Aller au contenu

À propos de ce club

tout ce qui concerne Apple, nouveautés, tests, infos, rumeurs !!!

  1. Quoi de neuf dans ce club
  2. Moleskine ajoute à sa petite palette d’applications iOS un gestionnaire de tâches.Si vous êtes sensible au design élégant et fluide de l’agenda Timepage, il y a des chances pour qu’Actions vous séduise puisque l’application reprend son esthétique et plusieurs de ses concepts. L’accent est mis sur le planning hebdomadaire plus que sur les listes thématiques de tâches, même s’il est possible d’en créer différentes. Les tâches apparaissent dans des rectangles colorés peut-être trop gros pour qui note absolument tout ce qu’il doit faire, l’écran étant vite saturé. Actions est moins adapté aux gros projets qu'un Things ou un 2Do. Il s'agit plus d'un gestionnaire de tâches du quotidien. Les fonctionnalités indispensables sont présentes (rappel, répétition, synchronisation…), mais il n’y a pas d'aspect collaboratif. Actions peut fonctionner de concert avec Timepage ; un bouton permet d’ouvrir rapidement l’agenda et d’ajouter un élément comme un événement plutôt qu’une tâche — les événements apparaissent d’ailleurs en petit dans Actions. À l’instar de Timepage qui a récemment adopté ce modèle économique, Actions nécessite un abonnement. Les 12 mois coûtent 11,99 € (on peut l’essayer gratuitement pendant une semaine). Il s’agit d’un abonnement distinct de Timepage qui coûte lui 12,49 € par an.
  3. Le HomePod est pensé en premier lieu pour diffuser de la musique en faisant appel à Siri, mais on peut très bien l’utiliser comme sortie audio pour l’Apple TV. Sélectionner le HomePod comme sortie audio Pour cela, il faut que l’enceinte soit connectée au même réseau Wi-Fi que l’Apple TV (de 4e génération ou 4K). Ensuite, il y a plusieurs méthodes pour sélectionner le HomePod comme sortie. Celle qui marche à coup sûr mais qui n’est pas forcément la plus rapide, c’est de passer par les réglages généraux de l’Apple TV : Réglages > Vidéo > Sortie audio > nom de votre HomePod (« Salle à manger » dans le cas présent). Autrement, dans certaines parties de tvOS (écran d’accueil, application TV…), vous pouvez maintenir le bouton Lecture jusqu’à ce qu’apparaissent les sorties AirPlay. Autre solution, quand vous êtes en train de lire une vidéo, faites un balayage du haut vers le bas sur le trackpad de la Siri Remote, rendez-vous dans les réglages audio et sélectionnez le HomePod. Cela ne fonctionne qu’avec les applications qui exploitent le lecteur vidéo standard de tvOS — ce n’est pas le cas de YouTube, par exemple. Dans l’application Musique, il y a aussi un bouton dédié en haut à gauche de l’écran pour sélectionner la sortie. Contrôler la lecture avec le HomePod Une fois que le HomePod est sélectionné comme sortie audio, il peut servir de télécommande vocale. Les commandes suivantes sont prises en charge : Dis Siri, pause Dis Siri, lecture Dis Siri, avance de X secondes, minutes ou heures Dis Siri, recule de X secondes, minutes ou heures C’est pratique, mais c’est dommage que la liste des commandes soit si courte. On aimerait pouvoir se passer un peu plus de la Siri Remote en demandant par exemple au HomePod de lancer la lecture d’un film, comme il est possible de le faire avec un Google Home et un Chromecast. Contrôler le couple Apple TV + HomePod avec un appareil iOS La jonction des appareils Apple ne s’arrête pas là. Depuis iOS 11.2.5, vous pouvez contrôler la lecture de l’Apple TV (avec ou sans HomePod) directement depuis le Centre de contrôle d’iOS. Pour cela, ouvrez le Centre de contrôle, appuyez fermement ou longuement sur le widget Musique et touchez le cadre correspondant à l’Apple TV. Les contraintes Si le HomePod est facilement utilisable avec l’Apple TV, tous les usages ne sont pas encore au point. Le plus embêtant est la latence plus ou moins importante entre l’image et le son. Un inconvénient qu’on espère réglé avec AirPlay 2 à venir bientôt. La répartition des rôles du HomePod peut aussi poser souci. Si vous utilisez le HomePod comme haut-parleur pour l’Apple TV puis que vous lancez Apple Music sur l’enceinte, l’Apple TV ne resélectionnera pas toujours automatiquement le HomePod comme sortie audio quand vous arrêterez la musique.
  4. salut La division Microsoft Garage dédiée à la recherche et au développement crée de temps à autre de nouvelles apps et produits, et elle vient de sortir une app qui assure une fonction de base pour les utilisateurs de smartphone. En effet, Microsoft Garage vient de lancer une nouvelle app se nommant Photos Companion qui permet de partager en WiFi très facilement et rapidement des photos iPhone et iPad avec un ordinateur tournant sous Windows 10. Cela fonctionne uniquement avec un ordinateur équipé de Windows 10 et du logiciel Microsoft Photos qui vient normalement préinstallé avec le système d'exploitation, sinon il est toujours possible de télécharger le Microsoft Store. Les deux appareils, à savoir l'iPhone et l'ordinateur doivent tous les deux être sur le même réseau WiFi, puis il faut lancer "Microsoft Photos" sur l'ordinateur, sélectionner "Importer" et choisir l'importation depuis un smartphone en WiFi. "Microsoft Photos" affiche un code QR qu'il faut de scanner en utilisant la caméra dans l'app iOS, enfin l'app affiche la bibliothèque Photos de l'iPhone, il suffit de sélectionner les photos à transférer et de valider pour les envoyer sur l'ordinateur. En résumé, une solution simple, rapide et gratuite pour transférer des photos depuis l'iPhone vers un ordinateur sous Windows 10. L'app est disponible gratuitement sur iPhone et iPad et ne comporte aucun achat intégré. Source @édite : en wifi le pc et l iphone sinon marche pas. je testais avec mon pc branché en ethernet et çà le faisait pas. logique.
