Aller au contenu
  1. Quoi de neuf dans ce club
  2. OnePlus vient d’annoncer une mise à jour d’OxygenOS pour votre smartphone, mais vous ne souhaitez pas attendre son déploiement progressif ? Il y a une solution ! Pour mémoire, OxygenOS est une version personnalisée du système d'exploitation mobile Android développé par le fabricant de smartphones chinois OnePlus exclusivement pour leurs smartphones. OxygenOS a été développé pour leur marché d'outre-mer. Il y a aussi une autre version du système d'exploitation conçue spécifiquement pour le marché domestique chinois appelé HydrogenOS OnePlus est l’un des fabricants de smartphones les plus assidus en matière de mises à jour. Il diffuse régulièrement des mises à jour d’OxygenOS. Malheureusement, il procède à des déploiements progressifs, d’abord auprès d’une fraction d’utilisateurs, avant d’élargir quelques jours plus tard. Mais il existe une méthode pour contourner le déploiement progressif et bénéficier des mises à jour sans délai. Comment forcer la mise à jour OTA d’OxygenOS? Pour mettre à jour son OnePlus 3T, son OnePlus 5, OnePlus 5T, ou même son futur OnePlus 6, il suffit de suivre quelques étapes simples. En quelques minutes vous pourrez télécharger la dernière mise à jour OTA d’OxygenOS. Téléchargez l’application Opera VPN Lancez l’application, tapez sur Connecter, puis sur Changer de zone géographique, puis choisissez l’Allemagne Allez dans Paramètres > Mises à jour du système, et si nécessaire tapez sur Vérifier les mises à jour Tapez sur Télécharger maintenant Après l’installation de la mise à jour, pensez à désactiver Opera VPN Comment installer manuellement les mises à jour d’OxygenOS? Attention : cette procédure peut vous faire perdre vos données, particulièrement si vous cherchez à revenir sur une version antérieure. N’oubliez pas de faire une sauvegarde complète avant toute modification. Si vous vous sentez de brancher quelques câbles à votre ordinateur, il est également possible d’installer manuellement une mise à jour sur les derniers OnePlus. Des bêtas ouvertes sont également disponibles de la sorte, comme Android P pour le OnePlus 6 dès sa prochaine sortie, mais elles sont très instables. Pour installer manuellement une mise à jour, il vous suffit de vous rendre sur le site officiel de OnePlus, et de télécharger la dernière ROM disponible correspondant à votre appareil. Choisissez toujours la version recommandée, à moins que vous sachiez précisément ce que vous faites. Par la suite : Copiez/collez le fichier .zip téléchargé sur votre smartphone Éteignez-le Restez appuyé sur Volume Bas et le bouton d’alimentation pour démarrer votre téléphone en mode recovery Choisissez English Choisissez Install from internal storage Sélectionnez le fichier .zip téléchargé plus tôt Cliquez sur Install Redémarrez votre téléphone Plus simple encore, vous pouvez passer par l’outil de mise à jour intégré à l’interface de OnePlus : Copiez/collez le fichier .zip à la racine de la mémoire de votre smartphone Rendez-vous dans les paramètres, puis dans mises à jour du système Cliquez sur le petit engrenage en haut à droite, puis cliquez sur Mise-à-niveau locale Sélectionnez le fichier .zip qui devrait être présent ici Attendez et profitez !
  3. Google évoque une modification sur ses contrats avec les constructeurs qui va encourager la mise à disposition des correctifs de sécurités chez plus d’utilisateurs d’Android. Même s’ils ne permettent pas à l’utilisateur d’avoir de nouvelles fonctionnalités, les patchs de sécurité sont importants. Mais le problème sur Android est que ces mises à jour ne dépendent pas seulement de Google, mais également des constructeurs. La firme de Mountain View semble néanmoins avoir trouvé une solution pour que les patchs de sécurité arrivent plus rapidement chez les utilisateurs d’Android. Lors d’une session sur la sécurité d’Android au Google I/O, Dave Kleidermarcher, responsable de la sécurité des mobiles chez Google, a évoqué de nouvelles mesures pour sécuriser le système d’exploitation. « Nous avons également travaillé à l’intégration de correctifs de sécurité dans nos accords avec les OEM (ndlr, les Fabricant d’équipement d’origine ou FEO) », a déclaré David Kleidermacher. « Maintenant, cela va vraiment conduire à une augmentation massive du nombre d’appareils et d’utilisateurs recevant des correctifs de sécurité réguliers », a-t-il poursuivi. En d’autres termes, les constructeurs devraient donc être forcés par le contrat qu’ils signent avec Google à envoyer les correctifs de sécurité sur les smartphones des utilisateurs. Et pour la fragmentation ? En ce qui concerne la fragmentation de son système d’exploitation mobile, Google semble aussi avoir progressé grâce au projet Treble. Pour rappel, il s’agit d’une révision de l’architecture d’Android qui fait en sorte que les constructeurs n’ont plus besoin d’attendre les mises à jour provenant les fabricants de composants pour mettre à jour Android sur leurs smartphones. Et grâce à ce projet Treble, la version beta d’Android P est déjà disponible sur une dizaine de smartphones, fabriqués par plusieurs constructeurs, dont Nokia, OnePlus et Xiaomi.
