Aller au contenu
  • billets
    17
  • commentaires
    6
  • vues
    1 164

Luka Modrić, Ballon d’or offshore lié à une mafia croate du foot

gringoman

136 vues

salut,

https://goo.gl/poNPDc

Luka Modrić est le nouveau Ballon d’or. Condamné à de la prison avec sursis pour fraude fiscale, le milieu du Real et capitaine de la sélection croate a aussi été associé à un clan politico-mafieux. Il est ainsi le digne porte-drapeau du football mondial.

 

À 33 ans, l’heure de la consécration est venue pour Luka Modrić. Le milieu de terrain du Real Madrid et capitaine de la sélection croate a remporté lundi soir le Ballon d’or 2018 décerné par France Football. L’événement est historique, puisque Modrić a mis fin au règne de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, qui se partageaient la plus prestigieuse distinction individuelle du foot depuis dix ans. Modrić a donc presque tout raflé cette année : vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid, il a remporté le titre de meilleur joueur de la Coupe du monde après avoir amené la sélection croate en finale contre la France, ainsi que le titre de meilleur joueur de l’année de la Fifa.

 

fl-logo

Mais derrière le sacre et le talent balle au pied du milieu de terrain, il y a une impressionnante série de magouilles et d’affaires judiciaires à la coloration mafieuse, dont les ramifications s’étendent jusqu’au sommet de l’État croate. C’est ce qu’ont contribué à révéler depuis deux ans les documents Football Leaks, obtenus par Der Spiegel et analysés par l’hebdomadaire croate Nacional, partenaire de Mediapart au sein du réseau EIC.

 

À la suite des révélations de la première saison des Football Leaks en décembre 2016, sur son montage offshore au Luxembourg, Luka Modrić a été condamné en janvier dernier en Espagne à huit mois de prison avec sursis et 1,4 million d’euros d’amende pour fraude fiscale. Le nouveau Ballon d’or a aussi été épaulé pendant toute sa carrière par des agents peu scrupuleux, dont l’un est au cœur d’une affaire d’État en Croatie, ce qui a valu à Modrić des poursuites pour parjure.

 

Luka Modrić et son Ballon d'or, le 3 décembre à Paris. © ReutersLuka Modrić et son Ballon d'or, le 3 décembre à Paris. © Reuters

 

Comme la plupart des stars de son pays, Luka Modrić a commencé sa carrière en 2003 au Dinamo Zagreb, qui truste la quasi-totalité des titres nationaux depuis vingt ans. C’est là que Modrić a été impliqué dans les affaires de Zdravko Mamić, qui était à la fois son agent et le président du Dinamo jusqu’en 2016.

 

 

Véritable parrain du foot croate, Mamić est poursuivi par la justice pour avoir détourné 35 millions d’euros des caisses du club, avec la complicité de son frère Zoran et de son fils Mario. Condamné en juin dernier à six ans de prison pour fraude fiscale et abus de biens sociaux (un recours devant la Cour suprême est en cours), Zdravko Mamić s’est enfui en Bosnie peu avant le prononcé du verdict. Dans une seconde procédure, toujours liée aux détournements du Dinamo, Mamić est poursuivi pour « association criminelle », un chef d’inculpation réservé d’ordinaire au crime organisé et à la mafia.

Zdravko Mamić cumulait les casquettes de président du club et d’agent de joueurs, ce qui a permis à son clan d’accaparer, via des sociétés offshore, la moitié des revenus de transferts qui auraient dû aboutir dans les caisses du Dinamo. Un système bien rodé, utilisé notamment en 2008 lors du transfert de Luka Modrić vers le club anglais de Tottenham.

Le milieu de terrain croate a été directement complice de la magouille. Sur les 21 millions payés par Tottenham au Dinamo, 9,19 millions ont été virés sur le compte bancaire de Modrić, lequel a reversé 7,14 millions à Mamić et sa famille. La destination finale des 2 millions restants demeure inconnue.

 

Zdravko Mamić, ex-agent de Luka Modrić et parrain du foot croate. © ReutersZdravko Mamić, ex-agent de Luka Modrić et parrain du foot croate. © Reuters

 

L’argent destiné au clan Mamić transitait par une discrète société suisse nommée Rasport Management. Elle a touché l’argent détourné des caisses du Dinamo sur plusieurs autres transferts, dont celui d’Eduardo à Arsenal ou de Dejan Lovren à l’Olympique lyonnais.

Comme nous venons de le révéler grâce aux Football Leaks 2, Rasport Management était aussi utilisée par le clan Mamić pour aider certains de ses poulains à évader l’impôt sur leurs droits à l’image. Rasport a été utilisée par le défenseur de Liverpool Dejan Lovren, le milieu de Chelsea Mateo Kovačić ou l’attaquant de l’Ajax d’Amsterdam Dušan Tadić.

Les documents Football Leaks nous ont permis d'établir le bénéficiaire économique de Rasport Management, qui se cache derrière des prête-noms : ce n’est autre que Mario Mamić, le fils du parrain Zdravko Mamić.