  5. A l’instar de son concurrent Samsung quelques mois plus tôt, Apple pourrait lui-aussi se retrouver dans la tourmente. La raison ? Non pas le ralentissement volontaire des batteries d’iPhone mais plutôt une explosion des Airpods en pleine utilisation. Selon le témoignage de Jason Colon, habitant de Tampa en Floride à sa station d’information locale de NBC, une paire d’écouteurs Apple aurait dégagé un voile de fumée avant de s’enflammer et ce, en pleine séance de sport! « C’est la chose la plus folle que j’aie jamais vécue » s’est exprimé J. Colon, en expliquant sa mésaventure à la radio. Il écoutait de la musique pendant sa séance de sport dans un gymnase de Tampa lorsqu’il a constaté un dysfonctionnement et « de la fumée blanche qui s’échappait » de ses écouteurs. Il les a enlevés aussitôt et est parti chercher de l’aide à l’intérieur de la salle de sport. À son retour quelques minutes plus tard il avait face à lui une oreillette droite endommagée et irréparable « Je n’ai pas vu l’explosion, mais elle avait déjà brûlé à mon retour ! On peut voir les dommages causés par la flamme, je ne sais pas ce qui serait arrivé à mon oreille, mais je suis à peu près sûr que le lobe aurait pu être brûlé ». Il met en cause la batterie et a mis en garde les utilisateurs quant à la dangerosité de ce produit. Des Airpods sensibles à la transpiration ? Cette défaillance pourrait provenir des batteries lithium-ion comme le rappelle le principal intéressé. Ces dernières sont en effet mises en cause dans de nombreuses polémiques en ce moment. Après les hoverboards inflammables il y a quelques années et le Samsung Galaxy Note 7 il y a quelques mois, Apple pourrait subir le même sort et donc, les mêmes critiques. Néanmoins, l’explosion des Airpods pourrait aussi être liée au fait que les écouteurs d’Apple ne sont pas waterproof et in fine non-résistants à la transpiration. Apple a indiqué avoir ouvert une enquête par le biais d’un de ses porte-paroles et va chercher à avoir de plus amples informations à propos de cet incident.
  6. Quand iOS 11.3 arrivera, cette version du système d’exploitation vous permettra de savoir si votre mobile est ralenti. Quand la batterie de votre iPhone est chimiquement âgée, Apple bride l’appareil afin de vous protéger contre les extinctions soudaines dues aux pics de performances (que les vieilles batteries ne supportent pas). Après un scandale à ce sujet, la firme de Cupertino a décidé de créer une fonctionnalité qui permet de savoir si un appareil est affecté par ce bridage. Et cette fonctionnalité est déjà disponible sur la beta d’iOS 11.3. Elle devrait donc arriver prochainement sur la version stable du système d’exploitation. De ce fait, nous savons déjà comment cela va marcher. Pour savoir si votre iPhone est bridé à cause de la batterie, il suffira d’aller dans les paramètres de batterie, puis d’aller sur le nouveau paramètre sur la santé de celle-ci (Battery Health). Là, iOS indique si la capacité maximale de la batterie est encore à 100 % et si celle-ci supporte encore les pics de performance. Dans le cas contraire, le système d’exploitation vous indique si le bridage a été activé sur votre iPhone. Comme l’avais promis la société, elle vous permet de désactiver ce bridage. Cependant, la meilleure solution est d’aller remplacer la batterie.
  7. Pour permettre aux développeurs d’utiliser facilement certaines fonctionnalités dans les systèmes d’exploitation, les fournisseurs de systèmes mettent à la disposition des développeurs un certain nombre d’interfaces de programmation applicative également abrégées API en anglais. Elles peuvent être des classes, des méthodes ou des fonctions et permettent à un logiciel d'exploiter les services d'un autre logiciel. Dans le système d’exploitation macOS d’Apple, plusieurs API sont également disponibles. Parmi ces API, nous avons la fonction CGWindowListCreateImage qui permet de faire des captures d’écran des fenêtres ouvertes ou de tout le bureau en spécifiant certains paramètres. En faisant appel à cette API, les développeurs peuvent par exemple facilement avoir un instantané de leurs applications dans la fenêtre active. À priori, c’est donc une fonctionnalité excellente qui facilite la vie aux développeurs. Mais après avoir mené des recherches sur les possibilités d’utilisation de cette fonction, Felix Krause, le fondateur des outils Fastlane qui permettent de concevoir rapidement des applications mobiles, rapporte que des personnes malveillantes pourraient concevoir des applications pour Mac et se servir de cette fonction pour faire des captures d’écran à l’insu de l’utilisateur. Certains avanceront que la fonctionnalité de bac à sable sur macOS pourrait en principe les protéger, car une telle éventualité ne devrait être possible qu’avec des autorisations supplémentaires. Mais Krause souligne que dans ce cas-ci, que l’application soit exécutée dans un sandbox ou pas, elle est en mesure de capturer silencieusement tout ce qui est affiché à l’écran en utilisant cette API. À partir de là, elle peut accéder à tous les moniteurs connectés au système sur lequel elle est installée. Et pour convaincre les sceptiques, Krause demande de créer un projet avec ces quelques lignes de code : CGImageRef screenshot = CGWindowListCreateImage( CGRectInfinite, kCGWindowListOptionOnScreenOnly, kCGNullWindowID, kCGWindowImageDefault); NSBitmapImageRep *bitmapRep = [[NSBitmapImageRep alloc] initWithCGImage:screenshot]; En principe, le développeur ne devrait pas pouvoir lire le contenu du bureau en cours lorsque l’application Mac s’exécute dans le bac à sable. Mais contre toute attente, en intégrant ce bout de code dans une application, elle peut lire tout le contenu de l’écran affiché. Et pour aller encore plus loin, le développeur déclare qu’en utilisant un logiciel OCR pour la reconnaissance