  4. Grâce au Project Treble, la beta d’Android P est déjà disponible sur des smartphones Sony, Xiaomi, Nokia, Oppo, Vivo, OnePlus et Essential. Hier, Google a ouvert sa conférence Google I/O, un événement annuel organisé par la firme de Mountain View pour les développeurs, et durant lequel celle-ci présente les prochaines nouveautés. Et bien entendu, Android a occupé une place importante lors de la keynote d’ouverture Outre la présentation de quelques fonctionnalités et mises à jour du système d’exploitation, qui devraient arriver sur la version stable d’ici quelques mois, Google a également annoncé la disponibilité de la beta d’Android P sur plusieurs appareils. La surprise de l’événement fut qu’en plus d’être disponible sur les smartphones de Google (les Pixel, Pixel XL, Pixel 2 et Pixel 2 XL), la beta d’Android P peut également être installée sur d’autres modèles provenant d’autres constructeurs : Sony Xperia XZ2, Xiaomi Mi Mix 2S, Nokia 7 Plus, Oppo R15 Pro, Vivo X21, OnePlus 6, et Essential PH‑1. Mais avant d’installer la beta du prochain Android, notons que ces versions de l’OS ne sont pas encore finies, et présentent donc des bugs. D’autre part, l’installation « manuelle » d’Android P requiert certaines connaissances. Le problème de fragmentation est-il en train d’être résolu ? Selon Google, si Android P est déjà disponible sur autant d’appareils, c’est grâce au Project Treble. « Grâce à notre travail sur Project Treble, un effort que nous avons lancé l’année dernière pour faciliter les mises à niveau des systèmes d’exploitation pour nos partenaires, un certain nombre de nos partenaires proposent Android P Beta sur leurs propres appareils », écrit Sameer Samat, VP of Product Management, Android, dans un billet. A titre de rappel, le projet Treble est une nouvelle architecture d’Android qui permet aux constructeurs de travailler sur les mises à jour de leurs smartphones, sans attendre les mises à jour des fabricants de composants. Le but est de réduire la fragmentation de l’OS mobile.
  5. Google pense à votre bien-être numérique. De nombreuses études ont déjà été publiées sur l’impact que notre addiction aux smartphones peut avoir sur notre santé mentale, la qualité de notre sommeil, etc. Et aujourd’hui, Google répond à ces nouveaux problèmes en présentant une série de fonctionnalités. « La technologie devrait vous aider dans votre vie, mais pas vous en distraire. Nous avons donc travaillé dur pour ajouter des fonctionnalités clés directement sur Android pour vous aider à atteindre l’équilibre souhaité avec la technologie. Notre objectif est de vous donner une meilleure compréhension de la façon dont vous utilisez votre téléphone, ainsi que plus de contrôles », écrit Sameer Samat, VP of Product Management (Android), pour présenter ces nouvelles fonctionnalités qui seront disponibles sur Android P. Un équilibre avec la technologie L’une de ces fonctionnalités est appelée le « dashboard » ou tableau de bord. Il s’agit d’un écran qui vous permet de contrôler votre usage de votre smartphone et des applications. Des statistiques telles que le temps passé sur les applications, le nombre de déverrouillages ou encore le nombre de notifications reçues sont accessibles sur ce tableau. Éventuellement, vous pouvez par la suite utiliser ces données pour corriger la manière dont vous interagissez avec votre smartphone. Sinon, une autre fonctionnalité appelée App Timer vous permet de limiter le temps que vous passez sur une application, ce qui peut aider à limiter la durée des sessions de binge watching sur Netflix ou celle des parties de Candy Crush. Lorsque la limite pour une application est atteinte, le système d’exploitation intervient et grise l’icône de l’appli. Google a également imaginé un nouveau mode « ne pas déranger », qui est différent du mode silencieux. En effet, si le silencieux limite seulement les nuisances sonores, le Do Not Disturb limite aussi les interruptions visuelles. Et pour l’activer, il suffit de poser son smartphone, puis de le retourner pour mettre l’écran contre la table. Finalement, un mode baptisé Wind Down, conçu pour améliorer la qualité du sommeil, adapte la luminosité pendant la nuit, active le mode « ne pas déranger » et grise l’écran
  6. Le launcher (ou lanceur d’applications), c’est le pivot d’Android, l’écran où l’on passe finalement le plus de temps. Ce launcher justement, varie très souvent d’un constructeur de smartphone à un autre et peut considérablement réduire les fonctionnalités pourtant présentes dans la version de base d’Android. Bref, parfois, il vaut mieux aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Voici donc les meilleurs launchers alternatifs sur Android. Qu’est-ce qu’un Launcher sur Android ? Le launcher (ou lanceur d’applications), c’est l’équivalent du bureau sous Android, une place centrale sur laquelle l’utilisateur se retrouve dès qu’il déverrouille son téléphone et là où il place les icônes de ses applications les plus fréquemment utilisées. Ce que beaucoup d’utilisateurs ne savent pas, c’est que le launcher d’un smartphone Android n’est pas figé. Celui installé par le constructeur peut être modifié et remplacé par un autre. Les launchers proposés par les fabricants de smartphones sont souvent assez limités en termes de personnalisation. Des limitations compréhensibles : les téléphones doivent pouvoir être facilement pris en main par le grand public. Mais si l’on désire modifier la taille de la grille où sont affichées les applications, modifier les couleurs, afficher le nombre de messages non lus sur des icônes ou encore avoir un bureau qui nous ressemble vraiment, il est nécessaire de passer par des launchers tiers. Certains launchers alternatifs vont même jusqu’à changer complètement la philosophie d’interaction entre bureau et drawer (tiroir d’applications) que l’on connait habituellement sur Android. Voici notre sélection de launchers alternatifs pour Android, tous très différents et qui devraient couvrir tous les besoins de personnalisation. 