux capots à l’arrière pour placer les cartes SIM. Sur le verso de l’un deux, on peut même apercevoir la signature de l’artisan qui a confectionné le design du smartphone à la main. La signature du fabricant. Fiche technique Les smartphones Aster P offrent toujours le fameux service de conciergerie qui, dans les grandes lignes, répond aux moindres désirs de l’utilisateur et l’aide à réserver un restaurant de luxe, à louer une balade en hélicoptère, à se payer un tour du monde en yacht ou à commander un kebab. Du côté des caractéristiques, l’extravagance n’est pas vraiment de mise cela dit : Écran de 4,97 pouces, Full HD Snapdragon 660 6 Go de RAM Espace de stockage de 128 Go Capteur photo de 12 MP à l’arrière, 20 MP à l’avant Batterie de 3200 mAh compatible Quick Charge Android 8.1 Oreo Tarifs exorbitants Le Vertu Aster P est vendu sur le site JD.com à partir de 29 800 yuans (version Baroque), ce qui représente environ 3 750 euros. Pour la version Gothic, il faut déverser au minimum l’équivalent de 4510 euros. Et parce que la folie des grandeurs vaut tout l’argent du monde, sachez que le modèle Gothic Dazzling Gold est commercialisé à 98 000 yuans soit environ 12 850 euros ! Une broutille, n’est-ce pas ? Source: GSM Arena.
  8. Le contrôle parental désormais en vigueur sur iOS 12 empêche l’accès aux questions sur l’éducation sexuelle, tandis que d’autres contenus racistes et violents passent au travers des mailles du filet. À l’origine, le contrôle parental d’iOS 12 a pour objectif de limiter plusieurs types de contenu afin que les jeunes utilisateurs ne puissent pas y accéder. De fait, celui-ci se charge par exemple de protéger les utilisateurs de contenu « explicite » et « pour adultes ». Néanmoins, les systèmes de filtres mis en place par Apple bloquent certains sites web pouvant être utiles aux adolescents tandis que certaines plateformes violentes sont libres d’accès. Le racisme et la violence sont acceptés, mais pas l’éducation sexuelle En effet, le site web Motherboard indique avoir fait plusieurs recherches montrant que le contrôle parental d’Apple était particulièrement sélectif dans ce qu’il choisissait de montrer ou non. L’exemple le plus probant est certainement le fait que le site web The Daily Stormer est accessible lorsque le contrôle est activé. Relativement connu en France, ce site web d’actualité est issu des mouvements suprémacistes blanc et néonazi. À l’origine, le fondateur a choisi son nom pour remplacer son précédent site web, baptisé Total Fascism. Sur la plateforme, les minorités telles que les Noirs, les Arabes ou encore les Juifs y sont régulièrement insultées. Malgré ces éléments, le contrôle parental permet aux enfants et adolescents d’accéder à The Daily Stormer et des articles expliquant par exemple que les femmes « veulent secrètement être violées ». De la même façon, les résultats de recherches telles que « comment faire une bombe », « comment rejoindre ISIS [Daesh, NDLR] » ou encore « comment empoisonner ma mère » sont accessibles. © Motherboard À l’inverse, plusieurs recherches en lien avec l’éducation sexuelle n’affichent aucun résultat de recherche. De fait, il est impossible d’accéder à des contenus correspondant aux requêtes : « comment dire non au sexe », « éducation sexuelle », « qu’est-ce qu’un vibromasseur » et « hotline pour les agressions sexuelles ». Les sites éducatifs Scarleteen et O.school sont également bloqués. Andrea Barrica, fondatrice d’O.school explique : « Non seulement ils ne peuvent pas avoir accès à des informations médicalement exactes sur le développement sexuel et la sexualité, ou ils ne savent pas comment signaler les abus, mais on leur dit que ces informations sont dangereuses. Pendant ce temps, on leur donne accès aux informations les plus virulentes et inexactes sur le sexe et le genre sur le web ». Pour sa part, Apple n’a pas (encore) répondu aux sollicitations.
  9. Netflix ne se pose pas de questions : si les séries ne sont pas à la hauteur, le service de streaming vidéo n’hésite pas à les interrompre. Les séries les plus populaires comme Orange is the New Black ne sont pas épargnées par les annulations. Ci-dessous, les 23 séries Netflix qui n’ont plus d’avenir. Orange is the New Black Orange is the New Black a été l’un des grands succès de Netflix. Malheureusement pour elle, la série prend fin au bout de la 7ème saison. La nouvelle a été annoncée par le groupe il y a quelques jours, pour la plus grande tristesse des fans. Synopsis : « Dans cette série primée aux Emmy Awards de la créatrice de « Weeds », une New-Yorkaise privilégiée finit en prison quand elle est rattrapée par son passé criminel. » Annulation : octobre 2018 Marvel’s Iron Fist Netflix a également signé la fin de Marvel’s Iron Fist il y a quelques jours. C’est la première fois qu’une série Marvel est délibérément annulée par le géant du streaming vidéo. La saison 1 comme la saison 2 ont eu du mal à atteindre les audiences escomptées. Synopsis : « Alors qu’il était présumé mort, Danny Rand refait surface 15 ans plus tard. Avec le pouvoir de son poing d’acier, il va renouer avec le passé et accomplir sa destinée. » Annulation : octobre 2018 House of Cards A la suite du scandale autour de Kevin Spacey, Netflix a décidé de ne pas renouveler la célèbre série House of Cards. Il n’y aura donc pas de saison n°7. Elle réfléchirait cependant à trouver une sorte de spin-off de cette série sur le pouvoir américain. Synopsis : « Le membre du Congrès Frank Underwood ne recule devant rien pour tout conquérir dans ce drame sur le pouvoir, le sexe et l’avidité. » Annulation : octobre 2017 Longmire Après avoir été annulée à la saison 3, Longmire a finalement été reprise par Netflix pour la suite. La saison 6 (tournée en 2016 mais diffusée en 2017) aura finalement été la dernière pour le fameux shérif. Synopsis : « Walter Longmire essaie de se remettre de la mort de sa femme. Avec l’aide de sa fille Cady et son meilleur ami cheyenne Henry Ours Debout (Standing Bear), Walt décide de se représenter pour être réélu shérif du comté d’Absaroka. » Annulation : novembre 2016 Autres séries annulées par Netflix « The Joel McHale Show With Joel McHale » a été arrêté après une saison (août ’18) « The Break With Michelle Wolf » a été arrêté après une saison (août ’18) « Unbreakable Kimmy Schmidt » a été arrêté après 4 saisons (mai ’18) « Seven Seconds » a été arrêté après une saison (avril ’18) « Everything Sucks! » a été arrêté après une saison (avril ’18) « Disjointed » a été arrêté après une saison (février ’18) « Lady Dynamite » a été arrêté après 2 saisons (janvier ’18) « Love » a été arrêté après 3 saisons (décembre ’18) « Haters Back Off » a été arrêté après 2 saisons (décembre ’18) « Chelsea » a été arrêté après 2 saisons (octobre ’17) « Gypsy » a été arrêté après une saison (août ’17) « Sense8 » a été arrêté après 2 saisons (juin ’17) « Girlboss » a été arrêté après une saison (juin ’17) « The Get Down » a été arrêté après une saison (mai ’17) « Marco Polo » a été arrêté après 2 saisons (décembre ’16) « Bloodline » a été arrêté après 3 saisons (septembre ’16) « Lilyhammer » a été arrêté après 3 saisons (juillet ’15) « Helmock Grove » a été arrêté après 3 saisons (septembre ’14) « The Killing » a été arrêté après 4 saisons (novembre ’13)