de texte, le développeur peut lire le texte affiché sur l’écran sans aucune difficulté. À partir de là, de pires scénarios peuvent être envisagés. Des applications peuvent exploiter ces failles pour lire les mots de passe ou les clés dans les gestionnaires de mots de passe. Elles peuvent également détecter quels services web une personne utilise ou encore parcourir avec l’utilisateur tous les emails ou messages qu’il ouvre sur sa machine. En outre, un pirate pourrait exploiter cette méthode pour obtenir des informations personnelles sur un utilisateur comme son adresse, son salaire, des informations bancaires, etc. Et dans le cas où un attaquant utiliserait cette méthode pour cibler un développeur, il pourrait accéder à certaines informations comme le code source du logiciel du développeur, des clés d’API et bien d’autres informations sensibles. Bien évidemment, en parcourant tous les risques auxquels les utilisateurs sont exposés, la première chose qui vient à l’esprit est de savoir comment s’en prémunir. À cette préoccupation, Krause répond pour ce qui le concerne, qu’il ne connait aucun moyen de se protéger contre l’exploitation de cette faille. Mais pour Krause, si Apple ajoute plus de contrôle pour pouvoir utiliser cette fonction, cela permettrait de réduire les risques liés à son exploitation. Après avoir informé Apple de sa trouvaille, Krause propose à Apple les différents points suivants : le processus d’examen App Store pourrait vérifier les droits Sandbox pour l’accès à l’écran ; exiger l’autorisation de l’utilisateur avec une boite de dialogue ; avertir l’utilisateur à chaque fois qu’une application accède à l’écran. Source : Rapport du bogue à Apple par Krause, Blog Krause
  8. salut https://goo.gl/oof4JJ Siri, les Animojis et la fonction “Ne pas déranger” auraient droit à de grosses améliorations. Selon Bloomberg, les Animojis devraient accueillir plusieurs nouvelles créatures en 2018, avec le déploiement de la prochaine version du système d’exploitation iOS. Les petites créatures animées intégreraient également pour la toute première fois FaceTime et l’iPad. Si les émojis animés d’Apple seront probablement les stars de la prochaine mise à jour d’iOS, Apple devrait néanmoins introduire plusieurs autres nouveautés majeures avec iOS 12. Avec, en tête d’affiche, une meilleure intégration de Siri dans son système d’exploitation. Car on le sait, l’assistant virtuel d’Apple est voué à devenir un outil incontournable pour les clients de la Pomme. Parmi les autres nouveautés évoquées par Bloomberg, on citera une refonte de l’application Bourse, de nouvelles fonctionnalités pour la fonction “Ne pas déranger” avec notamment le rejet automatique des appels, une application maison sur Mac et une refonte de l’interface d’importation de photos sur iPad. On s’en doute, Apple profitera de l’occasion pour apporter de nombreuses retouches à son système d’exploitation. Par rapport aux anciennes versions d’iOS, iOS 12 risque toutefois d’être plus avare en nouvelles fonctionnalités. Depuis la débâcle du Batterygate, Apple a en effet revu sa stratégie et indiqué que l’entreprise donnera désormais la priorité à la qualité plutôt qu’à la quantité.
  9. Kap ne gagnera pas la palme de l’originalité, mais cet utilitaire spécialisé dans la capture vidéo de l’écran de votre Mac a le mérite d’être simple, gratuit et open-source. L’app a été développée en utilisant le framework Electron et des technologies du web, ce qui a comme inconvénient de l’alourdir à l’installation, mais comme avantage de simplifier son développement et surtout sa souplesse. Par exemple, un système de plugins permet d’ajouter des fonctions avec quelques lignes de code en JavaScript. Le menu principal de Kap, avec un réglage pour filmer la fenêtre d’une app spécifique. Notez les tirets autour de la fenêtre qui sera enregistrée Même si Kap occupe près de 250 Mo dans le dossier des Applications à cause de ce choix technique, l’app ne semble pas spécialement lente à l’usage. Nichée dans la barre des menus de macOS, elle permet d’enregistrer très rapidement une zone, tout l’écran, ou même la fenêtre d’un logiciel spécifique. C’est une excellente idée et cela permet d’isoler un élément à l’écran rapidement. L’enregistrement peut se faire avec ou sans audio et un tour dans les réglages permet de choisir la source. On pourra aussi modifier la qualité de l’enregistrement, de 15 images par seconde à 60. Lorsqu’un enregistrement est terminé, Kap affiche un aperçu et les options en sortie. Vous pourrez modifier la taille et la fréquence de la vidéo et opter pour différents formats. Outre les classiques MP4 et GIF, on note la présence du plus rare APNG, ainsi que le Webm de Google. Si vous installez des plugins, ils servent à ce stade, à exporter directement l’enregistrement vers un service en ligne, comme Giphy ou Imgur. À défaut, ils sont stockés en local et vous pourrez ensuite partager les enregistrements. Attention, Kap génère parfois de très gros fichiers et vous vous retrouverez facilement avec des GIF de plusieurs dizaines, voire centaines, de méga-octets. Fenêtre de prévisualisation et d’export. Notez que l’option GIF est un menu : puisqu’un plugin est installé, plusieurs options sont disponibles. Sur macOS, QuickTime propose également d’enregistrer l’écran et il le fait en consommant nettement moins de ressources que Kap. Mais cet outil ne démérite pas pour autant, il est toujours disponible dans la barre des menus, il permet de filmer très rapidement une fenêtre et ses fonctions d’export correspondent davantage aux besoins modernes. L’avantage, c’est que ce nouveau-venu est totalement gratuit et que vous pouvez le modifier sur GitHub, si vous connaissez les technologies utilisées. Kap n’est pas traduit en français et macOS 10.12 est nécessaire au minimum pour l’installer.