1 - Google Pixel Launcher: Lors de la conférence d’annonce du premier Google Pixel, Google a présenté un nouveau launcher exclusif pour son téléphone, le Google Pixel Launcher. L’application est bien sûr dérivée du désormais feu Google Now Launcher, mais propose quelques spécificités comme un nouveau jeu d’icônes rondes ou la possibilité d’accéder au tiroir d’applications d’un glissement du doigt depuis le bas de l’écran, à la place de l’icône historiquement située au centre du dock. Bien que ce launcher soit normalement une exclusivité du Google Pixel, il est possible de télécharger l’APK d’installation sur Internet. De nombreux APK existent et ils sont régulièrement mis à jour, pour proposer les dernières fonctionnalités du Launcher des Google Pixel. Ses points forts : Facile à prendre en main Nouveautés des Pixel 2 - Nova Launcher: Si c’est la personnalisation et le contrôle que vous recherchez avant tout, alors c’est du côté de Nova qu’il faut se tourner. Sur la forme, Nova a pratiquement le même design que Google Now Launcher. Mais un rapide détour par les options permet d’apercevoir l’incroyable richesse de personnalisation qu’elle permet. C’est de loin le launcher le plus connu et utilisé. Gestion de la taille de la grille du launcher et du tiroir d’applications, apparence des icônes, du thème, vitesse d’animation, raccourcis divers et gestures, Nova permet et fait presque tout, à l’exception du café. Notez enfin qu’une version Prime de l’application, vendue 5,25 euros, est également disponible. Cette dernière ajoute quelques options et permet surtout d’ajouter des extensions supplémentaires. Notez qu’il est possible de sauvegarder les paramètres de son écran d’accueil, pratique si vous changez de téléphone. Bref, Nova Launcher est un must have, tout simplement. Ses points forts : Constamment mis à jour Des tonnes d’options Version gratuite suffisante 3 - Apex Launcher: Apex Launcher est un proche concurrent de Nova Launcher et propose une expérience proche d’un téléphone de Google. La différence entre les deux est assez mince et tient à quelques fonctionnalités payantes chez l’un, et gratuites chez l’autre et inversement. Elles se découvrent surtout avec le temps : Nova et Apex ont chacun leurs points forts et points faibles ainsi que leurs différences de design. Une question de goûts, donc. Ses points forts : Grande sélection de thèmes Beaucoup d’options 4 - Action Launcher: Action Launcher, comme beaucoup des launchers présentés dans cette liste, reprend le design et les icônes de Google Now Launcher. Il y ajoute quelques options de personnalisation supplémentaires — comme la possibilité de rendre le widget de recherche de Google plus pratique — et surtout un menu latéral gauche listant toutes les applications installées sur le téléphone. Sa version gratuite a toutefois un peu trop tendance à inciter les utilisateurs à passer à la caisse pour débloquer de nouvelles fonctions. Ses points forts : Mises à jour fréquentes Interface fluide et rapide Quelques idées vues nulle part ailleurs 5 - Microsoft Launcher: Microsoft a lancé en 2017 une toute nouvelle version de son launcher pour Android. Notons que ce dernier ne ressemble pas du tout, comme on pourrait l’imaginer, à l’interface Windows Phone. Son interface a ce petit quelque chose qui le différencie des autres. En effet, en plus des raccourcis sur le bureau principal, vous pouvez vous servir d’un panneau sur la gauche afin de garder un œil sur vos rendez-vous ou encore les dernières actualités. Et bien entendu, il est possible et surtout facile d’envoyer ses fichiers vers son PC grâce à « continuer sur le PC ». Ce launcher est une option très intéressante si vous utilisez un compte Outlook. Ses points forts : Pas d’options fantaisistes Une interface réellement différente Widgets bien pensés Disponibles sur le Play Sore: Google Pixel Lancher Nova Launcher Apex Launcher Action Launcher Microsoft Launcher
  7. Elle s'accompagne d'un nouveau système de navigation. En mars dernier, Google a publié la première Developer Preview d’Android P, la prochaine version majeure de son système d’exploitation mobile. Cette fois-ci, Google a lancé la première bêta d’Android P. La première préversion n’était pas disponible via le programme Android Beta, qui vous permet d'accéder aux premiers builds Android via des mises à jour over-air, pour souligner qu’il s’agissait uniquement d’une mise à jour à l’intention des développeurs et non des utilisateurs grand public. Cette bêta, cependant, peut être obtenue via le programme Android Beta. La bonne nouvelle est que, contrairement à ses habitudes (notamment diffuser les préversions sur ses smartphones que sont les Nexus et les Pixel), Google a annoncé que, en dehors de ses smartphones, la bêta d’Android P est disponible sur les Sony Xperia XZ2, Xiaomi Mi Mix 2S, Nokia 7 Plus, Oppo R15 Pro, Vivo X21, Essential PH‑1 et dans quelques jours pour le OnePlus 6. Ces modèles ont été choisi parce qu’ils intègrent le Project Treble, un nouveau dispositif introduit par Android Oreo pour accélérer la mise à disposition des mises à jour. Le projet consiste à séparer le système Android des modifications propres à chaque appareil, pour améliorer le système sans le réadapter systématiquement aux terminaux, ce qui permettra aux constructeurs d’être plus réactifs. Dave Burke, vice-président de l'ingénierie pour Android, a fait cette annonce lors de la conférence des développeurs I / O 2018 de Google hier. Burke a passé en revue les nouvelles fonctionnalités d'Android P. Cette version s’accompagne des App Actions, qui tentent de prédire la prochaine action que l'utilisateur souhaite effectuer. Leur objectif est de rendre les fonctionnalités et le contenu des applications plus accessibles, afin que les utilisateurs puissent y accéder au bon moment. Elles apparaissent aux utilisateurs en fonction de leur utilisation et de leur pertinence, via l'application de recherche Google, Google Play, l'Assistant Google et le lanceur Android. Android P va également s’accompagner d’un nouveau système de navigation qui va plus faire appel à une navigation gestuelle à la place d’une navigation avec des boutons numériques. Aussi, le nouveau système dispose d’un seul bouton (le bouton Accueil, bien que le bouton Retour est toujours là mais est caché par défaut). Désormais, un glissement du bas vers le haut ouvre le tiroir multitâche sur un smartphone équipé Android P. Google a également fait disparaître les cartes pour laisser place à un système ou on navigue d’une application à l’autre de gauche à droite. Pour accéder au lanceur d’applications, on glisse une deuxième fois vers le haut, une fois arrivé au tiroir multitâche. En glissant de la gauche vers la droite sur le bas de l’écran, on bascule rapidement d’une application à l’autre, une fonctionnalité qui devrait plaire aux utilisateurs les plus pressés. Il y a également un bouton de rotation qui apparaît dans le coin de l'écran lorsque vous faites pivoter physiquement votre téléphone Android, vous n'avez donc plus besoin de décider si vous souhaitez activer la rotation automatique ou la désactiver lorsqu'elle est activée. La fonctionnalité n’apparaît que lorsque vous en avez besoin. Rappelons également d’autres nouvelles fonctionnalités introduites depuis la préversion développeur. La localisation en WiFi en intérieur La géolocalisation en intérieur est toujours un problème, les GPS ayant besoin d’avoir accès à plusieurs satellites pour fonctionner correctement. Aussi, Android P vient tirer parti du protocole Wi-Fi IEEE 802.11mc, également connu sous le nom de RTT (Wi-Fi Round-Trip-Time), pour vous permettre de profiter du positionnement à l'intérieur