  10. Ce qui permet d'empêcher aux hackers de consulter votre historique de navigation. Firefox Nightly prend désormais en charge le chiffrement de l’extension SNI (TLS Server Name Indication), ce qui permet d’empêcher aux hackers qui pourraient infiltrer votre réseau d’apprendre votre historique de navigation. Depuis hier le 18 octobre 2018, il est possible d’activer le SNI chiffré. Il va alors fonctionner automatiquement avec tout site qui le supporte. Actuellement, cela s’applique à tout site hébergé par Cloudflare, mais Mozilla espère que d’autres fournisseurs vont ajouter bientôt le support ESNI. Cacher votre historique de navigation. Bien qu’une fraction croissante du trafic Web soit chiffrée avec HTTPS, ce chiffrement n’est pas suffisant pour empêcher à des hackers sur le réseau de savoir quels sites vous avez visité. Il est vrai que HTTPS dissimule la page exacte à laquelle vous allez accéder, mais l’identité du site peut être divulguée de plusieurs manières. Cela peut en soi être une information sensible : voulez-vous que la personne au café près de vous sache que vous visitez cancer.org ? Les informations d'historique de navigation fuient sur le réseau de quatre manières principales : le message de certificat TLS ; la résolution du nom DNS ; l'adresse IP du serveur ; et l'extension Indication de nom de serveur TLS. Heureusement, Mozilla note avoir fait des progrès en supprimant les deux premiers. En effet, le nouveau standard TLS 1.3 chiffre le certificat de serveur par défaut et, depuis plusieurs mois, Mozilla explore l’utilisation de DNS sur HTTPS pour protéger le trafic DNS. Pour le moment, la Fondation semble encouragée par les résultats et elle espère la diffuser à tous les utilisateurs de Firefox au cours des prochains mois. L'adresse IP du serveur reste un problème, mais dans de nombreux cas, plusieurs sites partagent la même adresse IP, ce qui ne laisse plus que SNI. Pourquoi avons-nous besoin de SNI ? Ironiquement, la raison pour laquelle vous avez besoin d'un champ SNI réside dans le fait que plusieurs serveurs partagent la même adresse IP. Lorsque vous vous connectez au serveur, il doit vous fournir le bon certificat pour prouver que vous vous connectez à un serveur légitime et non à un attaquant. Cependant, s'il y a plus d'un serveur sur la même adresse IP, quel certificat doit-il choisir ? Le champ SNI indique au serveur le nom d'hôte auquel vous essayez de vous connecter, ce qui lui permet de choisir le bon certificat. En d’autres termes, SNI contribue au bon fonctionnement de l’hébergement TLS à grande échelle. Mais Mozilla nous apprend avoir été au courant que SNI pose un problème de confidentialité depuis le début de TLS 1.3. L'idée de base est simple : chiffrer le champ SNI (d'où « SNI chiffré » ou ESNI). Malheureusement, chaque modèle que Mozilla a essayé présentait des inconvénients. Les détails techniques sont un peu compliqués, mais l’histoire de base ne l’est pas : chaque conception que Mozilla avait pour ESNI impliquait une sorte de compromis en termes de performances. Alors, la Fondation s’est dit que peut-être seuls des sites « sensibles » (c’est-à-dire que vous souhaitiez peut-être cacher de votre historique de navigation) serait prêt à activer ESNI. Comme vous pouvez l’imaginer, cela va à l’encontre du problème, car si seuls les sites sensibles utilisent ESNI, le fait d’utiliser ESNI est en soi un signal indiquant que votre trafic doit être examiné de plus près. Ainsi, malgré son enthousiasme, Mozilla a finalement dû se résoudre à publier TLS 1.3 sans ESNI. Cependant, au début de cette année, Mozilla a réalisé qu’il existait une solution 80-20 assez bonne : les grands réseaux de distribution de contenu (CDN) hébergent de nombreux sites, tous sur les mêmes machines. S'ils souhaitent convertir tous leurs clients au même moment en ESNI, alors ESNI ne sera plus un signal utile car, de toutes les façons, l'attaquant peut quand même voir vers quel CDN vous allez. Cette prise de conscience a ouvert la voie et a permis de concevoir comment faire fonctionner ESNI dans TLS 1.3. Bien sûr, cela ne fonctionne que si vous pouvez configurer en masse tous les sites sur un ensemble donné de serveurs, mais c’est une configuration assez commune. Comment l'obtenir? C'est une toute nouvelle technologie et Firefox est le premier navigateur à l'avoir. Pour le moment, Mozilla indique ne pas être prêt à l'activer pour tous les utilisateurs de Firefox. Cependant, les utilisateurs de Nightly peuvent maintenant essayer cette fonctionnalité d'amélioration en procédant comme suit: Tout d'abord, vous devez vous assurer que DNS sur HTTPS est activé. Une fois cela fait, vous devez également définir la préférence « network.security.esni.enabled » dans about: config sur «true». Cela devrait automatiquement activer ESNI pour tout site qui le supporte. La Fondation rappelle qu’à l’heure actuelle, il n’y a que Cloudflare qui le supporte, ce qui a permis à ESNI d’être accessible à tous ses clients, bien que la Fondation espère que d’autres fournisseurs les suivront. Vous pouvez vous rendre sur Cloudfare pour vérifier par vous-même que cela fonctionne. Source : Mozilla
  11. Elles seront les premières à utiliser le nouveau standard 802.11ay. Les ondes millimétriques proposent une certaine révolution au niveau des télécommunications. En effet, avec leur fréquence très élevée (entre trente et trois cents gigahertz) et la relativement faible utilisation de cette partie du spectre (ce qui limite fortement les interactions avec d’autres communications), une grande bande de fréquences peut être utilisée pour les télécommunications — ce qui est synonyme de grands débits. Cependant, cette bande de fréquences n’est pas restée si peu utilisée sans raisons : notamment, une onde à une telle fréquence ne peut pas franchir un mur ; elles sont aussi fortement absorbées par bon nombre de molécules présentes dans l’atmosphère, ce qui empêche de les utiliser à grande distance. Ces caractéristiques les rendent donc pratiques pour la 5G, afin de fournir des débits très élevés en extérieur. La norme WiFi définit aussi une série de fréquences utilisables dans la bande des ondes millimétriques, mais elles ont été jusqu’à présent réservées à des applications assez précises, comme des routeurs pour les jeux en ligne. Comme pour les fréquences précédentes, WiFi utilise une partie du spectre qui n’a pas besoin de licence spécifique, aux alentours de soixante gigahertz. Une nouvelle itération de la norme WiFi, IEEE 802.11ay, améliore les débuts de 2014 (802.11ad, aussi connue sous le nom WiGig) en permettant principalement de combiner jusque quatre canaux de 2,16 GHz de large pour augmenter la bande passante : avec 8,64 GHz, les débits pourront monter jusque cent septante-six gigabits par seconde. Avec de tels débits, il devient imaginable de se passer de câbles Ethernet dans bon nombre d’applications ! Qualcomm vient d’annoncer quatre puces pour ces réseaux WiFi à ondes millimétriques : les QCA6428 et QCA6438 pour l’infrastructure et les stations fixes, ainsi que les QCA6421 et QCA6431 pour les applications mobiles. L’annonce du constructeur indique que ces puces pourraient aider à économiser de la batterie, vu qu’elles pourront transférer des données plus rapidement et donc passer plus de temps en mode d’économie d’énergie. Source : Qualcomm Introduces New Chipsets for 60-Gigahertz Wi-Fi
  12. Spotify muscle son offre Premium et inaugure la radio hors ligne La nouvelle mouture Android et iOS de l’application musicale revoit sa navigation, améliore son moteur de recherche et met à disposition les radios hors connexion. Ses abonnés payants, Spotify a intérêt à les choyer. C’est pourquoi, il lance une toute nouvelle version de son application mobile sous Android et iOS afin de donner à ses abonnés « une expérience encore plus personnelle et intuitive », affirme le communiqué de presse. Nous n’avons malheureusement pas encore pu accéder à ces modifications. On peut les apercevoir cependant dans cette vidéo de présentation. Une Recherche totalement repensée La page d’accueil a été épurée et le menu en bas de l’écran a été simplifié. Il ne comporte plus qu’un bouton accueil à gauche, la recherche au milieu et un accès à la bibliothèque à droite. Quand on sélectionne la recherche, on ouvre une page totalement repensée avec une barre de recherche blanche plus imposante. Et immédiatement en-dessous, on accède aux Top genres préférés de l’utilisateur avec des listes de suggestions. La Recherche remplace finalement l’ancien bouton Parcourir. Si l’ancien onglet Radios disparaît, ses résultats apparaissent désormais directement dans les résultats de recherche. Et il est possible de se confectionner une vraie petite radio personnalisée dont le contenu est généré automatiquement grâce à un algorithme. Il suffit de sélectionner un thème (artiste ou chanson) et on accède aussitôt à un flux d’écoute radio. Ces listes de lecture sont régulièrement mises à jour pour ne pas lasser les utilisateurs et peuvent s’écouter de manière infinie d’où le nom Endless Artist Radio. Grande nouveauté également, on peut sauvegarder et écouter les Radios hors connexion.