  10. Apple livre ce soir une mise à jour de la bêta de macOS 10.13.4. La première, fournie il y a quelques jours, était numérotée 17E150f. La seconde porte le numéro de version 17E150g. On ignore la raison pour laquelle Apple a voulu mettre à jour cette bêta, alors qu'une bêta 3 aurait été appropriée, mais dans ces cas là il s'agit souvent de corriger un bug de dernière minute. macOS 10.13.4 comporte pas mal de nouveautés, à l'instar de Messages sur iCloud, la transformation d'iBooks en Apple Books… et le début de la fin pour les logiciels 32 bits.
  11. Le 1er février, l’annuaire d’applications MacUpdate a distribué à son insu des copies vérolées de Firefox, OnyX et Deeper. Le site a été trompé par des hackers qui ont remplacé les liens de téléchargement légitimes par des liens menant vers des logiciels malveillants maquillés. Ce jour-là, en plus des versions originales de Firefox, OnyX et Deeper, les utilisateurs ont téléchargé un programme qui mine des cryptomonnaies en douce sur les Mac. Les excuses de MacUpdate et les explications pour supprimer le programme malveillant. MacUpdate a rapidement rétabli les liens de téléchargement authentiques et présenté ses excuses aux utilisateurs comme aux éditeurs des logiciels concernés, qui n’y sont pour rien. Cette mésaventure rappelle qu’il est vraiment préférable de télécharger les applications directement sur les sites de leurs créateurs. Les intermédiaires comme MacUpdate peuvent se faire pirater, quand ce n’est carrément pas eux qui ajoutent des logiciels pernicieux. Bien sûr, un éditeur peut lui aussi se faire pirater. Ce fut le cas en octobre dernier d’Eltima, qui a distribué à son insu des versions infectées de ses applications. Certains éditeurs, pas assez malheureusement, permettent de s’assurer que le logiciel que l’on télécharge sur leur site est authentique. C’est le cas d’OnyX et de Deeper : sur leur page de téléchargement, vous pouvez voir leur condensé SHA–256, une empreinte unique servant d’élément de comparaison ; il faut comparer le condensé du site avec celui de l’image disque que vous avez récupérée. Pour ce faire, ouvrez le Terminal dans Applications > Utilitaires puis tapez shasum -a 256 et glissez-déposez l’image disque d’OnyX ou de Deeper dans la fenêtre, et appuyez sur Entrée. Si l’empreinte qui s’affiche est identique à celle du site, c’est bon, le téléchargement est fiable. Notez que l’empreinte peut être définie avec une autre fonction de hachage, SHA 1 (exemple ici avec Handbrake). Dans ce cas-là, il faut saisir shasum -a 1 dans le Terminal. Un autre moyen pour éviter les téléchargements trompeurs est de passer par le Mac App Store, qui est contrôlé par Apple. Mais le Mac App Store n’est pas sans faille lui non plus. En dépit du processus de validation d’Apple, de faux antivirus gratuits qui encourageaient l’achat d’une version payante ont pu y figurer pendant un temps. En cas de doute, vous pouvez contacter l’assistance Apple.
  12. Le code source de ce qui est considéré comme iBoot, la composante d’iOS responsable du démarrage sécurisé d’un iPhone, aurait récemment été publié sur GitHub par un inconnu. Le magazine Vice s’est fait le relais de cette information très tôt ce jour laissant croire que la publication sur le site d’hébergement de projets a eu lieu hier, mais il n’en est rien. Un tweet du chercheur en sécurité qui se cache derrière le pseudonyme twitter « Apple External » vient confirmer que le fichier circule sur la toile depuis un moment. En fait l’apparition sur GitHub n’est qu’une espèce de redite. En effet, d’après ce que rapporte le magazine américain Vice, le fameux code source a fait surface l’an dernier sur un forum reddit, mais sans trop d’écho puisque le compte lié à la publication a été bloqué. « Bof, quelle importance quant à la chronologie », pourrait lancer un tiers. Le fait est là : il y a bel et bien un fichier ; il faut donc savoir de quoi il retourne exactement. « Errata : il s’agit du code source de la version 9.3.x », a précisé Apple External dans un autre tweet. Le code source qui, il faut le rappeler demeure introuvable sur GitHub, serait donc celui d’iBoot correspondant à la version 9.3.x d’iOS. Vice a néanmoins eu la courtoisie d’en publier une capture d’écran. « Ce document ne peut être reproduit ou transmis sous quelque forme que ce soit, en partie ou dans son entièreté, sans l’accord express d’Apple », peut-on y lire, toute chose qui explique les difficultés exprimées. Jonathan Levin, auteur de plusieurs livres relatifs au développement sur iOS et macOS, s’est exprimé à ce sujet. Ce dernier a mené des expérimentations personnelles avec iBoot et d’après lui le code source dont il est question est authentique parce que s’alignant à celui qu’il a pu obtenir en procédant par rétro ingénierie. « Il s’agit de la fuite du siècle », a-t-il déclaré. Avec le code d’iBoot sous la main, la chasse aux failles dans le système d’exploitation pour mobiles d’Apple est ouverte. « Le code source indique qu’il s’agit de la version 9, mais il est possible que certaines portions de ce dernier soient utilisées dans la version courante », écrit Vice. iBoot est un composant central de la sécurité au sein d’iOS. Son rôle est (entre autres) de vérifier que le noyau du système d’exploitation est signé lors de la phase de démarrage d’un iPhone. Certes, l’entreprise a déjà eu à rendre des portions d’iOS et macOS pour processeurs ARM open source. La cuisine interne d’iBoot pour sa part est demeurée la chasse gardée de la firme. D’ailleurs, elle s’est dotée d’un mécanisme de protection supplémentaire introduit avec les versions S2 et A7 de ses processeurs principaux. L’Apple Secure Enclave est un coprocesseur chargé de vérifier l’intégrité d’un iPhone, ce qui laisse penser qu’une partie des fonctionnalités qui relevaient autrefois d’iBoot lui incombent désormais. Du pain sur la planche donc pour les chercheurs qui devront cerner les limites de chaque composant. Source Vice