de vos applications. Sur les appareils Android P avec prise en charge matérielle, vos applications peuvent utiliser les nouvelles API RTT pour mesurer la distance jusqu'aux points d'accès Wi-Fi (RT) compatibles RTT. L'emplacement de l'appareil doit être activé et l'analyse Wi-Fi doit être activée (sous Paramètres> Emplacement), et votre application doit au moins disposer de l'autorisation ACCESS_COARSE_LOCATION. L'appareil n'a pas besoin de se connecter aux points d'accès pour utiliser RTT. Pour préserver la confidentialité, seul le téléphone est capable de déterminer la distance jusqu'au point d'accès. Les points d'accès n'ont pas cette information. Le résultat est généralement précis dans un rayon de un à deux mètres. Avec cette précision, vous pouvez créer de nouvelles expériences, telles que la navigation dans les bâtiments, des services de localisation précis tels que le contrôle vocal non ambigu (par exemple, « Allume cette ampoule ») et des informations basées sur la localisation (par exemple, obtenir des offres spéciales une fois que vous passez à côté d’un produit). Une nouvelle interface pour les notifications (notamment une expérience de messagerie améliorée) À partir d'Android 7.0 (niveau d'API 24), vous pouviez ajouter une action pour répondre aux messages ou pour donner la possibilité d’entrer un autre texte directement à partir d'une notification. Android P rend plus performante cette fonctionnalité avec les améliorations suivantes : prise en charge des images : Android P affiche désormais des images dans les notifications de messagerie sur les téléphones. Vous pouvez utiliser setData () sur le message pour afficher une image ; prise en charge simplifiée des participants à la conversation : la nouvelle classe Notification.Person est utilisée pour identifier les personnes impliquées dans une conversation, y compris leur avatar et leur URI. De nombreuses autres API, telles que addMessage (), utilisent désormais la classe Person au lieu d'une classe CharSequence ; enregistrer les réponses sous forme de brouillons : votre application peut récupérer le message EXTRA_REMOTE_INPUT_DRAFT envoyé par le système lorsqu'un utilisateur ferme par inadvertance une notification de messagerie. Vous pouvez utiliser cet extra pour préremplir les champs de texte dans l'application afin que les utilisateurs puissent terminer leur réponse ; identifier si une conversation est une conversation de groupe : vous pouvez utiliser setGroupConversation () pour identifier intentionnellement une conversation en tant que conversation de groupe ou non ; définition de l'action sémantique d'une intention : la méthode setSemanticAction () vous permet de donner une signification sémantique à une action, telle que marquer comme lu, supprimer, répondre, etc. ; SmartReply : Android P prend en charge les mêmes réponses que celles proposées dans votre application de messagerie. Utilisez RemoteInput.setChoices () pour fournir un tableau de réponses standard à l'utilisateur. Source : Google
  8. salut COMMENT REGARDER TOUT LES CHAINE DE TELE SUR SON SMARTPHONE Canal plus bien Sport OCS COMMENT REGARDER TOUT LES CHAINE DE TELE SUR SON SMARTPHONE Canal plus bien Sport OCS: Les fans continuent à suivre les chaînes cryptées, surtout sportives, dans la recherche d'applications continues qui fournissent bien ce service et sans problèmes, mais avec une grande pression sur ces applications et la modernisation des liens disparaissent progressivement de ces applications de la scène et nous suivons dans le blog MAMCOM TV avec une application nouvelle et expérimentée, ce service est génial. Télecharger MAMCOM TV
  9. salut AVOIR LA TV, CANAL+, BEIN SPORT GRATUITEMENT AVOIR LA TV, CANAL+, BEIN SPORT GRATUITEMENT AVOIR LA TV, CANAL+, BEIN SPORT GRATUITEMENT: L'application Hala Tv contient de nombreuses chaînes sportives, en particulier les chaînes Bein Sport et bien sûr nous avons expliqué beaucoup des applications dans ce domaine, mais comme nous connaissons les applications célèbres, il y a une forte pression sur eux et c'est ce qui provoque les cutters et quelle que soit la force du serveur, nous avons donc recours à de nouvelles applications pour obtenir une vue sans coupure. L'application contient des canaux: Bein sport, sport du ciel, BT Sport, Mbc sports, télévision arabe, Kid TV L'application a différentes sections pour accéder facilement à tout contenu que vous voulez et lire vos chaînes préférées sans problèmes, et bien sûr il y a la fonction de recherche pour n'importe quel canal à travers la barre de recherche en haut de l'application. Télécharger HALA TV @Testé, bein entre autre est ok, mais comme toujours jusqu'a quand ? profitez
  10. Google prépare une fonctionnalité baptisée « Chat » pour enfin permettre une expérience enrichie sur Android Messages. Le but est de proposer une véritable alternative à iMessage d’Apple tout en se basant sur le nouveau protocole RCS. En contrepartie, Google suspend le développement d’Allo. Image : The Verge Un téléphone sert à la base à téléphoner. Mais il faut admettre que la majorité des utilisateurs utilisent surtout leur appareil pour s’envoyer des messages. Le hic, c’est que s’il est possible de télécharger une foultitude de services de messagerie instantannée (Facebook Messenger, WhatsApp, Snapchat, Signal, Telegram, Duo…), il manque aux smartphones Android une application commune capable de se poser en vraie alternative à la plateforme iMessage installée sur les iPhone. Mais les choses semblent sur le point de changer par le biais de la bonne vieille application que l’on connait tous : Android Messages. « Chat », un joli nom pour une belle évolution Plutôt que de proposer une énième application, Google préfère croire au RCS (Rich Communication Services), un protocole sur lequel la firme de Mountain View mise énormément pour remplacer le SMS. Le but est de pouvoir envoyer des images et des vidéos en haute définition ou des GIF en passant par la 4G ou le Wi-Fi mais aussi de permettre des conversations de groupe ou de savoir si le destinataire a lu notre message. Bref, une expérience plus riche grosso-modo. En 2017, Google avait ainsi annoncé que plus de 20 fabricants de smartphones allaient faire d’Android Messages leur client RCS par défaut. Un an plus tard, cette initiative est sur le point de se concrétiser d’après des informations de The Verge. Mais « RCS » est un nom un tantinet trop technique et Google préfère présenter cette nouveauté sous une appellation plus conviviale : « Chat ». Qu’est ce que Chat va changer ? La fonctionnalité Chat est assez simple à comprendre. Si vous utilisez Android Messages pour envoyer un message RCS, ce dernier va aller sur les serveurs de votre opérateur télécom. De là, le message va être envoyé sur les serveurs de l’opérateur de votre destinataire qui va se charger de voir si celui-ci