C’est également la conclusion du procureur du canton suisse d’Obwald, qui a enquêté sur la société à la demande de la justice croate. « Il s’agit d’un crime économique particulièrement grossier », a-t-il déclaré. Des dizaines de millions d’euros ont transité par Rasport Management, avant d’être redistribués sur des comptes offshore disséminés dans le monde entier : Londres, Zurich, Belize, Jamaïque, Hong Kong, Dubaï, Panama ou encore Gibraltar.

 

Luka Modrić sous les couleurs du Real Madrid. © ReutersLuka Modrić sous les couleurs du Real Madrid. © Reuters

 

L’affaire aurait pu tourner vinaigre pour Modrić, puisqu’il a accepté que l’argent détourné transite par son compte en banque. On ignore s’il a passé un accord avec le procureur croate pour échapper aux poursuites en échange de sa coopération. En tout cas, il n’a pas été mis en examen et il a chargé Zdravko Mamić lors de sa première déposition devant les enquêteurs.

Mais surprise : lors du procès, Modrić et l’un de ses coéquipiers de l’époque au Dinamo, Dejan Lovren, ont changé de version et défendu Mamić à la barre. Résultat : Modrić et Lovren ont été poursuivis pour parjure, un délit passible de cinq ans de prison en Croatie. Mais ils ont réussi à faire annuler leur mise en examen par la Cour suprême la semaine dernière.

Le revirement de Modrić peut se comprendre, vu la réputation de son ex-agent Zdravko Mamić. En juillet 2016, le procureur général croate a été placé sous protection policière maximale (il l’est toujours aujourd’hui) à la suite de soupçons selon lesquels un contrat avait été placé sur sa tête. La presse croate a indiqué que Mamić aurait été impliqué dans ce projet d’assassinat, ce que l’intéressé a formellement démenti lors d’une conférence de presse.

Les liens troubles de l’agent de Modrić avec la présidente croate

Zdravko Mamić est aussi un très proche de la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović, qui a crevé l’écran lors de la finale de la Coupe du monde à Moscou. Aux côtés des dirigeants en costume Vladimir Poutine, Emmanuel Macron et Gianni Infantino (président de la Fifa), Kolinda Grabar-Kitarović détonnait avec son tee-shirt à damiers aux couleurs de l’équipe nationale et ses manifestations d’affection plutôt démonstratives envers les finalistes malheureux.

 

La présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović console Luka Modrić après la finale de la Coupe du monde perdue contre la France, le 15 juillet 2018 à Moscou. © ReutersLa présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović console Luka Modrić après la finale de la Coupe du monde perdue contre la France, le 15 juillet 2018 à Moscou. © Reuters

 

Mamić est un soutien de l’aile droitière du parti conservateur croate HDZ, dont est issue la présidente. Il a financé sa campagne électorale en 2014, et lui a offert plusieurs dîners ainsi que sa fête privée d’anniversaire en mai 2015, alors qu’elle était au pouvoir. Kolinda Grabar-Kitarović est soupçonnée d’avoir renvoyé en 2016 le patron des services secrets croates, Dragan Lozančić, parce qu’il était sur le point de découvrir l’étendue de ses liens avec Mamić.

Quelques jours avant sa condamnation en juin dernier, Zdravko Mamić avait convoqué une conférence de presse, où il avait montré des SMS entre le bureau du procureur et les juges chargés de son dossier, qui démontreraient selon lui qu’un complot judiciaire a été monté pour le condamner à tort.

Sauf que ces messages étaient des faux. L’affaire est devenu un scandale d’État en septembre dernier, lorsque la police a arrêté l’homme suspecté d’avoir falsifié les SMS. Il s’agit d’un ancien expert informatique de la police. L’enquête a montré qu’il avait été payé par Mamić, mais qu’il a aussi travaillé, officiellement à titre gracieux, pour plusieurs membres haut placés du HDZ, afin de compromettre des dirigeants de l’aile modérée du parti.

À la suite de son transfert de Tottenham au Real Madrid en 2012, Luka Modrić s’est séparé du sulfureux Zdravko Mamić. Mais il a continué à tremper dans des montages douteux, en compagnie de ses deux nouveaux représentants : Vladica Lemić, un Croate dépourvu de licence d’agent installé en Belgique, et le Monténégrin Predrag Mijatović, ancien directeur sportif du Real entre 2006 et 2009.

 

Le Monténégrin Predrag Mijatović, l'un des deux agents de Modrić et ancien directeur sportif du Real Madrid. © ReutersLe Monténégrin Predrag Mijatović, l'un des deux agents de Modrić et ancien directeur sportif du Real Madrid. © Reuters

 

À peine arrivé à Madrid, Modrić a entrepris d’échapper en partie à l’impôt, avec la complicité du Real. Comme nous l’avons révélé fin 2016 lors de la saison 1 des Football Leaks, le club lui versait en effet 15 % de son salaire sous forme de droits à l’image, viaune société au Luxembourg baptisée Ivano – le nom du fils de Luka Modrić. Cette coquille offshore encaissait aussi les confortables revenus publicitaires du milieu de terrain croate, dont ceux de son contrat avec Nike.