  13. La fonctionnalité d’enregistrement d’écran est disponible sur iOS 11, mais elle n’est pas affichée par défaut sur le centre de contrôle. Ainsi, pour activer celle-ci, il faut tout d’abord aller dans les paramètres de l’iPhone, ouvrir l’onglet centre de contrôle puis appuyer sur « Personnaliser les commandes ». Lorsque vous arrivez dans les personnalisations du centre de contrôle, il faut défiler vers le bas jusqu’à ce que vous voyiez l’option « Enregistrement de l’écran ». Appuyez sur le bouton « + » vert à côté de celle-ci. L’enregistrement de l’écran apparait alors dans la liste « INCLURE ». Maintenant que c’est fait, l’enregistrement de l’écran apparaît désormais sur votre centre de contrôle lorsque vous faites un glissement vers le haut en partant du bouton d’accueil. Lorsque vous appuyez dessus, vous verrez un compte à rebours avant le début de l’enregistrement, puis la couleur du bouton devient rouge (cela signifie que l’enregistrement a commencé). Pour arrêter l’enregistrement, il suffit de revenir dans le centre de contrôle et d’appuyer de nouveau sur ce bouton. Les enregistrements sont stockés dans la gallérie de l’iPhone. Merci à pressecitron
  14. Apple avait promis la possibilité de désactiver le bridage des performances de l’iPhone en cas de batterie en fin de vie. La fonctionnalité apparaît dans la bêta 2 de iOS 11.3, alors que les batteries de rechange connaissent une forte demande. iOS 11.3 : désactiver le bridage, mais seulement en cas de redémarrage Une mise à jour de la page de support d’Apple détaille le fonctionnement. Une nouvelle sous-section « État de la batterie » est intégrée à la partie consacrée à la batterie. Elle fournit deux informations : la capacité maximale de recharge, et la compatibilité de l’état de la batterie avec les pics de performances du processeur. Dans le cas d’une batterie neuve ou en bon état, les informations sont disponibles sans action possible de l’utilisateur. Celui-ci ne reprend en fait la main que dans le cas où la batterie a atteint un niveau de santé insuffisant pour garantir les performances maximales ET quand un redémarrage intempestif a déjà été constaté. Le message change alors et vous permet de désactiver le bridage des performances si vous le souhaitez. En revanche, vous ne pourrez pas le réactiver manuellement : il redeviendra actif si un autre redémarrage se produit. Le dernier cas de figure concerne les batteries dont les performances sont sévèrement dégradées, ou dont iOS n’arrive plus à évaluer le niveau. Un lien vous renvoie alors vers les options de service après-vente. Une forte demande de batteries de rechange Rappelons qu’il n’est plus nécessaire d’attendre que votre batterie soit dégradée pour demander un remplacement. En revanche, il est fort possible que la demande dépasse l’offre. Dans une lettre adressée aux sénateurs américains, Apple a fait part d’une « forte demande » en batteries de rechange, suite aux changements dans la politique de remplacement. La firme de Tim Cook avait non seulement assoupli les conditions d’échange, mais aussi passé le prix de 79 à 29 dollars (prix identique en euros). Selon le Sénateur John Thune, Apple a admis que ses explications initiales avaient été insuffisantes pour une situation qu’il connaissait depuis fin 2016, et promis de se pencher sur un dédommagement éventuel des clients qui auraient payé leur batterie de rechange au prix fort.
  15. À Wall Street, le titre de Qualcomm a reculé de 3 % ce lundi après que des spéculations ont informé qu’Apple pourrait délaisser la société et se tourner de façon exclusive vers Intel pour équiper ses prochains iPhone en modems. « Il y a des spéculations selon lesquelles Apple pourrait abandonner Qualcomm dans la prochaine génération de ses téléphones et je pense que c'est en partie la raison pour laquelle l'action baisse aujourd'hui », a déclaré Angelo Zino, un analyste de CFRA Research. Pendant des années, Qualcomm a été le fournisseur solennel d’Apple, mais les relations entre les deux sociétés se sont vite détériorées l’année dernière après que la pomme a accusé Qualcomm de surfacturer ses puces et de lui avoir refusé environ un milliard de dollars de remises sur lesquelles il s'était engagé. Depuis plusieurs mois, les deux groupes se sont engagés dans une bataille juridique internationale en raison de la pratique adoptée depuis longtemps par Qualcomm et qui consiste à se faire reverser un pourcentage du prix total des iPhone et d'autres appareils d‘Apple. En janvier 2017, Apple avait déjà porté plainte contre Qualcomm en arguant que le fabricant de puces était en train de profiter de sa position dominante dans le secteur pour lui faire payer plus qu’il n’en faut pour l’usage de ses technologies. En réponse à cette plainte, Qualcomm avait également réagi à son tour en saisissant la justice pour forcer les sous-traitants d'Apple à payer ses royalties, arguant que c'est Apple qui est derrière l'arrêt des paiements. Qualcomm, à en croire les informations collectées, accuse Apple d'user de sa position de force pour ne pas payer, et cela à leur juste prix, les technologies qu'il a brevetées. Dans une note bien détaillée, la firme de courtage Nomura Instinet a informé qu’elle a anticipé le fait qu’Apple pourrait délaisser Qualcomm en faveur d’autres fournisseurs, le but étant de réduire les coûts de fabrication de son iPhone. Les ventes de l’iPhone X n’ont pas atteint les objectifs fixés par Apple, c’est ce que suggèrent en tout cas les résultats de la firme. Pour cette raison, Apple doit réduire les coûts si elle a constaté que beaucoup de clients refusent de payer plus de 1000 dollars pour un smartphone. Se tourner vers Intel pourrait permettre à Apple d’économiser plus de 100 millions de dollars de cycle en cycle. Le titre d’Intel a bondi de 1,4 % à 46,81 dollars, le fondeur qui domine le marché des puces pour ordinateur a entrepris récemment une stratégie agressive afin de tenter de gagner plus de parts de marché dans le marché du