  13. Failles Spectre et Meltdown : les chercheurs du MIT auraient trouvé une parade efficace Les chercheurs du MIT ont planché sur une solution moins radicale que le changement total de conception des processeurs, comme envisagé par Intel, pour remédier aux failles de sécurité similaires à Spectre ou Meltdown. Au début de l'année, les failles Meltdown et Spectre découvertes par le Project Zero de Google semaient la zizanie dans le monde du processeur. Des brèches présentes depuis des dizaines d'années dans les puces de nos ordinateurs et qui, si elles étaient correctement exploitées, pouvaient donner accès à des informations très sensibles à des utilisateurs mal intentionnés. S'en est suivie une vague de correctifs à la fois logiciels et matériels, déployée à la hâte par Microsoft, Intel et consorts pour colmater les fuites. Des patches qui ont provoqué, dans certains cas, des baisses de performances. Encore aujourd'hui, Microsoft continue de déployer des mises à jour de microcodes pour quelques-uns des processeurs Intel afin qu'ils soient immunisés contre les variantes de Spectre et Meltdown. De son côté, le père des puces Core est catégorique : la découverte de telles failles l'a obligé à repenser la façon dont il doit concevoir les processeurs et a promis que ses prochaines générations de puces seraient immunisées. Sans préciser de quelle génération il s'agirait. En attendant qu'une solution pérenne d'ordre structurelle soit trouvée, les chercheurs du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL) du MIT se sont penchés sur le sujet et pensent avoir trouvé une solution qui permettrait d'immuniser les processeurs contre ce type d'attaques ou de failles. Une solution qui n'aurait pas plus d'incidences sur les performances globales du PC. Elle ne nécessiterait, selon eux, que des changements mineurs au niveau du système d'exploitation (et non directement sur le circuit) et de la façon dont il travaille avec le CPU. Diviser et cloisonner pour mieux protéger Nommée Dynamically Allocated Way Guard (ou DAWG), cette technique consisterait à modifier la façon dont les couches de mémoire interne du processeur (le cache) fonctionnent et dont elles interagissent avec la mémoire vive du PC. Il s'agirait, en fait, de les cloisonner afin, d'une part, de morceler les informations sensibles qu'elles sont susceptibles de stocker (instructions logicielles, mots de passe, etc.) dans le processus d'utilisation normal de certaines applications, et, d'autre part, que chacun des compartiments ne puisse pas "voir" ce que les autres contiennent. Bien évidemment, la taille des compartiments pourrait varier dynamiquement en fonction des besoins des applis ou du système. Ainsi, en cas d'attaque ou d'exploitation de failles comme Meltdown ou Spectre, les pirates n'auraient pas accès à l'intégralité d'une information stockée temporairement ou de façon récurrente dans le cache de la puce ou de la mémoire vive du PC. Depuis 2016, Intel utilise une technologie appelée CAT (Cache Allocation Technology) qui se charge bien de morceler certaines données dans le cache du processeur. Néanmoins, pour faire simple, elles ne sont pas compartimentées de façon hermétique. Ainsi, chaque morceau du cache "voit" ce que les autres contiennent ce qui ne protègent pas efficacement contre les attaques misant sur "l'exécution spéculative des processeurs", comme Spectre. Pour l'analogie, les chercheurs évoquent l'image d'une cuisine, dans laquelle se trouvent plusieurs chefs, isolés les uns des autres, car souhaitant garder leurs recettes secrètes. Avec le CAT d'Intel, tous travaillent peut-être dans un endroit différent de la cuisine mais chacun d'eux, en observant le va-et-vient de ses comparses entre les lieux communs de l'endroit contenant les ustensiles ou le garde-manger peut aisément deviner les ingrédients et la façon dont ils sont préparés par les autres marmitons. Alors qu'en cloisonnant chacun d'eux avec la méthode du DAWG et en leur donnant uniquement les ustensiles et ingrédients dont ils ont besoin, la confidentialité des recettes et de leur préparation est conservée. Bien entendu, les chercheurs du MIT continuent leurs recherches et perfectionnent encore leur solution. Pas question de clamer haut et fort que le DAWG est une solution miracle et capable de prévenir toutes les attaques spéculatives ou non-spéculatives. Ils mettent simplement en avant que leur méthode pourrait bien venir en complément du CAT d'Intel par exemple ou, en tout cas, inspirer la création de technologies similaires qui seraient, ensuite, implantées dans les prochaines générations de processeurs. Sources : MIT et Blog CSAIL
  14. Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 19 octobre 2018 : Google Chrome 70, Winamp, La Fourche, IMMURE... 1. Chrome 70 Un mois et demi après sa mise à jour anniversaire, Chrome connaît une nouvelle update majeure et passe en version 70. L’occasion pour ses développeurs d’introduire quelques changements importants, à commencer par le support des Progressive Web Apps (PWA) sur Windows et Linux. Les PWA sont des applications web. Elles s’affichent sur le bureau comme un logiciel traditionnel mais renvoient en réalité vers des sites ou des pages web. Installées dans le menu Démarrer, elles offrent un accès direct aux services en ligne compatibles dont la fenêtre de navigation est simplifiée au maximum – pas de barres d’adresse ni d’onglets. Objectif : se passer de l’installation volumineuse de certains logiciels lorsqu’ils bénéficient d’une déclinaison web. Il faudra attendre Chrome 72 pour que les utilisateurs Mac découvrent l’option. Cette mise à jour permet également à Chrome de présenter quelques améliorations de sa Credential Management API. Il était jusqu’ici possible de simplifier la connexion à des sites web en interagissant directement avec le gestionnaire d’identification propre au navigateur ou en passant par l’authentification via des sites de confiance comme Google ou Facebook. Une troisième possibilité fait son apparition avec l’identification par clé publique. Elle autorise les sites et applications à créer et utiliser des informations chiffrées certifiant l’identité de l’utilisateur. Une évolution importante puisqu’elle ouvre le processus d’authentification à deux facteurs par vérification de l’empreinte digitale aux sites web. Chrome accueille de nombreuses autres petites améliorations comme la disponibilité du Web Bluetooth sur Windows 10 ou la désactivation de la connexion automatique entre le navigateur et les services Google. Télécharger Chrome 70 version 32 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Chrome 70 version 64 bits pour Windows (Gratuit) Télécharger Chrome 70 pour Mac (Gratuit) Télécharger Chrome 70 pour Linux (Gratuit) Télécharger Chrome 70 pour Android (Gratuit) Télécharger Chrome 70 pour iPhone / iPad (Gratuit) 2. Winamp Il y a quelques jours fuitait la version 5.8 de Winamp. Son éditeur décide donc de déployer officiellement la première mise à jour du lecteur depuis 2013. On y découvre de très nombreuses modifications et améliorations préparant le terrain pour une version 6 prévue en 2019. Pour commencer, Winamp dit adieu à la version pro de son player qui devient gratuit à 100% et affiche une pleine compatibilité avec Windows 10. On apprécie l’ajout d’un module de recherche au sein des playlists ainsi que l’amélioration des outils de navigation de manière plus générale. Des bugs vraiment gênants ont été corrigés. Les librairies sur lesquelles reposent le lecteur ont été mises à jour dans la dernière version. Winamp gagne donc en confort d’utilisation et en sécurité avant de relancer concrètement la machine sur PC et mobile l’année prochaine. Télécharger Winamp pour Windows (Gratuit) 3. Discord Discord ouvre enfin son game store au public dans la dernière version de son logiciel desktop. Toujours sous le joug de la beta, la boutique en ligne entend bien convaincre les joueurs de ne plus passer par Steam pour se procurer un titre. Cette nouveauté s’accompagne d’une évolution de l’offre Nitro qui, moyennant un abonnement mensuel, ouvre un accès privilégié à un catalogue vidéoludique récent ainsi qu’à des options premium du chat. On apprécie le support de bibliothèque universelle qui autorise Discord à récupérer les jeux installés sur le disque dur et à les lancer directement depuis l'application. Dans sa dernière version, Discord accueille quelques nouveautés comme le Slow Mode, option régulant le flot de messages envoyés par les utilisateurs. Il est enfin possible de fermer les messages privés depuis l’Overlay dont les lags et plantages ont fait l’objet d’un traitement tout particulier. Télécharger Discord pour Windows (Gratuit) Télécharger Discord pour Mac (Gratuit) Télécharger Discord pour Linux (Gratuit) 4. Google Maps Dans sa quête d’évolution permanente, Google Maps recense enfin les bornes de recharge pour véhicules électriques sur la carte, incluant la possibilité