peut recevoir un message RCS. Si tel est le cas, pas de souci, il recevra votre message enrichi. Sinon, il recevra un SMS. Si votre message a bien été transmis dans le protocole RCS, l’envoi se répercute sur votre enveloppe 4G (mais cela ne devrait peser qu’une petite poignée d’octets). Notez que comme le souligne The Verge, Chat ne chiffre pas les messages contrairement à iMessage qui reste donc plus respectueux de la vie privée sur ce plan-là. Allez-vous profiter de Chat et du RCS ? Pour avoir la réponse à cette question, je vous invite à consulter les images ci-dessous indiquant les constructeurs, les opérateurs et les systèmes d’exploitation qui se sont engagés à prendre en charge le protocole RCS (et par conséquent la fonctionnalité Chat), probablement grâce à la version web. Et la liste devrait continuer à s’allonger progressivement. On peut ainsi voir que des marques telles que Samsung, Huawei, HTC, LG ou Asus font partie de cette initiative. En ce qui concerne les opérateurs, Orange est pour l’instant le seul Français à avoir nouer un partenariat avec Google sur le protocole RCS. Enfin, on peut voir que Microsoft est également partenaire ce qui laisse entendre que l’on pourra consulter ses messages RCS sur Windows. Chat, c’est pour quand ? Nous pourrons profiter de Chat dans un futur proche. C’est tout ce que l’on peut affirmer pour l’instant d’après les informations de The Verge. Nous pouvons néanmoins espérer que Google livre davantage de précisions sur ce service lors de la prochaine Google I/O qui débute le 8 mai. En contrepartie, le développement de l’application Google Allo est suspendu — du moins temporairement — pour que la firme de Mountain View puisse se concentrer sur ses efforts pour le RCS. Source : The Verge
  11. Le serveur DNS est le premier intermédiaire sur le web de nos appareils, et selon son fournisseur, cela peut poser de problèmes. Avec ce dossier, vous en saurez plus sur cet élément clé du web, quel serveur choisir pour surfer plus vite et comment configurer son smartphone Android. C’est quoi un serveur DNS ? DNS pour Domain Name System désigne le système mis en place pour faire l’équivalence entre les URLs écrites en texte (« www.frandroid.com » par exemple) et les adresses IP des serveurs qui se cachent sous ces URLs. Sans rentrer dans les détails, voici succinctement comment fonctionne ce système. L’utilisateur rentre une adresse web sur son navigateur (ici « www.google.fr »), l’appareil va alors envoyer une requête au serveur DNS, par défaut celui de votre opérateur, qui va regarder son registre et tout simplement envoyer l’adresse IP du serveur correspondant en réponse. L’appareil peut alors envoyer la requête HTTP au serveur en question et accéder au site web. Les problèmes potentiels Cette explication courte du fonctionnement des DNS a plusieurs implications. Votre requête peut être interceptée Premièrement, vous l’aurez compris, à chaque fois que vous tapez une URL dans la barre d’adresse de votre navigateur, elle est envoyée au serveur DNS. Ces requêtes se font en générale « en claire », ce qui signifie qu’un intermédiaire peut se placer entre vous et le serveur et agir de façon malveillante. Un autre type de détournement est possible. Si vous tapez une URL erronée ne revoyant vers aucune page web, le fournisseur du DNS peut choisir de vous afficher une page de son choix à la place, par exemple la pager d’accueil de son site qui affiche des publicités. Vos données de navigations peuvent être récoltées De même, le serveur DNS peut enregistrer les requêtes de vos appareils pour construire un profil et le recouper avec éventuellement d’autres données, si vous êtes clients d’autres services du fournisseur du serveur DNS utilisé. On peut censurer une partie du web Tous les serveurs DNS ne proposent pas le même registre. En effet, la loi d’un État peut par exemple obliger le fournisseur d’un serveur DNS à supprimer certaines adresses du registre. C’est le cas en France où le Tribunal de grande instance de Paris a ordonné aux opérateurs français de supprimer l’adresse du site The Pirate Bay de leurs serveurs DNS. Heureusement, il est possible de très simplement changer son serveur DNS et ainsi échapper à la censure d’Internet en France. Quel serveur DNS choisir ? Configurer un serveur DNS alternatif à celui de son opérateur peut régler ces différents problèmes et même accélérer l’accès au web grâce à de meilleur temps de réponse. Mais alors, quel serveur DNS faut-il choisir ? Il existe un vaste choix et nous en avons sélectionné quelques-uns. DNS.Watch « No Censorship. No Bullshit. Just DNS. » le slogan de DNS.Watch a le mérite de la clarté. Ce service promet de ne sauvegarder aucune requête, d’assurer la neutralité du DNS en ne censurant aucune adresse et de proposer un serveur rapide et fiable. Le modèle économique de DNS.Watch repose uniquement sur les dons et les sponsors. l’adresse du serveur : 84.200.69.80 Cloudflare Cloudflare a mis la main sur l’adresse IP la plus simple à retenir du monde et l’a attribuée à son serveur DNS : 1.1.1.1. La firme promet avec ce serveur DNS de fournir un accès au web sans censure et plus rapide que la concurrence. Concernant la vie privée, Cloudflare admet réunir les données des utilisateurs pour améliorer ses autres services, mais promet de ne pas en faire un autre usage commercial, en les vendant à des annonceurs par exemple. l’adresse du serveur : 1.1.1.1 Quad9 Quad9 est une association à but non lucratif crée par IBM, PCH et Global Cyber Alliance. Le serveur DNS de Quad9 met avant tout l’accent sur la sécurité, puisque le serveur va analyser l’URL demandée et prévenir des risques si l’URL en question pointe vers un site ou un serveur malveillant. L’association promet toutefois de n’accepter aucune forme de censure et ne bloquera donc rien d’autre que des contenus malveillants (pages contenant un malware, virus, tentative d’hameçonnage, etc.). Les données récoltées par le service sont anonymisées et éventuellement partagées avec les partenaires de sécurités, mais jamais à des fins marketing. l’adresse du serveur : 9.9.9.9 Comment changer de serveur DNS sur Android ? Android permet par défaut de configurer un serveur DNS alternatif pour connexion Wi-Fi, mais pas pour une connexion 3G/4G. Voici comment procéder dans ces deux situations. Comment changer de serveur DNS sur Android ? Android permet par défaut de configurer un serveur DNS alternatif pour connexion Wi-Fi, mais pas pour une connexion 3G/4G. Voici comment procéder dans ces deux situations. Configurer un serveur DNS pour le Wi-Fi Pour personnaliser l’adresse du serveur DNS sur une connexion Wi-Fi, il faut se rendre dans les paramètres de son appareil Android. Rendez-vous ensuite dans les paramètres Wi-Fi, puis suivez la démarche suivante pour chaque réseau Wi-Fi : être connecté au réseau Wi-Fi appui long