mobile. Qualcomm a publié des résultats la semaine dernière en dessous des attentes des analystes. La société a informé avoir pris en compte dans ses prévisions la possibilité qu’Apple se tourne vers un autre fournisseur de puces pour ses futurs appareils. Broadcom, un autre fournisseur d’Apple, pourrait se voir également exclu de l’écosystème de la pomme au profit de son rival Qorvo. Un manque à gagner de 400 millions dollars pour le géant américain qui vient d’augmenter son offre à 121 milliards de dollars pour racheter Qualcomm. Malgré le vent de guerre, des analystes ont informé auparavant qu’Intel pourrait ne pas être assez préparé à l’arrivée de la 5G comme son rival, et que les iPhone avec des puces de Qualcomm ont été plus performants que ceux avec des puces d’Intel. Si les technologies de 5G de Qualcomm sont plus avancées que ceux d’Intel, cela veut dire qu’Apple ne pourra pas exclure la société indéfiniment. Source : Reuters - Yahoo finance
  16. Même si Apple veut mettre la pédale douce sur les nouvelles fonctions pour privilégier la stabilité, iOS 11.3 propose tout de même une belle moisson de nouveautés. Il y a évidemment les choses qui sautent aux yeux comme ces nouveaux Animojis, l'affichage clair et net des conditions de confidentialité, la nouvelle icône iBooks, Messages sur iCloud, … Mais iOS 11.3 cache aussi bon nombre de petites choses que vous découvrirez à cette adresse. Apple livre ce soir une deuxième bêta à destination des développeurs. Les utilisateurs inscrits au programme de bêta-test ne devraient pas tarder à être servis eux aussi. Il n'est pas exclu que des nouveautés fassent leur apparition : le constructeur a fait miroiter de nouvelles fonctions en lien avec la batterie, notamment un réglage pour désactiver la réduction des performances pour épargner la batterie. On vous tient au courant ! En parallèle, Apple fournit également la deuxième bêta pour tvOS 11.3. Cette version aussi propose du neuf dans ses réglages : l'adaptation à la fréquence d'images pour les Apple TV de 4e génération.
  17. À partir d'iOS 11.3, les utilisateurs qui voudront continuer à restaurer ou à mettre à jour leurs appareils avec iTunes devront se servir d'iTunes 12.7.3. Cette version du jukebox est disponible depuis le 23 janvier, où elle apportait notamment la prise en charge du HomePod. A priori cela ne posera pas de souci en particulier… exception faite des utilisateurs qui veulent continuer à accéder à l'App Store d'iOS depuis iTunes. Depuis la version 12.7, la porte de la boutique d'applications mobile a été cadenassée, mais Apple laisse toujours la possibilité d'installer iTunes 12.6.3. Lorsque iOS 11.3 sera en version finale au printemps, (on en est actuellement à la bêta 2), il faudra donc faire un choix : conserver l'accès à l'App Store sans pouvoir restaurer son appareil iOS avec iTunes, ou perdre définitivement la possibilité de fureter sur la boutique avec iTunes. Les aperçus App Store restent eux consultables via un simple navigateur web.
  18. Apple a apporté des modifications matérielles aux iPhone 8 et X qui leur permettront de mieux gérer les extinctions subites dûes à des batteries en fin de vie. C'est ce que l'entreprise a expliqué au sénateur américain John Thune qui lui avait adressé plusieurs questions le mois dernier, en pleine affaire des batteries. L'une d'entre elles portait sur la présence du système de limitation de la fréquence processeur sur les tout derniers iPhone. Apple, indique The Verge lui a répondu la chose suivante : Les iPhone 8, iPhone 8 Plus et iPhone X contiennent une mise à jour matérielle qui autorise une gestion des performances plus poussée, qui permet à iOS de plus précisément anticiper et éviter une extinction subite. Ce que ne dit pas clairement cette phrase c'est si ces modèles devront tout de même réduire leur fréquence dans certaines circonstances (mais peut-être moins souvent ou dans des proportions moindres que sur les iPhone plus anciens), ou si cette mesure technique ne sera plus du tout nécessaire. À la fin de l'année dernière, Apple avait dit que sa modification système serait utilisée aussi sur les prochains modèles.
  19. La deuxième bêta d'iOS 11.3 apporte au panneau Batterie un nouveau menu qui donne plus de détails sur la santé de ce composant très fragile. Ce n'est pas une surprise, Apple l'a annoncé à maintes reprises. Comme il est dit précisément dans le panneau, ce menu État de la batterie est en bêta. Apple explique que les batteries de téléphone, « comme toutes les batteries rechargeables, sont des composants sujets à l'usure qui perdent de leur efficacité au fil du temps ». On y retrouve la capacité maximum de la batterie, 100% sur l'iPhone X vieux de trois mois ci-dessus (ouf). Sur des iPhone plus anciens, le pourcentage est moins élevé : Sur un iPhone 8 Plus à gauche, sur un iPhone 6s à droite Sur cet exemple, on ne peut pas désactiver le bridage, ce qui parait normal puisque l'appareil tout neuf carbure plein pot (de plus, Apple a modifié la gestion des batteries pour les iPhone 8 et X). Sur iPad en revanche, les réglages Batterie ne présentent rien de neuf. Parmi les autres nouveautés de cette bêta 2, l'App Store affiche un nouveau panneau d'accueil avec en sus des informations sur la gestion des informations de confidentialité. On a eu l'occasion de présenter cette nouveauté d'iOS 11.3
  20. Si vous avez un iPhone 5c 16 Go en panne et que vous avez l'intention de le faire réparer par Apple, il est possible que vous repartiez avec un modèle de 32 Go. C'est toujours ça de pris, et ce surcroît de stockage permettra de profiter un peu plus de l'appareil. Selon MacRumors, consigne a en effet été donnée aux centres agréés de remplacer les iPhone 5c 16 Go en réparation par des 32 Go le cas échéant. Attention, le surclassement n'a rien d'automatique, alors ce sera une belle surprise. Apple ne précise pas la raison de ce bonus, mais il est probable qu'il y ait un petit souci dans le stock d'une pièce détachée.