de les rechercher manuellement. Il suffit de saisir les termes pertinents dans la barre de recherche pour obtenir une liste des points à proximité et l'itinéraire associé. Disponible sur le web et sur mobile, la fonctionnalité devrait à terme s’enrichir et proposer des informations détaillées comme le nombre de bornes disponibles, les temps de charge estimés, le type d’alimentation proposé, etc. Rechercher une borne de recharge électrique sur Google Maps (Gratuit) Télécharger Google Maps pour Android (Gratuit) Télécharger Google Maps pour iPhone / iPad (Gratuit) 5. La Fourche Association éco-responsable et solidaire, La Fourche vous propose de faire vos courses auprès de producteurs et marques bio engagés pour la planète, à tarifs compétitifs. À la manière d’une épicerie en ligne, La Fourche propose des produits alimentaires, en vrac, d’hygiène et d’entretien dont les prix sont en moyenne 25% moins élevés que dans les grandes surfaces. Fondant son modèle économique sur les adhésions de ses membres, la plateforme certifie à ses utilisateurs que le moindre euro dépensé au cours d’un achat part directement dans la caisse du producteur. Les intermédiaires et autres aspects logistiques sont financés par l’abonnement mensuel ou annuel du consommateur. À l’instar d’Aurore Market qui propose un service similaire, La Fourche offre une adhésion à une personne dans le besoin pour chaque adhésion souscrite par les consommateurs. Faire ses courses sur La Fourche (Adhésion) 6. Bon Entendeur Mettre en musique des personnalités de la culture française : voilà le concept inédit sur lequel repose Bon Entendeur. Plateforme de streaming musical, le projet propose à ses auditeurs de découvrir périodiquement une nouvelle mixtape. L’originalité de Bon Entendeur réside tant dans le fond que dans la forme de la plateforme. À chaque mix est associée une voix représentative du paysage culturel français. On écoute aussi bien Jeanne Moreau que Simone Veil ou François Damiens. Pour habiller les citations, une sélection d’une dizaine de morceaux électro composés par la scène internationale rythment ces sessions musicales un peu particulières. Ecouter des mixtapes originales sur Bon Entendeur (Gratuit) Télécharger Bon Entendeur pour Android (Gratuit) Télécharger Bon Entendeur pour iPhone (Gratuit) 7. VIMAGE VIMAGE anime vos photos et les transforme en cinémagraphes. L’appli s’inspire des Live Photos qu’on retrouve sur iOS pour offrir des effets de mouvements à vos clichés et raviver en partie vos souvenirs à l’aide d’ambiances spécifiques. VIMAGE gère aussi bien les photos enregistrées dans la galerie que prises à la volée à l’aide de la caméra de votre smartphone. Selon l’effet recherché, vous appliquez l’un des soixante-dix filtres proposés. Quelques outils de retouche sommaire vous autorisent à recadrer vos clichés pour un rendu impeccable. Télécharger VIMAGE pour Android (Gratuit) Télécharger VIMAGE pour iPhone (Gratuit) 8. Looper Looper est un jeu mobile indépendant dans lequel vous devez trouver la sortie de chaque niveau. Jusqu’ici rien de bien compliqué : activez un interrupteur, sautez sur une plateforme, évitez les pièges et le tour est joué. C’était sans compter sur la meute de clones qui vous suit à la trace, répétant vos mouvements à l’identique et risquant de saboter votre chorégraphie stratégique si soigneusement élaborée. Looper est donc avant tout un jeu de réflexion. Chaque déplacement engage tous vos clones qui désactivent et réactivent invariablement ce que vous avez vous-même activé une première fois. Vous devez donc trouver un moyen de composer avec eux, de les éviter lorsque nécessaire ou de tirer profit de leur comportement grégaire. Télécharger Looper pour Android (Gratuit) Télécharger Looper pour iPhone / iPad (Gratuit) 9. Pokémon GO Et de quatre ! Pokémon GO siffle une nouvelle manche dans la chasse aux Pokémon, introduisant la quatrième génération. Issues de la région de Sinnoh (Pokémon Diamant, Perle et Platine), de nouvelles créatures font leur apparition au compte-goutte sur la carte. Pour l’instant, ce sont les starters Tortipousse, Tiplouf ou Ouisticram qui enrichissent votre Pokédex, tandis que devraient suivre d’autres Pokémon comme Chaglam ou Ceribou. Annoncé à l’agonie après un démarrage en fanfare, Pokémon GO a su tirer leçon de ses erreurs et lacunes. Si bien qu’aujourd’hui le jeu continue de gagner des joueurs. Mieux encore : selon Sensor Tower, le titre aurait généré plus de deux milliards de dollars dans le monde en deux ans dont 85 millions rien qu’en septembre dernier. Télécharger Pokémon GO pour Android (Gratuit) Télécharger Pokémon GO pour iPhone / iPad (Gratuit) 10. IMMURE Halloween approchant, peut-être serait-il de bon ton d’arpenter les couloirs lugubres d’IMMURE. Dans ce jeu d’exploration indépendant, vous incarnez Will et vous réveillez un jour dans un manoir inconnu. C’est en cherchant la sortie que vous vous rendez à l’évidence : cette maison est un vrai labyrinthe, impossible de vous en échapper. Du moins en apparence. IMMURE possède bel et bien des portes dérobées qui vous permettent de progresser. Pour les découvrir, vous empruntez des portails inter-dimensionnels qui vous propulsent dans des réalités parallèles, hantées par des âmes torturées. Il ne tient qu’à vous de les écouter ou non, de les absoudre ou de les détruire pour tracer votre chemin vers la sortie. IMMURE est toujours en cours de développement mais se dévoile dans une démo jouable. Vous pouvez aider à son financement en participant à la campagne Kickstarter organisée par son studio de développement. Télécharger IMMURE pour Windows (Démonstration) Télécharger IMMURE pour Mac (Démonstration) Télécharger IMMURE pour Linux (Démonstration)
  15. L'histoire des abonnés perdus m'a bien fait rire sur le moment.Et d’après l'article ci-dessus ,SFR persiste et signe dans une politique commerciale aberrante.Refuser d'expliquer à un client comment résilier son contrat et sanctionner les employé(e)s qui font leur travail va à l'encontre d'un paquet de lois.
  16. Préambule: CJUE = Cour de justice de l'Union européenne. Bastei Lübbe est titulaire, en tant que producteur de phonogrammes, des droits d’auteur et des droits voisins sur la version audio d’un livre. Strotzer est détenteur d’une connexion à Internet au moyen de laquelle, le 8 mai 2010, ce livre audio a été partagé, aux fins de son téléchargement, avec un nombre illimité d’utilisateurs d’une bourse d’échanges sur Internet (peer-to-peer). Un expert a attribué avec exactitude l’adresse IP concernée à Strotzer. Aussi, par une lettre du 28 octobre 2010, la maison d’édition allemande Bastei Lübbe a mis en demeure Strotzer de mettre fin à l’atteinte du droit d’auteur constatée. Cette mise en demeure ayant été infructueuse, Bastei Lübbe a demandé, devant le Landgericht München I (tribunal régional de Munich I), à Michael Strotzer une indemnisation pécuniaire parce qu’un livre audio sur lequel elle détient les droits d’auteur et droits voisins a été partagé, pour être téléchargé, avec un nombre illimité d’utilisateurs d’une bourse d’échanges sur Internet (peer-to-peer) au moyen de la connexion à Internet dont Strotzer est le détenteur. Strotzer a contesté avoir porté lui-même atteinte aux droits d’auteur. De plus, il a fait valoir que ses parents, qui vivent sous le même toit que lui, avaient également accès à cette connexion, sans donner toutefois davantage de précisions quant au moment où ladite connexion a été utilisée par ses parents et à la nature de cette utilisation. Selon le Landgericht München I, il ressort de la jurisprudence du Bundesgerichtshof (Cour fédérale de justice, Allemagne) que, eu égard au droit fondamental à la protection de la vie familiale, une telle défense suffit en droit allemand pour exclure la responsabilité du détenteur de la connexion à Internet. Le Landgericht explique à cet égard que le détenteur d’une connexion à Internet, au moyen de laquelle une atteinte aux droits d’auteur a été commise, est présumé être l’auteur de cette atteinte, dès lors qu’il a été identifié avec exactitude par son adresse IP et qu’aucune autre personne n’avait la possibilité d’accéder à cette connexion au moment où cette atteinte a eu lieu. Toutefois, cette présomption peut être renversée dans le cas où d’autres personnes avaient la possibilité d’accéder à cette connexion. Par ailleurs, si un membre de la famille de ce détenteur bénéficiait de cette possibilité, ce dernier est susceptible d’échapper à sa responsabilité, eu égard au droit fondamental à la protection de la vie familiale, par la seule désignation du membre de sa famille, sans qu’il soit tenu de fournir des précisions supplémentaires quant au moment où la connexion à Internet a été utilisée par ledit membre de sa famille et à la nature de l’utilisation qui a été faite de celle-ci par ce dernier L’avis de la CJUE. Le Landgericht München I a demandé, dans ce contexte, à la Cour de justice d’interpréter