sur le nom du réseau Wi-Fi : modifier le réseau ouvrir les options avancées en bas du menu changer le paramètre IP de DHCP à Statique remplir le champ adresse IP avec l’adresse IP proposée remplir les champs DNS 1 et DNS 2 avec deux serveurs DNS sélectionnés À noter que le DNS 2 servira d’alternative lorsque le DNS 1 ne répond pas. Configurer un serveur DNS pour les réseaux 3G/4G Android ne propose pas de paramètres simples d’accès pour modifier les paramètres DNS de la connexion mobile. Heureusement, cette configuration reste possible avec une simple application. Nous avons choisi d’utiliser DNS Changer, une application gratuite et sans publicité qui gère à la fois les connexions mobiles et les connexions Wi-Fi. Pour fonctionner, cette application configure un VPN local sur le smartphone. L’utilisation est très simple, il suffit de rentrer les adresses IP des serveurs choisis, ou d’utiliser l’option « Default DNS Addresses » pour choisir directement parmi une liste de serveurs DNS connu. L’application demande alors l’autorisation de créer le VPN local et s’occupe de tout le reste. Voilà, vous pouvez maintenant surfer plus rapidement sur internet.
  12. si rooter avec twrp possible que t es pas trop d autre choix que de reflasher
  13. j'ai vu sur xda mais pas trouvé pour mon souci. merci nerron
  14. salut vois peu etre sur le fofo xda il ont pas mal de sujet et de solution au problemes
  15. salut, finalement ce reset a servi à rien, root sort pas et bref, je relance la discussion. j'ai enlevé le root via super utilisateur et j ai pu installer Netflix. tout semble fonctionner sauf que des que je veux lire un film netflix s arrête. message netflix s est arrêté. j'ai bien vidé les données de l'appli, desinstallé et refait l installation mais bon çà ne veut pas. je ne me sens pas l envie de flasher une Rom, si quelqu'un sait comment résoudre çà sinon on se passera de netflix. merci d 'avance.
  16. Des milliers d'applications Android espionneraient les enfants Selon une étude publiée le 6 avril dernier, des milliers d'applications Android destinées aux enfants et présentes sur le store de Google récupèrent des données personnelles comme la position GPS. mardi 17 avril 2018 à 14:25 Mis à jour mardi 17 avril 2018 à 14:25 Selon une étude internationale, certaines applications disponibles sur Android pourraient faire bien plus que de garder vos enfants occupés. Les chercheurs de l'International Computer Science Institute affirment que la majorité des applications Android pour enfants récupèrent des données sur les enfants et cela en violation avec la « Children's Online Privacy Protection Act », ou COPPA, une loi américaine qui réglemente la collecte de données auprès des utilisateurs âgés de moins de 13 ans. Des d'applications destinées aux enfants qui récupèrent des données ? Cette étude a été publiée le 6 avril dernier et sera présentée au Symposium sur les technologies d'amélioration de la protection de la vie privée en juillet. Elle a porté sur 5 855 applications destinées aux enfants, qui ont été téléchargées en moyenne 750 000 fois chacune, selon les chercheurs. À l'aide d'un téléphone Nexus 5X, les chercheurs ont téléchargé les meilleures applications destinées aux enfants de novembre 2016 à mars 2018, les exécutant pendant environ 10 minutes pour simuler une utilisation réelle L'étude a révélé que des milliers d'applications destinées aux enfants recueillaient des données, certaines incluant l'emplacement GPS et des informations personnelles. C'est une source d'inquiétude pour les parents, qui auraient besoin du niveau de connaissances techniques d'un expert pour le découvrir eux-mêmes, a déclaré Serge Egelman, le coauteur du journal. Les préoccupations relatives à la confidentialité des données ont été mises en évidence à la suite du scandale de Cambridge Analytica sur Facebook, où les législateurs ont examiné de plus près la quantité d'informations que les entreprises de la Tech ont sur eux. YouTube, qui appartient également à Google, a fait l'objet d'une plainte déposée plus tôt ce mois-ci, dans laquelle des groupes de protection de la vie privée ont déclaré que le site vidéo violait également la COPPA. "235 applications accédaient aux données GPS" Lorsqu’ils lancent des applications, les utilisateurs donnent souvent la permission de récolter leurs données en échange d'un service gratuit. Les applications pour enfants ont un standard différent à cause de la COPPA, et ne sont généralement pas autorisées à collecter les données sans le consentement explicite des parents. L'étude a révélé que bon nombre de ces applications destinées aux enfants violaient cette loi. Jusqu'à 235 applications accédaient aux données GPS du téléphone, dont 184 transmettaient l'emplacement de l'appareil aux annonceurs, selon l'étude. Ces applications, qui avaient 172 millions de téléchargements, étaient des jeux populaires comme Fun Kid Racing et Motocross Kids - Winter Storm. Fun Kid Racing à lui seul a plus de 10 millions de téléchargements, selon la page de l'application. Les développeurs de l'application, Tiny Lab Productions, ont déclaré dans un mail que ses applications sont "destinées aux familles", et non aux enfants et que "nous voyons que les adultes et les adolescents jouent à nos jeux . Les joueurs sont censés entrer leur date de naissance, et s'ils ont moins de 13 ans, l'application ne collecte aucune donnée, a déclaré Jonas Abromaitis, PDG de Tiny Labs Productions. YouTube et Google accusés de collecter des données sur les enfants Les auteurs de l'étude ont nié cette affirmation en indiquant que les développeurs devaient prendre des mesures pour s'assurer que les utilisateurs savent bien quelles informations ils donnent. Plus de 1 000 des applications de l'étude ont également recueilli des renseignements personnels, et ce en dépit des conditions de service de Google interdisant la collecte de ces données dans les applications destinées aux enfants. 40% des applications ne transfèrent pas les données de manière sécurisée En 2014, Google a permis aux utilisateurs de réinitialiser leur identifiant publicitaire, ce qui leur a donné un meilleur contrôle sur la façon dont les services en ligne collectent leurs données. Or, l'étude a révélé que les deux tiers des applications pour enfants ne permettent pas aux utilisateurs de réinitialiser ces données. L'étude a également examiné la façon dont les applications transféraient les données et a constaté que 40 % d'entre elles n'ont pas réussi à le faire de manière sécurisée. Jusqu'à 2 344 applications pour enfants transférant des données collectées n'utilisaient pas le cryptage TLS, une norme de sécurité qui assure l'authenticité des données et de leur destinataire. La mesure de sécurité est pourtant la " méthode standard pour la transmission sécurisée de l'information ", ont déclaré les chercheurs.