À la fin 2014, sa coquille Ivano avait déjà engrangé 5,7 millions d’euros. Et ce n’est pas tout. Après sa revalorisation salariale en 2014, le salaire de Modrić a été revalorisé à 10 millions d’euros par an, dont 1,5 million net d’impôts au Luxembourg.

Les documents Football Leaks montrent que le montage a été élaboré par le cabinet luxembourgeois Atoz et le cabinet d’avocats espagnol Senn Ferrero, le même utilisé par Cristiano Ronaldo pour se dépêtrer de ses combines fiscales (lire notre enquête ici).

Des mails confidentiels indiquent également qu’un des agents de Modrić, l’ex-directeur sportif du Real Predrag Mijatović, suivait l’opération de près. Lors de l’élaboration du montage avec Ivano, la société offshore de Modrić, les avocats de Senn Ferrero écrivent qu’il faut organiser une réunion avec Predrag Mijatović. Sollicités par l’EIC, Mijatović et Senn Ferrero n’ont pas donné suite.

À la suite de nos révélations, Luka Modrić a été poursuivi pour fraude fiscale en Espagne et a finalement conclu une transaction pénale avec le procureur : en janvier 2018, il a accepté une condamnation à huit mois de prison avec sursis et 1,4 million d’euros d’amende.

Les agents de Modrić sont également des experts pour optimiser leur propre fiscalité. Comme le révèlent les nouveaux documents Football Leaks, Vladica Lemić et Predrag Mijatović ont touché des millions d’euros sur les transferts de leurs poulains via une société-écran basée en Bosnie, dont deux importantes commissions sur les prolongations du contrat de Modrić avec le Real.

 

Le Croate Vladica Lemić, l'un des deux agents de Luka Modrić. © DRLe Croate Vladica Lemić, l'un des deux agents de Luka Modrić. © DR

 

Lorsque Modrić est arrivé à Madrid en 2012, un certain Davor Ćurković a touché 2 millions d’euros de commission via une société belge baptisée Reina. Sauf que la société appartient en réalité à 90 % au véritable agent de Modrić, Vladica Lemić, et à sa famille. Comme Lemić n’a pas de licence, il a utilisé Davor Ćurković comme prête-nom.

Le montage fiscal démarre deux ans plus tard. Le 20 août 2014, Luka Modrić prolonge son contrat avec le Real, avec à la clé un salaire de 10 millions d’euros annuels. Un mois plus tard, le club madrilène signe un contrat d’agent avec une société nommée Top Sports Consulting, immatriculée en Republika Srpska, la République serbe de Bosnie. Elle reçoit 2,4 millions de commission au titre de la prolongation de Modrić.

Top Sports Consulting appartient à Zoran Lemić, le petit frère de Vladica. Officiellement, c’est donc lui l’agent. Sauf que les documents Football Leaks montrent que Zoran n’a joué absolument aucun rôle dans le deal, qui a été négocié de bout en bout par Vladica Lemić.

Mais ce dernier veut que la société bosnienne de son frère touche l’argent. Il s’en plaint par courriel au directeur général du Real, José Ángel Sánchez : « Il y a quelques semaines, je vous ai envoyé les informations pour que vous fassiez le contrat avec la société de mon frère (Zoran Lemić). Mais au lieu de ça, vous avez mis mon nom dans le contrat. »

Le Real a fini par obtempérer et accepter de verser les millions au frère de l’agent, alors même qu’il n’a pas travaillé. Pour Vladica Lemić, le montage est très lucratif : en Serbie, le taux de l’impôt sur les sociétés n’est que de 10 % (l’un des plus bas d’Europe), contre 33 % en Belgique, là où l’agent est résident fiscal.

La manœuvre s’est répétée en 2016, lorsque Modrić a signé une nouvelle prolongation de son contrat, avec cette fois un salaire de 12,7 millions annuels. Cette fois, Vladica Lemić a touché 1,5 million via la société bosnienne de son frère.

Selon les documents Football Leaks, les agents de Modrić, Vladica Lemić et Predrag Mijatović ont fait transiter par la Bosnie les commissions qu’ils ont négociées sur plusieurs autres transferts. Entre 2014 et 2017, Top Sports Consulting a réalisé 26 millions d’euros de profits, taxés à seulement 10 %. Soit une économie de 6 millions d’euros par rapport à l’impôt sur les sociétés qu'ils auraient dû payer en Belgique.

« Ce montage est un cas typique de fraude fiscale », a indiqué à l’EIC Denis-Emmanuel Philippe, professeur de droit fiscal à l’université de Liège. Ce diagnostic nous a été confirmé par deux autres experts. Contactés par l’EIC, les frères Vladica et Zoran Lemić, pas plus que Predrag Mijatović n’ont répondu à nos questions.

https://goo.gl/poNPDc



0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×