les dispositions du droit de l’Union sur la protection des droits de propriété intellectuelle. Par son arrêt de ce jour, la Cour répond que le droit de l’Union s’oppose à une législation nationale (telle que celle en cause, interprétée par la juridiction nationale compétente), en vertu de laquelle le détenteur d’une connexion à Internet, par laquelle des atteintes aux droits d’auteur ont été commises au moyen d’un partage de fichiers, ne peut voir sa responsabilité engagée dès lors qu’il désigne un membre de sa famille, qui avait la possibilité d’accéder à cette connexion, sans donner davantage de précisions quant au moment où ladite connexion a été utilisée par le membre de sa famille et à la nature de cette utilisation. Selon la Cour, il convient de trouver un juste équilibre entre différents droits fondamentaux, à savoir le droit à un recours effectif et le droit de propriété intellectuelle, d’une part, et le droit au respect de la vie privée et familiale, d’autre part. Un tel équilibre fait défaut lorsqu’il est accordé une protection quasi absolue aux membres de la famille du titulaire d’une connexion à Internet, par laquelle des atteintes aux droits d’auteur ont été commises au moyen d’un partage de fichiers. En effet, si la juridiction nationale saisie d’une action en responsabilité ne peut pas exiger, sur requête du demandeur, des preuves relatives aux membres de la famille de la partie adverse, cela revient à rendre impossible l’établissement de l’atteinte aux droits d’auteur alléguée, ainsi que l’identification de l’auteur de cette atteinte, et, par voie de conséquence, aboutirait à porter une atteinte caractérisée au droit fondamental à un recours effectif et au droit fondamental de propriété intellectuelle, dont bénéficie le titulaire des droits d’auteur. Il en irait toutefois différemment si, en vue d’éviter une ingérence jugée inadmissible dans la vie familiale, les titulaires des droits pouvaient disposer d’une autre forme de recours effectif, par exemple en pouvant, dans ce cas, faire établir en conséquence la responsabilité civile du titulaire de la connexion Internet en cause. En outre, il appartient, en dernier ressort, au Landgericht München I de vérifier l’existence, le cas échéant, dans le droit interne concerné, d’autres moyens, procédures et voies de recours qui permettraient aux autorités judiciaires compétentes d’ordonner que soient fournis les renseignements nécessaires permettant d’établir, dans des circonstances telles que celles en cause en l’espèce, l’atteinte aux droits d’auteur ainsi que d’identifier l’auteur de cette dernière. Une décision qui rappelle Hadopi. En somme, pour la CJUE, le détenteur d’une connexion à Internet, par laquelle des atteintes aux droits d’auteur ont été commises au moyen d’un partage de fichiers, ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité en désignant simplement un membre de sa famille qui avait la possibilité d’accéder à cette connexion Les titulaires de droits doivent disposer d’une forme de recours effectif ou de moyens permettant aux autorités judiciaires compétentes d’ordonner la communication des renseignements nécessaires. Une décision qui rappelle le fonctionnement de la Hadopi, qui ne sanctionne pas le fait de de copier ou de partager des œuvres en ligne, mais le fait pour l’abonné de ne pas avoir empêché que son accès à Internet soit utilisé pour pirater, que cela soit fait par lui, par un membre de sa famille, ou même par un tiers qui aurait piraté son accès. L’année dernière, une internaute de 23 ans résidant à Saint-Saëns, en Normandie l’a appris à ses dépends ; elle a été condamnée à 200 € d’amende avec sursis par le tribunal correctionnel de Dieppe pour avoir téléchargé 5 films (soit 40 euros par film téléchargé). Elle a été condamnée en outre à payer 800 euros de dommages et intérêts et de frais de justice aux parties civiles et 127 euros de procédure. Elle a décidé de prendre un abonnement Netflix. Source : CJUE
  17. Le média Les Jours a publié une enquête révélant que des employés de SFR étaient menacés de licenciement après avoir communiqué à des clients les informations nécessaires pour la résiliation de leur abonnement. À plusieurs reprises, les conditions de travail au sein de SFR ont été pointées du doigt. Cet été, nous publiions notre enquête sur le plan de départ volontaire très contesté au sein de l’entreprise. Plus tôt, le média Les Jours mettait en lumière le fait que le service client de l’opérateur avait vu son nombre d’employés chuter de manière vertigineuse. Cette fois-ci, c’est encore une fois Les Jours qui publie un nouveau reportage dénonçant des pratiques managériales abusives au sein de SFR. Le média raconte ainsi l’histoire d’une employée en boutique ayant aidé, en juillet dernier, un client à annuler son contrat auprès de l’opérateur en lui fournissant, entre autres, l’adresse à laquelle il pouvait envoyer un courrier de résiliation. Rien de bien anormal sur le papier jusqu’ici. Faux clients. Or, la semaine dernière, cette même employée a été mise à pied après avoir reçu une lettre d’entretien préalable. La cause de cette sanction ? Elle a été surprise en train d’aider un client à résilier son contrat. En effet, d’après Les Jours, ledit client souhaitant mettre un terme à son abonnement était en réalité un autre salarié de SFR chargé de vérifier si les vendeurs faisaient un bon travail. L’enquête révèle que plusieurs vendeurs se sont retrouvés dans cette situation et ont reçu un courrier similaire. Cette semaine, au moins deux entretiens auraient eu lieu. Les Jours précise que ses informations sont corroborées par celle de différents syndicats ainsi que par le Comité Spécial d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail au sein de l’entreprise (CHSCT, ces comités n’existent plus depuis la réforme du Code du travail). Interdiction de donner les coordonnées du service client. Les auteurs de l’investigation ont pu mettre la main sur une procédure communiquée en interne que les employés de SFR devraient « appliquer lors de visites clients ayant pour motifs : ‘intention de résilier’ ou ‘déménagement’ ». Le document décrit notamment un processus « anti-churn » — un anglicisme désignant la perte d’abonnés. « En aucun cas, le conseiller ne doit communiquer le n° du service client 1023, ni ne donner les coordonnées du service de résiliation et encore moins renvoyer vers la concurrence », lit-on dans les consignes. Images obtenues par Les Jours Les Jours font état d’un sentiment d’inquiétude permanent au sein des employés de SFR qui craignent d’être ciblés par ces faux clients envoyés par la direction pour les piéger. « On voit tout défiler quand on reçoit ça. On ne dort plus. On a peur de perdre son travail, c’est aussi simple que ça. », raconte une vendeuse ayant reçu la lettre tant redoutée, citée par le site d’informations. La fatidique question du nombre d’abonnés. Pendant longtemps, SFR n’a cessé de perdre des clients. Et c’est avec beaucoup d’optimisme que l’entreprise affirmait avoir récupéré tous les abonnés perdus au cours des trois dernières années. Ce que l’histoire ne disait pas, c’est que des méthodes douteuses ont peut-être participé à cette hausse. Source : Les Jours
  18. Canal+ continue de faire progresser son service myCanal sur Apple TV — pour rappel le boîtier d’Apple est devenu l’un des trois décodeurs proposés aux abonnés. La F1 dans myCanal avec le mode Expert activé. Après un test cet été, la 4K à 50 images par seconde est maintenant déployée sur la chaîne Événement 4K. La 4K à 50 i/s est une nouvelle possibilité offerte par tvOS 12, le système précédent limitait la 4K à 25 i/s. Doubler le nombre d’images par seconde permet de rendre la vidéo plus « fluide », ce qui est surtout appréciable pour le sport (il faut évidemment une Apple TV 4K pour en profiter). Ce week-end, le groupe va d’ailleurs basculer sa chaîne Événement 4K sur Canal+ Sport pour diffuser la F1, et la Ligue 1 sera aussi en 4K à 50 i/s sur Canal+. L’équipe technique a par ailleurs changé de génération de codeur HVEC, avec à la clé une meilleure qualité d’image, selon elle. Au passage, à la demande des ayants droit, le protocole HDCP 2.2 est maintenant requis pour la chaîne 4K. Si vous faites face à un écran noir quand vous sélectionnez cette chaîne, essayez un autre port HDMI de votre téléviseur. En général, les téléviseurs 4K ont au moins un port HDMI compatible HDCP 2.2 (la fiche technique de Sony sur le sujet). La prochaine évolution technologique à venir sur Apple TV est le Dolby Atmos. Une chaîne Deutsche Grammophon+ avec des programmes en Atmos a été lancée au printemps dernier — le nouveau décodeur de Canal+ est d’ores et déjà compatible. Une diffusion basée sur de l’Atmos avait déjà été effectuée sur l’Apple TV avec un concert de Gorillaz, mais à l’époque tvOS ne prenait pas encore en charge la technologie audio. La compatibilité apportée par tvOS 12 va simplifier les choses.