  21. Apple lance un nouveau programme de réparation, cette fois à destination de l'iPhone 7. Rien à voir avec une histoire de batterie : le constructeur a déterminé qu'un « petit pourcentage » d'iPhone 7 étaient susceptibles d'afficher le message « Aucun service » dans la barre du haut, même quand l'appareil est couvert par un réseau cellulaire. Le souci est provoqué par un composant défectueux sur la carte-mère. Les unités affectées par ce bug ont été produits entre septembre 2016 et février 2018 ; ils ont été majoritairement vendus en Chine (modèles A1660 et A1780), au Japon (A1179), ainsi qu'à Hong Kong, à Macao et aux États-Unis (modèle A1660). Si on se trouve en possession d'un tel modèle, alors Apple s'engage à le réparer, gratuitement cela va de soi. Apple contactera par courriel les clients qui ont payé pour une réparation (liée au problème) de leurs appareils afin de les rembourser. Il est aussi possible de contacter le constructeur si on ne reçoit aucune nouvelle de la Pomme. Ce programme de réparation n'étend pas la couverture de la garantie de l'iPhone 7. Il couvre les modèles affectés jusqu'à deux ans après la première vente de l'unité. Toutes les informations sont disponibles à cette adresse. Mise à jour — BusinessInsider retrace l'historique de ce bug curieux. En septembre 2016, des utilisateurs d'iPhone 7 rapportent l'impossibilité de leurs smartphones à se reconnecter au réseau après un certain temps en mode Avion. Apple recommandait alors de redémarrer l'appareil, ou de réinstaller la carte SIM pour forcer le smartphone à accrocher de nouveau le réseau cellulaire.
  22. L’iPhone X se porte-t-il bien ? C’est le grand débat qui anime actuellement les marchés financiers et les observateurs. Les rumeurs indiquant qu’Apple reverrait à la baisse la production de son smartphone phare se sont multipliées ces derniers jours, faisant trébucher le cours de l’action de 5 %. Les marchés financiers ont d’ailleurs saisi l’occasion en début de semaine pour s’accorder une séance de prise de bénéfices. Pour en revenir à l’iPhone X, la publication des résultats trimestriels d’Apple jeudi soir devrait nous donner des éléments de réponse, sans toutefois dissiper toute la part d’ombre concernant le succès ou non de ce téléphone. Commençons par ce qui est certain ou presque : le téléphone à quatre chiffres devrait permettre à Tim Cook et à Luca Maestri de fanfaronner et d’annoncer des résultats exceptionnels. Tous les outils de statistiques montrent que le nouveau terminal a fait une percée remarquable en seulement quelques semaines. Il convient aussi une nouvelle fois de préciser à quel point l’outil industriel d’Apple et de ses partenaires a été fantastique. On se rappellera que début novembre, il n’y avait qu’une « poignée » d’iPhone X disponible à la vente et qu’Apple a rattrapé son retard en un rien de temps. Aujourd’hui, on peut commander un iPhone X et être livré le lendemain. Mais ce que les analystes suivront de très près, et c’est ce qui influera probablement sur le cours de l’action, ce sont les projections d’Apple pour le trimestre en cours en matière de chiffre d’affaires. Si elles sont en dessous de leurs attentes, cela signifiera alors clairement que les ventes d’iPhone X connaissent un coup de mou plus important qu’escompté. Certains rappellent à tort que les révisions à la baisse de la production d’iPhone sont légion courante en janvier. Factuellement, c’est tout à fait exact, mais c’est ignorer beaucoup de facteurs. Tout d’abord, même s’il est toujours très difficile d’avoir une image précise sur la chaîne de production d’Apple, les révisions annoncées par certains ont de quoi inquiéter. Le Nikkei et le Wall Street Journal annoncent qu’Apple a divisé par deux la production pour le trimestre en cours par rapport à ce qui était prévu initialement. Image : Apple De plus, cet iPhone est sorti plus tard que ses prédécesseurs, début novembre plutôt que mi-septembre. Ce qui signifierait que son cycle de forte demande a été au final assez court si la production devait chuter drastiquement dès ce trimestre. Mais ce que ne reconnaissent pas beaucoup d’observateurs, c’est que la mission de l’iPhone X est un échec si tout cela se vérifie. En fin d’année dernière, nous nous posions la question de savoir si Apple avait déjà mangé son pain blanc concernant l’iPhone X. Les observateurs qui prennent de haut les remontées d’informations émanant des chaînes de production font précisément un déni de ce que ce modèle était censé apporter à Apple. L’idée derrière ce modèle n’était pas d’avoir qu’un best-seller pour les fêtes de Noël. Apple cherche avant tout à engendrer un cycle de renouvellement massif et durable. Si le mouvement retombe comme un soufflé, alors on pourra voir le verre comme à moitié vide. Surtout quand on sait tous les efforts déployés par Apple pour tenir les délais. La firme a tout misé sur ce produit quitte à en bâcler d’autres (on pense aux problèmes de finition d’iOS 11 et de High Sierra). Certes ce sont des produits tout à fait différents avec des cycles de vie là aussi assez différents, mais quand Apple a mis sur le marché ses nouveaux MacBook Pro Touch Bar, elle a réussi à créer une dynamique autour de ses ordinateurs portables pendant plusieurs trimestres. Maintenant qu’Apple a rattrapé la demande des personnes prêtes à dépenser sans compter pour acheter son dernier téléphone, elle va devoir aller chercher de nouveaux clients en partenariat avec les opérateurs. C’est sans doute maintenant que le plus dur commence. L’iPhone budget : la piste de croissance d’Apple pour 2018 Mais comme toujours, Apple manie parfaitement l’art du contre-pied. Que l’iPhone X parvienne ou non à soutenir durablement ses ventes de smartphones, son grand projet pour 2018, ce n’est pas forcément l’iPhone X Plus (qui sera quoi qu’il en soit très attendu), mais l’iPhone « budget » de 6,1" à écran LCD. Ce modèle, sur certains points, fait penser à l’iPhone SE. L’idée n’est pas forcément d’avoir tous les composants dernier-cri, mais de viser un segment de marché bien précis, à savoir les personnes désireuses d’acquérir une phablette à un prix « intéressant » (pour Apple). Ce modèle est annoncé à 700/800 $, soit à un prix légèrement inférieur à l’iPhone 8 Plus. Il disposerait d’un écran bord à bord, mais ferait l’impasse sur l’OLED et certaines fonctionnalités comme 3D Touch. Sur le papier, il fait penser un petit peu à l’Essential d’Andy Rubin. Avec un tel modèle, Apple pourrait tenter un double coup : séduire tous ceux qui ont acheté des modèles Plus ces dernières années et qui ne les ont pas renouvelé, et séduire le marché chinois où les phablettes sont très appréciées.