  17. salut, j'ai du faire une reinitialisation de la tablette car pas moyen d'installer netflix. elle était rootée. quand elle a redémarré, elle reste figée sur écran de choix de langue et fuseau : http://image.noelshack.com/fichiers/201 ... lenovo.jpg pas moyen de progresser, j ai essayé tous les boutons etc ... j ai même refait un factory reset via le bouton power+son+ mais toujours même point suis bloqué sur cet écran. merci pour l'aide. @c est passé au bout d'une bonne dizaine d'essais. pffffffff quelle bouse ce truc. j ai tout supprimé root etc ....
  18. Sécurité d’Android : la plupart des fabricants zappe des correctifs, puis vous ment Une firme de cybersécurité a découvert que la grande majorité des constructeurs de smartphones ne déploie pas tous les correctifs disponibles et le cache en indiquant que l’appareil est bien à jour. Par Karyl AIT KACI ALI vendredi 13 avril 2018 à 18:02 Mis à jour vendredi 13 avril 2018 à 18:02 comments Quand votre smartphone vous dit qu’il est à jour, c’est très souvent faux. Dans la majorité des cas, il lui manque plusieurs correctifs de sécurité. Voilà la découverte édifiante présentée par Karsten Nohl et Jakob Lell, chercheurs de la firme allemande Security Research Labs (SRL), lors de la conférence Hack in the Box 2018, organisée cette semaine à Amsterdam (Pays-Bas). Comme le rapporte Wired, les chercheurs ont analysé pendant deux ans le code de 1200 téléphones Android en provenance d’une douzaine de grandes marques afin de vérifier qu’ils avaient bien installé les correctifs de sécurité indiqués dans leurs paramètres. SRL a vérifié la présence des patchs publiés en 2017 uniquement. Le résultat est juste hallucinant puisqu’il apparaît que la grande majorité des constructeurs ment littéralement aux clients, laissant leurs smartphones vulnérables à certaines failles, parfois critiques. Qui sont les bons et les mauvais élèves ? SRL a publié un tableau récapitulatif des résultats moyens des principaux constructeurs. On peut y lire qu’en 2017, Google (Pixel et Pixel XL), Samsung, Sony et même Wiko ont manqué entre 0 et 1 patch seulement. Ce sont les meilleurs élèves. Viennent ensuite Xiaomi, OnePlus et Nokia, qui ont raté entre 1 et 3 patchs, puis HTC, Huawei, LG et Motorola qui en ont manqué entre 3 et 4. Enfin, TCL et ZTE arrivent bons derniers avec plus de 4 patchs passés à la trappe. Dans les pires cas observés, les constructeurs cacheraient délibérément l’absence des derniers correctifs en date sur leurs machines, affirme Karsten Nohl, également cofondateur d’SRL. D’autres changeraient la date de dernière mise à jour « à des fins marketing sans doute », ajoute-t-il. Pour certaines grandes marques, auxquelles il ne manque que quelques correctifs, il s’agirait cependant de simples oublis. Il semblerait par ailleurs qu’un certain nombre de failles n’aient pas été corrigées car elles concernaient les processeurs des machines, et que les constructeurs étaient donc dépendants de leurs fournisseurs. Cela pourrait expliquer la différence entre les résultats de Samsung par exemple, qui fabrique ses propres SoC, et les plus petites marques, qui emploient des CPU souvent plus bas de gamme et moins bien entretenus, comme ceux de la société Mediatek. Dois-je jeter mon téléphone Android par la fenêtre ? Contactés par nos confrères de Wired, Google indique apprécier le travail de SRL mais tient à préciser que tous les téléphones analysés dans cette étude ne sont pas certifiés Android, ils ne répondent donc pas forcément aux standards de sécurité de Google (comprenez : nous ne sommes pas responsables!). Ensuite, d’autres raisons tout à fait légitimes peuvent expliquer l’absence de patchs selon le géant, les constructeurs peuvent par exemple avoir supprimé complètement une fonctionnalité vulnérable. Plus besoin de patch dans ce cas. En outre, les correctifs ne sont « qu’une couche de protection d’Android parmi beaucoup d’autres », d’après Google, rejoint par SRL qui explique que même si certains correctifs manquent à l’appel, les failles restent difficiles à exploiter. Il faut généralement une série de vulnérabilités bien précises pour cela, pas un seul petit patch manqué. Pas de panique donc, même si ces négligences sont clairement des facteurs de fragilisation de l’OS qu’il ne faut pas prendre à la légère. Notez que SRL propose une application mobile pour savoir précisément quelles patchs manquent sur votre smartphone. Si ça vous intéresse, c’est par ici
  19. AV-comparatives, une organisation autrichienne indépendante spécialisée dans les tests et évaluations des logiciels antivirus, affirme que moins de la moitié des applications de sécurité sur Android offrent une réelle protection. « Le test de cette année montre une fois de plus que les évaluations des utilisateurs ne sont pas un indicateur de l'efficacité d'une application de sécurité », déclare Andreas Clementi, fondateur et PDG de ladite organisation. Il explique que « la plupart des applications qui ne parvenaient pas à fournir une protection efficace contre les logiciels malveillants avaient néanmoins de très bonnes notes sur le Google Play Store. » Le laboratoire aurait téléchargé sur Google Play Store 200 applications de sécurité pour Android appartenant à différents développeurs. Quatre-vingt-quatre d'entre elles ont détecté plus de 