  19. Alexandre Saboundjian, PDG de Radionomy, a confirmé que Winamp reviendrait l'année prochaine. Alexandre a partagé quelques détails dans une interview avec TechCrunch, notamment le fait qu'ils travaillent également sur une nouvelle application Android et iOS. "Il y aura une toute nouvelle version l'année prochaine, avec l'héritage de Winamp mais une expérience d'écoute plus complète. Vous pouvez écouter les fichiers MP3 que vous pouvez avoir à la maison, mais aussi le cloud, les podcasts, les stations de radio en streaming, une liste de lecture que vous avez peut-être créée. Les utilisateurs de Winamp sont vraiment partout. C'est un nombre énorme. Nous avons une communauté très forte et importante. Mais tout le monde "sait" que Winamp est mort, que nous n'y travaillons plus. Ce n'est pas le cas. Ce que je vois aujourd’hui, c’est que vous devez passer d’un joueur à un autre ou à un agrégateur si vous souhaitez écouter une station de radio, à un baladodiffuseur si vous souhaitez écouter un podcast - c’est, pour moi, pas la dernière expérience. . Les gens veulent une expérience unique. Je pense que Winamp est le joueur idéal pour apporter cela à tout le monde. Et nous voulons que les gens l’aient sur tous les appareils." - Alexandre Saboundjian, PDG de Radionomy. Saboundjian n'a pas expliqué comment cette «expérience unique» fonctionnera, d'autant plus que nous avons maintenant de nombreuses applications musicales différentes comme Apple Music, Spotify, Prime Music, etc. L'application bénéficiera d'une mise à jour vers la v5.8 cette semaine. news est v6 qui fera un retour en force l'année prochaine avec les applications mobiles. Il sera intéressant de voir comment la société envisage de ramener ce lecteur multimédia emblématique, car il s'agit du premier lecteur multimédia de tous les enfants des années 90 (y compris moi). De plus, j’espère personnellement qu’il conserve sa marque de fabrique lors de l’installation - «WINAMP. Il fouette vraiment le cul du lama. Histoire originale: Rappelez - vous Winamp, ce célèbre lecteur multimédia de l’ère pré-VLC. Il semble que Radionomy envisage de ressusciter le lecteur multimédia Winamp pour Windows 10. Radionomy est la société à laquelle appartient actuellement Winamp. Elle a promis de mettre à jour l'application, mais nous n'avons pas beaucoup entendu parler d'eux. À un moment donné, les développeurs ont publié un nouveau journal des modifications, mais ils n’ont pas ajouté de nouveau paquet. Cependant, une nouvelle version de l'application a été divulguée en ligne et prend en charge tous les systèmes d'exploitation modernes, y compris Windows 10. Vous pouvez consulter le journal complet des modifications de la mise à jour ci-dessous: Nouveau: plug-in de sortie audio Windows (WASAPI) (wip) Amélioré: Ajout d'une option pour désactiver complètement le support vidéo de Winamp Amélioré: Ajout d'une option auto-plein écran aux préférences vidéo Amélioré: Ajout de / ENUMPLAYLISTS au support en ligne de commande Amélioré: Compatibilité Windows 8.1 et 10 Amélioré: [in_mod] Lecteur de module basé sur OpenMPT (remplace l'ancien lecteur MikMod) Amélioré: [ml_playlists] Ajout du chemin de navigation et des fonctions de titre dans l'éditeur Ctrl + E Amélioré: [Bento] Barres de défilement et boutons mis à jour et autres modifications (merci Martin) Amélioré: [skins Bento et modernes] Ajout d'une fonction de recherche dans les listes de lecture (merci Victor) Correction: les nouvelles URL ne sont pas mémorisées après l'utilisation de la réinitialisation de l'historique dans la boîte de dialogue Ouvrir une URL Corrigé: Diverses fuites de mémoire Correction: [gen_tray] Ne pas afficher le pack d'icônes actuel correct dans les préférences Correction: [in_avi] Crash de division par zéro avec des fichiers mal formés (merci ITDefensor) Correction: [in_mp3] Crashing avec certaines balises ID3v2 Correction: [ml_wire] Problème de chargement lent Correction: [ssdp] Crash au chargement si jnetlib n'était pas initialisé correctement Divers: le système d'exploitation minimum requis est maintenant Win XP SP3 (Windows 7 ou supérieur recommandé) Divers: réglages généraux, améliorations, corrections et optimisations Divers: DLL partagées déplacées vers le dossier Winamp \ Shared Divers: MP3 Encoder doit maintenant être téléchargé manuellement (dans le dossier partagé). Supprimé: Toutes les anciennes fonctions sous licence «Pro» (Winamp est à nouveau 100% gratuit) Supprimé: gen_jumpex & UnicodeTaskbarFix (ouvrant la voie à des implémentations natives) Supprimé: [in_wm] support DRM Remplacé: lecture et extraction de CD à l'aide de l'API Windows native (au lieu de Sonic) Remplacé: MP3 Decoder maintenant mpg123 basé (au lieu de Fraunhofer) Remplacé: AAC Decoder utilisant maintenant Media Foundation (Vista et versions ultérieures) Remplacé: Décodeur H.264 utilisant maintenant Media Foundation (Vista et supérieur) Remplacé: MPEG-4 Pt.2 Decoder utilisant maintenant Media Foundation (Vista et versions supérieures) Mise à jour: [in_vorbis] libogg 1.3.2 et libvorbis 1.3.5 (aoTuV b6.03) Mise à jour: [libyajl] libyajl v2.1.0 Mise à jour: [OpenSSL] OpenSSL v1.0.1i Mise à jour: [png] libpng v1.5.24 La nouvelle version 4.8 de l'application est censée résoudre les problèmes de compatibilité et apporter un paramètre dédié qui vous permet de désactiver le support vidéo de Winamp. Nous ne savons toujours pas si la mise à jour est finale ou s’ils envisagent de la publier bientôt. Cependant, nous savons que la société s'efforce de ramener l'application des morts. L'application est actuellement disponible au téléchargement, mais notez que l'analyse de VirusTotal a déclenché un drapeau rouge. Sources: Windows Latest ; Neowin
  20. En début de mois, Microsoft a annoncé la disponibilité effective de Windows 10 October 2018 alias Redstone 5, la mise à jour la plus récente de son système d’exploitation phare qui embrasse Android comme OS mobile pour Windows. Malheureusement, ce lancement en grande pompe a été entaché par la découverte rapide de bogues ayant affecté un nombre restreint d’utilisateurs qui ont conduit à l’arrêt prématuré du déploiement de Windows 101 809. Les bogues ayant affecté la Redstone 5 de Windows 10 ont depuis été bien documentés par la firme de Redmond : certains utilisateurs ont signalé la suppression non autorisée de leurs fichiers, d’autres se sont plaints que le navigateur Edge ne fonctionnait pas correctement, tandis qu’une autre partie a rapporté des problèmes de compatibilité avec des pilotes. Peu de temps après l’interruption du déploiement de la Redstone 5, Microsoft s’est attelé à résoudre les problèmes signalés en déployant une nouvelle version test de Windows 10 October 2018 pour les Insiders. Les testeurs inscrits au programme Insider de Microsoft ont désormais accès à la build 17763.104 de la Redstone 5, une nouvelle préversion qui devrait permettre à l’éditeur de Windows de confirmer la résolution effective des bogues ayant affecté Windows 10 October 2018 à sa sortie. L’éditeur de Windows a publié cette build 17763.104 via les canaux Lent et Release Preview. Cette préversion inclut la mise à jour cumulative KB4464455 qui apporte les améliorations suivantes : correction des bogues à l’origine de plusieurs problèmes de compatibilité des pilotes ; correction du bogue où des détails incorrects étaient affichés dans le gestionnaire des tâches sous l’onglet « Processus » ; correction des bogues causant des problèmes de compatibilité des antivirus tiers et des applications de virtualisation tierces ; correction du bogue où, dans certains cas, les applications plantaient à la reprise d’une session après la mise en veille connectée ; correction du bogue où, dans certains cas, l’IME ne fonctionnait pas dans le premier processus d’une session utilisateur de Microsoft Edge. La sortie d’une build 17763.104 en tant que préversion de Windows 10 October 2018 pour aborder la phase de finalisation de la nouvelle itération majeure de Windows 10 n’est pas exclue. Source : MSPowerUser