  23. Les nombreuses critiques formulées à l’encontre d’iOS 11 ont visiblement convaincu Apple de se concentrer sur la stabilité d’iOS 12 avant de se tourner vers l’intégration de nouvelles fonctionnalités. Les critiques subies par Apple sur iOS 11 expliquent-elles son dernier revirement stratégique ? La firme de Cupertino a en tout cas reporté plusieurs nouveautés prévues sur iOS 12, attendu en 2018, afin de mieux se concentrer sur la stabilité et l’efficacité du système, selon les informations d’Axios. Selon le média américain, Craigh Federighi, vice-président de l’ingénierie logicielle chez Apple, aurait en effet demandé à ses équipes, au début du mois, de laisser de côté les nouveautés les plus importantes prévues sur iOS 12 – dont l’annonce est attendue en juin prochain – pour se concentrer sur l’aspect purement fonctionnel du nouveau système mobile. Ainsi, les améliorations en matière de réalité augmentée et autres refontes de l’écran d’accueil seraient repoussées à 2019 pour s’assurer avant tout d’éviter les bugs et autres ralentissements décriés par les utilisateurs sur iOS 11, notamment au lendemain du scandale entourant la firme à propos du bridage des batteries de certains anciens iPhone. Toujours selon Axios, certains membres d’Apple ne seraient toutefois pas convaincus de pouvoir améliorer la stabilité globale du système.
  24. salut L’iPhone X est un smartphone qui fait parler, notamment pour son prix, 1 159 euros pour la version 64 Go, 1 329 pour la version 256 Go. Ce n’est pas le seul modèle de téléphone dépassant la barre symbolique des 1 000 euros. Le prochain Galaxy S9 Plus pourrait d’ailleurs également rejoindre ce club très fermé dessmartphones au tarif à 4 chiffres. Mais il y a des utilisateurs pour qui ces débats n’ont pas lieu d’être, comme les possesseurs de cet iPhone X édition spéciale Bentley. Avec ses feuilles d’or à 18 carats à l’arrière et édité en série très limitée, cet iPhone très spécial a dû faire quelques heureux : Tout de noir et d’or vêtu, cet iPhone X version Bentley a le mérite de ne pas laisser indifférent. Que l’on aime ou pas, toujours est-il que seulement 100 personnes auraient pu mettre la main sur un tel exemplaire, ce qui en fait un modèle extrêmement rare et donc forcément attirant. Aucune information de prix n’a été communiquée, il se pourrait cependant que seuls les nouveaux acheteurs de véhicule Bentley aient pu se procurer cet iPhone X bien spécial. Ce dernier pourrait d'ailleurs avoir été simplement offert à quelques-uns des nouveaux propriétaires de voiture de luxe de la marque anglaise. Pour ceux qui n’auraient pas dit non à un tel iPhone X, il est possible de trouver chez Golden Concept des iPhone X modifiés dans le même style, avec ornements d’or 18 carats notamment, pour environ 4 500 dollars. Voir ici la boutique en ligne Golden Concept. Alors, êtes-vous séduit par ces iPhone X de luxe ?
  25. Bonsoir @serdam, Je sais que ce n'est pas très contributeur, mais personnellement je n'installe plus les bêtas. Professionnellement j'ai trop souffert en B-testant des builds Microsoft. A tel point qu'on fuyait les versions dont les indices étaient "impairs", genre 10.1.1. Car à l'époque un indice impair marquait une Béta vraiment "pas finie". Mais, comme j'ai quitté un peu tout ça, peut-être que les choses ont évoluées, mais par prudence et pour m'éviter des cheveux blancs j'avoue que maintenant je passe mon tour!
  26. Si vous êtes du genre téméraire, alors vous êtes certainement déjà inscrit au programme de bêta publique d'Apple. Le constructeur vient de livrer la première préversion publique pour macOS 10.13.4 qui, mine de rien, comprend un certain nombre de nouveautés. La première d'entre elles est une alerte qui préviendra en cas d'utilisation de logiciels 32 bits — ces derniers ont un pied dans la tombe. Safari aussi est à la fête avec un gros paquet de nouveautés sous le capot qui méritent de s'y intéresser. La bêta de macOS High Sierra 10.13.4 a des problèmes avec l'affichage d'images sur des Mac anciens. On parle d'une bêta, et de la première d'un nouveau cycle, cela n'a donc rien de surprenant que tout ne soit pas en ordre de marche. À leur ouverture, tous les fichiers jpeg (ou tiff et certainement d'autres formats) s'affichent avec un fond bleu en lieu et place de l'image. Idem lorsqu'on utilise Quick Look. Il n'y a que la vignette de prévisualisation de l'icône qui affiche le contenu correctement. Difficile de dire quels types de machines sont touchées au total, mais nous l'avons constaté sur nos deux iMac de travail. Il s'agit de modèles mi-2011 équipés chacun d'une AMD Radeon : HD 6770M pour l'un et 6970M pour l'autre. Pour la bonne bouche nous avons soumis un rapport de bug en attendant la prochaine bêta. Ce bug étant assez embêtant au quotidien, si vous êtes de ceux qui installent les bêtas du système, passez votre tour pour le moment. Ou prévoyez, comme il est toujours conseillé de le faire, de pouvoir redémarrer sur une partition contenant la précédente version système…
  27.  
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×