30 % d’applications malicieuses avec zéro fausse alarme. Soixante-dix-neuf ont détecté moins de 30 % de malwares. Les 37 applications restantes, le laboratoire les qualifie de douteuses, renfermant des bogues, détectant seulement une poignée de très anciens échantillons de logiciels malveillants Android. Les tests ont été réalisés sur les appareils Nexus 5 exécutant Android 6.0.1 Marshmallow. Plusieurs applications de sécurité ont été téléchargées sur Google Play Store. Chacune installée et soumise au test de façon indépendante pour déterminer sa fiabilité. Pour 2000 malwares installés contre 50 applications propres, après expérimentation, 28 applications de sécurité (y compris Avast, AVG, McAfee, Norton Mobile, Kaspersky, Dr.Web, ESET, F-Secure PCVARK, etc.) ont eu un taux de détection de 100 %. « Au cours de notre test, nous avons constaté que plusieurs applications semblent être des variantes étroitement liées de la même chose, ou utilisent un « modèle d'applications antivirus » commun. Dans certains cas, seuls le nom, le logo et la couleur sont différents », a ajouté AV-comparatives. Des exemples sont présentés ci-dessous : Des constats similaires ont été observés avec AZ Super Tools, GPaddy Mobile Security, Master VPN, Mobile Antivirus & Security by Netlink, Puce Ltd, Topi Maxi Group, W4VN Team. Voir respectivement ci-dessous : AV-comparatives invite les utilisateurs à faire attention au choix de leurs applications de sécurité sur Android. « Notre examen annuel approfondi des programmes de sécurité Android fournit aux utilisateurs une liste de fonctionnalités et un rapport d'interface utilisateur, leur permettant de choisir la meilleure application pour leurs besoins », déclare-t-il. Source : AV-comparatives
  20. Samsung ne devrait plus proposer de mise à jour pour le Samsung Galaxy S6. Lancé en avril 2015, il y a près de 3 ans, le Samsung Galaxy S6 n’est aujourd’hui plus tout jeune. Pourtant la fiche technique de l’ancien fleuron reste solide : 3 Go de RAM, écran Super AMOLED QHD, caméra de 16 mégapixels capable de filmer en 4K à 30 images par seconde et 32 à 128 Go de stockage. Ce smartphone marque de plus une transition importante de Samsung, c’est la première fois que le fabricant développait un appareil aussi bien fini, avec un châssis utilisant du métal et du verre, de quoi faire oublier le Galaxy S5 « effet sparadrap ». C’était aussi la génération de la discorde, puisque le Galaxy S6 rompait avec plusieurs traditions de la marque comme la présence d’un port microSD, et d’une batterie amovible. Samsung met à jour la liste des appareils supportés Samsung indique sur une page web, la liste des appareils sous Android qui ont le droit aux mises à jour sécurité chaque mois, ou chaque trimestre. Les derniers appareils en date comme le Samsung Galaxy S9 ou le Samsung Galaxy Note 8 sont évidemment mentionnés sur cette liste. En revanche, la dernière mise à jour de la page a supprimé toute mention du Samsung Galaxy S6, et de son cousin le Galaxy S6 Edge. La page précise pourtant bien que le Galaxy S6 Edge+ et le Galaxy S6 Active continuent d’être pris en charge, et pour cause, ils sont sortis quelques mois plus tard. La mise à jour de mars est bien là Les Galaxy S6 ne vont pas s’arrêter de fonctionner du jour au lendemain, mais cela signifie qu’ils ne seront plus protégés contre les nouvelles vulnérabilités découvertes dans Android. Ceux qui sont soucieux de cette problématique devront donc réfléchir à changer d’appareil pour un modèle plus récent, ou tenter l’installation d’une ROM alternative encore prise en charge. La dernière version officielle du Samsung Galaxy S6 devrait donc être Android 7.0 Nougat avec la mise à jour du 1er mars 2018, comme en atteste cette capture d’écran.
  21. salut @fonctionne sur le mobile android d'apres mon test, interessant y a sfr sinon le lien pour ios est hs. sur la box android, trop de pub et pas réussi chez moi. profitez çà dure rarement longtemps. COMMENT AVOIR CANAL+ BEIN SPORT ET SFR GRATUIT COMMENT AVOIR CANAL+ BEIN SPORT ET SFR GRATUIT COMMENT AVOIR CANAL+ BEIN SPORT ET SFR GRATUIT: Filfel Tv st une application qui vous permet de regarder des films, des émissions de télévision, des documentaires, du sport et d'autres contenus sur votre appareil Android. De nombreuses applications pour regarder des films et des séries en ligne vous permettent de choisir exactement quel film ou épisode vous voulez regarder. Mais l'application de Filfel Tv est assez différente, car elle vous donne une grande liste de chaînes qui montrent des films et des épisodes de série sur une base continue. Télécharger Filfel Tv
  22. Salut Hahahahaha c est cadeau mon ami A+
  23. APPLICATIONS IPTV TELECHARGER ICI : 1- GOTV LIVE : https://goo.gl/YDN8ei 2- ZTV LIVE : https://goo.gl/kwJXAC 3- HD MOVIES : https://goo.gl/wWNVtc 4- LOUJTV : https://goo.gl/1hYXQs Bonus KIDSTV : https://goo.gl/Gu9HU3 Penser au bloc pub
  24. APK CINÉ vous devez vous inscrire http://synapps-lab.fr/EverStream/Dow...ovies-free.apk APK SÉRIES http://synapps-lab.fr/Pages/series/#download Télécharger MX PLAYER pour ceux qui connaisse pas A+
  25. Salut Liste Apli pour android tv https://docs.google.com/spreadsheets/d/1Lq136G8YT50IPENDJnOTun1TV2zNhvOIZydeasBBars/htmlview#gid=0 A+
  26.  
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×