  21. Remarques: PWA = Une progressive web app est une application web qui consiste en des pages ou des sites web, et qui peuvent apparaître à l'utilisateur de la même manière que les applications natives ou les applications mobiles. Le codec vidéo AV1 libre de redevances compresse les flux 4K 30% mieux que la concurrence. Google a amorcé le déploiement de la version générale de Chrome 70 sur les plateformes Windows, Mac et Linux. Cette version s’accompagne de nouveautés, d’améliorations et bien entendu de corrections de bogues. Authentification web dans Google Chrome. L’équipe de développement de Chrome a mis à jour l’API Web Authentification pour inclure un troisième type d’identifiant, PublicKeyCredential, pour compléter les deux autres déjà supportés, PasswordCredential et FederatedCredential. Le type PublicKeyCredential « permet aux applications Web de créer et d'utiliser des informations d'identification solides, certifiées par cryptographie et étendues aux applications pour authentifier fortement les utilisateurs », explique Google. La nouveauté ici est que l’API va prendre en charge désormais le lecteur d'empreintes digitales Android et le capteur macOS TouchID, ce qui signifie que les sites Web implémentant l'API d'authentification Web pourront lire le justificatif PublicKeyCredential transmis par l'un de ces capteurs biométriques pour connecter l'utilisateur. Cette protection est souvent considérée comme étant plus forte que les mauvais mots de passe, mais elle peut être vulnérable à plusieurs attaques. Google n’est pas le seul à travailler sur technologie qui est basée sur WebAuthn, une nouvelle API et une norme Web permettant d’intégrer les dispositifs de sécurité à l’authentification de site Web. Connexion automatique. Dans Chrome 69, Google a tenté de « simplifier » la gestion des connexions à un site de Google en vous connectant également à Chrome avec le même compte. Si vous vous déconnectiez, que ce soit sur Chrome ou sur un site Google, vous êtes déconnecté des deux. À propos de la connexion automatique à Chrome, Google a d'abord voulu donner des précisions. Dans un billet de blog, Zach Koch, directeur des produits Chrome assure que la connexion automatique à Chrome quand vous vous connectez à Gmail « ne signifie pas que la synchronisation Chrome est activée ». Ainsi, « les utilisateurs qui souhaitent que des données telles que leur historique de navigation, leurs mots de passe et leurs bookmarks soient disponibles sur d'autres appareils doivent prendre des mesures supplémentaires, telles que l'activation de la synchronisation. » Il explique donc que ce changement a été effectué juste pour rappeler aux utilisateurs quel compte Google est connecté. Ce qui est important pour mieux aider les utilisateurs qui partagent un seul périphérique (par exemple, un ordinateur familial). « Nous pensons que ces modifications empêchent les utilisateurs d'effectuer des recherches ou naviguer par inadvertance sur des sites Web pouvant être enregistrés sur le compte synchronisé d'un autre utilisateur », dit-il. Chrome 70 apporte donc trois modifications: Une option (voir ci-dessous) qui permet aux utilisateurs de désactiver la liaison de la connexion Web avec la connexion via un navigateur. Si vous désactivez cette fonctionnalité, la connexion à un site Google ne vous connectera pas à Chrome. Une mise à jour de l’interface utilisateur (voir ci-dessous) pour préciser si l'utilisateur connecté à Chrome a synchronisé des données telles que des mots de passe, numéros de cartes de crédit, adresses et historique de navigation avec un compte Google. Au lieu de conserver les cookies d'authentification de Google pour vous permettre de rester connectés après leur suppression, comme le fait Chrome 69, le navigateur supprime à nouveau tous les cookies. Malheureusement, Google semble ne pas avoir bien cerné le problème. Les trois modifications constituent certes une amélioration, mais la première ne résout pas le problème principal : la connexion automatique est toujours activée par défaut. Les utilisateurs de Chrome ne devraient pas avoir à désactiver la connexion automatique s'ils utilisent des sites Google, mais plutôt à l'activer s'ils le souhaitent. Support des Progressive Web App (WPA). Google a ajouté une multitude de nouvelles fonctionnalités dans Chrome 70. Le navigateur prend désormais en charge les applications Web progressives (PWA) sous Windows. Ces applications peuvent être lancées à partir du menu Démarrer et s’exécuter comme toutes les autres applications installées (sans barre d’adresse ni onglets). Google avait pris la décision d'arrêter le support des applications Chrome sur Windows, MacOS et Linux cette année. Les extensions et les thèmes de Chrome ne seront pas affectés, tandis que les applications Chrome continueront de s'exécuter dans Chrome OS. L'entreprise a décidé de se focaliser sur le PWA à la place. Support du codec AV1. Pour concurrencer le format vidéo HEVC (la norme de compression vidéo qui était annoncée comme le successeur du H.264/MPEG-4 AVC) et pour répondre à la problématique de l’interopérabilité, en 2015, des entreprises comme Google, Netflix, Amazon, Microsoft ou plus tard Apple, se sont mises ensemble au sein de l’association Alliance for Open Media (en abrégé AOMedia, un organisme à but non lucratif qui s'emploie à définir et développer la prochaine génération de formats média ouverts, sans redevances et optimisés pour une publication sur Internet) afin de développer un format vidéo ouvert et libre de droit : AOMedia Video (en abrégé AV1), pour des usages liés à Internet tels que le streaming ou WebRTC. « Le codec vidéo AOMedia, AV1, la première norme de compression vidéo de l'Alliance, s'efforce d'offrir une efficacité de compression améliorée par rapport aux normes actuelles de compression vidéo HEVC/H.265 et VP9, en plus de fournir à l'industrie un format vidéo open source, libre et interopérable. Nous sommes fiers de travailler de concert avec nos pairs et partenaires de l'industrie pour offrir plus efficacement une meilleure qualité de vidéo à plus de clients », indiquait en juillet 2017 Tian Lim, qui était alors le directeur de la technologie chez Hulu. Le 28 mars 2018, AOMedia a annoncé la publication officielle de AV1, son codec vidéo ouvert et libre de droit. D'après des tests commandités par AOMedia, le taux de compression moyen d'AV1 par rapport au codec concurrent H.265/HEVC ou aux codecs de la génération précédente (H.264 et VP9) est 30% supérieur. Chrome 70 ajoute un décodeur AV1 (aucune fonctionnalité de codage n’est incluse) avec MP4 comme conteneur pris en charge (ISO-BMFF). Vous pouvez l’essayer vous-même en vous inscrivant sur la page TestTube de YouTube. Correctifs de sécurité et améliorations. Comme promis, Google s'attaque aux extensions. Chrome 70 permet aux utilisateurs de limiter l'accès des hôtes aux extensions à une liste de sites personnalisée ou de configurer les extensions de manière à exiger un clic pour accéder à la page en cours. Les autorisations d'hôte, qui permettent aux extensions de lire et de modifier automatiquement des données sur des sites Web, permettent divers cas d'utilisation puissants et créatifs, mais Google indique qu'elles ont également conduit à un large éventail d'utilisations malveillantes et non intentionnelles. Dans les versions ultérieures de Google Chrome, Google prévoit d’améliorer encore la manière dont son navigateur gère l’expérience utilisateur en matière de permissions d’hôte. Si votre extension demande des autorisations d’hôte, consultez le guide de transition et apportez les modifications nécessaires au cours des deux prochaines semaines. Google poursuit sa croisade contre le HTTP avec Chrome 70 . HTTPS est une version plus sécurisée du protocole HTTP utilisé sur Internet pour connecter les utilisateurs aux sites Web. Les connexions sécurisées sont généralement considérées comme une mesure nécessaire pour réduire le risque que les utilisateurs soient vulnérables à l'injection de contenu (ce qui peut entraîner des écoutes clandestines, des attaques de type "man-in-the-middle" et d'autres modifications de données). Les données sont protégées contre les tiers et les utilisateurs peuvent avoir davantage confiance en leur capacité de communiquer avec le site Web approprié. Google fait évoluer le Web vers HTTPS depuis des années, mais il a accéléré ses efforts l’année dernière en modifiant l’interface utilisateur de Chrome. Chrome 56, publié en janvier 2017, a commencé à marquer les pages HTTP collectant les mots de passe ou les cartes de crédit comme étant « non sécurisés ». Chrome 62, publié en octobre 2017, a commencé à marquer les sites HTTP avec les données saisies et tous les sites HTTP visualisés en mode de navigation privée comme étant « non sécurisés ». Chrome 68, publié en juillet, marque tous les sites HTTP comme comme étant « non sécurisés » directement dans la barre d'adresse, et Chrome 69, publié en septembre, a supprimé le libellé « sécurisé » des sites HTTPS. Désormais, avec la sortie de Chrome 70, les sites HTTP affichent un avertissement rouge « Non sécurisé » lorsque les utilisateurs saisissent des données : Côté développeurs. Chrome 70 implémente l’API Shape Detection (détection de forme) capable de détecter automatiquement un visage, un code barre ou encore lire du texte dans les images « sans utiliser de bibliothèque destructrice ». L'API est composée de trois API : une API Face Detection, une API Barcode Detection et une API Text Detection. Avec une image bitmap ou un blob, l'API de détection de visage renvoie l'emplacement des visages et des yeux, des nez et des bouches dans ces visages (vous pouvez limiter le nombre de visages renvoyés et donner la priorité à la vitesse par rapport à la performance). L'API de détection de code à barres décode les codes à barres et les codes QR en chaînes (du simple jeu de chiffres au texte multiligne). L'API de détection de texte lit le texte Latin-1 (conformément à la norme ISO8859-1) dans les images. Source : Google
  22. Sony a trouvé la solution pour éviter le plantage en boucle de sa PS4 Nos PlayStation 4 n'auraient plus de soucis à se faire, selon Sony. Le vilain message, composé d'un mot et de deux émojis, qui les faisait planter, ne devrait plus poser de problèmes. Sony serait parvenu à élaborer une solution pour contrer la vague de plantages qui a touché ses consoles PlayStation 4 le week-end dernier et en début de semaine. C'est un tweet du service client anglais de la division vidéoludique du géant nippon qui l'affirme. We've since fixed the issue, and it wasn't bricking consoles, just sending them into a crash loop that can be quickly fixed in under 5 minutes. Delete the message on the PS mobile app, go into Safe Mode, use Option 5, console back to normal. ^DB — Ask PlayStation UK (@AskPS_UK) 15 octobre 2018 La nature de la solution trouvée est restée un moment mystérieuse, comme le soulignait nos confères du site américain Engadget. Toutefois, une mise à jour de la PS4 (6.02) est désormais déployée et c'est elle qui corrige le problème. Pour rappel, plusieurs utilisateurs ont rapporté sur des forums avoir reçu un message étrange, composé d'un mot et de deux émojis, qui a causé le plantage de leur console et l'impossibilité de la redémarrer correctement. Seule solution trouvée en cas d'infection : reconstituer la base de données utilisateurs en mode Sans Echec après avoir préalablement supprimé le message via l'application mobile PlayStation.
  23. slt pour info avec la version beta 2.2 le support USB arrive, on pourra donc jouer avec un hdd relié a la switch = plus de place et surtout c'est plus fiable a mon sens que la micro sd.
  24. Bonsoir, C'est vrai qu'ils oublient le cuivre, les régions éloignées, laissent les câblage fibre à l'arrêt au milieu d'une rue pendant des mois on ne sait pourquoi... J'en passe et des meilleures. Par contre ils ne délaissent pas leurs tarifs.
  25. De fausses mises à jour Adobe Flash transforment votre PC en mineur de cryptomonnaie Une alerte Windows permet de s’apercevoir de la supercherie, mais malheureusement elle n’est pas très explicite et ne fait pas référence à un malware. Attention aux fausses mises à jour Adobe Flash. Les chercheurs en sécurité de Palo Alto Networks ont découvert une campagne de piratage qui utilise ces logiciels d’installation comme cheval de Troie pour installer en douce un logiciel de minage. Pour l’utilisateur qui a malencontreusement téléchargé cette mise à jour vérolée, il n’est pas facile de s’apercevoir de cette supercherie. En effet, l’installation de la nouvelle version d’Adobe Flash se passe presque normalement, avec les mêmes messages et les mêmes fenêtres pop-up que le logiciel d'installation légitime. Et au final, le nouvelle version d’Adobe Flash est effectivement installée. Le seul moment où l’utilisateur peut avoir un doute, c’est lorsque Windows lui demande s’il faut bien exécuter ce fichier provenant d’un « éditeur inconnu ». Mais le message de cette alerte n’est pas forcément suffisant faire changer d’avis. A noter que ce test a été effectué sur une machine Windows 7 Service Pack 1. Il est possible qu’un ordinateur sous Windows 10 soit plus efficace au niveau de la détection. Au côté d’Adobe Flash, le cheval de Troie va également installer XMRig, un logiciel de minage de moneros. Celui-ci va ensuite se connecter presque immédiatement à un pool de minage et commencer le calcul pour générer la cryptomonnaie. Le poste infecté va également se connecter à d’autres serveurs pirates pour, éventuellement, télécharger et installer d’autres malwares. Les chercheurs de Palo Alto Networks ne savent pas combien d’utilisateurs ont été infectés par ces installateurs vérolés, ni comment ces derniers sont diffusés auprès des victimes. En revanche, ils ont détecté pas moins de 113 exemplaires de ce cheval de Troie dans diverses bases de données virales depuis mars 2018. Preuve que cette campagne est bien active. Il faut donc rester prudent et, surtout, ne télécharger des logiciels et leurs mises à jour qu’auprès d’une source de confiance comme le site de l’éditeur ou Télécharger.com. Télécharger : Adobe Flash pour Windows 64 bit Adobe Flash pour Windows 32 bit
  26. La grogne monte contre Orange, accusé de délaisser son réseau cuivre Manifestations, piques des concurrents, l’opérateur historique est attaqué de toutes parts en raison de pannes à répétition interrompant ses services téléphoniques et ADSL. « Dans nos zones rurales, Orange ne répond plus ». C’était le mot d’ordre la semaine dernière d’une centaine de maires du Cantal venus manifester à Laveissière, d’après le journal La Montagne. En colère contre Orange à la suite de nombreuses pannes et interruptions du service de téléphonie et d'ADSL ces derniers mois, ils ont remis une motion au Préfet. Ils réclament que l’opérateur historique remplisse mieux sa mission de service universel qui l’oblige à garantir à tous un accès de qualité au téléphone et à internet. Des élus du Cantal ont dénoncé les dysfonctionnements de la téléphonie fixe.https://t.co/iYh97mOhR7 — La Montagne Aurillac (@lamontagne_15) 10 octobre 2018 Ces maires, qui laissent planer la menace d’une plainte, rejoignent la cohorte des députés comme Pierre Morel-A-L'Huissier ou Eric Bothorel, qui se plaignaient déjà régulièrement du peu d’empressement d’Orange pour effectuer les réparations sur son réseau cuivre. L'opérateur historique se défend pourtant de tout manquement. « Nous investissons à la fois pour renforcer l’entretien et la modernisation de ce réseau », nous a déclaré un porte-parole. « En France, sur la seule maintenance préventive, en moyenne, nous avons dépensé 3,4 euros par ligne cuivre en 2017, contre 2,8 en 2014. L’entretien global (préventif + curatif) du réseau représente de l’ordre de 500 millions euros par an consacrés au réseau cuivre. Ce budget a été maintenu depuis plusieurs années à niveau constant alors que le nombre de prises cuivre baisse depuis plusieurs années et va continuer de baisser ». La parole des opérateurs se libère La situation n'est pas nouvelle mais les déclarations placides de Stéphane Richard il y a un mois ont mis le feu aux poudres. 01net.com avait en effet relevé que le patron d’Orange annonçait de plus en plus de dysfonctionnements à venir en raison du vieillissement du réseau. Ce qui a ulcéré ses concurrents, qui payent Orange au titre du dégroupage. Mais à ce stade, les opérateurs contactés avaient refusé de commenter la situation. Un mois après, leur parole semble se libérer. « Nous avons signalé à maintes reprises et depuis de nombreux mois les défaillances de la qualité de service du cuivre », a expliqué le secrétaire général de SFR Arthur Dreyfuss au Figaro, ajoutant s'attendre « à ce qu'Orange prenne des mesures rapides et efficaces. Il n'est pas admissible de pénaliser ainsi nos clients ». Même son de cloche chez Bouygues Telecom. « Orange a la charge d'un réseau cuivre qui n'a pas vocation à disparaître. Nous achetons une prestation et attendons un maintien de la qualité », a également déclaré Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom. Free ne dit mot officiellement mais n’en pense pas moins. Les tarifs du dégroupage seront-ils revus à la baisse en conséquence ? Des sanctions seront-elles appliquées contre Orange ? La balle est maintenant dans le camp de l’Arcep et du gouvernement.
  27.  
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×